ULYSSE DANS L'ÎLE DE CIRCÉ OU EURYLOCHE FOUDROYÉ

TRAGI-COMÉDIE

Claude Boyer
A PARIS ; Chez TOUSSAINCT QUINET, au Palais, dans la petite Salle, sous la montée de la Cour des Aydes.
M. D C. L.
Avec Privilège du Roy.
Édition critique établie par Pauline Debienne sous la direction de Georges Forestier (2007)

Introduction §

Au début de l’épître d’Ulysse dans l’isle de Circé, ou Euriloche foudroyé qu’il dédicace au Prince de Conti, Claude Boyer déclare :

Cet Ulysse que je presente à vostre Altesse, est bien different de celuy que le Prince des Poëtes a fait le heros de la prudence, & la parfaite idée d’une constance invincible: s’il avoit conservé entre mes mains toutes les beautez de son original, il seroit asseuré de la bonne fortune, l’estant depuis tant de siecles de son merite & de sa reputation.

C’est mettre en avant l’originalité de sa pièce qui propose une interprétation tout à fait nouvelle de l’épisode homérique, mais c’est aussi suggérer quelques craintes quant à sa « bonne fortune ». Face à l’œuvre d’Homère son ambition peut paraître grande, d’autant plus qu’avec Ulysse, Boyer s’essaie à un genre nouveau : le théâtre à machines, encore peu courant en 1648 et pas même reconnu comme genre. Ulysse dans l’isle de Circé fait partie des pièces de Boyer les plus méconnues et pourtant, elle fait aussi partie de ces œuvres qui éclairent la postérité sur ce qu’appréciait le public au théâtre. Boyer est un auteur qui savait s’adapter aux attentes du public, et Ulysse reste une pièce destinée à séduire le goût du spectacle de la plupart de ses contemporains. Ulysse est la première pièce à machines de Claude Boyer mais aussi la première d’un genre qui va peu à peu se définir jusqu’à ce que Corneille le théorise en 1650 avec Andromède. L’histoire du théâtre à machines est brève, le genre est rapidement supplanté par l’opéra dont il avait fini par intégrer les différentes composantes. Mais il sera aussi rapidement évincé par la tragédie dite régulière au point que, dès le dernier quart du XVIIe siècle aucune pièce à machines, mise à part Andromède rejouée en 1693, n’est plus représentée. C’était condamner un genre qui puisait toute sa force dans la représentation. Molière dans le « Au lecteur » de l’Amour médecin ne recommandait ses pièces « qu’aux personnes qui ont des yeux pour découvrir dans la lecture tout le jeu du théâtre ».

Ce précepte vaut d’autant plus pour les pièces à machines et, c’est en l’ayant toujours à l’esprit que nous allons tenter d’étudier au mieux Ulysse dont la « simple » lecture permet néanmoins de révéler la richesse d’une pièce qui n’a pas pour seule finalité le spectacle.

Biographie de Claude Boyer §

Claude Boyer est né à Albi en 1618. Il est élevé dans le collège jésuite de la ville où il se perfectionna en rhétorique. On dispose de peu d’informations sur ses études mais on le sait bachelier en théologie, voie qu’il n’a pas poursuivie pour se consacrer à la dramaturgie. C’est ce qui donne l’occasion à Furetière, l’un de ses nombreux détracteurs, de le railler :

Il [Boyer] n’a pas été assez heureux pour faire dormir personne à ses sermons, car il n’a point trouvé de lieux pour prêcher. La nécessité l’a donc réduit à prêcher sur les Théâtres des Marais et de l’Hôtel de Bourgogne; mais il leur a porté malheur1.

De nombreuses biographies affirment qu’en 1645, alors qu’il avait 27 ans, Claude Boyer quitta Albi en compagnie de son ami Michel Leclerc pour rejoindre la capitale où ils pouvaient espérer faire représenter leur première tragédie : Porcie romaine pour Boyer et Virginie romaine pour Leclerc. Or il existait peu de villes où l’on pouvait étudier la théologie, si bien que Boyer se serait rendu à Paris bien plus tôt pour y faire ses états. Il s’y serait fait connaître quelques années plus tard avec ses premières pièces et son entrée dans les salons littéraires. Il fut d’abord admis dans le plus influent des salons : celui de l’Hôtel de Rambouillet. D’après Clara Brody, il y serait parvenu grâce à l’entremise de Gaspar Daillon du Lude, un évêque d’Albi et homme de lettres reconnu, et de l’abbé Boileau, le successeur de Boyer à l’Académie Française, parle de cette admission comme une preuve de ses qualités :

Dans ses tendres années, il [Boyer] trouva l’appui d’une noble famille, dont le nom nous sera toujours cher, qui sembla l’adopter, parce que tous les gens d’esprits paraissaient naturellement en être…

La Marquise de Rambouillet accepta même d’être la dédicataire de sa Porcie romaine, et Boyer lui rendit un hommage des plus élogieux. La pièce fut représentée au Théâtre de l’Hôtel de Bourgogne et d’après l’abbé Genest, elle « enleva tout Paris. ». Boyer reçut alors l’amitié et l’estime de personnes importantes dans le monde des lettres, parmi lesquelles Chapelain qu’il côtoyait dans le salon de la Marquise de Rambouillet. Ce dernier loua la Porcie romaine et peu à peu Boyer devint son protégé. Après ce premier succès, Boyer créa plusieurs autres pièces dont La Sœur généreuse (une tragi-comédie de 1646) puis deux tragédies en 1647 : Porus ou la Générositéd’Alexandre et Aristodème. En 1648 il écrivit une dernière tragédie, Tyridate, avant de s’essayer à la tragi-comédie « à machines » avec Ulysse dans l’isle de Circé ou Euriloche foudroyé, qui s’inscrivait dans les goûts de l’époque et pouvait garantir un certain succès. Après cette pièce, Boyer ne revint pas au théâtre avant 1659 avec une nouvelle tragédie, Clotilde, dédiée à Fouquet, qui faisait figure de mécène. Cette longue absence peut être expliquée par les évènements de la Fronde, qui interrompirent la carrière de nombreux dramaturges. Peu de documents nous informent sur les activités précises de Boyer tout au long de ces onze années. D’après les archives notariales d’Albi, Boyer vécut quelque temps chez Gédéon Tallemant des Réaux, décrit comme le patron des gens de lettres. Ce dernier grâce à des liens familiaux, puisqu’il était l’époux d’Elisabeth de Rambouillet, était lui aussi admis à l’Hôtel de la Marquise, et fut nommé en 1637 conseiller au Parlement de Paris puis maître des requêtes en 1640. Un document officiel évoque sa présence le 2 décembre 1656 à une cérémonie d’émancipation où Boyer fut appelé « à la suitte de Monsieur de Taleman » dont il était au service. C’est afin d’éviter que sa fortune ne soit dilapidée, du moins éparpillée, par ses frères que Boyer s’est fait émanciper :

[Boyer] a profitté de certaines sommes asses notables et est en estat de profiter davantage ; pour l’encourager à continuer son travail et qu’il n’y puisse estre frustré par ses frères, le d. sieur Boyer père desire icellui esmanciper et sortir de la puissance paternelle pour ce chef tant seulement2.

Si ce document fait allusion à « son travail », il ne précise rien sur sa nature et aucun autre document ne permet de connaître précisément les fonctions qu’avait Boyer auprès de Gédéon Tallemant. Il est alors probable que Boyer, au service de Gédéon Tallemant, qui a été intendant de la province de Guyenne, ait vécu quelques années loin de Paris. Cet éloignement et ses autres activités, consacrées à Gédéon Tallemant, expliquent en partie ce long silence de Boyer. Durant sa vie, il a conservé de bonnes relations avec la famille Tallemant au point que, lorsqu’il fit un voyage à Albi en 1667, il était accompagné du fils de son bienfaiteur, Paul. Il revint donc au théâtre en 1659 et, comme à ses débuts, il écrivit en moyenne deux pièces par an. Certains s’accordèrent pour dire que ses pièces n’eurent pas de succès, mais il faut noter que Boyer évoquait souvent dans ses préfaces la satisfaction du public et que plusieurs de ses pièces étaient parfois jouées en même temps dans des théâtres différents. Le succès, s’il n’était pas retentissant existait bel et bien et il faut imputer la rumeur de son insuccès à ses détracteurs. D’autant plus que dans les années 1660, il reçoit les premières marques de reconnaissance. Celles d’abord de Chapelain qui, à la demande de Colbert en 1662, établit une liste des gens de lettres susceptibles de recevoir une pension royale, dans laquelle on lit le jugement suivant :

Boyer est un poète de théâtre, qui ne cède qu’au seul Corneille en cette profession, sans que les défauts qu’on remarque dans le dessein de ses pièces rabattent de son prix ; car les autres n’étant pas plus réguliers que lui en cette partie, cela ne luy fait point de tort à leur égard. Il pense fortement dans le détail, et s’exprime de même. Ses vers ne se sentent point du vice de son pays, il ne travaille guère en prose3.

Boyer y apparut pour la première fois en 1663 avec la désignation d’« excellent poète français » et reçut dès lors huit cents livres par an, excepté en 1667, mais il reparut sur la liste des gratifications royales l’année suivante, ce pour quoi il remercia Colbert en lui dédiant Le jeune Marius. Corneille lui-même, dans une lettre d’avril 1662, alors que le théâtre du Marais traverse une situation des plus critiques, reconnaît son mérite et le pouvoir qu’il aurait d’aider les comédiens à surmonter sa crise :

Ainsi si ces M[essieu] rs [Boyer et Quinault] ne les secourent ainsi que moi il n’y a pas d’apparence que le Marais se rétablisse, et quand la machine qui est aux abois sera tout à fait défunte, je trouve que ce théâtre ne sera pas en trop bonne posture.4

L’on est loin de l’image du poète médiocre que beaucoup se sont employés à répandre, en particulier Furetière qui le poursuivit de sa haine à partir de 1685. Selon lui, Boyer aurait « porté malheur » aux théâtres où ses pièces furent jouées et aurait aussi, avec son compagnon Leclerc, « défiguré le Théâtre » devenu par leur faute « un triste échafaut ». Boyer est élu en 1666 à l’Académie Française, l’évènement est salué par Robinet dans sa Lettre en vers à Madame :

Ces jours passez, le sieur Boyer,
Digne d’un immortel loyer,
Et dont souvent on idolâtre,
Sur l’un et l’autre Théâtre,
Le grand Cothurne et l’Escarpin,
Fut, par un glorieux Destin,
Receu dans notre Academie…
Entrant dedans ce corps illustre…
Il harangua bien tout à fait,
Si que la docte Compagnie
Admira son ardent Genie
Et tinst, certes, à grand honneur,
Comme aussi même à bon-heur,
De l’avoir dans ses hauts mystères
Pour l’un des braves confrères5.

L’année 1666 fut d’autant plus importante pour Boyer qu’en janvier il avait créé au Marais sa nouvelle pièce à machines, Les Amours de Jupiter et de Sémélé. Elle qui remporta un grand succès et fut honorée d’une visite du roi Louis XIV, grand amateur de ce genre de pièce, à qui elle fut dédiée. Sa place à l’Académie Française ne l’empêcha pas de produire encore de nombreuses pièces mais l’hostilité de ses rivaux, principalement Racine et Boileau, s’accrut et leurs attaques devinrent de plus en plus fréquentes. D’après Lancaster, la disgrâce de Boyer fut liée à l’ascension de Racine, protégé de Boileau qui mit tout en œuvre pour éliminer un potentiel rival. Face aux attaques et aux cabales qui se multipliaient, Boyer fit créer en 1680 sa tragédie Agammenon selon un stratagème qu’il rapporte dans la préface :

Agamemnon ayant suivi Le comte d’Essex, et voulant la dérober à une persécution si déclarée, je cache mon nom et laisse afficher et annoncer celui de M. Assezan. Jamais pièce de théâtre n’a eu un succès plus avantageux. Les assemblées furent si nombreuses et le théâtre si rempli, qu’on vit beaucoup de personnes de la première qualité prendre des places dans le parterre… Qu’arriva-t-il après cette réussite extraordinaire ? On soutint, on voulut faire des paris considérables, que je n’avais aucune part à cet ouvrage…6

Le succès de sa pièce lui permit d’être accepté dans les salons de Mme de Deshoulières et de Mme de Bouillon mais, les critiques, injustifiées comme le prouva son artifice, ne cessèrent pas et même, culminèrent en 1682 avec Artaxerce, au point qu’elles conduisirent Boyer à renoncer temporairement au théâtre. Il y revint une seule fois en 1686 avec Antigone, de nouveau représentée sous le pseudonyme de Pader d’Assezan, et ne produisit plus rien jusqu’en 1691. Antigone fut surnommée par Furetière « les déserts de la Thébaïde », surnom qui n’était que la première raillerie d’une longue liste. En effet, Boyer dut faire face à ses critiques virulentes et amères qui l’étaient moins par coterie que par rancœur d’avoir été exclu de l’Académie Française à cause d’un incident où Boyer était en partie impliqué. Depuis cet incident humiliant, Furetière s’employa à faire entendre que Boyer, qu’il avait rebaptisé « Laboyer » et surnomma Sisyphe dans les Couches de l’Académie, était un auteur sans succès :

Quand les pièces représentées
De Boyer sont peu fréquentées,
Chagrin qu’il est d’y voir peu d’assistants,
Voici comme il tourne la chose:
Vendredi la pluie en est cause,
Et le dimanche le beau temps.7

Boyer ne renoua avec le théâtre qu’en 1691 lorsque Madame de Maintenon, sur les recommandations de l’abbé Testu, lui commanda Jephté à l’attention des jeunes filles de l’institution de Saint-Cyr. Il s’essaya avec plaisir à ce nouveau genre qu’était la tragédie sacrée, très en vogue à l’époque et qui réclamait le respect de règles précises et strictes en accord avec les conceptions chrétiennes. Si le choix de Madame de Maintenon fut bien reçu par Louis XIV qui assistait aux représentations, il ne le fut pas de Racine qui se voyait préféré à son rival. La pièce eut un vif succès et fut rejouée. Elle reste d’ailleurs l’une des seules pièces qui avait survécu au XVIIe siècle avec Agamemnon. Quatre années plus tard, les comédiens de la Comédie-Française créaient Judith, autre tragédie sacrée, d’abord destinée au théâtre de Saint-Cyr. Elle souleva l’enthousiasme de la salle avant d’être victime d’une cabale. Après cette pièce, Boyer renonça définitivement au théâtre pour se consacrer à la poésie et à l’écriture d’un ouvrage en prose, d’inspiration chrétienne comme ses toutes dernières œuvres l’étaient : Caractères des prédicateurs, des prétendants aux dignités ecclésiastiques, de l’âme délicate, de l’amour profane, et de l’amour saint. Il occupa aussi ses derniers jours en faisant quelques lectures à l’Académie Française et mourut à Paris le 22 juillet 1698.

Claude Boyer dans sa carrière reçut à plusieurs reprises l’estime du public et même des grands tels que Corneille et Chapelain, mais il fut aussi la proie d’attaques les plus acerbes que pas même sa mort ne parvint à réfréner. Boileau en effet ajoute dans une version tardive de son Art poétique des vers railleurs à son propos :

On peut avec honneur remplir les seconds rangs ;
Mais, dans l’art dangereux de rimer et d’écrire,
Il n’est pas de degrés du médiocre au pire.
Qui dit froid écrivain dit détestable auteur :
Boyer est à Pinchêne égal pour le lecteur.8

Ces vers ont longtemps entaché le renom de Boyer. En témoignent les différents propos des Frères Parfaict qui jugent que « Sa poésie est dure, chevillée, pleine d’expressions froides ou basses ». Ils s’inspirent sans doute des propos de Saint-Marc, l’éditeur de Boileau, qui avait employé certains de ces adjectifs à l’égard du style de Boyer mais qui reconnaissait tout de même qu’il « avait beaucoup d’esprit » et que « ses différents ouvrages sont animés d’un feu qui ne fut point affaibli par l’âge ». Le génie que lui reconnaissent Pellisson et d’Olivet dans l’Histoire de l’Académie française, tout comme l’abbé de Pure qui le classait parmi les gens de lettres qui « ont droit aux plus justes louanges qu’on ait jamais données » n’a malheureusement pas empêché son œuvre, pourtant révélatrice des tendances et goûts de l’époque, de sombrer longtemps dans l’oubli.

Ulysse dans l’isle de Circé, résumé et contexte de création §

Résumé de la pièce §

Acte I §

Scène 1 : Eole réprimande ses vents qui ont détruit sous les ordres de Neptune le vaisseau de Périmède, un messager chargé par Pénélope de retrouver Ulysse.

Scène 2 : Eole apprend à Périmède qu’il a échoué sur l’île de Circé où demeure Ulysse depuis un an. Ce dernier doit bientôt paraître avec Circé pour écouter le concert des Sirènes.

Scène 3 : Ulysse apparaît et étonné d’être arrivé avant Circé envoie l’un de ses serviteurs avertir le reine qu’il est prêt à entendre les Sirènes.

Scène 4 : Ulysse et l’un de ses compagnons, Euriloche, clament leur bonheur sur l’île idyllique de Circé. Ce dernier interroge Ulysse pour savoir s’il va continuer de refuser le mariage, et par là même le trône, que Circé lui propose. Surgit Périmède qui lui donne des nouvelles des siens, Pénélope sa femme, Télémaque son fils et Laërte son père, qui attendent désespérément son retour. Le messager lui remet une lettre de Pénélope qui blâme son époux de les avoir oubliés. La flamme d’Ulysse rallumée, il se décide à partir pour Ithaque et Euriloche, plus réticent à l’idée de quitter l’île car il aime l’une des sœurs de Circé, tente en vain de le faire changer d’avis.

Scène 5 : Circé et ses deux sœurs, Phaëtuse et Leucosie, rejoignent Ulysse qui flatte la déesse pour mieux dissimuler son trouble. Celle-ci souligne que le chant des Sirènes n’a plus rien de mortel et tous partent à leur rencontre.

Scène 6 : Leucosie qui s’aperçoit qu’Euriloche est resté en retrait pour parler avec Périmède le rejoint et le questionne sur son air soucieux. Il lui révèle la décision d’Ulysse et qu’il doit le suivre. Leucosie remettant en doute l’amour qu’il a pour elle, Euriloche lui avoue qu’il consent à partir surtout pour fuir un amour qui fait son malheur. Leucosie quitte la scène avec la résolution d’avertir Circé afin qu’elle les retiennent sur l’île.

Scène 7 : Restés seuls, et une fois Euriloche assuré de la complicité de Périmède, il le détrompe sur ses sentiments pour Leucosie qu’il n’aime pas à la faveur de Phaëtuse. Avec cet amour il convoite aussi le trône puisque c’est Phaëtuse et non pas Circé qui est la reine légitime de l’île. Mais Phaëtuse aime et est aimée par Elpenor, l’autre compagnon d’Ulysse, ce qui contrarie les ambitions d’Euriloche. Celui-ci compte sur l’aide de Périmède pour séparer les deux amants et avant de poursuivre il le laisse écouter le concert qui commence.

Scène 8 : Ulysse et Circé avec leur suite respective écoutent la chanson des Sirènes.

Scène 9 : Euriloche expose à Périmède ses desseins : il veut parvenir à se faire aimer de Phaëtuse et ainsi monter sur le trône comme roi en éliminant tout rival par l’éloignement ou par la mort. Pour cela il est prêt à sacrifier devoir et honneur.

Acte II §

Scène 1 : Dans un jardin, Elpenor et Phaëtuse parlent avec félicité de leurs amours. Phaëtuse troublée par un pressentiment vague défend à Elpenor de chercher à lui rendre le pouvoir. Certaine de sa perte s’il cherche à vaincre Circé Phaëtuse, qui n’a aucune ambition politique, lui assure que seul son amour suffit à son bonheur.

Scène 2 : Euriloche interrompt leur entretien et doit faire face aux inimitiés du couple. Phaëtuse ne cache pas son incrédulité face aux déclarations d’Euriloche qui dit aimer Leucosie et dévoile qu’elle connaît ses véritables ambitions. S’ensuit une querelle où Euriloche offense l’honneur d’Elpenor. Ce dernier s’apprête à en venir aux armes mais est empêché par Phaëtuse qui lui ordonne de partir, voulant elle-même venger cette offense.

Scène 3 : Phaëtuse menaçante affirme à Euriloche qu’elle vengera l’affront fait à Elpenor.

Scène 4 : Euriloche, seul, blâme son emportement avant de se féliciter d’avoir pu troubler le bonheur de son rival. Assuré de sa victoire, il voit Leucosie arriver et décide d’aller chercher son aide.

Scène 5 : Leucosie lui apprend que Circé, pour garder Ulysse, a recours à son pouvoir et accorde le mariage d’Elpenor et Phaëtuse. Cette dernière nouvelle anéantit Euriloche dont Leucosie devine l’ingratitude. Mais il parvient à la convaincre qu’elle se trompe et que sa sœur et Elpenor n’ont d’autre dessein que de le perdre auprès d’elle. Leucosie crédule lui garantit un soutien indéfectible, consciente qu’elle trahit ses liens de fraternité. Le parti de Leucosie étant pris, il lui demande de préparer des vaisseaux pour qu’Ulysse et Elpenor, qu’il aura contraint à embarquer, puissent quitter l’île. Leucosie pour prouver son amour à Euriloche accepte.

Scène 6 : Dans l’antre du sommeil, Circé seule prononce une plainte amoureuse : femme et magicienne elle n’a pu obtenir le cœur d’Ulysse qu’un bref instant. Epuisée et éhontée d’avoir échoué à se faire aimer, elle veut s’en reporter en ultime secours au dieu du sommeil afin qu’il lui fasse oublier Pénélope.

Scène 7 : Circé fait sa requête au dieu du sommeil : il doit en rêve montrer à Ulysse sa femme infidèle afin que son amour pour elle se transforme en haine. Circé compte ainsi pouvoir le garder auprès d’elle et obtenir son amour.

Acte III §

Scène 1 : Dans le palais de Circé, Ulysse lui réclame son pardon pour la querelle qui a opposé Euriloche et Elpenor. Circé pour éviter un duel et rétablir la paix leur inflige un sort qui les met hors de danger : Elpenor verra en Euriloche Phaëtuse et Euriloche ne pourra tenter quoique ce soit contre son rival. Circé reproche à Ulysse d’être le seul à résister à son pouvoir, auquel il se dit prêt à céder si elle réalise un dernier vœu. Circé accepte en échange de son amour et Ulysse lui demande de le faire descendre dans les Enfers. Circé y consent mais pose une condition : Ulysse ne partira pas plus d’un jour et reviendra lui offrir son amour.

Scène 2 : Circé partie, Euriloche interroge Ulysse sur les raisons de cette requête. Ulysse après lui avoir décrit son rêve lui explique qu’il préfère éviter la honte d’une trahison ou d’un soupçon injuste, et aller vérifier aux Enfers et non pas à Ithaque s’il a vu la vérité. De ce qu’il verra dans les Enfers il décidera de rentrer ou non en Grèce.

Scène 3 : Euriloche seul se plaît à penser qu’Ulysse ne reviendra pas des Enfers et se promet de tuer Elpenor. Celui-ci arrive et Euriloche veut se cacher pour éprouver le sort de Circé.

Scène 4 : Elpenor aperçoit Euriloche fuir qu’il prend pour Phaëtuse. Celui-ci en profite pour faire croire à Elpenor que son rival lui est préféré. Dépité l’amant malheureux réclame, à celui qu’il croit sa maîtresse, la mort mais Euriloche, empêché par le sort de Circé ne peut le contenter et s’enfuit en voyant Phaëtuse et Leucosie arriver.

Scène 5 : Les deux sœurs en pleine discussion rencontrent Elpenor qui s’adresse, cette fois à la vraie, Phaëtuse et se plaint de son ingratitude. Avant de partir il l’assure de tuer son rival.

Scène 6 : Les deux sœurs s’étonnent des propos d’Elpenor et Phaëtuse qui craint pour sa vie reproche à Circé un sort inutile. Leucosie croit que Phaëtuse est en fait éprise d‘Euriloche et a peur qu’Elpenor attente à sa vie, de cette erreur s’ensuit une violente dispute. Phaëtuse tente de détromper sa sœur et de l’éclairer sur la vraie nature d’Euriloche mais Leucosie déterminée prend le parti de son amant. La dispute se clôt sur une alternative : Phaëtuse déclare qu’elle ne laisse pas d’autres choix à Euriloche que de quitter l’île ou périr et Leucosie qui croit à la conspiration contre son amant formule la même alternative : Elpenor doit quitter l’île ou périr.

Acte IV §

Scène 1 : Dans les Enfers Sisiphe en plein effort se plaint à Jupiter du supplice qu’il lui inflige.

Scène 2 : Ulysse parvenu dans les Enfers interpelle Pénélope afin qu’elle se montre à lui. Pris de pitié il lui promet de se montrer généreux.

Scène 3 : Ulysse rencontre son aïeul Sisyphe qui lui profère tout son mépris et tout sa haine. Malveillant, il confirme les soupçons d’Ulysse : Pénélope, qu’il dépeint sous les traits les plus horribles, repose bien dans les Enfers morte et perfide. Ulysse prêt à la rejoindre est arrêté par Tirésie qui arrive.

Scène 4 : Tirésie accable Sisyphe d’infamie avant de le renvoyer à son supplice.

Scène 5 : Ulysse désespéré, pris entre haine et amour, interroge Tirésie sur les raisons de sa venue et l’éclaire sur la cause de ses tourments. Le devin révèle à Ulysse que Sisyphe et Circé l’ont trompé : Pénélope n’est pas morte, pas plus qu’elle n’est infidèle. Ulysse pris de remords, demande à Tirésie de le faire sortir des enfers ce qu’il ne peut, le pouvoir de Circé étant sur ce point supérieur au sien. L’affrontement avec Circé est inévitable et Tirésie conseille à Ulysse d’avoir confiance en son adresse qui ne lui a jamais fait défaut.

Scène 6 : Circé chante seule dans un parc afin de faire revenir Ulysse des Enfers. Sure de la réussite de son artifice elle se félicite de voir bientôt son amour comblé avant de douter de la dignité de son amour pour Ulysse. Elle finit par s’en convaincre et se dit prête à tuer Ulysse s’il manque à sa promesse et offense son honneur. Elle rejette pourtant cette dernière crainte avant d’être interrompue par Phaëtuse.

Scène 7 : Phaëtuse en colère lui reproche son sort impuissant à empêcher la querelle entre les deux rivaux. Circé lui précise que son sort n’est pas vain puisqu’il empêche les amants d’agir l’un contre l’autre bien qu’ils le veulent et qu’il durera tant que Phaëtuse sera haineuse. Ce sort doit donc parvenir à une réconciliation générale. Elles aperçoivent Euriloche arriver et partent se cacher.

Scène 8 : Euriloche apparaît effrayé par le pouvoir de Circé. Il se sent un instant impuissant contre sa force mais se reprend et souhaite la fin du charme pour pouvoir en finir avec son rival.

Scène 9 : Elpenor qui ne peut se venger d’Euriloche demande à Phaëtuse d’épargner ses maux par la mort. Celle-ci tente de le rassurer mais Elpenor se retrouve alors face à deux Phaëtuse, ce qui le trouble et abrège sa joie. Circé, par la requête de Phaëtuse qui ne peut supporter de voir son amant aussi malheureux, décide de faire cesser le charme et prie Euriloche d’embrasser son rival. Pensant qu’il obtiendra de Circé ce qu’il veut Euriloche y consent et tout rentre dans l’ordre. Elpenor pardonne à son rival et le mariage de Leucosie et Euriloche est accepté. Circé qui considère Phaëtuse mariée à Elpenor lui rend le pouvoir qu’elle refuse. Euriloche qui voit ses souhaits non exaucés commente avec hypocrisie et amertume la scène.

Scène 10 : Leucosie les rejoint pour prévenir Circé qu’Ulysse est rentré. Cette dernière emportée de bonheur laisse entrevoir à Leucosie qu’elle-même sera bientôt aussi heureuse.

Scène 11 : Leucosie informe Euriloche qu’Ulysse est décidé à partir avec Elpenor et que les vaisseaux sont prêts puis cherche à apprendre le bonheur que lui a promis Circé. Euriloche trop occupé à songer à sa victoire ne lui répond pas et lui commande d’occuper sa sœur pendant qu’il tente de faire embarquer son rival sur le vaisseau.

Acte V §

Scène 1 : Mélante, un serviteur de Circé, lui apprend qu’Ulysse manque à sa promesse et attend dans une forteresse son châtiment. Circé dont l’orgueil autant que l’amour est blessé laisse éclater sa haine et se refuse de laisser Ulysse triompher d’elle et faire sa honte à Ithaque. Munie d’un poignard elle ordonne à Mélante de faire venir l’ingrat.

Scène 2 : Circé restée seule évoque le plaisir de se venger de ses propres mains, mais elle reste partagée entre son honneur et son orgueil qui lui commande de tuer Ulysse et son amour qui veut le protéger. L’honneur l’emporte sur l’amour.

Scène 3 : Ulysse face à Circé se dit prêt à mourir pour la contenter après s’être sacrifié pour elle. Il démontre à Circé qu’il refuse leur mariage non pas par ingratitude mais par dévotion et pour lui éviter le déshonneur qu’un hyménée indigne lui aurait coûté. Habile rhéteur Ulysse parvient à convaincre Circé qui se repent lui révèle la trahison d’Euriloche et de Périmède.

Scène 4 : Leucosie horrifiée accourt pour les prévenir qu’Euriloche a profité d’un instant de calme pour assassiner Elpenor et enlever Phaëtuse à bord d’un vaisseau. Celui-ci étant déjà trop loin pour être rattrapé par les hommes, Circé la prévient qu’elle va recourir à son pouvoir.

Scène 5 : Leucosie partie, Ulysse s’enquiert de savoir s’il peut servir Circé. Mais la déesse l’enjoint à partir pendant qu’elle se chargera de résoudre cette dernière péripétie ce qui lui évitera une scène d’adieu trop douloureuse.

Scène 6 : Dans un vaisseau Euriloche se vante de ses actes, qui sont pour lui les preuves d’un grand amour tandis que Phaëtuse laisse éclater sa haine et implore Elpenor et son père de la secourir. Euriloche certain que le dieux ne feront rien contre lui annonce à sa captive leur futur mariage, après quoi il la ramènera sur l’île pour la consacrer reine. Phaëtuse prie les dieux de la venger et se désigne elle-même comme le vengeur d’Elpenor.

Scène 7 : Périmède avertit Euriloche que le temps s’obscurcit et qu’ils sont poursuivis par un autre vaisseau. Celui-ci se prépare à lutter contre les éléments et ses ennemis.

Scène 8 : Jupiter descend du ciel avec le Soleil et écoute sa plainte : ce dernier réclame, sous la demande de ses filles, la perte du traître qui porte atteinte à l’honneur de son sang. Jupiter reconnaît la justesse de sa demande et renvoie le Soleil à sa tâche en lui promettant de punir Euriloche.

Scène 9 : Circé et Leucosie dans un char volant commente le bouleversement des éléments qui prépare le châtiment de Jupiter. Le vaisseau d’Euriloche apparaît en même temps que des élcairs.

Scène 10 : Jupiter foudroie le vaisseau d’Euriloche et se présente brièvement à Circé et Leucosie pour les informer que justice a été faite.

Scène 11 : Circé et Leucosie s’extasient devant le foudroiement du vaisseau avant de s’inquiéter pour leur sœur elle aussi à bord. C’est alors que Leucosie la reconnaît qui s’approche sur le dos d’un dauphin.

Scène 12 : Les trois sœurs réunies, Phaëtuse explique que seule l’intervention des dieux pouvaient la sauver et après un bref récit elle rejoint ses sœurs dans le char. Toutes avant de regagner l’île s’accordent pour vivre sans passions et « Reynes [d’elles] -mesmes ».

Contexte de représentation et réception de la pièce §

Dans l’épître dédiée au Prince de Conti, Claude Boyer émet quelques réserves sur la « bonne fortune » de l’édition d’Ulysse tandis qu’il rappelle combien le théâtre « luy est si fort avantageux », laissant alors penser que la pièce a pu rencontrer quelque succès. Cependant, si nous savons qu’Ulysse dans l’isle de Circé, ou Euriloche foudroyé a été créée le 27 décembre 1648 par la troupe du Marais, nous ne pouvons faire que des conjectures sur sa réception, liées au contexte dans lequel elle a été représentée.

Contexte de création §

C’est en 1647 que le Théâtre du Marais, installé dans l’ancien Jeu de Paume, rue Vieille du Temple, décide de se spécialiser dans la représentation de pièces dites à machines afin de répondre aux exigences d’un public toujours plus fervent de spectacle. La nouvelle configuration du théâtre, ravagé par un incendie en janvier 1644, offrait avec ses deux scènes relativement larges9 un espace assez grand et pratique pour le jeu des acteurs et l’intervention de la machinerie. Au début des années 1640 les pièces à machines se faisaient rares dans les théâtres de ville et restaient des divertissements de Cour. En 1647, alors que Mazarin fait jouer au Palais-Royal l’Orfeo de Rossi, le théâtre du Marais qui connaît une crise 10 voit dans les pièces à machines le moyen de surmonter ses difficultés et de récupérer une clientèle perdue qu’il espère même pouvoir élargir. Les pièces à machines connaissent leurs heures de gloire entre 1650 et 1668, mais leur production, quoique timide, était déjà stimulée depuis le début des années 1640. L’année 1648 s’avère assez importante dans l’histoire du genre et du théâtre du Marais. C’est en effet à cette date, et avec la création de notre pièce le 27 décembre 1648, que le théâtre du Marais reçoit pour la première fois la dénomination de « théâtre des machines » qui apparaît sur la page de titre d’Ulysse dans l’isle de Circé. Certes la troupe du Marais avait déjà joué trois pièces à machines avant Ulysse : au début de l’année 1647, Circé, que S. W. Deierkauf-Holboër attribue avec réserve à Balthasar Beaujoyeulx11, à la fin de cette même année, Andromède et Persée, la délivrance dont l’auteur reste inconnu, puis, en février 1648, Le Mariage d’Orphée et Eurydice de Chapoton, mais il a fallu attendre la pièce de Boyer pour que l’ancien Jeu de Paume devienne véritablement le « théâtre des machines » de Paris. En outre, Ulysse, bien qu’elle reçoive le statut de « tragi-comédie », a aussi été déterminante dans l’histoire du genre et sur ce point J. Scherer, à la suite de Clara Brody, et H.C. Lancaster, salue Claude Boyer comme le « créateur du genre12 » : non seulement Claude Boyer a permis au théâtre du Marais une réelle spécialisation qui la sauve du désastre mais aussi il jette les bases d’un genre qui sera ensuite défini plus précisément par Corneille avec Andromède, créée en 165013 sur le même théâtre. Claude Boyer est en effet le promoteur du genre dans le sens où auparavant le recours aux machines était souvent limité au prologue et au dénouement, ou encore à quelques intermèdes, et où la machinerie avait souvent un unique rôle ornemental et ne prenait aucunement part à l’action. Avec Ulysse, on assiste à une pièce où les machines (l’on entend aussi par là tout ce qui touche au décor) envahissent l’espace théâtral et sont intégrées à l’action où elles ont une place déjà essentielle (nous développerons cet aspect dans la partie qui concerne la dramaturgie). Bien qu’Ulysse reste « la tentative d’un genre encore à définir » selon Hélène Visentin, il n’en demeure pas moins qu’elle pose les jalons de ce genre et offre une nouvelle conception du recours aux machines.

Il n’existe pas de document qui permette de savoir comment s’est déroulée la représentation ni même qui fournisse une description des machines et indique si leur fonctionnement a été bien orchestré au cours de la représentation. Ce manque est d’autant plus regrettable qu’Ulysse est une pièce particulièrement ambitieuse de ce point de vue : les changements de décor sont nombreux et il faut y ajouter les vols de chars, le foudroiement d’Euriloche, l’avancée d’un dauphin, et autres éléments qui nécessitent de faire appel aux machines. Aussi ambitieux soit-il, ce jeu n’est cependant pas irréalisable puisque depuis quelques décennies, grâce au savoir-faire des Italiens, les techniques se sont considérablement développées et les machinistes français ont beaucoup appris. Certains ont même réussi à se faire un nom de ce domaine qui avait longtemps été l’apanage des Italiens. C’est le cas de Denis Buffequin, le fil du fameux Georges Buffequin lui-même machiniste réputé, qui vraisemblablement fut le machiniste d’Ulysse. Celui-ci n’est pas explicitement nommé, mais dans le Dessein de la pièce il est fait mention « de la réputation du machiniste » qui, à cette époque ne peut désigner que Denis Buffequin, déjà très lié avec le Théâtre du Marais pour lequel il a longtemps travaillé. Boyer pouvait donc envisager une mise en scène ambitieuse en regard du renom de Denis Buffequin mais aussi car, en 1638, était parue la traduction originale d’une œuvre importante dans l’histoire de la machinerie : la Pratique pour fabriquer scènes et machines de théâtre de Nicola Sabbattini. Cette œuvre est un véritable manuel qui explique avec précision comment représenter différents décors, opérer des changements de décors, faire voler des chars, représenter le tonnerre, faire apparaître un dauphin, une mer déchaînée. La liste est longue et l’on note que bon nombre des effets qui nécessitent le recours aux machines dans Ulysse sont expliqués dans ce livre. Boyer a pu s’inspirer de l’œuvre de Sabbattini pour insérer dans sa pièce des effets de machines toujours plus surprenants, mais qui restaient à la portée d’un machiniste tel que Denis Buffequin. Car même si Sabbattini déclare à la fin de sa Pratique que « la théorie n’est point difficile mais plus facile encore est la pratique », il fallait un machiniste assez habile pour pouvoir ordonner et coordonner parfaitement les machines pendant la représentation, ce qui n’était pas toujours évident.

La prestation des comédiens qui devaient tenir compte des machines était elle aussi importante pour garantir un certain succès à la représentation. Boyer en est conscient quand il déclare dans l’épître que « l’addresse des Acteurs » et « la magnificence du spectacle » peuvent cacher les défauts de sa pièce. Malgré nos recherches, il nous est impossible de savoir de façon exhaustive quels acteurs de la troupe ont joué Ulysse. On sait d’après les Archives nationales14 qu’après le départ de Floridor en 1647, la direction de la troupe a été donné à Philbert Robin dit le Gaulcher et que Jean Mathée, dit Philandre le remplace provisoirement en tant que comédien. En avril 1647 Nicolas Biet dit Beauchamps et sa femme Françoise Petit s’associent au reste de la troupe alors composée de : Laurent Conseil, Renaud PetitJean, les frères Bedeau et Melle Beaupré. Aucun autre document ne nous permet de savoir si en décembre 1648 la troupe est toujours la même ou si elle a intégré d’autres comédiens. Notons que si le nombre d’hommes est suffisant pour représenter Ulysse, il manque une comédienne pour interpréter l’une des trois sœurs. On peut donc imaginer que d’autres comédiens ont rejoint la troupe ou que son directeur a fait appel à une comédienne « extérieure » pour jouer le rôle manquant. En outre, Ulysse est une pièce « ornée de machines, chants et musiques » où chantent les Sirènes et Circé, toutes les comédiennes ne devaient pas être en mesure de chanter (d’autant plus que l’interprétation devait « ravir » les sens pour plaire au public) et l’on peut penser que la troupe a eu recours à des chanteuses professionnelles, qui ne sont intervenues sur scène que pour la chanson des Sirènes. Quant au chant de Circé, selon une procédure courante dans ce type de pièce, l’une des chanteuses était probablement restée en coulisse pour l’interpréter tandis que la comédienne qui jouait Circé était sur scène.

Réception de la pièce §

L’unique document que nous possédons et qui évoque la création de la pièce est le Dessein, cependant incomplet, paru peu de temps avant la représentation. Celui-ci couvre d’éloges Ulysse qu’il présente comme un chef-d’œuvre. Par manque de documents, il nous est impossible de savoir si le Dessein est parvenu à son but, c’est-à-dire inciter assez de personnes à se rendre à la représentation et surtout, si les spectateurs qui ont vu la pièce s’accordent avec le Dessein pour dire qu’elle est un chef-d’œuvre, du moins qu’elle est une réussite. Il faut néanmoins relativiser le jugement émis dans le Dessein, puisque le but d’un dessein est de faire une publicité efficace de la pièce quelle que soit sa qualité et que, d’après les Frères Parfaict, il aurait été rédigé par son auteur lui-même. Aucun document n’atteste cette idée, Boyer comme Denis Buffequin, qui a écrit le dessein des Amours de Jupiter et de Sémélé, ou même tout autre personne aurait pu l’écrire. Toujours selon les auteurs de l’Histoire du théâtre, Ulysse serait parue avec « quelque éclat, malgré son peu de mérite », déclaration qui laisse penser qu’elle aurait eu du succès. De fait la pièce de Boyer correspond parfaitement aux attentes d’un public qui goûte les intrigues galantes, la tragi-comédie avec ces multiples rebondissements et recherche de plus en plus le spectacle au théâtre. Ces éléments laissent penser qu’en effet la pièce a pu connaître quelque succès au moment de sa représentation bien qu’elle semble vite être tombée dans l’oubli, peut-être perdue dans la floraison de pièces à machines qui va s’étendre jusqu’aux années 1660 et qui consacre surtout en 1650 Andromède comme la pièce à machines type.

Nous ne pouvons donc faire que des conjectures sur la réception d’Ulysse et le seul jugement postérieur que nous possédons sur la pièce est celui des Frères Parfaict :

Cette Piéce est mal construite, et encore plus mal versifiée, et quoique Boyer soit un foible Poëte, on peut cependant dire, qu’il est dans ce Poëme au-dessous de lui-même15 !

Leur critique est assez virulente comme à l’accoutumée quand les Frères Parfaict, en fidèles successeurs de Racine et Boileau, évoquent les œuvres de Boyer et cela même pour celles qui ont eu un succès certain. Il faut donc nuancer la valeur de leurs critiques et ceci d’autant plus que le résumé qu’ils proposent d’Ulysse n’est pas fidèle à l’œuvre et comporte plusieurs méprises :

Euriloche trahit Ulysse parce qu’il est amoureux de Leucosie, nymphe de Circé, de qui il est haï et qui aime Elpenor, autre compagnon d’Ulysse ; Euriloche, secondé de Circé, enlève Leucosie, cette Nymphe réclame l’assistance des Dieux ; il s’élève une tempête, et enfin Euriloche est foudroyé16.

Seule la partie de l’action qui concerne Circé et Ulysse est bien résumée, et si l’on s’en tient uniquement à ce résumé l’on comprend mieux pourquoi les Frères Parfaict jugent la pièce « mal construite ». Il faudra attendre le XXe siècle pour que différents chercheurs rendent compte de certaines qualités de la pièce et du caractère novateur qu’elle a eu à l’époque.

Le traitement des sources §

Les personnages et leurs sources §

L’analyse des personnages dans Ulysse est particulièrement intéressante en regard de leur évolution par rapport aux sources. Boyer conserve dans sa pièce des personnages présents dans l’œuvre de référence mais il ne garde que leur nom et quelques traits de leur caractère pour construire des personnages nouveaux dont l’histoire est différente de celle qui est donnée dans l’Odyssée. Aussi, nous avons pris le parti d’orienter l’examen des personnages selon les transformations qu’ils subissent depuis l’Odyssée et nous reviendrons au cours de l’introduction sur leur étude quand elle est bienvenue pour éclairer certains aspects de la pièce, nous gardant ainsi de toute répétition.

Boyer dans Ulysse opère une véritable redistribution des rôles et rassemble dans un même lieu, l’île de Circé, des personnages qui étaient séparés par plusieurs mers dans l’Odyssée. Dans le poème homérique, Circé vit seule avec ses nymphes sur l’île d’Aiaié, entourée de ses victimes transformées en animaux, mais en aucun cas entourée de sœurs, dont il n’est même fait aucune mention. Dans l’Odyssée, l’on rencontre brièvement Phaëtuse au chant XII, elle est l’une des deux nymphes qui gardent les troupeaux de son père qui n’est autre que le Soleil. Le rapprochement qu’opère Boyer n’a donc rien d’arbitraire mais il est motivé par un lien de sang reconnu dans l’Odyssée et qu’Euriloche rappelle aux vers 366-370. Boyer, à partir d’un lien fraternel à peine évoqué par Homère, crée donc une intrigue originale où les relations entre les trois sœurs, ponctuées de rivalité, de reconnaissance ou de désaccords, ont une place importante. À ce sujet, quelques critiques ont vu une rivalité politique entre les filles du Soleil, notamment entre Circé et Phaëtuse puisque la première détient le pouvoir qui revient légitimement à la seconde. Cette illégitimité qui dépeint Circé sous les traits d’un tyran (à cette époque en effet toute personne qui détenait un pouvoir illégitime était considérée comme tel) est exprimée à plusieurs reprises. Elle fait notamment l’objet d’un récit d’Euriloche qui rappelle sa fuite de l’île où elle régnait après avoir tué le roi son époux et sa prise du pouvoir qu’elle détient toujours alors que Phaëtuse est devenue apte à l’exercer. L’image tyrannique de Circé s’avère elle aussi motivée par les références mythologiques puisque l’épisode de l’empoisonnement du roi des Sarmates y est attesté et qu’il est précisé que Circé aurait voulu commander son peuple seule. Boyer exploite donc cet épisode mais, il demeure qu’il n’existe aucune rivalité entre les deux sœurs dans Ulysse et pour cause, Phaëtuse est une amoureuse passionnée qui borne son ambition à être aimé d’Elpenor et, pleine de reconnaissance, elle manifeste à deux reprises son refus de reprendre le pouvoir et le laisse volontiers à Circé qui pourtant voulait le lui rendre. La pièce ne présente donc pas de rivalité entre les deux sœurs et la question du pouvoir n’influe pas sur leurs relations mais plutôt sur les intérêts que les compagnons d’Ulysse, principalement d’Euriloche, ont pour Phaëtuse et sur leurs desseins. La querelle qui a lieu entre Elpenor et Euriloche est en effet liée à cette question et la prétention au pouvoir de Phaëtuse a un intérêt dramatique. Leucosie quant à elle ne prend aucune part à la question politique, elle est la cadette et n’a donc aucune prétention au trône.

Venons en à ce personnage dont le lien fraternel avec Circé et Phaëtuse reste moins évident, il faut pour cela se référer principalement à la mythologie et non plus à l’œuvre d’Homère. En effet, la cadette des sœurs n’est pas nommée dans l’Odyssée mais ce nom est constamment mentionné dans la mythologie comme étant celui de l’une des Sirènes, elles-mêmes au nombre de trois : Leucosie, Parthénopé et Ligée. Les Sirènes ont un rôle important dans le périple d’Ulysse pourtant, Homère ne s’attarde pas à les décrire ni même à évoquer leur filiation alors qu’il le fait pour de nombreux autres personnages. Sans doute parce que tous ses auditeurs connaissaient les fameuses Sirènes et qu’il lui devenait fastidieux voire inutile de s’attarder sur leur description. L’épisode des Sirènes est donc bref dans l’Odyssée et Boyer pour trouver le nom de la troisième sœur a pu s’inspirer des Travaux d’Ulysse de Durval, où Leucosie est présente en tant que Sirène. De fille du fleuve Achéloüs, Leucosie devient fille du Soleil chez Boyer, mais elle reste quelque peu en retrait dans la pièce face à ces deux sœurs. D’après les propos d’Euriloche (v. 375-382) Leucosie n’aurait d’autre qualité que l’amour qu’elle lui porte tandis que ses sœurs ont le pouvoir (à la fois magique et politique pour Circé) et la beauté (Phaëtuse, qui elle aussi peut prétendre à la couronne). Leucosie appartient donc au commun des mortels et a le désavantage d’être « née un degré trop loin de la Couronne » (v. 573). De fait, dans la pièce elle est aussi la seule qui ne fait pas mention de sa filiation divine, évoquée parfois par les deux autres avec orgueil (v. 612-614 pour Phaëtuse et v. 1428-1434 pour Circé qui rappelle son rang quand elle est outragée). Leucosie, éprise d’un amour aveuglant pour Euriloche, va même jusqu’à rejeter les devoirs impliqués par ce lien fraternel et « offenser la nature » (v. 710) en s’opposant à Phaëtuse, elle sort ainsi du clan familial et en paiera le prix avec la trahison d’Euriloche. Leucosie n’a aucune prétention au trône si bien que dans la pièce elle a un rôle d’amoureuse, et qui plus est une amoureuse naïve qui croit aveuglément celui qu’elle aime. Sa naïveté est suggérée par l’étymologie même de son nom qui évoque la candeur et la blancheur et son personnage correspond à l’ethos des jeunes filles amoureuses de réputation naïves. Sa naïveté n’est pas gratuite : Boyer l’exploite pour lui donner un rôle décisif dans l’action. Il était en effet nécessaire qu’elle crût Euriloche sincère, malgré les avertissements de Phaëtuse, et fasse ainsi amarrer les vaisseaux qui permettront non pas la fuite d’Ulysse mais l’enlèvement de sa sœur aînée. Leucosie possède donc un rôle important dans la conduite de l’intrigue puisque son soutien permet à Euriloche d’arriver à ses fins (v. 1645-1646).

On apprécie ainsi comment Boyer a construit les personnages féminins et leurs relations en s’inspirant notamment de leur généalogie : la filiation du Soleil justifie que la question du pouvoir soit partagée entre Circé et Phaëtuse, tandis que Leucosie, à l’instar des Sirènes dont le chant était destiné à retenir les voyageurs auprès d’elles, garde en partie le rôle de celle qui tente de retenir son amant sur l’île. L’on pourrait dire que Leucosie a conservé quelques traits de son passé de Sirène et même, qu’elle peut être rapprochée des Sirènes de Boyer : celles-ci sont dédaignées par les Tritons et Leucosie l’est par Euriloche. Aussi, leur chanson, qui est une plainte amoureuse, pourrait être la sienne quand elle apprend l’ingratitude de son amant.

L’île d’Aiaié est gouvernée par des personnages féminins et Mélante, l’unique personnage totalement créé par Boyer, est aussi la seule présence masculine de l’île, mis à part les hôtes de Circé auxquels nous allons à présent nous intéresser. Tous sont aussi présents dans l’Odyssée et Boyer, en ayant toujours à l’esprit leur « original » homérique, prend les mêmes libertés pour la création des personnages masculins.

En ce qui concerne Ulysse, nous pouvons nous référer à Boyer lui-même qui déclare dans son épître :

Ce n’est que l’image d’un si grand homme, que je viens mettre à vos pieds sous la foible imitation d’une vertu si heroique.

Et, de fait, dans la pièce l’on reconnaît bien l’Ulysse de L’Odyssée : le héros « aux milles tours », habile trompeur qui a toujours une arrière pensé et parfait rhéteur qui multiplie les ruses pour parvenir à ses fins. Il est aussi celui qui séjourne dans des lieux idylliques où vivent des femmes éprises de lui : c’est le cas de Circé dont l’amour est des plus passionnés dans la pièce de Boyer. Ulysse apparaît aussi héroïque que chez Homère, même si les raisons de prouver son héroïsme n’ont pas la même nature, et il ne craint pas d’affronter la terrible colère de Circé, qui devient chez Boyer un autre « monstre à combattre », ni de descendre aux Enfers. Ulysse consent à affronter ces dangers pour d’autres raisons qu’une gloire guerrière, il s’agit pour lui de pouvoir retrouver son épouse. Il n’est donc pas en proie aux mêmes transports dans l’Odyssée que dans Ulysse si bien que le personnage réagit différemment quand il apprend que de nombreux prétendants ambitionnent son trône et de la même façon convoitent Pénélope. Dans l’Odyssée, il se résout à les tuer surtout pour les punir de leur manque de respect tandis que chez Boyer, Ulysse, influencé par le songe mensonger, est en proie à une vive jalousie qui le fait douter de Pénélope. L’Ulysse de Boyer est donc plus attentif à la voix de sa passion qu’à celle de sa gloire guerrière, qui est elle-même balayée par une nouvelle forme de gloire : celle de la fidélité, que ce soit celle de sa femme ou la sienne (tandis que chez Homère il était seulement question de la fidélité de Pénélope) . Si bien qu’il apparaît dans Ulysse bien plus constant qu’il ne l’est dans l’Odyssée, se repentant même d’avoir failli manquer à son devoir de fidélité (v.138-145) . La nuance entre les deux Ulysse s’explique donc par le fait que Boyer a rendu son personnage plus passionné mais aussi plus bienséant d’un point de vue moral, conformément aux attentes de son époque.

Dans l’Odyssée, Ulysse est aussi celui qui pleure la perte de ses compagnons et qui tente de leur épargner la mort ou un sort pénible. Tel est l’Ulysse de Boyer, tout autant attaché à Euriloche, Elpenor et Périmède. Ses compagnons sont les mêmes d’une œuvre à l’autre et chez Homère, l’on découvre pour la première fois Euriloche et Elpenor dans le chant X puis Périmède au chant XI. Ce dernier n’est pas un des personnages les plus présents sur scène mais malgré tout Boyer lui a donné un rôle bien plus important qu’il n’avait chez Homère (il n’est cité que deux fois dans l’Odyssée) . Dans Ulysse, il est l’un des éléments déclencheurs de l’action puisqu’il remet au héros la missive de Pénélope, celle qui « rallume ses soupirs » et le convainc de partir. Notons à ce propos que chez Boyer, Périmède a pris la place de Télémaque, le fils d’Ulysse, qui était parti à la recherche de son père dans l’Odyssée (v.11) . Cette recherche du père par son fils occupe une place importante dans L’Odyssée mais celle-ci n’étant pas le sujet de la pièce, Boyer aura préféré l’occulter et changer l’identité du personnage. Cela se justifie d’autant plus que donner à Périmède le rôle de messager, c’était aussi donner un allié et un confident au traître Euriloche. Périmède correspond ainsi tout à fait au rôle bien connu du confident et il permet d’instruire le public sur la vraie nature d’Euriloche qui se confie à lui. Bien plus qu’un simple confident, Périmède est le double d’Euriloche et se définit par les mêmes traits de caractères qu’il énonce du vers 262 au vers 270. Il était nécessaire à Boyer de ne pas respecter L’Odyssée sans quoi, par respect des bienséances cette alliance du messager avec le traître eût été impossible : on concevait difficilement qu’un fils puissent trahir son père. Par commodité et souci des bienséances, Boyer recrée donc ce personnage, mais là encore cette création est peu arbitraire et le remplaçant de Télémaque était presque déjà tout désigné dans le texte d’Homère. Il y apparaît en effet toujours associé à Euriloche : « Euryloque, aidé de Périmède »17, « Euryloque venait, aidé de Périmède »18, et il n’y a plus rien d’étonnant au fait que Périmède dans la pièce se présente comme l’« executeur fidelle » d’Euriloche et non pas d’Ulysse tel qu’il le devrait. Du simple auxiliaire Périmède a été promu au statut de confident d’Euriloche et de traître.

À l’opposé de Périmède, dans L’Odyssée Euriloche est le compagnon d’Ulysse le plus souvent nommé du chant X jusqu’au chant XII. Non pas car il serait son parent (Ulysse au vers 441 du chant X le désigne ainsi : « quoiqu’il fût mon parent, et même des plus proches » )19 mais surtout parce qu’il avait un rôle déjà important dans le poème homérique et un statut de rival lui aussi fortement suggéré. De tous les compagnons d’Ulysse, Euriloche est celui qui prend le plus la parole et il la prend la plupart du temps pour s’opposer à ses commandements. L’opposition est d’abord marquée symboliquement au moment où, arrivée sur l’île de Circé, la flotte se divise en deux groupes afin que l’un aille en reconnaissance visiter l’île. Ulysse est le chef du premier tandis qu’Euriloche dirige le deuxième. L’opposition à Ulysse est ensuite plus concrète : après le récit de la métamorphose de ses compagnons en porc par Circé, Euriloche refuse de suivre Ulysse chez la déesse et tente de le dissuader d’y aller. L’on peut faire le parallèle avec la scène (I, 4) où Euriloche tente de dissuader Ulysse de rentrer à Ithaque en invoquant tous les dangers encourus. Il faut souligner qu’au cours de l’épisode de la métamorphose, Euriloche se montre particulièrement rusé et se rapproche par là d’Ulysse, c’est en effet le seul du groupe des vingt-deux hommes qui a assez de prudence pour se cacher de Circé et ne pas boire le funeste breuvage. Plus tard, au chant XII, il est le responsable de la dissension qui perd tous les gens d’Ulysse : c’est en effet lui qui les incite à tuer les plus beaux bœufs du Soleil contre la mise en garde d’Ulysse et cela malgré le serment que tous lui avaient fait de ne pas toucher aux troupeaux. Prudence et art de la conviction sont généralement les attributs d’Ulysse, on les retrouve néanmoins chez Euriloche (face à Leucosie notamment) ce qui le prédisposait au rôle du traître, le traître étant par essence le double antithétique du héros. De ce fait, l’adresse d’Euriloche est condamnable car elle est au service de sa traîtrise. Comme l’Euriloche d’Homère, il échoue et périt car emporté par l’hybris il ne craint pas les dieux dont la colère pourtant le perdra. Euriloche possédait donc déjà chez Homère la plupart des traits relatifs au personnage du traître, Boyer les a accentués mais il a aussi multiplié les causes de traîtrise : Euriloche devient traître en amour et rival d’Elpenor, en plus d’être traître à l’honneur et à Ulysse en dénonçant, par le biais de Leucosie, ses intentions à Circé.

Elpenor pour sa part est sujet à plusieurs métamorphoses vis-à-vis de son original Homérique : dans l’Odyssée il est désigné par Ulysse comme « le plus jeune d’entre [eux], […] le moins brave au combat, le moins sage au conseil »20, défauts qu’il ne cumule pas dans la pièce de Boyer. Bien au contraire, on découvre un Elpenor qui se dit prêt à affronter Circé, la terrible déesse, dont Ulysse lui-même craint la colère, afin de rendre à celle qu’il aime la couronne qui lui revient de droit. Elpenor chez Boyer se veut donc courageux et s’il n’entreprend rien contre Circé ou ne se venge pas de l’offense d’Euriloche, si bien que sa bravoure ne peut être vérifiée, c’est parce Boyer fait d’Elpenor un homme« sage au conseil » de sa maîtresse Phaëtuse à laquelle il est totalement dévoué. De mauvais guerrier, il devient chez Boyer un modèle d’amant (voir la partie sur l’amour et la galanterie) . L’unique point commun entre Homère et Boyer est la mort d’Elpenor mais elle se produit dans des circonstances assez différentes. Dans l’Odyssée la mort d’Elpenor est contée par Ulysse à la fin du chant X et ce récit correspond à sa première apparition dans l’histoire. Rappelons brièvement la cause de sa mort : trop enivré de vin après un banquet, Elpenor était allé s’assoupir au frais sur le toit de la demeure de Circé. Réveillé subitement et n’ayant plus souvenir d’être sur un toit, il fait une chute mortelle. Cette mort n’a rien de glorieux si bien qu’au chant suivant quand Ulysse le rencontre aux Enfers, Elpenor en exagère quelque peu l’héroïsme avant de supplier Ulysse de lui rendre les honneurs funèbres dus aux héros. Aussi, la « réhabilitation » du personnage chez Boyer ne se fait pas que du point de vue du caractère, Elpenor dans Ulysse meurt sous les traîtres coups d’Euriloche et supplie Leucosie de secourir Phaëtuse plutôt que de tenter de le sauver. À partir de la résolution de faire périr les deux compagnons, conformément à l’Odyssée et en accord avec une intrigue amoureuse, Boyer a construit ses personnages de façon à ce qu’ils soient rivaux et surtout que leur caractère s’oppose afin que l’un puisse éliminer l’autre. Ces caractères étaient tout trouvés dans les types du traître sans scrupules et du galant.

Le traitement dramatique des sources §

La source antique : l’Odyssée d’Homère §

La redistribution des personnages de l’Odyssée et leur évolution ne va pas sans une reconstruction de l’épopée homérique, elle y trouve même sa cause. Dans l’épître Boyer souligne que sa pièce n’a pas conservé « toutes les beautez de son original », bien plus qu’une omission de certains épisodes de l’Odyssée, Boyer les a ordonnés différemment afin de créer une intrigue nouvelle. Cette nouvelle distribution est d’ores et déjà perceptible dans le titre qui rapproche deux épisodes appartenant à deux chants différents de l’Odyssée. Le séjour d’Ulysse chez Circé est l’un des épisodes les plus connus de l’épopée et il a lieu au chant X : Ulysse, après sa visite aux Enfers, retourne un bref instant chez Circé avant de la quitter définitivement accompagné d’Euriloche. Son foudroiement n’a donc pas lieu dans le même épisode chez Homère et c’est au chant XII qu’il se produit. La première originalité de Boyer est donc de rassembler ces deux épisodes sur un même plan, le foudroiement d’Euriloche devenant une réinterprétation de la première partie du titre et devenant lui-même un épisode du séjour chez Circé et non plus du périple d’Ulysse. Il ne s’agit donc pas de transposer dramatiquement les chants X à XII de l’Odyssée tels quels, le titre ne dit pas que l’action se produit durant le laps de temps qui couvre ces deux chants mais que l’action réintègre des épisodes de l’Odyssée différemment. De sorte que les épisodes du chant des Sirènes, de la descente aux Enfers, de la mort d’Elpenor (nous l’avons vu précédemment) et du foudroiement d’Euriloche par Jupiter n’ont plus les mêmes motivations ni la même nature et, qu’ils n’apparaissent pas selon la même chronologie dans les deux œuvres. Etudions les plus précisément.

L’épisode du séjour chez Circé est reconsidéré selon la perspective d’une intrigue amoureuse, ce qui explique l’évolution des personnages mais aussi qu’il soit question d’un mariage entre Circé et Ulysse dès la scène 4 de l’acte I, mariage dont il n’est fait aucune mention chez Homère. Dans l’Odyssée, Ulysse partage uniquement la couche de Circé mais aucune relation amoureuse n’est développée ni même évoquée. Aussi, lorsque Ulysse lui annonce son intention de partir, la déesse ne s’y oppose en rien et lui recommande même un voyage aux Enfers pour mieux mener la suite de son voyage. L’on apprécie l’évolution du personnage qui d’adjuvante passe au statut de l’opposant, Boyer ayant fait naître en elle un amour passionnée pour Ulysse.

Circé ne s’oppose pas au départ d’Ulysse et les motivations de ce départ ne sont pas non plus les mêmes : dans l’Odyssée il est motivé par les reproches que l’équipage fait à Ulysse d’oublier le retour à Ithaque. Dans la pièce de Boyer, seul Ulysse est résolu de rentrer tandis que ses compagnons y sont plus réticents : les beautés de l’île ne leur font pas regretter la Grèce et surtout, ils y ont trouvé l’amour. C’est l’amour lui-même qui incite Ulysse à quitter Circé par le biais d’une lettre qui laisse entendre la voix de Pénélope, absente sur scène mais dont le rôle reste important. Cette lettre qui a un intérêt dramatique est une invention de Boyer dont le contenu rappelle toutefois le discours que Pénélope tient à un étranger (qui n’est autre qu’Ulysse déguisé) dans le chant XIX (v. 124-164) : elle y fait la description de ses tourments tandis que la Pénélope de Boyer évoque son « supplice », explique que seule la présence d’Ulysse à ses côtés lui donne sa valeur rappelant ainsi les vers 123-125 de la pièce et évoque un instant la mort de Laërte comme raison de son subterfuge destiné en réalité à repousser ses prétendants (v. 146-148) . Boyer s’est sûrement inspiré du discours de la Pénélope d’Homère mais, toute la différence, puisque l’intrigue est amoureuse, réside dans le reproche amoureux que formule la Pénélope de Boyer et qui pousse Ulysse à partir. Dès lors, une partie de l’enjeu de la pièce est mis en place : Ulysse résolu de retourner auprès de son épouse va-t-il pouvoir contrer la terrible et passionnée Circé ? C’est autour de cet enjeu principal que Boyer dispose avec originalité les épisodes homériques cités plus tôt.

Le premier épisode que Boyer modifie est celui du chant des Sirènes, très tôt annoncé dans la pièce (dès le vers 42 par Eole) . Il se produit aussi bien plus tôt que dans l’Odyssée où il avait lieu au chant XII après qu’Ulysse était descendu aux Enfers et avait quitté l’île de Circé. Boyer opère un rapprochement temporel et géographique et, pour apprécier les autres modifications qu’il apporte, on résumera brièvement la façon dont l’épisode est traité chez Homère. Dans l’Odyssée, Ulysse aborde le rivage des Sirènes après avoir quitté l’île de Circé, ce qui présente l’intérêt de pouvoir être averti par la déesse du danger que représente pour lui et ses gens leur chant mortel. Sur son conseil, il bouche les oreilles de ses compagnons avec de la cire, se fait attacher à un mât et ordonne qu’on ne le délie sous aucun prétexte. Grâce aux précautions d’Ulysse et à l’obéissance de ses compagnons, la flotte s’éloigne de l’île des Sirènes sans dommage. On apprécie aussitôt le changement de nature que subit le chant des Sirènes : il n’est plus un chant mortel mais devient un chant amoureux présenté comme un divertissement. Boyer n’en fait plus qu’un « concert », ou plutôt, c’est Circé qui permet à Ulysse et sa suite (qui, chez Homère, n’avait pu écouter le chant des sirènes) de pouvoir l’écouter sans aucun danger :

Car n’apprehendez point que leurs chants infidelles
Nous dressent maintenant des embusches mortelles ;
J’ay fait que leur concert n’a rien de dangereux,

L’adverbe « maintenant » souligne l’évolution depuis l’Odyssée, le chant des Sirènes n’est plus une étape risquée du voyage d’Ulysse mais un divertissement. Et puisque ce chant n’a plus rien de mortifère, les Sirènes peuvent le chanter sur scène devant tous les personnages et devant le public. Le chant devenu concert se produit à la scène 8 de l’acte I où les paroles des Sirènes sont retranscrites : autre différence importante avec l’Odyssée où il est seulement dit que les Sirènes chantent sans que leurs paroles soient données. Ulysse dans l’Odyssée est donc le seul à entendre ce chant, qui lui est personnellement adressé, tandis que chez Boyer le chant ne s’adresse plus qu’à des destinataires inventés, les Tritons, dans la mesure où

Tout leur but est de plaire aux Tritons amoureux.

Bien plus que pour offrir un spectacle inédit à son public, Boyer exploite ce chant qui était toujours resté mystérieux depuis l’Odyssée afin de lui donner une tonalité amoureuse qui éclaire les relations des personnages dans la pièce, faites d’amours non réciproques. De sorte que les Sirènes s’adressent au dieu de l’Amour à qui elles se plaignent d’être éconduites. Elles-mêmes connaissent des transformations dans la pièce de Boyer : de redoutables et « perfides » meurtrières elles deviennent des proies de l’Amour. Leur chant est une pure chanson d’amour qui constitue dans la pièce un intermède musical et une pause dans l’action, du moins une pause dans le long récit qu’Euriloche fait à Périmède , interrompu par le concert, il reprend une fois celui-ci fini. Le concert des Sirènes n’a pas de fonction dramatique mais plutôt un aspect pratique et symbolique, il donne en partie le ton de la pièce et l’on pourrait y voir une réminiscence du chœur antique dont les propos étaient souvent des commentaires de l’action. Notons néanmoins que Boyer prépare le concert de la même façon qu’Homère, l’atmosphère décrite par Ulysse avant la rencontre avec les Sirènes,

Soudain, la brise tombe ; un calme sans haleine s’établit sur les flots qu’un dieu vient endormir21.

a fortement inspiré Boyer qui fait intervenir explicitement le dieu Eole afin de créer le même « calme » évoqué dans les deux textes :

Le calme, que je laisse en garde à mes Zéphirs,
Les invite encor mieux à ces nouveaux plaisirs.

Ce calme, annonciateur du « concert », est aussi souligné à la scène suivante par Ulysse :

[…] le calme est si beau
Qu’on ne voit plus troubler l’égalité de l’eau,
Que par quelques Zephirs, dont les foibles haleines
Prestent un air tranquille au doux chant des Syrenes.

Boyer reproduit donc l’atmosphère de l’Odyssée avec l’unique différence que le calme soudain n’est pas porteur d’une funeste tension, il participe comme le dit Ulysse à la douceur du chant.

Le second épisode de l’Odyssée traité dans la pièce est la descente d’Ulysse aux Enfers. Rappelons que dans L’Odyssée, Ulysse descend aux Enfers d’après les recommandations de Circé afin d’y trouver le devin Tirésias et obtenir de lui des conseils pour mener au mieux la suite de son périple. Le traitement de ce passage connaît lui aussi de nombreuses modifications. D’abord sur les motivations qui poussent Ulysse à descendre aux Enfers : alors que dans l’Odyssée Circé convainc Ulysse réticent de se rendre aux Enfers, dans Ulysse c’est le héros qui doit convaincre Circé à son tour réservée de le faire descendre dans l’Hadès (v. 937-955) . Il fallait donc invoquer un autre motif qui poussât Ulysse à cette résolution, et il était tout trouvé dans les doutes provoqués en lui par le songe mensonger de Circé. L’intrigue amoureuse redessine donc tous les épisodes de l’Odyssée et l’épisode des Enfers est reconsidéré dans cette perspective. De sorte que chez Boyer, Ulysse rencontre Tirésias par hasard (v. 1331-1334) et que le devin a un nouveau rôle qui est de détromper Ulysse sur les prétendues infidélités et mort de son épouse en lui dévoilant l’artifice de Circé. Les prophéties de Tirésias concernent donc le présent de l’action et non plus comme dans l’Odyssée les péripéties à venir. Celles-ci n’ont en effet aucune place dans l’intrigue amoureuse si bien qu’il aurait été superflu de les conserver, d’autant plus que la principale prophétie de Tirésias dans l’Odyssée concerne l’épisode des troupeaux du Soleil, lui aussi modifié par Boyer. Le fameux devin a perdu de sa puissance, d’une part face à Circé contre qui sa magie est impuissante (v. 1389-1392) et d’autre part du fait que ses « prophéties » ne se bornent plus qu’à détromper au présent des illusions formées dans le passé. Ainsi Tirésias n’indique pas à Ulysse comment il peut échapper à Circé et lui indique seulement de faire confiance en son adresse. À la fin de la scène, Ulysse reste seul et s’interroge sur la façon dont il va pouvoir triompher de Circé. L’on entrevoit la portée dramatique du nouveau Tirésias qui permet de relancer l’action (nous ne sommes à ce moment qu’à la scène 5 de l’acte IV) et de maintenir l’incertitude sur le dénouement de la pièce. De même, dans le poème homérique Ulysse rencontre une multitude impressionnante de personnages lorsqu’il descend aux Enfers, parmi eux Elpenor qui est déjà mort dans l’Odyssée, mais aussi Sisyphe qu’Ulysse rencontre avant Tirésias dans la pièce. Là encore, la chronologie est inversée : chez Homère, Ulysse rencontre d’abord Tirésias puis entrevoit seulement Sisyphe avec lequel il ne dialogue pas et dont il décrit seulement le supplice. L’entrevue avec Sisyphe possède un bref intérêt dramaturgique qui est d’accroître l’intensité dramatique dans la mesure où il conforte Ulysse dans ses illusions, et, avant que Tirésias n’arrive, tout laisse le public penser qu’Ulysse crédule est définitivement dupé. L’entretien avec Sisyphe permet aussi de construire un anti-héros qui souligne par un jeu d’oppositions les qualités d’Ulysse. Boyer, en outre, se réfère à une tradition post-homérique qui désigne Sisyphe comme l’aïeul d’Ulysse et la valeur d’Ulysse apparaît d’autant plus grande que grande est l’infamie de Sisyphe dont il n’a pas hérité. L’infamie de Sisyphe étant avérée, son supplice est justifié et donne l’occasion à Boyer de déployer un début de réflexion sur la justice qui sera poursuivie avec l’apparition de Jupiter. Il reste que la confrontation d’Ulysse avec Sisyphe n’est pas réellement déterminante d’un point de vue dramatique et qu’elle permet surtout à Boyer de pouvoir introduire le spectaculaire, le supplice de Sisyphe étant bien plus impressionnant que l’apparition de « simples » ombres avec lesquelles Ulysse s’entretient dans l’Odyssée.

Le dernier épisode homérique repris par Boyer fournit une partie du dénouement de la pièce, il s’agit de l’épisode des troupeaux du Soleil raconté dans le chant XII de l’Odyssée : après qu’Ulysse et sa flotte ont échappé aux Sirènes, ils arrivent sur l’île du Trident où paissent les troupeaux du Soleil. Ulysse, dans les Enfers, avait été averti par Tirésias qu’il ne devait pas toucher aux bêtes, recommandation répétée par Circé avant son départ, sans quoi il perdrait ses hommes et ses vaisseaux, mise en garde qu’il ne manque pas de faire à son tour à ses hommes lorsqu’ils arrivent sur l’île. Mais le séjour dure et les vivres s’épuisent, si bien que ceux-ci, poussés par la faim et par Euriloque qui les en convainc, tuent les bœufs du Soleil. Sept jours plus tard, alors qu’ils sont repus, le châtiment est accompli : Zeus, à qui le Soleil a réclamé justice, punit les profanateurs. À propos de leur châtiment, Ulysse rapporte ceci :

Zeus tonne en même temps et foudroie le vaisseau. La foudre vient frapper le vaisseau qui capote et que le souffre emplit ; tous mes gens sont à l’eau. Mes gens sont emportés par les vagues22.

Certes, notre texte d’appui pour l’Odyssée reste une traduction de Victor Bérard qui date de 1931 et n’est pas le texte que Boyer a eu sous les yeux mais, il n’en reste pas moins que les ressemblances sont frappantes. Boyer, s’il transpose bien plus tôt que dans l’Odyssée le foudroiement d’Euriloche et de Périmède aux abords de l’île de Circé et non plus du Trident, conserve les modalités de l’exécution de la justice par Jupiter dans l’Odyssée. Ulyssse a donc le même dénouement que le chant XII mais ce dénouement n’est pas amené par les mêmes causes. En effet, comme dans l’Odyssée, Euriloche par l’enlèvement de Phaëtuse n’offense pas seulement la jeune fille mais aussi son père qui a un rôle déterminant dans l’exécution du traître. Dans les deux textes, le Soleil offensé s’en remet à la justice de Jupiter à qui il se plaint dans des discours presque similaires. Ainsi, tous deux, avant de commencer leurs plaintes, n’hésitent pas à rappeler leur filiation avec le dieu tout puissant afin de mieux le persuader d’exécuter leur requête. Plus intéressantes sont les fins de leurs discours respectifs où tous deux ont recours à la même menace. Dans l’Odyssée, le Soleil finit ainsi :

Si je n’en obtiens pas la rançon [du meurtre de ses bêtes] que j’attends, je plonge dans l’Hadès et brille pour les morts.23

Et dans Ulysse, il conclut par :

Prenez tous les transports de mon ressentiment ;
Ou souffrez pour le moins qu’un pere miserable
Retire ses clartez de dessus un coupable,
Et d’un soudain eclipse expliquant son malheur
Invite tout le monde à vanger sa douleur.

Si le Soleil de Boyer est moins catégorique par la menace d’une éclipse temporaire en comparaison de celui d’Homère qui promet une nuit définitive, l’idée reste la même puisqu’il s’agit de plonger le monde dans l’obscurité. Zeus pour Homère et Jupiter pour Boyer, qui jugent que la plainte de leur fils est juste, les mettent en garde d’exécuter ce dessein puisque leur demande va être satisfaite. Il faut enfin noter la différence de longueur des discours respectifs, très courts et qui vont à l’essentiel chez Homère, plus longs chez Boyer et qui permettent de développer le thème de la justice idéale. Boyer parvient donc avec habileté à transposer cet épisode du foudroiement d’Euriloche afin de dénouer sa pièce. Il en garde l’idée principale qui est l’offense faite au Soleil et va jusqu’à exploiter l’épisode pour développer une réflexion sur l’exercice de la justice24.

Boyer concentre donc l’intrigue de sa pièce sur un épisode précis de l’Odyssée, le séjour d’Ulysse chez Circé, qu’il transforme en une intrigue amoureuse à laquelle il soumet les trois autres épisodes qui ont des fonctions différentes dans le déroulement de l’action. Chaque épisode du poème homérique est reconsidéré de façon à former une intrigue cohérente mais aussi personnelle et originale. Boyer donne ainsi une nouvelle image du séjour d’Ulysse chez Circé et l’on peut mieux comprendre pourquoi, dans une œuvre aussi importante que l’Odyssée, Boyer a choisi de se concentrer sur l’épisode du chant X. En effet, Circé est connue dans toute la mythologie pour ses nombreuses amours, dont ceux avec Ulysse, qui ont souvent eu une issue funeste. Ainsi Circé, comme il est rappelé dans la pièce, a empoisonné son époux infidèle mais, par dépit, elle a aussi transformé Scylla, que Glaucus lui préférait, en monstre marin afin d’écarter sa rivale. L’histoire de Circé et de ses amours rend donc possible et vraisemblable le personnage de Boyer mais surtout, elle était à même d’inspirer une intrigue amoureuse. Aussi, le séjour d’Ulysse chez Circé avait déjà gagné en galanterie dans la transposition dramatique qu’avait fait Durval de l’Odyssée.

Une source moderne : Les Travaux d’Ulysse de Durval §

L’autre source d’inspiration incontestable à quelques égards est la « tragé-comédie tirée d’Homère »25 intitulée Les Travaux d’Ulysse de Durval qui a été créée en avril 1630 devant le roi à Fontainebleau et a ensuite été rejouée plusieurs fois à l’Hôtel de Bourgogne. Créée dix-huit ans plus tôt que la pièce de Boyer, celle de Durval n’est pourtant pas tombée dans l’oubli en 1648 puisqu’elle est citée dans le Dessein de notre pièce :

Il étoit nécessaire de détromper tous ceux qui confondent Ulysse dans l’Isle de Circé, avec une vieille Piéce intitulée, Les Travaux d’Ulysse26,

« vieille Piéce » certes mais l’auteur du Dessein a ressenti le besoin de préciser que Les Travaux d’Ulysse et Ulysse dans l’isle de Circé étaient deux œuvres différentes afin que le public ne les confonde pas. Ne les confondons donc pas, mais comparons les un peu afin d’apprécier dans quelle mesure la pièce de Durval a inspiré Boyer. H. C. Lancaster après avoir résumé la pièce de Durval et montré que l’aspect spectaculaire fait partie des éléments les plus importants de cette pièce déclare :

Cet élément spectaculaire peut avoir conduit Boyer à traiter le même sujet dans Ulysse, une tragi-comédie jouée sur le Théâtre des machines du Marais au cours de l’année 164827

l’on ne peut contester cette hypothèse même si l’œuvre de Durval se présente plutôt comme une pièce « à merveilles28 » car elle a finalement peu recours à la machinerie (ce qui s’explique notamment par une machinerie encore rudimentaire à l’époque) .

La comparaison des deux œuvres reste donc plus intéressante d’un point de vue dramaturgique car c’est à ce niveau que l’influence de Durval est la plus évidente. En effet, les deux pièces commencent et finissent de la même façon c’est-à-dire avec l’apparition d’Eole en guise de début puis de Jupiter et du Soleil en guise de fin. Signalons toutefois que chez Durval, Ulysse apparaît dès la première scène et ouvre même le discours : c’est lui qui prend en charge l’exposition et informe le spectateur de son dernier périple : il s’agit du séjour chez Eole qui avant leur départ lui a remis l’outre contenant les vents. Durval suit parfaitement l’œuvre homérique et l’on apprend qu’Ulysse est de retour sur les terres du dieu après que ses compagnons ont ouvert l’outre. Quand la pièce commence, Ulysse n’a pas encore revu Eole et le spectateur assiste à leur seconde entrevue. C’est au cours de cette entrevue que les deux œuvres diffèrent. Dans la pièce de Durval, avant qu’Eole ne revoie Ulysse, il est aussi occupé à courroucer ses vents désobéissants à l’origine de « furieux tourbillons »29, mais la cause de leur désobéissance n’est cependant pas la même : liée au courroux de Neptune pour Boyer, elle est conforme à l’Odyssée pour Durval. Si bien qu’Eole s’étonne de voir ses sujets libérés tandis qu’ils devraient être enfermés dans l’outre d’Ulysse, le dieu leur demande de ses nouvelles avant de l’apercevoir sur son rivage. Si Boyer, comme Durval, a recours au dieu pour ouvrir sa pièce, soulignons que dans Ulysse l’ « Ithaquois » ne le rencontre pas à nouveau : c’est par l’intermédiaire de Périmède qu’Eole aide une nouvelle fois Ulysse, tandis que dans Les Travaux d’Ulysse la bonté passée d’Eole se transforme en vif courroux au point qu’il souhaite la mort du héros maudit des dieux. La scène se clôt sur une brève réponse d’Ulysse et la scène 2 nous le présente avec Antiphate et les Lestrygons. Les deux pièces commencent donc avec l’intervention du même dieu courroucé mais Durval respecte fidèlement l’Odyssée alors que Boyer s’en détourne. L’influence de Durval doit donc être nuancée, Boyer n’a pas suivi en tout point l’œuvre de son prédécesseur, loin de là. Preuve en est que Durval respecte scrupuleusement le récit homérique dans la chronologie des péripéties : Ulysse rencontre les Lestrygons tout comme dans L’Odyssée une fois qu’il a été chassé de l’île d’Eole puis l’on assiste à la métamorphose des compagnons d’Ulysse en porcs que Boyer n’évoque pas puisqu’il fait débuter sa pièce à la fin du séjour d’Ulysse chez Circé, cet épisode faisant donc uniquement le sujet d’un souvenir. Dans la pièce de Durval, Ulysse affronte aussi Scylla et Charibbe avant de rencontrer les Sirènes. Circé, quant à elle, apparaît pour la première fois à la scène 3 où elle interpelle les Sirènes pour les inciter à rejoindre son « école » de magie. Circé rappelle alors sa puissance à travers un discours de thaumaturgie, passage incontournable des pièces dont les personnages sont en partie des dieux ou des puissantes magiciennes. Deux scènes plus loin, Ulysse et ses compagnons, Euriloche et Elpenor qui chez Durval sont inséparables et toujours du même avis, sont confrontés au chant des Sirènes. Comme chez Homère, le chant n’est pas retranscrit, il est seulement évoqué mais il n’apparaît déjà plus meurtrier puisque Ulysse et ses compagnons poursuivent leur route. C’est à l’acte II que Durval transpose l’épisode d’Ulysse chez Circé: on voit Euriloche lui faire le récit de la métamorphose de ses compagnons, l’intervention de Mercure qui indique à Ulysse comment vaincre Circé, puis l’on découvre Euriloche et Périmède qui se plaignent qu’Ulysse oublie le retour à cause de l’amour et des voluptés dont ils jouissent sur l’île. Durval reste donc très fidèle à l’Odyssée excepté qu’il ajoute quelques scènes d’amour et de galanterie où le spectateur découvre Ulysse et Circé se déclarant leur amour réciproque avec une profusion de flatteries. Durval avait donc déjà quelque peu transformé l’épisode de Circé en épisode galant, et Boyer ira jusqu’au bout de l’idée avec cette différence que l’amour de Circé n’est pas réciproque et devient un obstacle au retour d’Ulysse. Chez Durval, malgré l’amour qu’elle porte à Ulysse, Circé, comme chez Homère, n’est en rien un obstacle à son retour et lui vient en aide par ses conseils. On apprécie dès lors les adaptations qu’a opérées Boyer et surtout la façon dont il a fait, à partir d’un épisode de L’Odyssée qui reste épisode chez Durval, une intrigue personnelle et cohérente. L’autre moment important de la pièce, présent chez nos deux auteurs, est la descente aux Enfers. Cet épisode est particulièrement développé chez Durval où il occupe les actes III et IV et donne à voir plusieurs des ombres rencontrées par Ulysse dans l’Odyssée. Nous nous attarderons uniquement sur l’une de ces figures : celle de Sisyphe dont le discours est presque similaire dans les deux pièces, notamment pour les vers qui débutent leur plainte :

Des cachots plus prochains du centre de la terre,
J’ay roulé jusqu’icy ceste masse de pierre.30
Des plus profonds cachots du centre de la terre
Je roule incessamment cette masse de pierre ;31

Boyer s’est sans conteste fortement inspiré de Durval pour la plainte de Sisiphe : même si tous les vers ne sont pas à ce point similaires, leur plainte est de même nature. Autre point commun des deux œuvres, Ulysse apparaît aussi comme le petit-fils de Sisyphe chez Durval. Seulement Durval fait de Sisyphe un aïeul aimant et heureux de voir son petit-fils, soucieux de connaître la raison de sa présence aux Enfers et qui rassure ses craintes. Les deux auteurs n’exploitent donc pas de la même façon le lien de parenté entre Sisyphe et Ulysse : Durval exacerbe sa bienveillance tandis que Boyer, selon l’image couramment donnée de Sisyphe par la mythologie, exacerbe sa haine et le fait malveillant afin de créer un nouvel opposant au héros. Il faut souligner, pour expliquer cette divergence, que les deux pièces manifestent des intentions différentes. La pièce de Boyer ayant davantage une tonalité tragique alors que Durval introduit quelques éléments comiques dans Les Travaux d’Ulysse, donnant ainsi une toute autre atmosphère à sa pièce. Ainsi, chez Boyer, Sisyphe est renvoyé à son châtiment par Tirésie, tandis que chez Durval, Ulysse libère son aïeul de son tourment avec l’accord de Jupiter. Après quoi, il rencontre le devin Tirésias qui réalise les prophéties attendues. Ulysse rencontre l’ombre d’Elpenor, mort d’une chute comme dans l’Odyssée, et dont Durval avait donné dans sa pièce une image plus courageuse et plus glorieuse que celle donnée par Ulysse dans l’Odyssée. Boyer ira plus loin dans sa « réhabilitation » . C’est après ce séjour aux Enfers que Durval met en scène les Sirènes, Parthénopé, Ligée et la fameuse Leucosie qui discourent sur les charmes de leur voix et le pouvoir de leur chant avant d’aller faire un « beau concert » hors de la scène. L’apparition des Sirènes est brève mais surtout sans danger. L’on peut penser que la mise en scène du concert était trop ambitieuse à l’époque si bien que l’auteur n’a eu d’autre choix que d’évoquer un chant hors scène loin d’Ulysse. Enfin, c’est à la scène 5 de l’acte V que nous découvrons Phaëtuse et le Soleil « en son char de lumière » pour l’épisode du meurtre de son troupeau. De sorte que si les deux pièces commencent de la même façon elles finissent aussi avec l’intervention de Jupiter et donc par deus ex machina : Jupiter foudroie les criminels pour faire justice au Soleil. Ici encore la différence entre les deux œuvres est de même nature : Durval respecte le récit homérique tandis que Boyer donne un autre motif au châtiment que rend Jupiter. Deux motifs différents mais une même façon d’aborder la justice : dans les deux pièces, Jupiter avant de foudroyer les coupables précise qu’il punit avec équité et sans passion, décrivant ainsi un idéal de justice. L’ébauche de certains thèmes chez Durval a indéniablement inspiré Boyer, bien qu’il les ait réutilisés dans une intrigue tout à fait différente. Si Durval clôt sa pièce sur le discours de Jupiter, Boyer laisse les dernières répliques à Circé et ses sœurs donnant par là une autre portée à sa pièce.

Quelques critiques ont avancé que Boyer s’était largement inspiré de l’œuvre de Durval, en fait, ce dernier reste assez fidèle au poème d’Homère tandis que Boyer s’en écarte largement pour produire une histoire nouvelle. De sorte que Les Travaux d’Ulysse est comme le dit H.C. Lancaster

une série de tableaux reliés par la personnalité d’un seul homme32.

Durval opère donc une pure transposition dramatique de L’Odyssée, et c’est sur ce point qu’il faut souligner et apprécier la différence entre les deux pièces. Pour Boyer il ne s’agit pas de transposer le plus fidèlement possible le poème homérique mais de se réapproprier le mythe et certains de ses épisodes. L’on note un souci d’exhaustivité chez Durval que l’on ne retrouve pas dans Ulysse et pour cause, la pièce n’est pas construite de la même façon : alors que dans Les Travaux d’Ulysse le séjour chez Circé n’est qu’un épisode parmi d’autres comme dans l’Odyssée, il est le cadre même de l’action chez Boyer et il s’agit de créer à partir de ce cadre une action cohérente. Les trois autres épisodes de l’Odyssée, le concert des Sirènes, la descente aux Enfers et le foudroiement d’Euriloche sont convoqués dans la mesure où ils servent chacun différemment l’enjeu et l’action de la pièce.

Dramaturgie d’une pièce à machines §

Ulysse dans l’isle de Circé n’est pas seulement une tragi-comédie, elle est aussi une pièce à machines. En cela elle relève d’une poétique et d’une dramaturgie particulières à son genre, bien différentes de la dramaturgie classique qui s’imposait au moment de sa création. Il en était déjà ainsi pour la tragi-comédie jugée irrégulière, alors qu’elle se veut plutôt a-régulière, face à la tragédie régulière mais, avec l’introduction des machines c’est bien plus que le souci des règles qui est touché, c’est la façon même de concevoir le théâtre dans l’articulation du texte et de sa représentation. Dans les années 1630 et auparavant, les machines étaient uniquement utilisées dans les marges de la pièce, c’est-à-dire dans les prologues, dénouements et intermèdes. Or avec Ulysse la machine envahit l’espace théâtral et se voit intégrée à l’action, si bien que ses fonctions ne sont plus seulement esthétiques mais aussi dramatiques. Se fonde alors une esthétique du voir et la scène devient un lieu de spectacle où se définit une nouvelle dramaturgie qu’il s’agira d’étudier dans cette partie.

Machines et action §

Le choix du sujet est déterminant lorsque l’on veut écrire une pièce à machines : il doit en effet posséder d’importantes potentialités spectaculaires et ainsi légitimer le recours à la machinerie. Aussi, parce que mythologie rime aussi avec magie, métamorphoses, merveilleux et apparitions divines, les sujets mythologiques sont tout désignés pour remplir ce rôle. Le recours à la machinerie n’a plus rien d’arbitraire, il est appelé par les exigences du sujet et il est même attendu par les spectateurs qui se rendent au théâtre pour contempler les aventures des fameux héros mythologiques. La promotion de la mythologie et des machines vont donc de pair et, tandis qu’elles avaient auparavant une fonction de divertissement, constituant alors une pause dans l’action, elles ont à présent une place de choix dans l’inventio du sujet. Si bien que le dramaturge en écrivant son texte, cherche comment insérer les machines dans l’action, sachant qu’il doit aussi parfois imaginer les ressorts de son intrigue selon les machines disponibles dans le magasin des décors. En effet, si la machinerie se développe à cette époque, les machines restent onéreuses et les théâtres n’ont pas toujours les moyens de se doter des machines demandées par l’auteur. Boyer, comme beaucoup d’autres dramaturges, a pu écrire Ulysse sous cette contrainte et l’on voit combien le recours à la machine peut largement influer sur la composition de l’action. La présence des machines dans le texte est d’abord visible dans les didascalies. Ces indications scéniques, aussi bien données au metteur en scène qu’au machiniste, mais aussi, leur présence au sein de l’action est soulignée dans les vers eux-mêmes, preuve que texte et représentation sont devenus indissociables et que la machine fait corps avec l’action. Hélène Visentin appelle ces vers des didascalies « implicites »33. Ulysse en fournit quelques exemples, dès la scène 2 de l’acte I quand Périmède demande à Eole :

Que voulez-vous grand Roy ?
Dieu des vents, qui vous fait descendre jusqu’à moy.

Plus tard, dans l’acte V scène 8, c’est le Soleil qui informe Jupiter :

Voyez d’une autre part sur un char qui s’avance
Leucosie et Circé, qui pressent leur vengeance.

Dans la scène suivante, Circé qui devine que Jupiter s’apprête à accomplir la justice divine, en montre les prémices :

Ces orages soudains et ces bruits estonnants
Ces vents impetueux ; ces esclairs surprenans
Du Dieu juste et vangeur annoncent la venuë.

Et quand Jupiter s’exécute, Leucosie s’exclame :

Mais quels feux s’allument dans la nuit ?
Quel trouble ! quel esclat ! quel desordre ! quel bruit !

Bien plus que de simples images discursives les commentaires des personnages indiquent au lecteur et au metteur en scène qu’il y a recours à la machinerie afin d’obtenir certains effets. Ces didascalies internes indiquent la présence des machines à des moments clés de l’action et mettent en valeur la création d’une nouvelle esthétique voire d’une nouvelle dramaturgie où le texte dramatique devient une action qui se donne à voir. Si bien que le texte perdrait tout son sens si, lors de la représentation, les machines étaient occultées et de la même façon, les didascalies internes permettent au lecteur de mieux envisager l’évolution de l’action et sa représentation. Elles rendent donc l’œuvre plus intelligible à la lecture, conformément à l’avis de l’abbé d’Aubignac pour qui toutes indications extratextuelles devaient être contenues dans le discours.

Dans sa Pratique du théâtre, l’abbé d’Aubignac indique aussi au dramaturge qu’il doit avoir garde que les machines ne soient pas gratuites mais qu’elles aient une fonction dans l’action :

Surtout il faut faire en sorte, que de ces grands ornements il en résulte un effet notable et extraordinaire dans le corps de la Pièce ; c’est à dire, qu’ils doivent contribuer au Nœud des Intrigues du Théâtre, ou au Dénouement ; car s’ils ne servent que pour produire quelque événement peu considérable et qui ne soit pas de l’essence de l’Action Théâtrale, les gens d’esprits pourront estimer les Ouvriers qui les auront bien faits ; mais le Poète n’en sera pas loué34.

Boyer en bon poète a fait en sorte que les machines aient part aux diverses étapes de l’action et il leur donne une fonction dramaturgique que nous étudierons sous plusieurs angles. Mais, rappelons d’ores et déjà brièvement à quels moments interviennent les machines : d’abord dans la scène d’exposition où Périmède échoue sur l’île où séjourne Ulysse, ce qu’il apprend grâce à l’intervention d’Eole qui lui indique comment il peut accomplir sa mission. Plus tard, c’est grâce aux machines que l’on voit Circé éconduite aller chercher secours auprès du Sommeil afin qu’il trompe Ulysse, et c’est à cause du songe, qui est la conséquence de cette entrevue entre Circé et le Sommeil, qu’Ulysse tourmenté décide d’aller aux Enfers. Là encore la machine intervient, et si Ulysse n’avait pu aller aux Enfers, il n’aurait pu y apprendre grâce à Tirésias qu’il a été trompé (après avoir été une seconde fois trompé par les propos de Sisyphe, comme nous l’avons vu) et il n’aurait pu se résoudre définitivement à partir pour Ithaque. Les machines participent donc bien à nouer une partie de l’action mais aussi à la dénouer puisque Ulysse présente un dénouement en deus ex machina. Les recommandations de l’abbé d’Aubignac sont respectées si bien qu’à l’instar de Corneille pour Andromède, Boyer pourrait déclarer pour Ulysse :

[Les machines] ne sont pas dans cette Tragédie comme des agréments détachés, elles en font en quelque sorte le nœud, et le dénouement, et y sont si nécessaires, que vous n’en sauriez retrancher aucune, que vous ne fassiez tomber tout l’édifice35.

Il est en effet difficile de soustraire à l’action d’Ulysse l’une des machines, d’autant plus qu’elles sont indissociables du texte dramatique, sans quoi sa cohérence serait mise à mal. Seul le concert des Sirènes pourrait éventuellement disparaître sans occasionner d’importants bouleversements dans l’intrigue, mais, on l’a vu, il n’est pas gratuit et possède entre autres une fonction symbolique. Cependant, la nécessité étant un critère contestable pour le théâtre à machines, l’ordonnance de l’intrigue montre surtout que dans Ulysse les machines sont utilisées avec justesse, leur distribution est tout à fait cohérente dans la dynamique de l’action, si bien que la question de retrancher ou non certaines machines ne se pose plus. Les machines dans Ulysse paraissent d’autant plus justes qu’elles mettent en scène des épisodes de l’Odyssée (selon l’idée que le sujet mythologique enlève tout caractère arbitraire à la machine) même s’ils sont réorganisés et ont une portée différente. Sur cette question de la justesse, le dénouement d’Ulysse a parfois été critiqué en ce qu’il semblait être avant tout une apothéose des machines. Certes, c’est à ce moment de la pièce que la machinerie se déploie le plus, mais malgré tout, chaque machine peut se justifier dans le sens où l’intervention de Jupiter avait déjà été préparée par le discours de Sisyphe et que, sans son intervention la justice n’aurait pu être accomplie. En outre, il fallait que Phaëtuse soit sauvée de la mort pour que cette justice soit réellement juste et ne laisse pas mourir une innocente, si bien que le dauphin restait l’un des recours les plus crédibles, et le seul qui permette de ramener Phaëtuse à ses sœurs sans que ces dernières ne courent elles-mêmes un danger en allant la secourir malgré la tempête. Là encore la machine sert l’action et malgré tout son déploiement conserve une certaine justesse. Les machines participent donc à la dynamique de l’action dans chacune de ses étapes et, pour reprendre les mots d’Hélène Visentin, « la disposition des machines ne doit rien au hasard. Celles-ci ponctuent l’action, assurent les rebondissements, suscitent le « suspense36 » .

La magicienne Circé ou Circé figure du metteur en scène et machiniste §

Si le sujet mythologique justifie la présence des machines dans l’action, c’est notamment parce qu’il entraîne la présence de dieux, demi-dieux ou magiciens dont les pouvoirs à agir sur le monde sont incontestés. Aussi, si dans la mythologie les dieux interviennent dans la vie des hommes ou sur leur monde pour les bouleverser, il en est de même dans les pièces à machines où ils semblent détenir les ficelles de l’intrigue, si bien qu’ils apparaissent souvent tels des metteurs en scène voire comme une figure du poète qui ordonne son intrigue. Les dieux sont donc une figure importante dans les pièces à machines et l’on observe ces caractéristiques dans Ulysse. Nous avons déjà vu qu’il est donné à Eole d’introduire l’action en guidant Périmède et qu’il est donné à Jupiter de résoudre une situation qui paraissait bloquée et qui réclamait son intervention. Toutefois, comme nous allons étudier ces deux moments un peu plus loin, nous allons dans cette partie nous concentrer sur Circé qui est le personnage divin qui agit le plus sur le déroulement de l’intrigue. De fait, c’est la présence même de Circé dans la pièce, annoncée d’entrée de jeu dans le titre, qui garantit le spectacle à une époque où magie et magie des machines sont encore fortement liées37. C’est dans cette optique que Boyer fait de Circé une magicienne toute puissante, qui ne maîtrise pas seulement les potions mais aussi l’univers et son fonctionnement. Thaumaturge38, elle fait à deux reprises état de ce glorieux pouvoir, capable de bouleverser l’harmonie de l’univers : d’abord dans la scène 6 de l’acte II, elle évoque sa capacité à maîtriser les éléments puis, dans la scène 1 de l’acte III (v. 901-921), elle s’affirme capable de renverser l’ordre du monde. De même, quand il est question de se venger d’Ulysse, elle mentionne qu’elle pourrait déchaîner les éléments afin de le perdre (v. 1671-1674) . Toutefois, il ne s’agit pas de faire régner le chaos sur scène mais d’avoir recours à une magie qui informe l’intrigue, c’est pourquoi, les capacités de Circé à agir sur le monde restent dans la pièce des images mentales suggérées par une hypotypose efficace (voir notre étude sur la fonction de l’hypotypose) . Les seuls renversements qu’opèrent Circé concernent les sentiments d’Elpenor qui, sous l’emprise d’un charme, voit Phaëtuse en Euriloche et passe du bonheur d’être aimé au dépit amoureux, mais aussi de la haine à « l’amour » envers son rival, tandis que ce dernier se voit dans l’incapacité de tuer Elpenor. Bien plus tôt dans la pièce, Circé avait transformé le chant mortel des Sirènes en un chant amoureux et la magie de Circé a deux portées différentes dans l’action : elle se propose d’abord d’offrir un divertissement à ses hôtes et au public sans autre but que leur plaisir, mais elle fournit aussi à l’intrigue quelques rebondissements grâce au charme qu’elle fait subir aux deux rivaux. Circé est assez puissante pour agir aussi bien sur les êtres merveilleux que sur les êtres humains, mais c’est surtout en influençant les décisions des personnages par le biais de différents artifices, qui sont autant de machinations qu’elle complique le nœud et déclenche certains ressorts de l’intrigue. Aussi la voit-on recourir à son pouvoir (II, 6 et 7) pour servir ses intérêts et créer un obstacle au retour d’Ulysse, obstacle illusoire mais qui a l’effet escompté, contribuant à entraver l’action quelque temps, jusqu’à ce que Ulysse apprenne qu’il a été trompé. Pour cela, il descend aux Enfers et l’on voit combien l’artifice influence durablement l’action puisque sans lui Ulysse n’aurait eu besoin d’aller aux Enfers. La magie de Circé et l’emploi qu’elle en fait constituent donc l’un des moteurs de l’action. De la même façon, l’on peut voir dans le sort qu’elle jette à Elpenor et Euriloche une façon pour l’auteur de retarder le meurtre final et donc le dénouement mais aussi, de laisser croire un instant le public que tout s’est arrangé pour mieux le surprendre. Circé, figure du metteur en scène, conduit donc une partie de l’intrigue par ses machinations et le recours aux machines est justifié par sa puissance et même, appelé par ses actes. C’est donc elle qui donne véritablement tout leur crédit aux machines et elle se fait machiniste en les commandant : c’est parce qu’elle appelle le dieu du Sommeil que celui-ci apparaît et que l’antre s’ouvre, c’est aussi par sa chanson qu’elle fait revenir Ulysse des Enfers mais c’est surtout par sa requête au Soleil qu’interviennent les machines du dénouement et l’affirmation qu’elle fait à Leucosie au vers 1824 – « Je te suis, tu vas voir un trait de ma puissance » – annonce les prodiges de magie et de machines qui vont succéder. Circé s’apparente aussi au machiniste par son pouvoir à agir sur l’espace et à le transformer : c’est en effet elle qui transporte ses hôtes et le public au concert des Sirènes, c’est avec elle que les spectateurs descendent dans l’antre du Sommeil, puis dans les Enfers pour revenir dans un parc beaucoup plus rassurant. La magicienne-machiniste peut donc faire et défaire les décors à son aise, et ces changements sont toujours vus par le spectateur comme des tours de sa puissante magie. C’est cette magie qui rend possible et donc vraisemblable l’utilisation des machines si bien que le public ne se pose plus la question de leur légitimité, leur recours étant justifié dans les propos de la toute puissante Circé. Si puissante qu’elle est la seule, avec Eole et Jupiter, à pouvoir opérer les changements de décor tel un machiniste. Ce fait est souligné par Tirésias lorsque Ulysse lui demande de le ramener sur terre afin qu’il puisse rejoindre les siens. Si Tirésias a pu détromper Ulysse sur les images fausses qu’avait suscité en lui le pouvoir de Circé il reconnaît qu’il ne peut le faire sortir des Enfers car

Le charme de Circé rend [sa] main impuissante.

Tirésias consacre donc le pouvoir supérieur de Circé et met en avant le rôle central de la magicienne dans la pièce. Central car elle justifie le recours au machines et ordonne en partie l’intrigue mais aussi car c’est par sa magie que s’opère la magie du spectacle.

Dramaturgie et spectacle §

Boyer avec Ulysse met à l’œuvre une nouvelle dramaturgie où les machines s’intègrent avec justesse dans l’action et où elles ne sont plus seulement confinées à un rôle ornemental. Pour autant, même s’il cherche à donner une fonction dramatique aux machines, il n’en reste pas moins qu’il les emploie avant tout pour ravir son public. La notion de plaisir est en effet importante dans le théâtre à machines si bien que les règles classiques y sont souvent malmenées à la faveur du plaisir que peut susciter la beauté du spectacle. Il s’agira dans cette partie d’interroger les exigences spectaculaires du théâtre à machines, vis-à-vis des règles classiques pour voir comment Boyer les traite dans Ulysse.

Décor et unité de lieu §

L’une des principales sources d’émerveillement dans les pièces à machines repose sur les changements de décors, très attendus par les spectateurs qui, comme le dit Rayssiguier, « veulent que l’on contente leurs yeux par la diversité & changement de la face du théâtre »39. Boyer le savait bien et dans Ulysse « La Scene est differente, selon les divers сhangemens des Machines », le décor a donc bien plus qu’un rôle ornemental, il est le principal élément spectaculaire de la pièce. Il est ainsi intéressant de voir comment ces changements sont opérés au fil de l’action. Le plus souvent, pour des questions pratiques, ils ont lieu entre chaque acte, les machinistes prennent ainsi le temps dont ils ont besoin pour mouvoir les différents décors et le bruit occasionné sera de cette manière en partie couvert par l’agitation du public ou par de la musique. Aussi, la plupart des pièces comportent-elles rarement plus de cinq décors différents, sans quoi il faut que le machiniste et ses aides soient assez doués pour les changer en un clin d’œil et dans une parfaite orchestration afin que l’illusion ne soit pas rompue ou gâchée. Ulysse sur ce point est donc une pièce assez ambitieuse puisqu’elle comporte huit changements de décor: le public aperçoit d’abord l’île de Circé où apparaissent Eole et les Sirènes à l’acte I, puis un jardin et l’antre du Sommeil à l’acte II, le palais de Circé à l’acte III, à l’acte IV les Enfers et un parc, et enfin à l’acte V, une forteresse, le vaisseau du traître Euriloche, Jupiter et le Soleil sur des nuages et Circé et Leucosie sur un char volant40. Trois changements avaient lieu au cours de trois actes différents et ils s’accomplissaient à l’aide de châssis coulissants qui respectaient la perspective et offraient au public, qui voyait les lieux se métamorphoser sous ses yeux, un spectacle saisissant. Dans Ulysse, il l’est d’autant plus que se succèdent dans le même acte des lieux à l’aspect totalement opposés : dans l’acte II surgit après un jardin l’antre sombre du Sommeil, à l’acte IV l’on passe des Enfers ténébreux à la clarté d’un parc et dans l’acte V d’une forteresse au vaisseau d’Euriloche. L’antre et les Enfers sont des lieux très prisés à cette époque et suscitent toujours une vive impression parce qu’ils désignent des lieux autrement impossible à voir, qui restent liés aux forces infernales. Ainsi, bien plus qu’un simple changement de point de vue, Boyer donne à voir des mondes inaccessibles au commun des vivants (seul Ulysse peut descendre vivant aux Enfers), et pour s’assurer du plaisir et de l’émerveillement de son public, il a eu l’habileté de lier à la multiplicité des lieux la juxtaposition de décors à l’aspect opposé : au décor plaisant se succède un décor effrayant et inversement. L’impression que procurent ces changements chez le spectateur est d’autant plus vive que, lors de la représentation, le machiniste soulignait le caractère effrayant des lieux infernaux par des variations de luminosité. L’éclairage était en effet un élément clé dans la décoration et les évocations infernales avaient toujours lieu dans le noir, Circé révèle ce jeu de clair-obscur propre aux pièces à machines quand elle déclare au Sommeil :

Qu’aucun bruit ne te trouble, et qu’à jamais mon pere
De ton antre sacré recule sa lumiere.

Les nombreux changements de décors, suppléés par quelques changements de luminosité contribuent à faire d’Ulysse une pièce des plus spectaculaires mais aussi particulièrement dynamique. Elle est en effet construite selon une dramaturgie du mouvement et dans Ulysse celui-ci est autant horizontal (les déplacements dans les divers lieux de l’île) que vertical (de l’antre et des Enfers au Ciel en passant par la terre) . Face aux métamorphoses du décor, plusieurs théoriciens se sont exprimés dont l’abbé d’Aubignac :

ce qui ne doit point changer, c’est le sol de la scène ; mais le fond et les cotés de la scène, c’est-à-dire les décors, qui « ne figurent que les choses qui environnaient dans la vérité les personnages agissants, et qui pouvaient recevoir quelque changement, […] peuvent aussi changer en la représentation41.

Il en ressort que seul le changement de lieu est invraisemblable et peu convenable mais que toute métamorphose d’un même lieu, qui est seulement un changement d’aspect de ce lieu, est acceptable. Dans Ulysse, ce précepte n’est pas respecté puisque le « sol de la scène » change selon que les personnages se trouvent dans un jardin ou dans le palais, bien plus encore quand ils descendent dans l’antre du Sommeil ou dans les Enfers. Ainsi, la règle de l’unité de lieu est la plus ignorée dans Ulysse, mais encore une fois l’on peut constater que la multiplicité des lieux « conduit les rebondissements de l’intrigue »42.

Machines et états d’âme des personnages §

Les changements de décor ont une fonction principalement spectaculaire, parfois dramatique, auxquelles il faut ajouter une fonction métaphorique. La machine en effet a aussi comme fonction de rendre visible ce qui, sans elle, resterait invisible et pour reprendre les mots de C. Delmas, elle extériorise « les états-d’âmes en paysages »43. La machine actualise ainsi sur scènes les différentes métaphores et la représentation tout comme le texte acquiert plus de force.

La machine symbolise d’abord par le biais du décor les différents sentiments des dieux, la première scène s’ouvre sur « une mer agitée », reflet de la colère de Neptune qui, à l’instar d’Eole, a commandé aux vents de l’aider à faire sombrer le bateau de Périmède. Au XVIIe siècle, la mer est un élément particulièrement symbolique : elle souligne à la fois l’ouverture d’un lieu par lequel on arrive ou que l’on peut fuir, tout en restant une clôture qui rend la fuite incertaine, tel que le révèlent les flots agités. Fuir une île cernée par des eaux elles-mêmes gouvernées par des dieux opposés à cette fuite demeure impossible, si bien qu’Euriloche périt en mer et qu’Ulysse ne pouvait espérer rejoindre Ithaque vivant sans le consentement de Circé. Bien plus que l’eau, le vrai obstacle au retour d’Ulysse est l’amour de Circé, et l’île entourée des flots symbolise l’emprisonnement du héros que la magicienne veut garder auprès d’elle. La bienveillance ou non des dieux passe donc par la représentation des flots si bien que, quand Eole, dieu bienveillant envers Ulysse, intervient c’est aussi pour calmer les vents et les flots dans l’intérêt de celui qu’il protège :

Le calme, que je laisse en garde à mes Zéphirs,
Les invite encor mieux à ces nouveaux plaisirs.
Tâche de l’aborder.

L’autre dieu qui agit sur les éléments naturels pour exprimer sa colère est Jupiter. À la fin de la pièce, il déchaîne les éléments célestes et souligne de lui-même que le tonnerre est la représentation concrète de son courroux :

Je me sers de ces bruits, qui precedent mes coups
Pour instruire la terre à craindre mon courroux.

Le rapport des humains avec les dieux, qu’il s’agisse d’un rapport bienveillant ou hostile, s’exprime dans la pièce à travers l’aspect des divers éléments et, discours et machine vont de pair pour le souligner. La concrétisation des sentiments passe donc d’abord par les éléments de décoration, particulièrement symboliques et il faut noter que les divers changements de décor y contribuent fortement dans Ulysse. La descente de Circé dans l’antre du Sommeil a une valeur symbolique et métaphorique, le passage du jardin à l’antre sombre symbolise, bien plus qu’un passage de la vie à la mort et de la clarté à l’obscurité, la douleur de Circé quand elle se découvre méprisée :

Je descens aux souspirs, je descens jusqu’aux larmes.

Ce vers n’est pas qu’une image poétique : il illustre la chute de Circé qui s’apprête à recourir à un artifice infamant pour gagner l’amour d’Ulysse. De la même façon, à la scène 6 de l’acte IV, l’on passe des Enfers à un parc où Circé chante et, malgré quelques doutes, se sent assurée de son bonheur : comme dans l’antre, Circé est d’abord seule et le parc agréable correspond à un état d’âme plus apaisé. Le changement de décor est donc aussi l’effet des changements d’états d’âme de Circé et il obtient par là une autre justification, cette fois psychologique. C’est à la scène 2 de l’acte III qu’est parfaitement souligné ce rôle donné à la machine d’illustrer les propos des personnages, Ulysse déclare :

Je puis bien dans l’Enfer descendre sans horreur,
Si mes soupçons ont mis un enfer dans mon cœur.

La métaphore est pleinement actualisée à l’acte suivant et change de statut puisqu’elle devient visuelle et permet au spectateur de mieux envisager les tourments du héros. Bien plus qu’une figure poétique, la métaphore acquiert un nouveau statut dans la pièce à machines et participe à une expression plus forte et plus surprenante des sentiments des personnages. La machine est au service de l’extériorisation des passions et il s’agit grâce à elle de rendre visible ce qui restait jusqu’alors invisible et impalpable. Comme le suggère Hélène Visentin, le texte devient « non seulement performatif mais aussi démonstratif » et c’est aux Enfers, à la scène 2 de l’acte IV, qu’Ulysse laisse éclater sa douleur alors qu’il avait jusque là fait preuve d’une certaine maîtrise de ses passions. Le « gouffre d’horreur » qu’il évoque peut à la fois symboliser les Enfers où il est descendu (comme pour Circé le mouvement est dirigé vers le bas, tandis qu’à l’acte V Circé dans son char rejoint les hauteurs) mais aussi le gouffre de l’amour malheureux. De même, quand Sisyphe lui annonce que le crime de son épouse est si grave qu’elle se trouve dans le pire des appartements des Enfers, l’on voit encore que le lieu extériorise les états d’âme des personnages. La métaphore n’a donc plus seulement un rôle poétique, elle crée une analogie entre des référents distincts pour donner à voir le spectacle des passions et les états d’âme des personnages.

Decorum et magie du spectacle §

Un autre élément qui suscite l’émerveillement du public est le decorum qui complète la richesse des décors. Ce terme désigne non pas seulement les costumes qui pouvaient être richement ornés, mais tout ce qui accompagne les manifestations magiques ou surnaturelles. Ce decorum parce qu’il est présent dans la plupart des pièces à machines s’est peu à peu codifié notamment en ce qui concerne l’apparition des divinités. Les machines, en effet, n’avaient pas pour seule fonction d’opérer des changements de décor mais, étaient aussi le moyen privilégié pour transporter les dieux. Elles n’apparaissent alors plus comme les seules auxiliaires de l’action et introduisent aussi le merveilleux. Il faut noter que dans cet usage elles répondent à un souci de bienséance. Il était en effet inconcevable à cette époque de faire apparaître un dieu sur scène de la même façon qu’un humain. Il fallait marquer la différence de sorte qu’il était courant de faire apparaître les dieux sur un char ou sur une nuée. C’est le cas pour Jupiter qui est « assis sur une grosse nuée » puis sur « son aigle », pour le Soleil qui est « dans une nuë » tandis que les humains se déplacent à pied ou en vaisseau. Dans le même acte, Circé apparaît elle aussi sur une machine, un « char volant », qui est l’un des moyens de transports privilégiés dans les pièces à machines. Sur ce point, Pierre Francastel44 rappelle l’importance du char qui reste un symbole de puissance et de victoire. Le char actualise visuellement la puissance triomphante de Circé qui a retrouvé sa gloire, tandis que durant toute la pièce, jusqu’à la scène 9 de l’acte V, elle s’était toujours déplacée à pied, son statut ambigu de femme-déesse le permettant. Eole, quant à lui, entre en scène avec moins d’apparat puisque Périmède le voit descendre du ciel et qu’une didascalie indique ensuite qu’il « s’envole, et emmeine les vents avec luy. », il reste cependant impressionnant de voir le premier personnage entrer sur scène par la voie des airs et la simplicité de son apparat s’explique par sa qualité : en tant que dieu du Vent, il peut s’envoler de lui-même sans l’aide d’un char qui eût été bien superflu. Malgré tout, il existe une hiérarchie divine qui détermine le decorum qui accompagne les dieux. Celui-ci varie selon leur puissance c’est pourquoi, l’apparat de Jupiter est bien plus impressionnant que celui de Circé, d’Eole ou du Soleil. Il reste que le déplacement magique des dieux est à chaque fois impressionnant aux yeux du public car il est révélateur de leur pouvoir et de leur emprise sur un espace qu’ils contrôlent.

Mais, les dieux ont aussi d’autres attributs tout aussi surprenants que leur mode d’apparition. Dans Ulysse, Jupiter détient les plus remarquables et fait que la scène se couvre d’un ciel orageux d’où surgissent des éclairs et le tonnerre, la scène est spectaculaire à la fois pour les yeux et pour les oreilles comme le souligne Leucosie aux vers 2025 et 2026. Non seulement ces vers constituent des didascalies internes mais aussi, par le fait même qu’ils soient prononcés, ils contribuent à augmenter l’émerveillement du spectateur encouragé par l’émerveillement des personnages eux-mêmes. La machine actualise donc la dimension spectaculaire du texte mais le texte est aussi au service du spectaculaire. Le texte, en même temps qu’il donne des indices de représentation la double, et le discours prend lui-même en quelque sorte une fonction décorative à des fins expressives. Le texte théâtral contribue à augmenter la dimension spectaculaire, notamment lorsque la portée de la magie est invisible aux yeux du public, c’est le cas pour le charme que jette Circé à Euriloche et Elpenor. Celle-ci ne dispose que de sa baguette magique pour signaler qu’elle jette ou finit un sort et son tour de magie est alors effectif grâce au texte théâtral puisque seul Elpenor voit en Euriloche sa maîtresse, Euriloche sur scène n’ayant pas changé d’apparence. Si bien que c’est par le seul biais des propos d’Elpenor que le public peut mesurer le pouvoir de Circé et que son charme merveilleux peut avoir de l’effet sur les spectateurs. Le merveilleux est présent de différentes façons sur scène et varie selon les dieux mais, lorsque la représentation peut faire défaut le texte vient à son secours.

Spectacle et texte §

Lors de la représentation d’une pièce à machines, le public reste davantage fasciné par ce qu’il voit, les machines retiennent toute leur attention et les dramaturges en ont bien conscience. C’est pourquoi on leur a souvent reproché de négliger le texte au profit des seuls effets visuels. À ce propos, Corneille dans l’« Argument » d’Andromède déclarait :

Souffrez que la beauté de la représentation supplée au manque de beaux vers […] parce que mon principal but ici a été de satisfaire la vue par l’éclat et la diversité du spectacle, et non pas de toucher l’esprit par la force du raisonnement.

Si Boyer a le même dessein, l’on constate qu’il vise aussi à toucher le public par la force des vers et du « raisonnement » si bien que s’opère dans Ulysse ce qu’Hélène Visentin appelle un « spectacle du discours »45, parfois actualisé sur scène, nous l’avons vu, d’autres fois non. Le spectacle se veut total dans Ulysse si bien qu’il convoque tous les sens.

Magie du chant §

À la scène 2 de l’acte I, Eole apprend à Périmède que

Circé depuis un an le [Ulysse] retient en ces lieux
Par un charme eternel de l’oreille et des yeux.

Et c’est bien par un charme à la fois des yeux mais aussi des oreilles que Boyer compte émerveiller son public. Cette tension entre plaisir visuel et plaisir auditif est marquée dans tout le début de la pièce, que ce soit pendant la discussion d’Ulysse avec Euriloche (v. 68-72) ou quand Ulysse flatte Circé (v. 207-208) mais, elle l’est surtout quand le concert des Sirènes a lieu, qui là encore ne vise qu’à plaire et permet alors à Ulysse comme au public de devenir « tout oreille » . La chanson des Sirènes, concentrée dans la scène 8 de l’acte I46, introduit un intermède musical (très probablement accompagné de musique pour accroître la beauté du concert) visant à émerveiller le public du moins à lui plaire, si bien que la chanson finie l’on ne sait pas si les Tritons ont été séduit et ce qu’il advient des Sirènes éconduites, mais l’on sait que cette chanson a ravi les sens de ses auditeurs, de Périmède notamment qui s’extasie, et sans doute ceux du public. Boyer, dès le début de sa pièce, déploie le merveilleux à plusieurs niveaux et fait d’Ulysse un spectacle total qui a pour but, pour reprendre une formule de La Bruyère, de « tenir les esprits, les yeux et les oreilles dans un égal enchantement47 » . Le chant est dont lié à la magie, c’est en effet grâce à la puissante magie de Circé qu’Ulysse peut écouter sans danger les Sirènes, et il acquiert un caractère éminemment merveilleux.

Toutefois, dans Ulysse, les chansons n’ont pas pour unique dessein d’émerveiller le Public : elles peuvent aussi avoir un rôle dans l’évolution de l’intrigue. C’est le cas pour la chanson de Circé, à la scène 6 de l’acte IV, dont le but est de faire revenir Ulysse des Enfers. Bien plus qu’un intermède qui n’aurait d’autre but que de faire entendre au public la « belle voix » de Circé tant vantée dans l’Odyssée, sa chanson doit faire revenir Ulysse des Enfers et devient par là même une incantation. Le caractère magique des paroles est à la source du merveilleux et ce début de scène 6 est d’autant plus impressionnant qu’il s’accompagne d’un changement de décor (pouvant symboliser le retour d’Ulysse, permis grâce au chant de Circé) qui s’effectue au cours d’un acte et garantit de ce fait un spectacle total. Le public voit le décor passer des Enfers à un parc où Circé chante : le plaisir des yeux et des oreilles est complet. Cette concomitance des effets permet d’évoquer le rôle principalement attribué par les dramaturges aux parties chantées : celles-ci, souvent suppléées par de la musique, avaient pour but de couvrir les bruits causés par les mouvements des machines. C’était leur accorder un rôle uniquement pratique et ornemental et à ce propos Corneille affirme que

Les paroles qui se chantent étant mal entendues des auditeurs, pour la confusion qu’y apporte la diversité des voix qui les prononcent ensemble, elles auraient fait une grande obscurité dans le corps de l’ouvrage, si elles avaient eu à instruire l’auditeur de quelque chose d’important48.

La chanson de Circé vise peut-être principalement à détourner l’attention du public du brouhaha des machines, mais il reste que Boyer lui a donné un rôle important puisqu’elle annonce le retour d’Ulysse, dû à la magie de Circé. Ainsi elle n’a pas une unique fonction décorative, contribuant même à l’expression d’une tonalité pathétique que l’on trouve aussi dans la chanson des Sirènes.

L’hypotypose ou la « machine rhétorique49 » §

D’un point de vue stylistique, la figure la plus répandue dans les pièces à machines est l’hypotypose, figure de spectacularisation par excellence puisque grâce à elle, « L’affaire semble se dérouler et la chose se passer sous nos yeux »50. Souvent le texte est actualisé dans la représentation par la machine et cet effet de « double » ne vise qu’à rendre la scène plus spectaculaire. Dans Ulysse, l’hypotypose a un traitement spécial dans le sens où elle n’est pas toujours doublée par la scénographie et qu’elle demeure alors un « spectacle du discours », selon les termes d’Hélène Visentin, et entraîne, selon ceux de C.Kintzler dans La Poétique de l’opéra français, un « merveilleux de suggestion »51. Tel est le cas de la plupart des hypotyposes d’Ulysse et leur non actualisation s’explique par plusieurs raisons : comme nous l’avons évoqué plus haut il est impossible sinon très difficile, aussi doué que soit le machiniste, de représenter sur scène le bouleversement du monde dont Circé fait mention à deux reprises : d’abord à la scène 6 de l’acte II puis à la scène 1 de l’acte III. C’est pourquoi ces évocations de ne sont jamais au présent (de l’action) et ces visions chaotiques sont rapportées d’abord dans un récit au passé où les images spectaculaires se succèdent à un rythme soutenu, secondé par l’anaphore « J’ay fait » et les autres verbes au passé composé. Le passé permet d’éviter l’actualisation des propos tout en donnant à voir mentalement le spectacle du monde bouleversé par la puissance de Circé. Un seul de ces charmes a cependant été éprouvé par le public : c’est celui qui a permis le concert des Sirènes mais l’évocation fonctionne à rebours, elle n’est qu’un rappel et non une préfiguration bien qu’elle recherche le même effet : impressionner un public qui doit croire à l’effectivité des propos de Circé. Il en est de même pour la seconde démonstration de thaumaturgie où Circé clame à Ulysse qu’elle peut engendrer le désordre des éléments. Le rythme est toujours aussi soutenu, afin de rendre l’effet plus important, mais cette fois l’on est dans le possible et le futur, si Ulysse répond par l’affirmative à ses demandes, Circé fera une démonstration de sa puissance, dont la seule évocation peut susciter la frayeur en même temps que l’admiration des spectateurs. La démonstration n’aura pas lieu puisque Ulysse lui demande de le faire descendre dans les Enfers. L’hypotypose se veut aussi saisissante dans toute la pièce où elle apparaît toujours liée à de vives émotions et plus l’émotion ─ qu’elle soit amour, haine ou dépit ─ est intense plus l’hypotypose sera saisissante et touchera le public, de pitié ou d’effroi. Ainsi, à la scène 3 de l’acte IV, le spectateur découvre en même temps qu’Ulysse le portrait que fait Sisyphe de Pénélope morte. Hyperbolique et dominé par le champ lexical de l’horreur et de l’effroi, ce portrait présente un contraste antithétique avec celui de la Pénélope vivante et, comme le dit lui-même Sisyphe, il ne peut que « nous combl[er] d’horreur » . Sisyphe, par le biais de l’hypotypose, donne à voir à Ulysse et au public « tout ce qu’a l’Enfer et d’horrible et de noir » et le spectacle de la mort est saisissant (cette hypotypose sera étudiée plus en détail dans la partie sur l’esthétique baroque) . Nous retrouvons la même violence dans les images suscitées par Circé au début de la scène 2 de l’acte V, quand elle évoque rapidement les différentes manières dont elle aurait pu faire périr Ulysse. Elles sont aussi violentes que l’est la douleur de Circé et permettent de faire voir concrètement au spectateur l’ampleur de sa souffrance. Le texte conserve donc un rôle important pour susciter les émotions du public, il n’est pas sacrifié au spectacle.

Nous l’avons signalé plus haut, l’intérêt de l’hypotypose est de donner l’impression qu’une « affaire » se déroule sous nos yeux par le seul biais du langage, jusqu’ici les exemples restaient des possibles, non actualisés et sur scène et dans l’action. Le récit de la mort d’Elpenor est lui effectif dans l’action même si, conformément à la règle de bienséance, il n’est pas actualisé sur scène, d’où le recours à l’hypotypose comme pour tous les récits de mort. L’image donnée par le texte est saisissante notamment grâce à l’énallage temporelle : le fameux présent de narration rend, avec le jeu des discours, le récit plus vivant si bien que le public peut parfaitement se représenter la scène de meurtre. Par souci de bienséance donc, mais peut-être aussi car il était impossible ou trop fastidieux de représenter sur scène deux évènements qui se produisaient en même temps dans des lieux différents (ce que précise Leucosie au tout début de son récit), Boyer respecte cette règle classique et, par le biais de l’hypotypose, fait progresser l’action puisque les personnages apprennent aussi que Phaëtuse a été enlevée, ce qui va commander leurs dernières actions. L’hypotypose n’est donc plus seulement liée au spectaculaire mais se dote d’un aspect dramatique et les éléments narratifs dans Ulysse ne sont pas entièrement supplantés par ceux de la scène. Pour finir de le démontrer, il faut revenir en arrière dans l’action et évoquer le songe qu’Ulysse décrit à Euriloche (III, 2) . Le récit que fait Ulysse a aussi un fort potentiel spectaculaire, parce qu’il use du présent de narration, que s’opère la métamorphose surprenante d’un locus amoenus en un locus horridus où se dessinent des scènes d’infidélité et de matricide, tout ceci raconté avec des détails qui donnent parfaitement à voir au spectateur toute « l’horreur du spectacle », de ces « sanglans tableaux » . Le public juge sûrement, comme Euriloche, ce songe étonnant, au sens fort du terme, et d’autant plus étonnant qu’il avait coutume de voir des pièces où le songe avait une valeur purement poétique et mettait en scène une rêverie amoureuse. Dans la pièce de Boyer, le songe est tout l’opposé d’une rêverie amoureuse et c’est justement en cela qu’il n’a pas seulement un rôle décoratif mais qu’il a aussi une fonction dramaturgique : c’est parce que le songe n’est pas une rêverie qu’il bouleverse Ulysse et influe sur ses actes. Hélène Visentin note que le songe a une fonction dramaturgique propre dans les pièces à machines et qu’il « s’offre comme vision spectaculaire de l’effet qui va suivre. […] L’effet dramatique est d’abord raconté avant d’être représenté »52 ; or dans Ulysse le songe a la particularité de ne pas être une préfiguration, il n’est pas question de raconter avant de représenter mais de raconter pour justifier la suite de l’action et la descente aux Enfers. Le songe ne sera jamais actualisé puisqu’il a eu lieu dans un passé récent53. Boyer opère donc un traitement particulier du songe et lui donne une certaine richesse : le songe d’Ulysse condense en effet les aspects narratif et spectaculaire tout en ayant une fonction dramatique propre.

Il faut tout de même noter que dans Ulysse, l’hypotypose s’actualise parfois sur scène et que le spectacle est à la fois mis en voix et mis en jeu. Cette actualisation est flagrante dans la plainte de Sisyphe (IV, 1) qui décrit son supplice et invite le spectateur à mieux regarder la scène par le biais des déterminants démonstratifs. Son discours est aussi un commentaire sur sa situation, par lequel Sisyphe cherche à toucher la pitié du public témoin de sa peine, et qui offre dans le même temps des indications de jeu : le spectateur découvre d’abord Sisyphe qui pousse son rocher

Je roule incessamment cette masse de pierre

et qui, presque parvenu au sommet, rechute :

Enfin je touche au terme, et je puis aujourd’huy…
Mais helas ! il retombe, et je tombe avec luy.

Texte et représentation sont étroitement liés et même se complètent, et si nous avons vu que le texte donne des traces de la présence des machines, les propos des personnages ne constituent pas seulement de simples didascalies internes mais contribuent parfois, par leurs commentaires hyperboliques, à accroître l’effet produit sur le spectateur. Pour reprendre les propos d’Hélène Visentin :

Les deux dimensions – texte et représentation – s’articulent dramatiquement : la machine à l’œuvre dans la représentation trouve son équivalent dans les stratégies discursives54

et inversement, de sorte que, par cette tension entre le verbe et le spectacle, entre le donner à entendre et le donner à voir, qu’illustre bien la figure de l’hypotypose, se produit un effet d’amplification et que le spectacle devient total, sans pour autant laisser de côté les possibilités dramaturgiques.

La machine et ses enjeux §

Machines et captatio benevolentiae §

Avant que la machinerie n’intervienne dans toute l’action, le recours aux machines était surtout fréquent dans les prologues et dans le dénouement, les dramaturges, conscients des potentialités de la machine à ces moments « stratégiques » de l’action, conservent souvent ce schéma. Ulysse s’ouvre donc avec un début machiné qui garantit d’entrée de jeu le spectaculaire par la mer agitée et la présence d’Eole et de ses vents, tous probablement dotés d’ailes pour signifier aussitôt qui ils sont. Boyer par un bel effet de mise en scène cherche dès les premiers vers à séduire son public et par là à attirer son attention. Rappelons qu’à cette époque, le public était distrait et bruyant et qu’il fallait que la scène d’exposition soit assez efficace pour parvenir à obtenir son attention, les machines remplissent donc la fonction du captatio benevolentiae. Boyer ne compte pas sur la seule mise en scène pour obtenir l’attention du public et il l’invite même, par le biais des propos d’Eole, à faire le calme afin de pouvoir assister au spectacle:

Le calme, que je laisse en garde à mes Zéphirs,
Les invite encor mieux à ces nouveaux plaisirs.

Et, pour obtenir une pleine attention, Boyer a l’habileté de placer le public en situation d’attente dès la scène 2 où il apprend que va avoir lieu sous ses yeux le fameux chant des Sirènes, qui ne pourra être perçu que par une oreille attentive. Boyer a donc trouvé un élément efficace pour soutenir l’attention des spectateurs et à ce propos, Aurore Gutierrez note que

la voix est une des manifestations les plus sensibles de l’art de la magicienne et souvent le premier charme dont elle use pour séduire.55

Telle Circé qui, par ce concert, veut séduire ses hôtes, Boyer cherche, non seulement par les charmes la mise en scène mais aussi par les charmes de belles voix à séduire son public. Si bien qu’il est possible de voir dans les deux premières scènes les réminiscences du prologue qui fait office de captatio benevolentiae, Eole donne en effet peu de renseignements sur l’intrigue, il s’en tient au nécessaire et à l’éloge d’Ulysse, laissant ce soin aux personnages qui interviennent dès la scène 3 et fournissent jusqu’à la fin de l’acte I tous les éléments nécessaires à la compréhension de l’intrigue. Malgré tout, Eole donne des informations importantes et le recours à la machinerie n’a pas pour unique but de retenir l’attention du public par la beauté de la représentation. Eole apprend ainsi au public qui est Périmède et les raisons de sa présence sur scène, informations capitales qui permettent au public de ne pas être perdu dans ce début in medias res. Mais surtout l’intervention d’Eole donne un certain dynamisme à la scène et empêche que l’exposition, du moins les premières scènes, soit trop artificielle. En effet, ce face à face du dieu et de Primède permet d’éviter dans un premier temps le schéma où l’un des personnages raconte à un autre des évènements passés que ce dernier sait déjà, uniquement dans le but d’informer le spectateur, comme le dit J. Scherer56, ce type d’exposition est peu « vraisemblable » et révèle aussitôt son artificialité. Tout l’intérêt de Périmède réside donc en partie dans le fait qu’il est dans la même situation que le spectateur57, tout juste naufragé sur une île, il ne sait pas, jusqu’à ce que Eole le lui dise, qu’il est dans l’île de Circé où séjourne depuis un an celui qu’il recherche. Périmède l’apprend donc en même temps que le spectateur ce qui enlève à la scène toute artificialité et même toute invraisemblance, les dieux intervenant couramment dans les oeuvres homériques pour informer les humains. L’intervention d’Eole dès la première scène permet une ouverture dynamique, accentuée par le mouvement des flots agités, on le voit courroucer ses vents puis dialoguer avec Périmède qu’il engage à agir sous peu. Ulysse arrive provoquant le départ du dieu et l’action à proprement parler peut débuter. Boyer utilise donc tous les ressorts de la machine afin de former le début d’une exposition particulièrement efficace à captiver le public.

Dénouement par deux ex machina et portée morale §

Le dénouement d’Ulysse a souvent retenu les esprits parce qu’il est une apothéose d’effets spectaculaires. Avant d’évoquer le recours au deus ex machina, il faut noter que le dénouement de la pièce s’opère en deux temps : il concerne d’abord Ulysse qui parvient par son adresse rhétorique à convaincre Circé de le laisser partir. Ce dénouement reste assez classique et diffère bien de celui qui est engagé dès la scène 4 quand Leucosie annonce la mort d’Elpenor et l’enlèvement de Phaëtuse par Euriloche. Ulysse apparaît sur scène pour la dernière fois à la scène 5 et les sept autres scènes sont centrées sur Euriloche et les filles du Soleil dont il faut aussi fixer le sort pour que la pièce finisse. C’est alors qu’intervient dans les toutes dernières scènes la machine afin de débloquer l’action. Le dénouement par deus ex machina était vivement condamné par les théoriciens. En effet, pour eux il ne relevait pas de la nécessité mais du hasard et ne découlait pas de la bonne ordonnance de l’action. Le deus ex machina serait donc la preuve d’une faiblesse du dramaturge ce qui n’est pas le cas de celui d’Ulysse. Il faut en effet rappeler que, quelles que soient les modifications apportées par Boyer, ce dénouement est appelé et donc justifié par la source elle-même où Euriloche mourait déjà foudroyé par Jupiter. En outre, l’intervention du dieu a été en quelque sorte préparé au cours de la pièce par les propos de Sisyphe qui apostrophait à la scène 1 de l’acte IV Jupiter comme l’exécuteur de la justice et des châtiments, de telle sorte qu’il apparaît peu surprenant voire légitime qu’il intervienne pour rendre justice à Phaëtuse et punir Euriloche alors que les hommes ne le pouvaient plus. De la même façon, la manière dont périt Euriloche avait elle aussi été évoquée un peu plus tôt par Circé, quand elle déclarait que

[Ses] charmes auroient pû faire perir Ulisse ;
Ouvrir dessous ses pas un gouffre, un precipice ;
Par la rage des vents deschirer son vaisseau ;
L’embraser d’une foudre, ou l’abismer dans l’eau.

Si elle ne le fait pas pour Ulysse, préférant vouloir ne devoir sa vengeance qu’à elle-même et non aux dieux, elle le fait pour Euriloche qui est hors de portée. En outre, Boyer par le récit de la mort d’Elpenor et par la résolution du nœud qui concerne Ulysse a montré qu’il maîtrisait les différents types de dénouements traditionnels, si bien que le recours au deus ex machina semble moins une faiblesse de composition qu’une volonté délibérée d’y recourir à des fins précises. Au premier abord la forme du deus ex machina permet à Boyer de donner à sa pièce un dénouement des plus spectaculaires pour finir de ravir le public : les éléments se déchaînent avec bruit, le Soleil et Jupiter apparaissent avec un apparat assez surprenant, Circé et Leucosie elles-mêmes sont sur un char, la foudre tombe et un dauphin sauve Phaëtuse. Le spectaculaire cependant encore une fois n’est pas la seule fin des machines et il contribue à appuyer la portée morale soulevée par le crime d’Euriloche. En effet, la machine, qui permet aux dieux d’intervenir, rend visibles les puissances divines qui gouvernent les hommes et règnent sur leur destin, tel que l’exprime Jupiter aux vers 1945-1948. Ainsi, même si Euriloche est parvenu à échapper à la justice humaine en prenant la fuite,

Il ne peut eschaper aux vengeances des Dieux.

La portée morale paraît clairement avec ce vers de Circé qui est énoncé comme une sentence : la justice quoiqu’il arrive est faite et les coupables, même s’ils parviennent à échapper à la justice humaine, sont tôt ou tard punis par les dieux. La machine sert donc un dessein moralisateur, bien présent dans le texte à travers le dialogue du Soleil et de Jupiter. Ce dernier, en effet, n’apparaît pas uniquement pour foudroyer Euriloche mais il apparaît au moment même où il décide, convaincu par les justes raisons du Soleil, de rendre justice à Phaëtuse. La scène 8 s’apparente alors à une scène de jugement dont le public est l’assistance et c’est au cours de cette scène que Jupiter démontre au Soleil qu’il punit non pas par vengeance mais avec une justice équitable et raisonnée, non soumise aux passions :

Ma justice punit sans nulle violence ;
Libre des passions, qui forment la vengeance,
Elle agit d’elle mesme, et d’un esprit esgal
Repand sur l’univers et le bien et le mal,
[…] Je veux vanger la terre, et non pas ta douleur.
C’est pour un bien commun qu’un Dieu vange un outrage ;

Jupiter décrit un idéal de justice, qui oublie ses intérêts propres, et invite le Soleil à suivre les mêmes préceptes s’il veut être juste et non pas soumis à la tyrannie des passions :

C’est comme il faut agir, si tu veux m’imiter.

Le projet d’édification morale est bien énoncé et il s’agit de donner un modèle de justice que chacun se doit d’exercer avec la même grandeur que Jupiter. La présence des dieux permet de déployer un discours moral (notons que déjà à la scène 2 de l’acte I, Eole se montrait quelque peu moralisateur face à Périmède aux vers 27-30) et de fait ce dénouement montre que la machine ne privilégie pas toujours le placere au docere et va même parfois dans le sens de l’utile dulci. Elle se dote d’une valeur symbolique forte et grâce à elle, le dramaturge peut espérer, en magnifiant son spectacle, toucher davantage les émotions du public et par là même son esprit.

Une tragi-comédie des passions §

Nous avons tenté de montrer que les machines ont une place majeure dans l’action d’Ulysse néanmoins, le véritable moteur de l’action demeure la passion et les machines lui restent subordonnées. Ainsi, s’il est question de magie dans Ulysse, magie de Circé et magie du spectacle, l’intrigue s’ordonne autour de cette passion puissante qu’est le charme amoureux. L’histoire homérique est métamorphosée en intrigue amoureuse et Boyer a inséré les personnages de l’Odyssée selon le schéma bien connu de la chaîne amoureuse. Dans Ulysse, cette chaîne est dédoublée : d’une part nous avons la chaîne formée autour du héros : Circé aime Ulysse qui aime Pénélope et en est toujours aimé, pour lui l’unique enjeu est de parvenir à la retrouver tandis que Circé tente par tous les moyens de se faire aimer d’Ulysse et d’empêcher son départ. D’autre part nous découvrons une chaîne typique, formée par les quatre autres personnages principaux : Leucosie aime Euriloche qui aime Phaëtuse qui aime Elpenor et en est aimée. Ainsi, non pas une chaîne mais deux, dont les aléas de chacune influent sur le devenir de l’autre si bien que l’action reste dans une certaine mesure unifiée puisque les deux intrigues sont étroitement liées. Elles le sont notamment par l’intervention d’Euriloche, qui a un rôle déterminant dans la mise en place du nœud, en tant que confident d’Ulysse, il apprend son désir de rentrer à Ithaque, désir périlleux mais qui n’empêche pas Euriloche de le trahir auprès de Leucosie. Circé, informée en coulisse par sa sœur qu’Ulysse veut rejoindre Pénélope, est alors en proie au désespoir et à la mélancolie et c’est sa passion insatisfaite qui détermine une partie des péripéties de la pièce. De la même façon, Euriloche a un rôle clé dans sa chaîne puisqu’il utilise Leucosie afin de séparer Phaëtuse de son rival. Aimé d’elle il feint un amour réciproque (I, 6) pour mieux la manipuler quand il se rend compte qu’il s’est perdu auprès de Phaëtuse (II, 3) . C’est ainsi grâce à la passion aveugle de Leucosie qu’Euriloche parvient à ses fins. À l’origine de tous ces nœuds est la décision d’Ulysse, elle-même motivée par l’amour conjugal et la douleur de la séparation puisque c’est la réception d’une lettre de Pénélope qui ravive son amour et le décide à partir. L’amour est donc le moteur de l’action, les passions motivent l’action ou l’entravent (la passion de Circé retarde le retour d’Ulysse) et celle-ci est organisée par les différentes chaînes d’amoureux qui le plus souvent suivent leurs passions. Leurs passions et non leur passion car de fait, l’amour n’est pas la seule passion représentée dans Ulysse. À l’amour viennent s’ajouter l’ambition, l’orgueil, la haine et la jalousie qui entraînent la vengeance. Les personnages sont différemment soumis à ces passions selon leur caractère mais aussi selon leur position dans la chaîne. L’on constate toutefois que tous se réclame de leur gloire qu’il se refuse à laisser être offensée. Boyer illustre dans Ulysse différentes façons de se laisser aller à la passion et il s’agit à présent d’étudier la manière dont Boyer exploite le traitement des passions et des caractères afin d’illustrer comment la passion peut transformer l’ethos d’un personnage.

Amour et galanterie §

Comme de nombreux dramaturges, Boyer n’échappe pas à l’influence d’une conception galante de l’amour, issue des discussions qui avaient lieu dans les salons. La grandeur du héros et même son héroïsme se mesurent à présent à sa faculté de servir et d’aimer selon des lois sa maîtresse, érigée en déesse. Le ton galant est donné dès le début de la pièce avec la lettre de Pénélope où apparaît l’expression d’une nouvelle conception de la gloire :

Sans doute ingrat Ulisse ; et quelqu’autre beauté
Pour vanger Ilion en foüillant ta victoire
Te dérobe la gloire
De ta fidélité.

La gloire n’est plus seulement guerrière mais bien plus, elle réside dans la constance amoureuse si bien que l’infidélité devient dans les commentaires passionnés d’Ulysse un crime horrible. Les termes ne sont pas seulement hyperboliques mais traduisent avec justesse à quel point l’amant doit être dévoué à sa maîtresse, et qui plus est à sa femme. Mais, la lettre de Pénélope ne fait que donner le ton de la pièce, tout comme les quelques flatteries qu’Ulysse offre à Circé (v. 195-196 et v. 207-208) ou Euriloche à Leucosie (v. 216) qui sont de rigueur lorsque l’on est galant et, c’est avec Phaëtuse et Elpenor que s’illustre de façon plus approfondie l’amour galant. Aussi, l’acte II qui s’ouvre sur le couple heureux de bientôt pouvoir faire un mariage d’amour en donne certaines caractéristiques développées tout au long de la pièce. L’amour pour ces deux amants apparaît comme l’unique source de bonheur à compter qu’il soit réciproque, ce qu’Elpenor énonce sous forme de maxime :

Quand deux cœurs bien unis s’accordent en desirs,
Ce qu’on nomme des fers sont des nœuds de plaisirs,

Au point qu’il devient un absolu et l’unique préoccupation des amants. De sorte que si Elpenor envisage de rendre à Phaëtuse la couronne c’est non moins pour la servir que pour assouvir son ambition :

Non que plein de l’espoir dont vous m’avez flatté,
Au bonheur sans pareil, que vostre hymen me donne,
J’aspire d’adjouster l’éclat d’une Couronne,
Alors que vos beaux yeux me sceurent asservir,
Je bornay tous mes vœux à l’heur de vous servir ;

Pour les galants, l’ambition du pouvoir s’oppose à l’amour et celui-ci, quand il est sincère ne vit que pour lui-même et n’a besoin que de l’être aimé (tel est le sens des propos de Phaëtuse aux vers 501-528) sans quoi, amour et ambition entrent en conflit et l’amour est remis en cause (v. 518) . Pour l’amant galant, la femme aimée devient donc une « divinité » (v. 1510) qu’il s’agit de servir avec dévotion et honneur, et cela même au prix de sa mort. En effet, si la fidélité est une gloire, mourir pour sa maîtresse en est une bien plus grande et le héros éprouve même du bonheur à l’idée de mourir pour servir celle qu’il aime :

Mais c’est perir pour vous et pour vostre querelle,
Je treuve un tel destin si beau, si glorieux,
Que j’oserois m’armer mesme contre les Dieux.

L’amour se veut un absolu, l’amant n’est plus rien sans sa maîtresse si bien que, quand Elpenor se croit méprisé à l’acte III, il affirme à l’acte IV n’avoir d’autre issue que la mort, puisque l’indifférence de Phaëtuse lui a ôté toute la valeur que lui avait donné plus tôt son amour :

Puisqu’un si grand amour, quoy que peu mérité
Donne au peu que je vaux toute sa dignité,
Et jette sur mes jours tant de gloire et d’estime.

L’amant s’en remet donc totalement à celle qu’il aime et la scène 2 de l’acte II qui marque l’affrontement d’Elpenor et d’Euriloche est assez révélatrice. Elpenor contraint par son amour à respecter la volonté de Phaëtuse est raillé par Euriloche aux vers 575-579 qui tente par là d’en octroyer lui-même le droit. Face au dévouement d’Elpenor il finit par déclarer que :

Tout l’honneur d’un amant est dans l’obeissance,

et si ce vers est prononcé par Euriloche il pourrait constituer une maxime galante qu’Elpenor satisfait quand, pour éviter un affrontement trop violent entre les deux rivaux, Phaëtuse lui demande de quitter la scène, ce qu’il exécute sans trop de résistance. Ainsi, parce qu’il est fidèle à la volonté de sa maîtresse, Elpenor n’agit pas et n’influence pas la progression de l’action : c’est Phaëtuse qui se chargera de venger l’affront qui lui est fait et il n’aura plus à reconquérir le pouvoir pour sa bien-aimée puisque Circé le lui rend d’elle-même (Phaëtuse refuse ce don par reconnaissance et car éprise d’un amour absolu elle n’est soumise à aucune sorte d’ambition) . De même quand Elpenor voudra tuer celui qu’il croit son rival il ne le pourra pas puisque sous l’emprise du charme de Circé Euriloche apparaît à lui sous les traits de Phaëtuse. Elpenor est donc toujours soumis à des forces qui l’empêchent d’agir mais la principale reste l’amour et la dévotion à sa maîtresse. À l’inverse Phaëtuse, qui est loin de l’image de la jeune fille réservée, se révèle des plus passionnées (l’on retrouve notamment la description du coup de foudre aux vers 413-416, très courant dans les tragi-comédies où il est la plupart du temps soudain et irrésistible) . À deux reprises dans la pièce, elle exprime avec fierté le pouvoir qu’elle a de venger les offenses faites à son amant : d’abord à la scène 3 de l’acte II quand elle ne veut pas risquer de le perdre, puis à la scène 6 de l’acte V quand Elpenor est mort par les coups d’Euriloche (v. 1926-1928) . Elpenor tout au long de la pièce apparaît comme le parfait amant galant, qui jusqu’au dernier souffle ne pense qu’à sauver Phaëtuse, au point que « nul ne peut dignement / Apres un tel heros se dire [son] amant » (v. 2065-2066) .

Passion et tyrannie §

Si Elpenor est un personnage qui n’agit pas, au contraire Euriloche, son rival est l’un des moteurs de l’action. Pourtant, ils ont la même résolution de rendre le pouvoir à Phaëtuse, et l’écart entre les deux s’explique par le fait qu’ils ne sont pas soumis aux passions de la même façon ni surtout aux mêmes passions. Euriloche se montre à la fois épris d’amour pour Phaëtuse et pour le pouvoir qu’il compte atteindre par le mariage avec l’héritière légitime :

Je l’ayme d’autant plus qu’elle doit estre Reyne ;
Et qu’ainsi mon espoir triomphant à son tour
Elle peut couronner ma teste et mon amour.

À la passion amoureuse s’ajoute l’ambition et Euriloche s’oppose donc à l’image de l’amant galant (d’autant plus que Périmède révèle son inconstance aux vers 275-276 : « Vous aurez donc tousjours / Dedans tous les climats de nouvelles amours » ), il est même celui qui violente sa maîtresse en la ravissant et compte obtenir son amour par la force. L’on retrouve le type même du rival tragi-comique qui, par jalousie, entreprend tout ce qu’il peut pour faire disparaître son rival, mais on le découvre aussi soumis à une ambition qui dépasse la satisfaction amoureuse et à un orgueil tel qu’il n’admet aucune défaite. Son ambition éclate dans un premier entretien avec Périmède qui lui indique qu’il sait que

Vostre grand cœur sans cesse à commander aspire,
Ne s’assouvit de rien, peut tout ce qu’il desire ;
Juge pour s’aggrandir tout moyen glorieux.

Le portrait que fait Périmède d’Euriloche souligne l’ambition qui caractérise le personnage, à tel point que même les actes infamants comme la trahison (dès le début de la pièce il rejette les prérogatives de son devoir, au vers 391), le meurtre et l’enlèvement ne le rebutent pas et même, une fois accomplis ces forfaits, il n’en éprouve aucun remords et se flatte même d’avoir satisfait sa passion (v. 1848-1872) . L’ambition et l’orgueil d’Euriloche n’ont pas de limites et c’est ce qui le perd : plein d’hybris il n’envisage pas d’être puni par les dieux qu’il croit de son côté après les crimes qu’il a commis et même il les croit impuissants face à la force de son amour (v. 1903-1914) avant d’être foudroyé par Jupiter. Cependant Euriloche ne se montre pas toujours aussi sûr de lui : dans le premier acte il confie à Périmède avoir été décontenancé par ses passions contre lesquelles il a lutté en vain (v. 284-296) et sur scène à deux reprises, par le biais de monologues relativement brefs, il se montre un instant en proie à la peur et au doute qu’il appelle « lachetés » et qualifie d’« indigne » avant de retrouver son aplomb et sa détermination. Dans le premier monologue (II, 4), Euriloche se reproche d’abord de s’être laissé aller à sa passion, mais il lui faut peu de temps pour en être satisfait et trouvant des solutions et du courage dans l’adversité il décide de s’en remettre à Leucosie pour parvenir à ses fins. Par ce monologue Euriloche s’encourage à agir (l’apostrophe et les superlatifs y participent) et ses passions motivent l’action puisque c’est à la scène suivante qu’il va tramer son complot en utilisant Leucosie. De même, à la scène 8 de l’acte IV, s’opère le même schéma : un instant en proie au doute Euriloche se reprend et affirme clairement suivre ses passions :

Amour de Phaëtuse, amour de la couronne,
Je m’abandonne à vous, et sans plus contester
Commandez, je m’appreste à tout executer.

Cette affirmation prépare les dernières actions d’Euriloche et accroissent la tension dramatique. L’abandon aux passions est donc total chez Euriloche si bien qu’il prend les traits du tyran qui agit uniquement dans ses propres intérêts, amoureux mais aussi politiques puisqu’il veut

Regner sans compagnon, aimer sans jalousie,
Perdre Ulisse, Elpenor, ou bien les esloigner,
L’un nuit à mon amour ; tous deux peuvent regner.

Et par orgueil et souci de sa gloire il ne supporterait pas qu’Elpenor lui ravisse et Phaëtuse et le trône (v.752-763), l’on retrouve d’ailleurs souvent la rime victoire/gloire dans les propos d’Euriloche qui est assez significative de ses ambitions. Comme beaucoup de pièces, pouvoir politique et passion sont liés mais dans Ulysse le premier est subordonné au second et ne conduit à aucun dilemme puisque les deux peuvent être satisfaits grâce à Phaëtuse.

Les allusions au pouvoir politique sont aussi rendues possibles par le statut de Circé, dont la légitimité du règne est attestée ou non selon les personnages. Phaëtuse, reconnaissante, récuse l’image d’une Circé reine et tyran que lui propose Elpenor (v. 483-484) tandis que bien plus tôt Euriloche n’avait pas non plus hésité à la dépeindre de la sorte (v. 324-333), son statut de tyran justifiant alors ses velléités pour la couronne. Circé agit donc de façon tyrannique parce qu’elle est désignée à plusieurs reprises comme une usurpatrice qui tarde à rendre la couronne à sa sœur, si bien qu’à la différence d’une reine légitime, elle peut se laisser subvertir à ses passions. De fait, Circé apparaît totalement animée par la passion amoureuse dans la quasi-totalité de la pièce. Elle s’oppose ainsi dans un premier temps à la typologie des personnages établie au XVIIe siècle, où une reine, comme le roi, doit être généreuse, digne et irréprochable et se consacrer avant tout au bonheur de ses sujets. Or la plupart du temps, Circé agit dans ses intérêts propres, notamment en ce qui concerne Ulysse contre qui elle use de son pouvoir (bien qu’elle s’en dédise, v. 885-886) en espérant se faire aimer. Les qualités censées être celles d’une reine sont donc subverties par les passions dont la force s’accroît d’acte en acte, elle apparaît ainsi tour à tour sujette à la mélancolie, à la jalousie, à la colère et même la haine qui conduit au désir de vengeance, jusqu’au renversement final. Circé est donc tyran dans le sens où elle n’hésite pas à recourir à sa magie pour servir ses intérêts, la tyrannie politique reste peu évoquée et la pièce est avant tout une intrigue amoureuse. En outre, lorsque Circé intervient en tant que reine, au moment où elle doit rendre justice à l’outrage fait à Elpenor par Euriloche celle-ci paraît assez juste et généreuse en leur infligeant un sort qui doit les conduire à faire la paix. Et si l’ethos de Circé est subverti par le pathos il faut noter qu’à la différence d’Euriloche, la passion ne conduit pas au crime irréparable mais « uniquement » à un artifice infamant pour son honneur. Qui plus Circé montre avoir un sens de l’honneur quand elle redonne à Phaëtuse le pouvoir qui lui revient de droit (v. 1600-1604), elle se montre alors comme l’aînée bienveillante et la reine responsable qui a veillé sur l’état pendant que Phaëtuse était dans l’impossible de régner. Les motivations de sa prise du pouvoir sont donc moins tyranniques qu’Euriloche voulait le croire, et Circé retrouve toute sa grandeur de reine et de déesse quand, convaincue par les propos d’Ulysse et laissant la raison et sa vertu reprendre le pas sur ses passions, elle se résout à le laisser partir. Du tyran potentiel qu’elle paraissait elle redevient une grande reine, généreuse, qui sacrifie son amour à son honneur. Et sa générosité est d’autant plus grande que forte est sa douleur et qu’elle doit lutter contre elle-même :

Mon … helas ! je retombe, et crains ce que je fais,
N’importe malgré moy je vous rends à la Grece ;

Circé retrouve alors la gloire qu’elle avait perdue en recourant aux artifices magiques comme le signale Ulysse dans la réplique suivante (v. 1839-1842) et son apparition sur un char à la scène 9 consacre sa victoire et sa grandeur. Aussi à la toute fin de la pièce peut-elle tirer une leçon de ce qu’elle a éprouvé et condamner les passions trop destructrices:

Mes sœurs puisque le sort nous oste nos amants
Reprenons toutes trois nos premiers sentimens ;
Pour affranchir nos cœurs de ces malheurs extremes
Vivons sans passions, et Reynes de nous-mesmes.

Circé que l’on pouvait rapprocher d’Euriloche par ses artifices s’en éloigne donc tout à fait, notamment parce que leur ethos n’a pas la même grandeur, chacun correspondant à un type bien défini, tandis que Circé était seulement « égarée » Euriloche reste par essence le traître et rival perfide.

L’amour et le tragique §

Circé est le personnage qui a les trois plus longs monologues de la pièce (II, 6 ; IV, 6 et V, 2), placés non pas à la fin des actes ils donnent matière à l’action, du moins renseignent sur les intentions de Circé et par là contribuent à accroître la tension dramatique. Ainsi dans le premier elle explique comment elle compte reconquérir Ulysse puis elle s’affirme prête à le tuer s’il ne tient pas sa promesse, le spectateur sachant qu’Ulysse au courant de l’artifice est déterminé à partir ne peut que trembler face aux propos de Circé qui, en outre croissent en violence dans le dernier monologue qui conclut par « Il faut mourir » . Comme ceux d’Euriloche, les monologues de Circé révèlent ses doutes et ses tergiversations sur les actes qu’elle s’apprête à faire et qui la font déchoir du haut rang qu’est le sien. Circé sait que ses artifices sont infamants et qu’ils nuisent à sa gloire : « A quoy me reduis-tu / Amour qui vas trahir ma gloire et ma vertu ? », mais elle décide finalement à chaque fois de suivre ses passions. C’est de cette division intérieure constamment révélée par les monologues (où elle est souvent exprimée par les nombreuses apostrophes que Circé fait à elle-même et à sa passion personnifiée ou quand au plus fort de son désespoir elle invoque les dieux) que naît peu à peu le tragique jusqu’au moment où ayant conscience de la honte qu’elle inflige à son rang elle demande un bref instant la mort à son père (v. 1425-1434) . En outre, ces doutes sont importants dans le sens où c’est par l’idée même de gloire et des valeurs de hiérarchie sociale qu’Ulysse parvient finalement à la convaincre de renoncer à son amour :

La fille du Soleil doit vivre dans ce lieu
Sans Roy, sans compagnon, ou la femme d’un Dieu.

La tragédie de Circé veut que son rang l’empêche d’épouser un humain, malgré l’extrême passion qu’elle ressent pour Ulysse dont elle laisse exploser la violence dans chacun de ses monologues. Mais cette violence est à même de susciter à la fois la pitié et l’admiration du spectateur qui voit une Circé déchirée lutter contre elle-même. Ses monologues sont à chaque fois des plaintes élégiaques particulièrement pathétiques, la montrant comme une reine qui déchoit aussi de son rang de déesse car elle ne peut résister à sa passion et au désespoir d’avoir perdu un bonheur qu’elle avait eu tant de difficulté à conquérir. Le pathétique s’accroît encore quand Circé constate que, malgré sa puissante magie, elle ne peut se faire aimer d’Ulysse. Il est ainsi d’autant plus grand que sa magie est aussi puissante à agir sur le monde qu’impuissante à la faire aimer (v. 809-812 ; v. 829-830) et que, par ironie, elle se découvre elle-même « charmée » par l’amour (v. 833-834) . Charmes magiques et charmes amoureux entrent donc en conflit et Circé découvre que son pouvoir, tels celui des humains, est limité. La tragédie est bien celle à la fois d’une déesse et d’une femme :

Si j’ay fait plus qu’un Dieu pour signaler ma flame,
Par mes soubmissions je fais plus qu’une femme
Et j’assemble pour luy tous les traits, qu’à leur tour
Mon sexe et mon sçavoir prétent à mon amour.
De ces faits esclatans que produisent mes charmes,
Je descens aux souspirs, je descens jusqu’aux larmes.

La rime charmes/larmes, permise par la métaphore filée de l’amour-charme magique, devient une rime clé de la pièce et s’applique à Circé mais aussi aux autres personnages qui ressentent le désespoir amoureux. La magie a ses limites si bien que le sentiment d’échec est constant dans toute la pièce et même quand Circé pense avoir reconquis Ulysse le doute s’installe malgré elle (v. 1460-1464) laissant à nouveau place au désespoir. Le tragique de la pièce est celui de l’échec de la toute puissance et il se nourrit de ce sentiment paradoxal d’impuissance qui accroît le pathétique à mesure que se confirme l’échec de Circé. Aussi à l’acte IV tout le pathétique éclate quand Circé qui n’a malgré tout pas perdu le sentiment de sa gloire (v. 1445-1452) la rejette, persuadée qu’elle va enfin connaître le bonheur d’être aimée (v. 1419-1424), alors que celui-ci apparaît définitivement vain. La tonalité tragique de la pièce naît donc en partie de la confrontation entre charme magique et charme amoureux dont le premier ne parvient à triompher du second et les monologues de Circé permettent ce passage du merveilleux au tragique.

L’esthétique baroque dans Ulysse §

Cette démesure des passions qui dévorent les personnages est l’une des marques de l’esthétique baroque et A. Cioranescu constate que « dans l’ensemble le théâtre baroque mise sur le jeu symétrique des sentiments contrariés », observé dans Ulysse grâce au principe de la chaîne amoureuse. Généralement le genre tragi-comique et les pièces à machines sont associés au mouvement baroque à l’opposé de la tragédie plutôt liée au classicisme. S’il ne faut pas établir des catégories trop étroites, il faut néanmoins reconnaître que ces deux genres se prêtent le mieux à exprimer les grandes thématiques du baroque qui, comme ces deux genres, « se complaît dans l’irrégulier »58. D’un côté les machines sont les plus aptes à suggérer le mouvement et la multiplicité des apparences qui ne peuvent être perçus que par les sens, de même que l’importance du décor dans les pièces à machines s’accorde avec l’importance donnée par les auteurs baroques à l’architecture et au passage du statique au dynamique. D’un autre côté la tragi-comédie par les multiples rebondissements qu’elle admet permet de mieux représenter les changements de fortune que peuvent subir les personnages et proposer ainsi un dénouement bien différent de la situation initiale. Mais le baroque est aussi un art des images où l’on tente de tout traduire en éléments visuels si bien que la distinction entre l’extérieur et l’intérieur tend à s’amenuiser et à se confondre, nous avons tenté de le montrer plus tôt avec le traitement de l’hypotypose et la valeur symbolique des changements de décor qui participent de cette esthétique. L’esthétique baroque qui donne une place importance aux sens s’accorde alors parfaitement avec la dramaturgie des pièces à machines qui privilégie le visuel et de manière plus large le spectacle. Aussi ces pièces proposent souvent un monde de métamorphoses commandé par Circé ou ses représentants, comme l’a précisé Jean Rousset dans La littérature de l’âge baroque en France où le premier chapitre de son livre est consacré à la magicienne qu’il caractérise ainsi :

Circé, c’est la magicienne qui […] touche les choses, et les choses ne sont plus ce qu’elles étaient ; elle regarde le paysage et il se transforme. Il semble qu’en sa présence l’univers perde son unité, le sol sa stabilité, les êtres leur identité ; tout se décompose pour se recomposer, entraîné par le flux d’une incessante mutation, dans un jeu d’apparences toujours en fuite devant d’autres apparences59.

Telle est la Circé d’Ulysse qui transforme le chant mortel des Sirènes en chant d’amour, qui fait découvrir au spectateur le monde souterrain et métamorphose le monde terrestre, qui parvient à donner à Euriloche l’apparence de Phaëtuse aux yeux d’Elpenor et se flatte de pouvoir bouleverser l’univers. Si la présence de Circé et des autres dieux mythologiques garantit le spectaculaire elle permet aussi de donner à Ulysse l’atmosphère baroque.

Le baroque se plaît à montrer le monde en mouvement et dans ce but les éléments naturels sont vivement sollicités par les auteurs. Mais pas n’importe quels éléments, les favoris étant ceux qui sont les plus changeants et donc plus adaptés à révéler l’instabilité du monde autrement dit, le vent et les nuages (qui ouvrent et ferment notre pièce), mais surtout l’eau qui a une place de choix dans l’univers baroque et dans Ulysse puisque l’île de Circé, comme toute île, est environnée d’eau que l’on voit successivement agitée, calme puis à nouveau furieuse. De même l’eau en mouvement, qui selon Jean Rousset « nous porte au cœur du baroque »60, apparaît dans le songe que rapporte Ulysse « Où la beauté de l’onde, et l’aymable murmure /Des flots » participent à la beauté du locus amoenus qu’il décrit. Le monde baroque est tout en mouvement mais il est aussi complexe et riche car le mouvement n’est plus seulement horizontal mais vertical, « la scène baroque est centrifuge »61 et donne à voir la terre mais aussi les enfers et le ciel. Elle révèle alors la complexité d’un monde instable sur lequel l’homme n’a pas le contrôle.

Si le monde est en mouvement, la vie l’est aussi, qui conduit toujours à la mort. Cette conception de la vie qui n’est parfois que le masque de la mort a donné naissance à un théâtre dit de la cruauté où la mort, les cadavres et le macabre sont vivement représentés. Un passage d’Ulysse rappelle ce théâtre, c’est celui de la description que fait Sisyphe du corps de Pénélope morte, par le biais d’une hypotypose saisissante décrivant le spectacle de la mort qui transforme les corps même les plus beaux. Ces représentations sont courantes dans la littérature baroque : décrire les morts vise notamment à montrer la vanité des êtres et le fait que la beauté est périssable. Boyer cependant ne s’en tient pas à une simple description de la transformation du corps en squelette ou en ombre, tel que le faisait Anticléa, la mère d’Ulysse, à son fils dans l’Odyssée :

Mais, pour tous, quand la mort nous prend, voici la loi : les nerfs ne tiennent plus ni la chair ni les os ; tout cède à l’énergie de la brûlante flamme ; dès que l’âme a quitté les ossements blanchis, l’ombre prend sa volée et s’enfuit comme un songe…62

La description d’Anticléa se veut moins horrible : coupable d’aucune faute, elle peut reposer paisiblement dans les Enfers, ce qui n’est pas le cas de Pénélope, qui passe pour être morte criminelle, son crime justifiant les tourments qui lui sont infligés. Avec le baroque l’on s’éloigne de cette image de la mort « gracieuse » pour une mort « convulsée »63 dont le mouvement doit susciter l’horreur du public. L’on mesure l’écart entre Homère et Boyer, ce dernier donnant à sa description une portée morale dont le but rejoindrait celui de la fameuse catharsis ou purgation des passions, appuyée par l’effroi qu’elle suscite. L’intérêt de ce passage est qu’il ne représente pas que le spectacle de la mort mais il souligne aussi l’inconstance humaine, autre grand thème de la littérature baroque : si le monde est instable, l’homme lui est inconstant et son corps n’est pas seul soumis au changement ses sentiments le sont aussi. Le premier adjectif qu’emploie Sisyphe pour qualifier Pénélope est « infidèle » (le terme, ou son substantif « foi », est l’un des plus employés de la pièce) qui porte en lui toute l’idée d’inconstance et de duplicité qui caractérise l’homme baroque. Mais le portrait de Pénélope par Sisyphe est mensonger si bien qu’il n’a qu’un effet limité et Boyer, bien plus que de suggérer quelques thèmes chers au baroque, les met en scène et leur donne une place dans l’action.

Nous l’avons esquissé dans la partie précédente, tous les personnages, excepté Phaëtuse éprise d’un amour absolu et sincère, sont tiraillés par plusieurs passions ou impulsions opposées : ainsi Euriloche est en proie au doute un court moment, Circé est partagée entre amour, vertu et gloire, Elpenor quant à lui est partagé entre sa gloire personnelle et la gloire de servir sa maîtresse, Leucosie l’est un bref instant entre son amour fraternel et son amour pour Euriloche et Ulysse tergiverse entre l’amour et la haine qu’il ressent pour Pénélope qu’il croit infidèle. Comme le soulignait A.Cioranescu, il est difficile d’être en même temps « amoureux et loyal vassal »64, c’est le cas d’Euriloche, ou femme et reine à la fois si bien que chacun d’eux est double et doit faire à un moment donné un choix qui n’entraîne pas les mêmes actes et les mêmes conséquences sur l’action. Aussi A.Cioranescu conclut que « le personnage est devenu masque et visage » et il l’est d’abord parce qu’il lutte contre lui-même. Cette lutte entre deux penchants apparaît dans les monologues où souvent le personnage qui discourt interpelle par le biais d’une personnification la passion qui s’oppose à ses souhaits les plus forts : Circé par exemple s’adresse à son amour (v. 819-820 et v. 1693) toujours considéré vis-à-vis de sa gloire ou de sa vertu. C’est aussi le cas d’Euriloche à deux reprises en proie au doute qui oppose, son amour et son ambition qui ne font qu’une, à ses craintes d’insuccès. Mais le masque n’est pas toujours lié au doute et il peut parfois prendre le dessus afin de mettre à jour un nouvelle facette du personnage : tel est le cas d’Ulysse qui revêt durant quelques scènes le masque peu glorieux du jaloux tandis qu’Euriloche lui signale combien la jalousie sied mal à son honneur (v. 1043-1044) et correspond si peu à sa personne. Le pathos prend le dessus sur l’ethos pour nous donner une autre image d’Ulysse, qui se laissait pourtant aller à l’inconstance (v. 116-118) avant que la lettre de Pénélope ne « rallume ses soupirs » et ne lui rende « [Sa] premiere innocence, et [sa] premiere amour » . Ce retour au premier amour, tandis que le héros avait été charmé par une femme, est un ressort, voire un sujet, couramment utilisé dans les tragi-comédies de l’époque où l’on se plaisait à montrer les cœurs inconstants. Si bien que Boyer le réutilise avec Elpenor mais d’une façon un peu particulière puisque, s’il croit Phaëtuse inconstante, c’est par l’aveu de la fausse Phaëtuse sous le masque duquel se cache Euriloche. La duplicité et l’inconstance supposées de Phaëtuse sont donc faussées et si le public le sait, elles permettent de donner quelques scènes de dépit amoureux qui conduiront à des retrouvailles passionnées. Ces scènes avec celles qui montrent Ulysse en proie à un désespoir illusoire permettent d’aborder un autre thème baroque qui est celui de l’illusion, de même que l’inconstance et la duplicité des personnages permet d’aborder les thèmes du mensonge, de l’hypocrisie et de la tromperie. En effet, les personnages qui sont masque et visage s’illusionnent très peu sur eux-mêmes et cherchent surtout à cacher leur vrai visage aux autres, si bien qu’Ulysse semble parfois un jeu de masques. Les autres personnages sont en effet pour chacun des obstacles, puisqu’ils s’opposent à leur intérêts ou à la pleine réalisation de leur souhait, qu’il faut tromper pour parvenir à ses fins. Leur duplicité éclate alors au grand jour ; c’est le cas d’Ulysse qui, pour espérer pouvoir regagner Ithaque, ment à plusieurs reprises à Circé de peur de subir sa haine (v. 157-158), d’abord sur les raisons de son tourment, puis sur les motivations de sa descente aux Enfers, enfin sur les raisons qui le poussent à refuser de l’épouser. Mais c’est aussi le cas d’Euriloche qui joue constamment un double jeu avec Ulysse et avec Leucosie et le public découvre son vrai visage grâce à ses entretiens avec Périmède et surtout grâce à ses monologues. Les relations des personnages dans la pièce reposent ainsi principalement sur des feintes sentimentales, leurs motivations réelles sont sans cesse cachées et les ressorts de l’intrigue dépendent pour beaucoup de cette duplicité et de cette capacité que les personnages ont à tromper les autres. Ainsi Circé presque en démiurge crée des images trompeuses qu’Ulysse croit vraies, du moins si vraisemblables qu’il se laisse aisément convaincre qu’elles le sont, et Euriloche, habile menteur parvient à tromper la naïve Leucosie afin de mieux l’utiliser. Ces illusions sont fortes au point qu’il est impossible de faire douter Ulysse et Leucosie : Euriloche moins crédule qu’Ulysse à propos du rêve ne parvient à lui faire entendre raison (III, 2) tout comme Phaëtuse qui ne parvient pas à convaincre Leucosie qu’Euriloche n’est pas ce qu’il prétend être (III, 6) . Boyer exploite ainsi les possibilités dramatiques de l’illusion qui commande les actes des personnages trompés, Leucosie agissant avec l’illusion d’être aimée et Ulysse avec l’illusion d’être trompé. L’illusion est présente du début à la fin, dès le début quand Ulysse, mais aussi le public, croit Périmède au service du héros alors qu’il le trompe à la faveur d’Euriloche, puis quand Ulysse ment à Circé et qu’Euriloche fait de même avec Leucosie. L’illusion et le mensonge sont constamment présents dans la pièce et l’on note qu’ils permettent de dénouer l’action différemment. Le dénouement est en partie entraîné par les actes d’Euriloche qui révèlent sa duplicité, et son imposture est découverte par tous personnages à la fin de la pièce, ce qui n’est pas le cas d’Ulysse. En effet, c’est par un mensonge habile que le héros parvient à convaincre Circé de le laisser partir en invoquant des raisons autres que les véritables raisons mais qui sont plus aisément recevables. L’apparence de raisons qu’il lui donne, aussi vraisemblables soient-elles, ne sont le fruit que d’une illusion rhétorique et Ulysse fait se confondre avec succès l’art du mensonge et l’art de conviction. Boyer remet au jour la double image que les siècles ont eu d’Ulysse : les uns ont vu en lui un héros positif, éminemment intelligent, sage et courageux, dont l’art oratoire fait merveille et le sauve de nombreuses situations difficiles, telle est l’Ulysse de l’Odyssée, tandis que d’autres ont vu en lui le type du héros négatif, dont l’habileté à saisir le réel et à le transformer dans ses intérêts est signe de son caractère fourbe, astucieux et obséquieux, si bien que Dante le fait séjourner dans le huitième cercle de son Enfer, l’un des pires. Ainsi Eole, après Boyer dans l’épître, prend le parti du héros positif et courageux à la scène 2 de l’acte I :

Et que de mille maux ce Heros combattu
Fasse aux siècles futurs adorer sa vertu.

Mais il reste que la pièce peut aussi illustrer l’image du héros négatif et menteur. Cette double image d’Ulysse s’intègre parfaitement dans la perspective d’une esthétique baroque, où rien n’est jamais fixé et où l’illusion et la métamorphose de la réalité ne sont plus seulement produites par la magie de Circé mais aussi par l’art oratoire d’Ulysse.

Note sur la présente édition §

Il existe une seule édition d’Ulysse dans l’isle de Circé, ou Euriloche foudroyé achevée le premier décembre 1649 à Paris par Toussainct Quinet65 avec la date de 1650 sur la page de titre. Nous ne connaissons que six exemplaires de cette édition qui présentent quelques différences du point de vue de la pagination et de la ponctuation. Trois exemplaires se trouvent à la bibliothèque de l’Arsenal :

  • – un premier dans le fonds Douay : cet exemplaire in-4°, référencé GD-45481, comporte une erreur de reliure et la pagination erronée s’effectue dans l’ordre suivant : pp 56-57-62-63-60-61-58-59-64 ;
  • – un second dans le fonds Belles Lettres, inséré en première place dans un recueil in-4° dont la référence est 4-BL-3702 ;
  • – un troisième dans ce même fonds, présent en quatrième place dans un recueil factice de référence 4-BL-3551.

Deux exemplaires sont au Département des arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France (site Richelieu) : ils portent les cotes [8-RF-5630] ; [8-RF-5631] et présentent des différences de ponctuation à deux endroits.

Un exemplaire est conservé sur le site François Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France, sous la référence YF-627, non communicable et consultable sur microfiche [MFICHE YF-627] ou [P91/4292] .

Nous avons établi le texte d’après l’exemplaire dont la cote est 8-RF-5631 qui présente la ponctuation la plus cohérente du point de vue du sens.

En voici la description :

1 volume de VIII-131p ; in-4°.

[I] : ULYSSE / DANS L’ISLE DE CIRCE’, / OU/ EURILOCHE / FOUDROYE’. /

TRAGICOMEDIE, / Representée sur le Theatre des Machines du Marais. / DEDIE’E A MONSEIGNEUR / LE PRINCE DE CONTY. / [vignette du libraire] / A PARIS, / Chez TOUSSAINCT QUINET, au Palais, dans la petite / Salle, sous la montée de la Cour des Aydes. / [filet] / M. DC. L. / Avec Privilege du Roy.

[II] : verso blanc.

[III-VI] : Epistre : A MONSEIGNEUR / MONSEIGNEUR / LE PRINCE / DE CONTY.

[VII] : Extraict du Privilege du Roy.

[VIII] : Liste des Acteurs.

1 à 131 : texte de la pièce.

Le texte de la pièce est précédé d’un rappel partiel de titre placé entre deux bandeaux et qui comporte une différence de graphie : ULISSE / DANS L’ISLE / DE CIRCE’.

À la page 38 dans le titre courant “Ulisse” n’apparaît pas suivi de la virgule jusque-là présente, à la page 39 le 3 est mal imprimé et est inversé vers la droite.

Établissement du texte §

Nous avons reproduit le texte de l’exemplaire original choisi en apportant quelques modifications d’usage quand elles s’avéraient nécessaires pour la bonne compréhension de l’œuvre ou quand elles choquaient trop la grammaire et l’orthographe actuelles :

  • – nous avons décomposé les voyelles nasales surmontées d’un tilde par l’ajout d’une consonne appropriée après la voyelle anciennement nasalisée ;
  • – nous avons fait la distinction des voyelles i et u et des consonnes j et v ;
  • – nous avons remplacé ƒ par le s ;
  • – nous avons rétabli ou supprimé certains accents diacritiques en accord avec la grammaire ;
  • – nous avons remplacé & et les autres ligatures de coordination par la conjonction «  et ».

Nous avons conservé :

  • – les différentes orthographes de mots qui présentent des graphies étymologiques et le tiret pour les mots composés qui n’étaient pas encore liés ;
  • – les majuscules, y compris celles qui apparaissent en milieu de vers dans la mesure où elles ont souvent une fonction du point de vue du sens ou de la déclamation ;
  • – l’orthographe différente d’un même mot, notamment en ce qui concerne le redoublement de la consonne, puisque au XVIIe siècle la graphie n’était pas encore fixée ;
  • – la distinction des graphies romaine et italique ;
  • – l’accentuation des mots qui diffère de l’accentuation moderne mais n’était pas non plus encore fixée.

La ponctuation reste celle du texte de travail et seuls les points de suspension ont été uniformisé à trois points lorsqu’ils apparaissaient sous la forme de deux, quatre voire cinq points. Lorsque la ponctuation était illisible, nous l’avons rétablie d’après les autres exemplaires consultés.

Les « t » épenthétiques qui manquaient régulièrement ont été ajoutés entre crochets, sans eux le plus souvent l’alexandrin était incomplet, signe qu’il devait figurer dans le manuscrit.

Cette pièce est écrite en alexandrins mais comporte aussi des octosyllabes uniquement présents dans les parties chantées où le schéma rimique est différent. Les chansons sont reproduites en italique.

Un astérisque * à la fin d’un mot renvoie au glossaire situé à la fin de l’édition, y figurent les mots dont le sens actuel diffère de celui du XVIIe siècle. Les différentes définitions sont issues de deux principaux dictionnaires : le Dictionnaire Universel de Furetière, signalé par (Furet.) et le Dictionnaire françois de Richelet, signalé par (Rich.) .

La page 131 de l’édition comporte après la fin de la pièce une liste des Fautes importantes de l’impression, nous avons directement fait les corrections des fautes relevées dans le texte de notre édition.

Liste des rectifications et des coquilles §

Nous donnons ici la liste des coquilles qui ont fait l’objet de correction. Nous mentionnons d’abord le terme du texte original puis la correction apportée.

Dans l’épître §

Cet Uylsse : Cet Ulysse (page III)

Dans le texte §

Acte I §

v. 30 : Eut : Eût

v. 60 : Echapez : Echapé

v. 141 : N’eut : N’eût

v. 148 : Où : Ou

v. 216 : beautez. : beautez,

v. 274 : bayne : payne

v. 289 : J’approche, : J’approche

v. 314 : cet ile : cette ile

v. 318 : nous-mesme : nous-mesmes

v. 364 : cet : cette

v. 367 : ou : où

v. 371 : ou : où

v. 378 : D’unir ce, : D’unir ce

Acte II §

v. 475 : a : à

v. 495 : ou : où

v. 500 : centre : contre

v. 501 : sujet : sujets

v. 542 : déssein : dessein

v. 562 : encore : encor

v. 575 : EURILOCHE, : EURILOCHE.

v. 586 : mes frayeurs : mes frayeurs,

v. 589 : vostre honneur : vostre honneur,

v. 638 : maistresse : maistresse,

v. 639 : l’a : la

v. 643 : Jai : J’ai

v. 668 : aux soupirs. : aux soupirs,

v. 701 : subçon : soubçon

v. 708 : avec : avecque.

v. 709 : apprenons, : apprenons

v. 717 : cét : cet

v. 726 : incompatible : incompatible,

v. 735 : à : a ; trahit : trahi

v. 823 : longs ; : long,

v. 835 : cét : cet

v. 847 : Fais-là : Fais-la

Acte III §

v. 855 : liste des personnages : EURILOCHE, : EURILOCHE.

v. 858 : à : a

v. 892 : a :à

v. 894 : naistre ? : naistre,

v. 900 : encore : encor

v. 907 : vos pas ? : vos pas

v. 948 : a :à

v. 950 : de plus juste : des plus justes

v. 957 : moy-mesme. : moy-mesme

v. 985 : vay : vray

v. 990 : frape : frapé 

v. 995 : a : à ; esclat : : esclat

v. 1031 : flamme : flamme,

v. 1044 : indigne : indignes

v. 1054 : femme ; : femme,

v. 1067 : malheurs. : malheurs ;

v. 1068 : pleurs ; : pleurs.

v. 1081 : Grece : Grece.

v. 1117 : funeste : funeste.

v. 1135 : vain : vain.

v. 1161 : repete ; : repete,

v. 1162 : traite ; : traite,

v. 1170 : cét : cet

Acte IV §

v. 1229 : de : des

v. 1323 : ces : ses

v. 1231 : jour : jour,

v. 1236 : rocher : rocher,

v. 1292 : a : à

v. 1343 : cet : cette

v. 1348 : encor : encore

v. 1404 : efforts. : efforts

v. 1412 : où : ou

v. 1423 : asseurée. : asseurée

v. 1453 : permis ; : permis

v. 1457 : aujourd’huy ; : aujourd’huy,

v. 1546 : manque : manquez

v. 1561 : a : à

v. 1589 : preparez. : preparez

v. 1593 : amitié. : amitié

v. 1640 : issuë : issuë.

Acte V §

v. 1652 : D’y : dis

v. 1654 : de pensers : des pensers

v. 1659 : honte, : honte ;

v. 1660 : surmonte ; : surmonte,

v. 1665 : à : a

v. 1666 : La rage : La rage,

v. 1669 : a : à

v. 1712 : affront : affronts

v. 1736 : perdoit : perdoient

v. 1754 : un coup, : un coup

v. 1780 : plustost que que : que

v. 1795 : à peine. : à peine

v. 1816 : d’autre soins : d’autres soins

v. 1830 : cét : cet

v. 1874 : souhaits : souhaits,

v. 1875 : dont : d’où

v. 1896 : la foudre. : la foudre

v. 1901 : glorieux ; : glorieux,

v. 1912 : Bannis : banni

v. 1918 : sans Dieux. : sans Dieux

v. 1920 : sans tempeste. : sans tempeste

v. 1922 : un condamné. : un condamné

v. 1928 : vegeance :> vengeance

v. 1945 : m’assis : m’assois

v. 1958 : element, : element.

v. 1960 : suplice ; : suplice ?

v. 1979 : envoye ; : envoye,

v. 2012 : qu’importe, qu’il perisse : qu’importe qu’il perisse,

v. 2021 : eslevées : eslevés

v. 2031 : Ah ! : A

v. 2046 : attenter, : attenter ;

v. 2066 : mon amant : mon amant.

ULYSSE DANS L’ISLE DE CIRCÉ, OU EURYLOCHE FOUDROYÉ. TRAGICOMEDIE,
Representée sur le Theatre des Machines du Marais.
DEDIEE A MONSEIGNEUR LE PRINCE DE CONTY. §

EPISTRE. A MONSEIGNEUR MONSEIGNEUR LE PRINCE DE CONTY66. §

MONSEIGNEUR ;

Cet Ulysse que je presente à vostre Altesse, est bien different de celuy que le [IV] Prince des Poëtes67 a fait le heros de la prudence, & la parfaite idée d’une constance invincible: s’il avoit conservé entre mes mains toutes les beautez de son original, il seroit asseuré de la bonne fortune*, l’estant depuis tant de siecles de son merite & de sa reputation. Ce n’est que l’image d’un si grand homme, que je viens mettre à vos pieds sous la foible imitation d’une vertu* si heroique. Il dépend maintenant de Vostre Altesse, de luy faire voir le jour avec honneur, ou de le laisser pour jamais dans les ombres du theatre, pour y cacher ses deffauts par l’addresse des Acteurs & sous la magnificence du spectacle. Il n’auroit garde, MONSEIGNEUR, d’en décendre ny de quitter un lieu qui luy est si fort avantageux, s’il pouvoit sans en sortir faire sçavoir à Vostre Altesse que plein de ressentiment* pour les tesmoignages d’estime & d’amitié* qu’il a receu de vous sous ses habits naturels, il n’en a pris à la Françoise que pour estre desormais de vostre Cour. Il n’y a que [V] Vostre Altesse qui puisse obliger ses pareils à venir faire leur sejour en France ; pour les y traiter selon leur merite ; il faut les cognoistre comme vous faites parfaitement, & posseder une generosité toute pure & toute eminente comme la Vostre. Tout le monde sçait, MONSEIGNEUR, que cette Royale vertu* est en vous l’ame de toutes les autres ; qu’elle est vostre caractere particulier, & qu’à l’exemple des Heros de l’antiquité, qui se sont faits discerner par des noms empruntés, ou de quelque action esclatante de leur vie, ou de quelque grande qualité attachée singulierement à leurs personnes, nos histoires doivent un jour en parlant de Vostre Altesse vous faire cognoistre à la posterité par le titre de genereux68. Cette magnifique vertu* a fait un bruit sur le Parnasse, qui commence d’en bannir cette honteuse consternation, & cette profonde obscurité, dans laquelle les muses demeuroient depuis quelque temps ensevelies. Voicy, MONSEIGNEUR, entre celles du Theatre la premiere, à ce que je [VI] croy qui se presente publiquement à vous ; toutes ses compagnes ont les yeux tournez sur Vostre Altesse pour voir l’accueil qu’elle luy fera, & regler là dessus toutes leurs esperances.69 Veritablement ce seroit une assez mauvaise politique à cette sçavante société de commettre à la moindre d’entr’elles un essay, que son peu de merite rend extremément dangereux : Elles devroient sans doute venir toutes en corps saluer Vostre Altesse, ou du moins pour s’acquitter d’un devoir, qui luy est si fort important, deputer70 la plus apparente de la troupe. Mais, MONSEIGNEUR, l’impatience de celle-cy leur a osté le loisir d’en deliberer, & c’est par une dévotion particulière qu’elle vient toute seule implorer vostre protection, & vous assurer en mesme temps que tous ses vœux seront exaucez, si elle obtient pour moy d’estre un jour par vostre choix, autant que je le suis par mon inclination,

MONSEIGNEUR, De Vostre Altesse,

Le tres humble, tres obeissant & tres-

passionné serviteur, BOYER.

ACTEURS. §

  • ULYSSE.
  • EURILOCHE. Compagnons d’Ulysse.
  • ELPENOR.
  • CIRCÉ.
  • PHAETUSE. Sœurs de Circé.
  • LEUCOSIE.
  • PERIMEDE, envoyé d’Itaque par Penelope pour chercher Ulysse.
  • MELANTE, Suivant de Circé.
  • Suite d’Ulysse & de Circé.
  • ÆOLE accompagné des Vents.
  • Le Sommeil.
  • LE SOLEIL.
  • JUPITER accompagné des Dieux.
La Scene est differente, selon les divers changemens des Machines.

ACTE I.

ULISSE71 DANS L’ISLE DE CIRCÉ §

SCENE PREMIERE. §

ÆOLE parlant aux vents dans une mer agitée où paroist le debris d’un vaisseau.

Enfans tumultueux des vapeurs de la terre, [A ; 1]
Qui balancez les airs d’une immortelle guerre ;
Qui trainant apres vous le desordre et l’horreur,
Vous combatez vous-mesme avec tant de fureur*,
5 Furieux*72 tourbillons, quel injuste licence73 {p. 2}
Vous soustrait au devoir de vostre obeissance ?
Ulisse assez souvent a senty vos efforts*,
Puisque vostre fureur* l’a jetté sur ces bors,
Sans me monstrer encor dans ce dernier orage
10 Sur ce vaisseau brisé l’effect de vostre rage74.
Ce Grec que Penelope envoye à son époux
Quel crime a-[t-] il commis ? qu’a-[t-] il fait contre vous ?
Ministres insolens des fureurs* de Neptune,
Esclaves dangereux d’une haine importune,
15 Qui pour vanger un fils75 sur Ulisse et les siens,
Meut toute la nature en brisant vos liens ;
Si son ordre vous force à former des tempestes
Allez sur d’autres mers et contre d’autres testes ;
Mais laissez pour Ulisse et pour tous ses vaisseaux
20 Un chemin applani sur l’empire des eaux.
Toy qu’un coup de tempeste a poussé dans cette isle
Et qui dans ce rocher cherches en vain azile,
Sors, Perimede, sors.
{p. 3}

SCENE II. §

PERIMEDE, ÆOLE.

PERIMEDE.

Que voulez-vous grand Roy ?
Dieu des vents, qui vous fait descendre jusqu’à moy.

ÆOLE.

25 Du Heros que76 tu sers les vertus* non communes
Interessent* les Dieux dans toutes ses fortunes* ;
Il sçait que de long-temps je l’ay favorisé :
Et si ses compagnons en eussent mieux usé,77
Ulisse apres le sac de la superbe* Troye,
30 Eût par un prompt retour comblé les siens de joye.
Mais les destins en ont autrement ordonné :
A de plus longs travaux* Ulisse est condamné.
Ils veulent que sa vie en merveilles féconde
Force avant ce retour, l’Enfer, la Terre et l’Onde :
35 Et que de mille maux* ce Heros combattu
Fasse aux siècles futurs adorer sa vertu*.
Revere leurs decrets, et benis ton naufrage,
Qui seul jusques à luy t’a pû78 faire un passage.
Circé depuis un an le retient en ces lieux79 {p. 4}
40 Par un charme* eternel de l’oreille et des yeux.
Il viendra ce matin sur ces humides plaines80,
Jouyr avec Circé du concert des Syrenes :
Le calme, que je laisse en garde à mes Zéphirs,
Les invite encor mieux à ces nouveaux plaisirs.
45 Tâche de l’aborder.

PERIMEDE.

Dieux ! par quel sacrifice…

ÆOLE l’interrompant.

Aeole doit ces soins* à la gloire d’Ulisse ;
A Penelope… il vient. Acheve ton employ.
Zephir demeure icy. Vous autres suivez moy.
Aeole s’envole, et emmeine les vents avec luy.

SCENE III. §

ULISSE, EURILOCHE. Suite. PERIMEDE.

ULISSE parlant à un suivant de Circé.

Vostre Reyne aujourd’huy se fait beaucoup attendre ;
50 J’ay crû qu’elle seroit la premiere à s’y rendre,
Pour jouïr81 d’un concert si remply de douceur, {p. 5}
Elle me le promit avecque82 tant d’ardeur*,
Qu’elle a dû dés long-temps preceder ma venuë,
Mais je me puis vanter de l’avoir prevenuë*.
55 Va, dis-luy de ma part que le calme est si beau
Qu’on ne voit plus troubler l’égalité de l’eau,
Que par quelques Zephirs83, dont les foibles haleines
Prestent un air tranquille au doux chant des Syrenes.

SCENE IV. §

ULISSE continuë.

Hé bien, cher compagnon de tant de maux* soufferts
60 Echapé aux perils courus sur tant de mers
Que ces beaux jours sont doux, qui suivent tant d’orages !
Que ce port est aimable apres tant de naufrages !
Dans cet heureux sejour* tous nos malheurs passez84
Par un an de bonheur sont bien récompensez.
65 Nostre Grece où le luxe et la magnificence
Estallent leurs tresors avec tant d’abondance,
N’a rien de comparable aux douceurs de ces lieux.
Tout semble naistre ici pour le charme* des yeux. {p. 6}
Ici mille beautez épuisent leurs adresses,    
70 Pour enchanter nos soins* et tromper nos tristesses,
Et leur Reyne sur tout85 par des charmes* puissans
Seme icy mille appas* pour le plaisir des sens.

EURILOCHE.

Non, Seigneur, nostre Grece en delices fertile
N’a rien de comparable aux douceurs de cette Ile.
75 Un Soleil tout entier coulé dans ce sejour*,
Et tant de jours passez dans les jeux et l’amour,
Nous l’ont assez appris, Seigneur, et je m’estonne
De vous en voir encor dédaigner la Couronne.
Repondrez-vous tousjours avec cette froideur
80 A Circé, qui vous l’offre avecque tant d’ardeur*86 ?
Ne flechirez-vous point ?

ULISSE.

Euriloche peut-estre,
Mais…

EURIL[OCHE] .

Quoy ?

PERIMEDE.

N’en doutons point, j’ay rencontré mon Maistre.

ULISSE.

Que veut cet étranger ?

PERIMEDE.

{p. 7}
Perimede, Seigneur.

ULISSE.

Que vois-je ? Perimede. Ah ! comble de bonheur.
85 Qui t’ameine en des lieux si reculez87 d’Itaque ?

PERIMEDE.

Penelope, Seigneur, Laërte et Telemaque,
Tous trois impatiens de voir encore en vous
L’un un fils, l’autre un pere et la femme un espoux,
M’ont fait courir cent mers ; et ce n’est qu’à l’orage
90 Que je doy88 le bonheur d’aborder ce rivage :
Ah ! Seigneur, que de pleurs répandus nuict et jour
Depuis vostre depart pressent vostre retour !
Laërte pleure un fils, et Telemaque un pere,
Penelope autrefois à vostre amour si chere
95 Joint ses larmes aux leurs, et sa tendre amitié*
Ressent ce que tous deux souffrent pour sa moitié ;89
Mais sa forte douleur se fera mieux cognestre    
Par les traits* qu’elle-mesme a peints dans cette lettre.90

ULISSE prenant la lettre.

Quel estrange surprise, et quel trouble soudain
100 De l’esprit et du cœur passent jusqu’à ma main !
Que vous allez jetter de soucis* dans mon ame,
Justes douleurs d’un fils, d’un pere et d’une femme !
Il lit.
{p. 8}
Celle qu’un sainct amour a mise en tes liens
Penelope t’écrit trop insensible Ulisse ;
105 Pour finir son supplice
N’écris rien, mais reviens.
Fidelle impatience, aimable* inquietude,
Reproche et chastiment de mon ingratitude*,
Penelope, beau nom si cher à mes desirs,
Beaux traits*, où mon amour rallume ses soupirs,
110 Plaintes d’une moitié trop91 digne de mes larmes,
Que dans un seul moment92 vous dissipez de charmes*.
Mortel enchantement d’un si doux souvenir,
Toy, par qui ma raison se laissoit prevenir*,
Circé, lache assassin d’une si belle flame*93
115 Quitte à mes premiers feux* l’empire de mon ame.94
Helas ! je m’endormois dans ces lieux enchantez ;
Mes yeux pleins de l’éclat de nouvelles beautez
Mettoient à tous momens en peril ma constance ;
Mais je pars, chere épouse, et fuis de leur presence.
120 Si le bruit de ta gloire a flatté* mon amour,
Si mes soins* s’endormoient à de si puissans charmes*,
Je retourne à mes larmes,
Quand j’attens ton retour.
Cruel* que me sert-il que ta rare valeur
Ait forcé le demon de l’invincible Troye,
125 Si je n’ay pas la joye [B ; 9]
De revoir son vainqueur.
En effect, vous deviez apres cette victoire
Prendre part la premiere aux douceurs de ma gloire,
Voir soudain vostre espoux plein d’honneur et d’amour
Satisfaire à l’espoir d’un glorieux retour ;
130 Et tout enflé95 pour vous d’une telle conqueste
Venir mettre à vos pieds les lauriers de sa teste.
Troye est à bas, qui peut empescher ton retour ?
Est-ce ta mort ? non, non, ma mort l’auroit suivie,
Puisque je suis en vie
Tu vis ; mais sans amour.
135 Sans doute ingrat* Ulisse ; et quelqu’autre beauté
Pour vanger Ilion en soüillant ta victoire
Te dérobe la gloire
De ta fidélité.
Helas ! c’en estoit fait, espouse trop fidelle,
J’allois gouster l’appas* d’une flamme* nouvelle,
140 Si vostre souvenir rappellant ma raison
N’eût defendu ma foy* contre sa trahison :
Mais avec ses96 clartez un remors legitime
Retrace avec douleur l’image de mon crime,
M’en presente l’horreur, et me rend en ce jour
145 Ma premiere innocence, et ma premiere amour97.
L’estat où me reduit ce soupçon odieux {p. 10}
Pousse dans le tombeau Telemaque & Laërte ;
Viens empescher leur perte,
Ou nous fermer les yeux.
Ah ! vous ne mourrez point, je vay par ma presence
150 De vostre desespoir vaincre la violence.
Resistez, Penelope, on va vous secourir.
Il faut quitter ces lieux, Euriloche, ou perir.98

EURILOCHE.

Seigneur…

ULISSE.

N’oppose point à mon impatience
Qu’on ne peut de Circé tromper la defiance,
155 Qu’on nous fait observer, que ces lieux sont gardez ;
Que de cent yeux veillans nos pas sont regardez,
Que je suis sans vaisseaux, que ma perte est certaine,
Si l’amour de Circé se convertit en haine.
J’oppose à tes raisons ma prudence et ma foy* ;
160 Qui99 fit tant pour les Grecs, peut tout ozer pour soi.
Quand l’amour pourroit moins, ce grand Dieu de miracles ;
Je cognoy mon destin plus fort que ces obstacles100.
Qui fut tousjours vainqueur auroit-il pû déchoir
Jusques à n’avoir pas sa fuite en son pouvoir ?

EURILOCHE.

{p. 11}
165 Hé bien, exposons-nous à de nouveaux naufrages,
Devenons derechef101 l’objet de mille orages ;
Les hostes vagabons de ces tombeaux mouvans102,
Ou le butin de l’onde, ou le joüet des vents.
Je ne combattray point un dessein si funeste* ;
170 De tous vos compagnons perdez ce qui vous reste ;
Mais regardant l’estat où vous estes reduit,
Mesurez vostre espoir au malheur qui vous suit.
Vostre destin, Seigneur, a bien changé de face ;
Vous tombez tous les jours de disgrace en disgrace,
175 La perte d’Ilion103 comblant vostre bonheur
Les Dieux semblent quitter le parti du vainqueur ;
Ils vous ont inspiré le dessein impossible
D’une fuite, où je voy vostre perte infaillible,
Afin que par les traits* d’un amour indigné
180 Ils puissent voir perir ce qu’ils ont épargné,
Songez…

ULISSE.

Cette pitié n’agit que pour vous-mesme,
Je sçay vos interests, vous aimez, l’on vous ayme.
C’est ce zele qui fait obstacle à mon retour,
Mais seul, et sans tarder je suivray mon amour.    
185 Mais j’apperçoy Circé. Mes soupirs et mes larmes,
Desordre*, desespoirs, invincibles allarmes,
Ramassez dans mon sein toute vostre rigueur, {p. 12}
Et cachez à ses yeux le tourment de mon cœur.

SCENE V. §

CIRCÉ, ULISSE, EURIL[OCHE], ELPENOR,
PHAETUSE, LEUCOSIE, Suite de Circé,
Suite d’Ulisse.

CIRCÉ à Ulisse.

Je l’advouë aujourd’huy, vous m’avez attenduë,
190 Mais tousjours cette ardeur* ne m’a pas prevenuë* :
Je la préviens* souvent, et peut-estre mon cœur
Peut reprocher au vostre un peu plus de froideur.
Mais ce visage sombre et couvert de tristesse
Dement l’air dont tantost vous blasmiez ma paresse.

ULISSE.

195 Je suis tel, quand je suis absent de vos appas* ;
Peut-on estre autrement quand on ne vous voit pas ?
Cette serenité que troubloit vostre absence,
Je la sens revenir avec vostre presence.

CIRCÉ.

{p. 13}
Je le voy bien, Ulisse est dans sa belle humeur ;
200 Les Syrenes s’en vont l’accroistre par la leur ;
Car n’apprehendez point que leurs chants infidelles*104
Nous dressent maintenant des embusches mortelles ;
J’ay fait que leur concert n’a rien de dangereux,
Tout leur but est de plaire aux Tritons amoureux,
205 Donc pour en mieux gouster les douceurs nompareilles
Sans en craindre l’appas* devenez tout oreilles.

ULISSE.

Madame prés de vous je sçay bien qu’en ces lieux
Mon oreille aura moins de plaisir que mes yeux.

CIRCÉ.

Allons.

SCENE VI. §

EURILOCHE, LEUCOSIE, PERIMEDE.

EURILOCHE.

Ils sont partis ; approche Perimede.

LEUCOSIE revenant sur ses pas à Euril[oche].

{p. 14}
210 Quoy vous ne suivez pas ? quel ennuy* vous possede ?
Qu’est-ce ?

EURILOCHE.

Helas ! Leucosie, un si grand changement
Dans l’estat où je suis n’est pas sans fondement.

LEUCOSIE.

Ah ! parlez.

EURILOCHE.

Puisqu’il faut que je vous éclaircisse,
Ulisse veut partir, et je doy suivre Ulisse.

LEUCOSIE.

215 Dieux que me dites-vous ?

EURILOCHE.

Ces climats* enchantez,
Ces lieux, dont vos attraits augmentent les beautez,
Ces bors delicieux, ce charme* de nos peines
Pour arrester Ulisse ont de trop foibles chaisnes :
Il vous quitte, mais lors qu’il rompt tous ses liens,
220 Je déchire mon cœur voulant briser les miens :
Et forcé d’obeïr, sans que mon amour cede,
Je pars le trait* au cœur, et je fuis du remede.105 {p. 15}
Par ce funeste* estat jugez de mon tourment.

LEUCOSIE.

Mais d’où vient dans Ulisse un si prompt changement ?

EURILOCHE.

225 Ce Grec en luy donnant un escrit de sa femme
Luy rend tous les transports* de sa mourante flame*,
Et dérobe à Circé ces soupirs glorieux
Dont son cœur honoroit le pouvoir de ses yeux.

LEUCOSIE.

Pers-je aussi le pouvoir que j’avois sur le vostre ?
230 Partez-vous pour me fuïr, ou pour en suivre une autre ?

EURILOCHE.

Moy, vous fuïr !

LEUCOSIE.

Mais enfin vous quittez ce sejour*.

EURILOCHE.

Mon devoir malgré moy l’emporte sur l’amour.

LEUCOSIE.

Quiconque pour autruy choque* une amour extréme,
Ne sçait pas bien aimer, ou ne sçait pas qu’on l’aime. {p. 16}

EURILOCHE.

235 Cognoissez donc le cœur qui consent ce depart106,
Princesse mon devoir y prend si peu de part
Que dans le triste estat où mon ame est reduite
Mon devoir n’est ici qu’un pretexte à ma fuite.
Je pars, non pour Ulisse, et ne quitte ces lieux
240 Que pour fuïr un objet* trop fatal* à mes yeux,
Qui rit de mes soupirs, et brave ma constance ;
Je fuis avec honneur par mon obeissance,
Et mon orgueil lassé d’une injuste froideur
Impute à mon devoir l’effort* de sa rigueur.

LEUCOSIE.

245 Le malheur d’Euriloche est moindre qu’il ne pense.

EURILOCHE.

Je le sens toutefois plus grand que ma constance.

LEUCOSIE.

J’en dirois davantage, et vous vous plaindriez107 moins,
Mais un semblable adveu ne veut pas de témoins.
Si ce n’est pas assez pour vous faire justice
250 Circé prendra le soin de retenir Ulisse :
Et si contre sa force il ose resister,
Je sçay par quels liens je doy vous arrester.
{p. C ; 17}

SCENE VII. §

EURYLOCHE, PERIMEDE.

EURILOCHE.

Cognoy108 mieux, Euriloche, et quitte la pensee
D’avoir lancé le trait* dont mon ame est blessee.
255 Amy, quels sentimens conserves-tu pour moy ?

PERIMEDE.

Les mesmes que j’avois en vous donnant ma foy*.
Je n’ay point entrepris ce penible voyage
Pour l’honorable employ d’un perilleux message ;
Je me suis exposé pour vous revoir, Seigneur,
260 Et vous voyez en moy mesme esprit mesme cœur ;
Tousjours de vos desseins executeur fidelle,
Quels qu’ils soient, et c’est moins un effet de mon zele,
Que du juste raport qui se trouve entre nous,
Vous aymez à broüiller, je l’ayme plus que vous.
265 Vostre grand cœur sans cesse à commander aspire,
Ne s’assouvit de rien, peut tout ce qu’il desire ;
Juge pour s’aggrandir tout moyen glorieux.
De mesme j’ay le cœur, haut, grand, ambitieux ;
Adroit, ou pour parler en termes du vulgaire {p. 18}
270 Fourbe, meschant, enfin pour vous homme à tout faire.

EURILOCHE.

Que ton secours m’est cher avec ces qualitez.
Il n’en falloit pas moins dans les difficultez,
Qu’opposent Elpenor, Phaëtuse et la Reyne
A mon ambition, à ma flamme*, à ma payne.

PERIMEDE.

275 Voila bien de l’employ. Vous aurez donc tousjours
Dedans tous les climats* de nouvelles amours,
Cette beauté sans doute a captivé vostre ame.

EURILOCHE.

Tu cognoy109 mal encor le sujet de ma flamme*.
Cher amy d’autres yeux allument mes desirs,
280 Elle a mes complimens, sa sœur a mes soupirs :
Mais pour punir ma feinte, et mon amour extresme
Phaëtuse me hait, autant que sa sœur m’ayme.

PERIMEDE.

Ainsi vous vous vengez de la sœur sur la sœur.

EURILOCHE.

Ainsi mon orgueil feint sans vaincre mon malheur. {p. 19}
285 Elpenor à mes vœux enleve Phaëtuse ;
Et de l’heur* d’un rival* ma passion confuse*
Refusant de paroistre aux yeux de mon vainqueur,
De honte et de dépit se cache dans mon cœur.
J’approche Leucosie, et soupire auprez d’elle,
290 Je m’efforce à l’aimer, et mon ame rebelle
Par ce nouvel amour veut rompre ses liens ;
Mais sans rompre mes fers*, elle entre dans les miens.
Elle m’ayme, et mon cœur certain de sa victoire
Quand je veux m’applaudir en dédaigne la gloire ;
295 Ainsi ce malheureux en vainquant à son tour
Fait peu pour son orgueil, et rien pour son amour.

PERIMEDE.

Ces disgraces devroient vous rendre plus propice
Au dessein qu’a formé la passion d’Ulisse,
Cependant vous avez éventé son secret.

EURIL[OCHE].

300 Je l’ay dit, Perimede, et j’en ay du regret.
Qu’ay-je fait ?

PERIMEDE.

{p. 20}
Mais, Seigneur, une secrette fuite
Peut reparer bien-tost ce manque de conduite.

EURILOCHE.

Ne t’imagine pas que l’ardeur* de partir
Jette dedans mon cœur ce soudain repentir,
305 J’ayme trop Phaëtuse, et toute autre fortune*
Sans sa possession me seroit importune ;
Mais (grace aux Dieux) je puis dans sa possession
Remplir tous les desirs de mon ambition.
En dépit de sa flamme*, en depit de sa hayne
310 Je l’ayme d’autant plus qu’elle doit estre Reyne ;
Et qu’ainsi mon espoir triomphant à son tour
Elle peut couronner ma teste et mon amour.

PERIMEDE.

Mais j’ay sceu que Circé régnoit dedans cette ile.

EURIL[OCHE].

Cette ile est moins pour elle un trône qu’un azile.
315 Par cet art merveilleux110, par ces divins effets,
(Dont elle fit sur nous d’effroyables* essais,
Quand son rare pouvoir par un fameux miracle,
Fit de nous à nous-mesmes un horrible spectacle,
Enfermant nos esprits par des charmes* nouveaux {p. 21}
320 Dans le corps du plus vil de tous les animaux ;)111
Par ce mesme pouvoir cette Reyne outragee
D’un infidelle époux autrefois s’est vangee112,
Et par la mort du Roy le Scythe furieux
La chassant de son trône, elle vint dans ces lieux,
325 Où trouvant Phaëtuse en sa premiere enfance113
Sans peine elle occupa la supreme puissance,
Les plus grands de l’estat imputant à bonheur
De luy voir gouverner l’Empire de sa sœur.
Mais de depositaire elle s’erige en Reyne ;
330 Et la soif de garder la grandeur souveraine
Luy faisant écouter cent pensers différens,
Qui sont incessamment du conseil des Tyrans,
L’oblige à reculer l’hymen* de la Princesse,
Cet obstacle à mes voeux laisse encor ma maîtresse*,114
335 Et me fait esperer de pouvoir quelque jour
Ruiner d’Elpenor la fortune* et l’amour.
Dans ce dessein, amy, j’ay besoin de ton aide,
Va le voir de ma part, fais luy voir Perimede,
Que sans honte il ne peut souffrir* Circé regner,
340 S’il attente115 il se perd, et s’il l’ose épargner
J’espere le destruire auprés de Phaëtuse,
M’offrant pour le secours que son bras luy refuse.

PERIMEDE.

Que voyons-nous, Seigneur ?

EURIL[OCHE].

{p. 22}
Circé dans ce vaisseau
Prepare à son Ulisse un plaisir fort nouveau.
345 Desja dessus les eaux j’apperçoy les Syrenes
Qui s’en vont soupirer leurs amoureuses peines.

PERIMEDE.

Que je puisse jouyr d’un si rare plaisir.

EURIL[OCHE].

Approchons, je veux bien contenter ton desir.

SCENE VIII. §

ULISSE & CIRCÉ dans un vaisseau avec toute
sa suite, écoutent le concert des Syrenes.

Chanson.

Amour qui ne te plais qu’à nous faire la guerre,
350 Qui puissant dans les eaux autant que sur la terre,
Viens embrazer nos cœurs au milieu de la mer,
Soulage ou fais mourir des flammes* allumees,
Sommes nous faites pour aymer {p. 23}
Et pour n’estre jamais aimees.
355 Pour conserver l’honneur de tes traits* invincibles,
Frappe ces petits Dieux, ces Tritons insensibles,
Force-les d’adorer ce qu’ils osent blâmer,
Et punis leur orgueil de nous avoir charmees*
Du mal que nous souffrons d’aimer,
360 Et de n’estre jamais aymees.

SCENE IX. §

PERIMEDE, EURILOCHE.

PERIMEDE.

Que mes sens sont ravis, Seigneur, que de merveilles !

EURIL[OCHE].

Circé nous en fait voir tous les jours de pareilles ;
Apres ce qu’elle a fait, ce n’est pas sans raison
Que par elle en credit cette ile a pris son nom.
365 Aussi Circé n’est pas une femme ordinaire.
Perse l’eut autrefois du Dieu de la lumiere, {p. 24}
Mais ce fut en Scythie où Perse mit au jour
Ce noble et digne fruict d’une si belle amour.
Que116 si les autres deux117 ont le Soleil pour pere,
370 Toutes deux en ces lieux eurent une autre mère,
Où Phaëtuse aynée emporte sur sa sœur
L’espoir d’avoir un jour la supreme grandeur.
Ainsi pour satisfaire à mon amour extréme,
Les Dieux dedans cette ile ont mis tout ce que j’ayme.
375 Il est vray que ces Dieux jaloux de mes plaisirs
Divisent en trois sœurs l’objet de mes desirs,
Mais dans l’une des trois mon amour se prepare,
D’unir ce qu’en ses sœurs la fortune* separe.
Il est doux de regner, il est doux d’estre aimé ;
380 Mais c’est peu sans l’objet* de qui l’on est charmé ;
Circé regne en ces lieux, mais Phaëtuse est belle ;
L’autre est sans tous les deux118, mais je suis aimé d’elle ;
Ainsi dans Phaëtuse où l’on voit tant d’appas*,
Je voudrois assembler tout ce qu’elle n’a pas,
385 Le pouvoir de Circé, l’amour de Leucosie,
Regner sans compagnon, aimer sans jalousie,
Perdre Ulisse, Elpenor, ou bien les esloigner,
L’un nuit à mon amour ; tous deux peuvent regner.
Mais malgré mes Rivaux* j’obtiendray la victoire,
390 Que si cet attentat peut offenser ma gloire,
Attentif à la voix d’un si superbe* espoir,
Je rejette, et je fuis celle de mon devoir.

Fin du premier Acte.

{p. D ; 25}

ACTE II. §

SCENE PREMIERE. §

ELPENOR, PHAETUSE.

ELPENOR.

La Scene est dans un jardin.
Quand flatté* d’un bonheur qui passe* mon attente,
Je mesure au passé ma fortune* presente,
395 Je me trouve si haut, qu’au poinct où je me voy119,
Mon ame pour tänt d’heur* n’a pas assez de foy* ;
Il est vray toutefois la prochaine journee
Verra finir mes maux* par un sainct hyménee*,
Ma fortune* establie, et nos destins unis :
400 Vous l’avez consenty120, Circé me l’a promis.
Heureux consentement ! favorable* promesse !
A quel aimable exceds de gloire et d’allegresse
Quand j’attendois le moins un bonheur si charmant,
Avez-vous élevé ce bien-heureux amant* !
405 Quel sort pourroit Princesse égaler ma fortune* ? {p. 26}
Si d’un succez commun la joye estoit commune.

PHAETUSE.

Elle l’est, Elpenor, et la part que j’y prends,
M’a donné vos transports*, et peut-estre plus grands.
Jugez-en par l’estat où l’amour m’a reduite,
410 Vous sçavez son progrez, sa naissance, sa suite,
Ses peines, quand l’hymen* s’appreste à les finir,
Ma fortune* redouble à m’en ressouvenir.
Dès lors que je vous vis, cette première veuë
D’un aimable* transport* me rendit toute émuë :
415 A ce premier regard je sentis dans mon cœur
Un desordre* agreable, un trouble sans douleur ;
Je n’aymois qu’à vous voir, vous parler, vous entendre ;
Tous les autres plaisirs n’avoient rien pour me prendre,
Et vous seul occupiés à toute heure, en tous lieux,
420 Mon cœur, mon souvenir, mon oreille, et mes yeux.
Avant que vostre amour commençast de paroistre,
Le mien de tous mes sens s’estoit rendu le Maistre ;
Et j’ay souvent rougy d’avoir eu tant d’amour,
Sans que par quelque adveu le vostre eust veu le jour,
425 Jugez donc maintenant, combien je suis charmee*,
Aymant si doucement et me voyant aymee,
De toucher à ce jour, qui par un doux lien121
M’assurant vostre amour authorise le mien.

ELPENOR.

Moderez vos faveurs*, afin que j’en jouïsse ; [ 27]
430 Leur exceds me confond. O Ciel vrayment propice !
Je vous benis, ô pleurs respandus nuit et jour !
Que le fruit que j’en cueille est doux à mon amour !
Que nos feux* sont charmans* quand ils en forment d’autres !
Et mes souspirs heureux en rencontrant les vostres !
435 Quand deux cœurs bien unis s’accordent en desirs,
Ce qu’on nomme des fers* sont des nœuds de plaisirs,
Plaise au Dieu de nos cœurs, à ce Dieu122 qui m’enflame
Que puisque mon amour a passé dans vostre ame,
Il vous fasse sentir par ces mesmes efforts*
440 De pareilles douceurs et de pareils transports* ;
Et qu’alors que vos feux* rendent ma joye extréme
Vous puissiez en gouster autant que je vous ayme ;
Mais las123 ! que mon amour a sujet de trembler,
De ce trouble qu’en vain vous taschez de voiler,    
445 Qu’ay-je encor à souffrir* ? cessez de vous contraindre.

PHAETUSE.

Ny pour vous ny pour moy je ne voy rien à craindre.
Je ne sçay quoy pourtant semble me presager
L’invincible chagrin dont je me sens ronger ;
Il est sans fondement, mais j’en suis plus émuë*
450 Moins de cette douleur la cause m’est cognuë ; {p. 28}
Je soupire sans cesse, et sens couler des pleurs,
Je me plains, et ne puis sçavoir pour quels malheurs ;
Ne pouvant dissiper cette frayeur mortelle,
Permettez que du moins je m’asseure contr’elle.    
455 Circé vous le sçavez retient dedans ces lieux
Un sceptre que ma mere avoit de mes ayeux.124

ELPENOR.

Oüy, je le sçay, Princesse, et mon amour n’aspire
Qu’à remettre en vos mains ce Sceptre et cet Empire.
C’est un dessein desja dans mon cœur arresté :    
460 Non que plein de l’espoir dont vous m’avez flatté*,
Au bonheur sans pareil, que vostre hymen* me donne,
J’aspire d’adjouster l’éclat d’une Couronne,
Alors que vos beaux yeux me sceurent asservir,
Je bornay tous mes vœux à l’heur* de vous servir ;
465 Et ce que mon amour obtient de récompense
Passe tous mes desirs comme mon esperance :
Mais pour vostre querelle*, et pour vanger vos droits
Contre vos oppresseurs je sçay ce que je dois.

PHAETUSE.

Je le voy bien, les maux* que ma douleur presage,
470 Sont ceux où ce dessein pousse vostre courage.

ELPENOR.

Je sçay que ce dessein est hardi, perilleux, {p. 29}
Je cognois de Circé le pouvoir merveilleux ;
Mais si de son sçavoir la force m’est connuë,
Je sçais aussi qu’Ulisse à nos yeux l’a vaincuë,
475 Qu’assisté d’un secours que les Dieux à mon bras
Armé pour vous servir ne refuseront pas ;
Ulisse contraignit cette hostesse infidelle*,
De rendre à ses amis leur forme naturelle.
Je sçay plus125 que contr’elle un peuple revolté
480 Malgré ce grand pouvoir si craint, si redouté,
L’a forcee à sortir de son propre heritage.
Ces exemples, Princesse, appuyent mon courage,
Et j’adjouste qu’il faut moins de force et de cœur*,
Pour chasser un Tyran, qu’un juste possesseur.
485 Le Ciel de nos projets soustiendra la justice.

PHAETUSE.

Imputés à l’amour la victoire d’Ulisse,
Seur que si pour ranger le Scithe à son devoir
Circé n’eût dedaigné d’user de son pouvoir,
Toute la terre à fuïr ne l’auroit pas reduite,
490 Ce fut une retraite, et non pas une fuite,126
Lasse de commander à ce peuple sans foy*
Qui l’accusoit d’avoir empoisonné son Roy ;
D’un barbare* climat*, d’une terre infertille, {p. 30}
Son destin ou son choix la poussa dans cette isle ;
495 Où puisque la Couronne a peu la contenter,
Il n’est effort* humain qui la luy puisse oster ;
C’est se perdre, Elpenor, que de s’armer contr’elle.

ELPENOR.

Mais c’est perir pour vous et pour vostre querelle*,
Je treuve127 un tel destin si beau, si glorieux,
500 Que j’oserois m’armer mesme contre les Dieux.

PHAETUSE.

Et je treuve pour moy tant de sujets de larmes
Dans vos moindres perils, dans vos moindres allarmes,
Qu’à ce prix mille estats seroient trop achetez.
La fille du Soleil a d’autres vanitez.
505 J’ayme, semblable au Dieu qui lance le Tonnerre128,
A posseder un cœur plus que toute la terre :
Laissez-moy seurement jouïr de mon bonheur
Je puis sans lacheté laisser regner ma sœur,
Et luy dois bien du moins cette reconnoissance,
510 Pour les soins* qu’elle a pris d’élever mon enfance.
Outre qu’elle me traite avec tant de bonté129
Que je me puis vanter que de la Royauté
Nous partageons le fruict, elle a toute la peine :
Et de tout cet Estat j’attirerois la haine, {p. 31}
515 Si je voulois traiter avec ceste rigueur,
Circé, qui l’a comblé de gloire et de bonheur.
Pour toutes ces raisons, Prince je vous ordonne,
(S’il est vray que l’on m’aime et non pas ma Couronne)
De quitter un dessein qui seul peut advancer
520 Les malheurs, dont le Ciel semble me menacer.
J’abandonne pour vous et Sceptre et Diademe
J’ay tout ce que je veux, pourveu qu’Elpenor m’aime.
Seul, il est mes Estats, mes sujets et mon Roy ;
Me conserve le Ciel et ses jours, et sa foy* :
525 Avec luy je tiendray ma fortune* aussi chere
Qu’avec le Dieu du jour fut celle de ma mere.
Mais c’en est trop flatté* de ma facilité,
Vous pourriez bien en prendre un peu de vanité.

ELPENOR.

Oüy j’en prends, je l’advouë, et vous devez Princesse
530 Souffrir* dans mon bonheur cette digne foiblesse.
Quelle gloire, quel heur* la peut mieux inspirer
Que celuy de vous plaire, et de vous adorer ?
Je n’examine point si c’est vers mon merite,
Si c’est vers mon amour, que le vostre s’acquitte,
535 Puisqu’un si grand amour, quoy que130 peu mérité
Donne au peu que je vaux toute sa dignité,
Et jette sur mes jours tant de gloire et d’estime {p. 32}
Que l’orgueil que j’en prends devient trop legitime.

SCENE II. §

EURILOCHE, ELPENOR, PHAETUSE.

EURILOCHE à Phaëtuse.

Pardonnez si je romps un entretien si doux,
540 Le hazard en révant m’a mené jusqu’à vous.

ELPENOR.

Puisque c’est le hazard qui nous est si contraire,
Vous pouvez par dessein nous quitter et luy plaire.

EURILOCHE à Phaëtuse.

Je treuve qu’il en use un peu bien librement.
Vous suis-je…

PHAETUSE.

Il a parlé selon mon sentiment.

EURILOCHE.

[E ; 33]
545 Au moins c’est me traiter sans fard, sans complaisance.
Mais qui vous fait si fort detester ma presence
Pour traiter vos amours le temps ne manque pas.

PHAETUSE.

On vous trouve partout où s’adressent mes pas.

EURILOCHE.

C’est bien souvent hazard, parfois je le confesse
550 C’est avecque dessein ; mais il est tel Princesse,
Qu’aprés l’avoir cognu, je croy qu’assurement
Je recevrois de vous un autre traitement.

PHAETUSE.

Vos premiers procedés le font assez comprendre,
Et j’en découvre plus que je n’en veux apprendre.

EURILOCHE.

555 Ne vous allarmés point, Madame, revenés :
Ce dessein n’est pas tel que vous l’imaginés,
Ce n’est plus une amour qui vous fut importune,
Qui trouble vos plaisirs et sa bonne fortune* :
Mes vœux sont maintenant autre part adressés ;    
560 Vous qui n’ignorez pas, qu’ils sont presque exaucés
Pardonnez, si je dis, que c’est estre un peu vaine {p. 34}
De croire encor vos yeux les autheurs de ma peine,
Et fort peu presumer de ceux de vostre sœur.

PHAETUSE.

En effet, et vous plaire est un si grand bonheur
565 Que c’est orgueil de croire une telle conqueste ;
Que je plaindrois ma sœur, si ses yeux l’avoient faite !
Elle le croit peut-estre, et vous vous en vantez,
Mais nous arresteront le cours de ses bontez* :
Leucosie apprendra qu’elle s’est abusée*,
570 Vous captiver n’est pas une victoire aisée,
Bien que de ses appas* l’avantage soit grand,
Ils manquent toutesfois du charme* qui vous prend ;
Elle est née un degré trop loin de la Couronne,
On sçait vos sentimens, et cela vous estonne.

EURILOCHE.

575 Je tire vanité d’avoir ce sentiment,
Mais vous le condamnez ; c’est pourquoy vostre amant*
Laisse si volontiers entre les mains d’une autre
Le sceptre de ces lieux, que les Dieux ont fait vostre.
J’admire sa vertu*.

ELPENOR à Phaëtuse.

Voyez à quels tourmens*
580 M’expose la rigueur de vos commandemens.
Que puis-je repliquer à cette raillerie ? {p. 35}
Elle est juste ; ah ! souffrez*, si vous aymez ma vie131
Que j’ayme mon honneur, je voy qu’il est perdu
Si par mes mains le sceptre aux vostres n’est rendu.

PHAETUSE.

585 Ainsi d’un trait* piquant qu’Euriloche vous lance,
Il me rend mes frayeurs, destruit mon esperance.
Dieux quel est vostre amour, et quel est mon pouvoir ?

ELPENOR.

Doit-il estre ennemy d’un si juste devoir ?

PHAETUSE.

J’ayme assez vostre honneur, laissez le à132 ma prudence.

EURILOCHE.

590 Tout l’honneur d’un amant* est dans l’obeissance,
Cependant pour tâcher de r’avoir vos estats
Acceptez le secours que vous offre mon bras.
Pour servir ma Princesse il n’est rien que je n’ose
Et ne permettez pas que vostre amant* s’expose.

PHAETUSE.

595 Il scauroit s’exposer, si j’en avois besoin.

ELPENOR.

{p. 36}
Euriloche, quitez cet inutile soin*,
D’un estrange soucy* vostre esprit s’embarrasse.133
Et cette raillerie est de mauvaise grace.

EURILOCHE.

D’effet134 il est fascheux d’apprendre son devoir.

ELPENOR.

600 Ah ! ce n’est pas de vous que je le veux sçavoir.
Et ce discours enfin commence à me deplaire ;
Apprenez à parler, ou songez à vous taire.
Sans le respect…

EURILOCHE.

Calmez ce dangereux courroux.

ELPENOR.

C’en est trop.

PHAETUSE à Elpenor.

La querelle* est à moy : laissez-nous.

ELPENOR.

605 Souffrez*

PHAETUSE.

{p. 37}
Obeissez.

ELPENOR.

Dieux ! quelle violence ?135

SCENE III. §

EURILOCHE, PHAETUSE.

EURILOCHE.

J’ose vous assurer de son obeissance.

PHAETUSE.

Sans elle par l’effort de son ressentiment*
Ton manque de respect auroit son chastiment ;
Mais si j’ay retenu les traits* de sa vengeance
610 Seule je l’entreprens de toute ma puissance.
Tu sçauras jusqu’où va mon indignation,
Tu verras, insolent, dans ta punition
Que la plus temeraire et la plus fiere audace
Doit trembler au courroux de celles de ma race.
{p. 38}

SCENE IV. §

EURILOCHE seul.

615 Qu’ay-je fait imprudent !136 où me suis-je emporté ?
Est-ce là ce dessein que j’avois concerté ?
Mais Quel Amant* eust pû supporter cette veuë ?
Mon Rival* occupoit la place qui m’est deuë :
Pouvois-je en ce moment retenir le courroux
620 Que pousse le transport* d’un desespoir jaloux ?
Non, non, par tant de maux* mon amour affligée
A creu137 tous ses transports*, et s’en trouve allegée.
Avois-je auparavant un sort plus rigoureux ?
Ah ! non non ; un amant* est bien moins malheureux
625 D’estre en bute au mespris, que l’estre à la vengeance,
J’ayme mieux son courroux que son indifference,
Tandis qu’elle me hait, j’occupe tout son cœur ;
Et d’un Rival* aimé je trouble le bonheur.
Mais de ce grand esclat tu dois craindre la suite,
630 Ah ! cette indigne peur fait honte à ma conduite.
Plus mes troubles sont grands, plus je sens que mon cœur
Se roidissant contr’eux augmente sa vigueur. {p. 39}
Il n’est point de malheur plus fort que mon courage,
Dans le plus tenebreux, dans le plus noir orage
635 Brillent quelques clartez, dont l’invincible effort*
En perce l’epaisseur, et me monstre le port.
Malgré tous mes Rivaux*, malgré ta hayne extreme
Vous ne serez qu’à moy maistresse*, diadème ;
Mais je voy Leucosie, il la faut aborder,
640 Son amour abusée* pourra me seconder.

SCENE V. §

EURILOCHE, LEUCOSIE.

LEUCOSIE.

Prince par cet abord par ce front plein de joye
Explique le bonheur que le Ciel nous enuoye.138

EURILOCHE.

J’ay si peu de commerce139 avec le bonheur,
Que tout ce qui m’en parle est suspect à mon cœur.

LEUCOSIE.

{p. 40}
645 Si la peur d’un départ nous a couté des larmes
Circé s’en va bientost dissiper tant d’allarmes,
Icy ses volontez sont d’invincibles loix
Elles ont du destin et la force et le poids,
Tout ce que de Circé l’amour et l’artifice*
650 Ont tenté jusqu’icy pour retenir Ulisse,
Sont de foibles essays de ses moindres efforts* ;
Elle en est maintenant à de secretz ressorts.
Mais ce qui doit mon Prince augmenter vostre joye,
Outre les grands efforts* où son pouvoir s’employe
655 Voulant vous retenir avec plus de douceur,
Elpenor dés demain espouzera ma sœur.

EURILOCHE.

Quel coup de foudre ô ! Dieux, que dites vous Princesse ?

LEUCOSIE.

Ce qui doit vous combler et d’heur* et d’allegresse,
Circé presse elle mesme un hymen* desiré,
660 Que son ambition a tousjours differé.

EURILOCHE.

Quel bonheur ? quelle joye ? ô fortune* cruelle.

LEUCOSIE.

[F ; 41]
Est-ce ainsi qu’on reçoit cette heureuse nouvelle ?

EURILOCHE.

De grace laissez-moy souspirer mes malheurs.

LEUCOSIE.

Hé quoy  l’heur* d’Elpenor cause-[t-] il vos douleurs ?

EURILOCHE.

665 Ouy, dans ce triste estat il m’est insupportable.

LEUCOSIE.

Comment donc ?

EURILOCHE.

Il m’apprend, que je suis miserable*,
Je le voy dans le port où tendoient ses desirs,
Et je me vois encor aux larmes, aux souspirs,
Triste, confus*, reduit à perdre l’esperance.

LEUCOSIE.

670 Un semblable bonheur est en vostre puissance,
Il ne tiendra qu’à vous.

EURILOCHE.

A moy Princesse ? helas ! {p. 42}
Pour avoir son bonheur, que ne ferois-je pas ?

LEUCOSIE.

Elpenor est aymé, vous sçavez qu’on vous ayme.

EURILOCHE.

Vos bontez* ne sçauroient vaincre mon mal extreme.

LEUCOSIE.

675 La Reyne à mes bontez* adjouste sa faveur,
Et si de nostre hymen* depend vostre bonheur…

EURILOCHE.

Quoy que j’ose esperer de vous et de la Reyne,
Je suis encor bien loin de la fin de ma peine.

LEUCOSIE.

Donc vous avez des maux*, Prince, à ce que je voy,
680 De qui la guerison ne depend pas de moy.

EURILOCHE.

Ouy j’en ay.

LEUCOSIE.

{p. 43}
L’infidelle, ô ! soubçon140 qui me tuë.
Desja depuis long-temps je m’en suis apperceuë ;
Je ne m’estonne point si vous versiez des pleurs,
Et si l’heur* d’Elpenor a causé vos douleurs ;
685 En effet son hymen* est digne de vos larmes,
L’ingrat*.

EURILOCHE.

A mon malheur prestés encor des armes
Phaëtuse Elpenor, et les Dieux en courroux
N’estoient point assez forts pour me perdre sans vous,
Il falloit, pour m’oster le repos et la vie
690 Joindre à mes ennemis l’ingrate* Leucosie,
Et périr par un trait* plus sensible à mon cœur
Que tous ceux que sur moi peut lancer sa rigueur ;
Phaëtuse, Elpenor ont juré ma disgrace,
Je vous opposais seule au coup qui me menace,
695 Et l’unique secours que je m’étais promis
Va faire contre moi plus que mes ennemys.
Servez aveuglément leur injuste vengeance
Mais en m’ôtant mes jours, laissez moi l’innocence.
Percez, percez ce cœur, sure qu’en cet estat
700 Vous perdrez un amant* et non pas un ingrat*.

LEUCOSIE.

Pardonnez un soubçon qu’authorisoient vos plaintes, {p. 44}
Qui m’a fait plus souffrir, qu’à vous toutes vos craintes ;
Vous n’estes point ingrat*, et je me croy permis
De me joindre avec vous contre vos ennemys,
705 Ma sœur vous hait, he bien je prens vostre querelle*,
Puisqu’il falloit pour vous estre mal avec elle,
Graces aux Dieux mon sort me paroist assez doux,
D’avoir à demesler avec[que] son courroux.
Mais enfin apprenons quelle estrange adventure
710 Me va faire pour vous offenser la nature.

EURILOCHE.

Sans tarder vostre sœur vous le fera sçavoir,
Mais Princesse d’un air qui vous fera bien voir
A quel estrange excez sa colere est montée,
Et le peu de sujet qu’elle a d’estre irritée.
715 Cependant rien ne peut egaller son courroux
Il va pour premier coup me perdre auprez de vous.

LEUCOSIE.

Cet effort* Euriloche est hors de sa puissance.

EURILOCHE.

{p. 45}
A couvert de ce coup je ris de sa vengeance
Que la terre et le Ciel, cette isle, son amant*
720 S’arment pour le secours de son ressentiment*.
Que leurs efforts* unis me declarent la guerre
Avec vous pouvant vaincre et le Ciel et la terre
Le trespas d’Elpenor armé pour vostre sœur
Est un essay trop foible à ma juste fureur*.

LEUCOSIE.

725 A ce boüillant courroux vous estes trop sensible.

EURILOCHE.

Sa vie avec la mienne est trop incompatible,
Il me hait, je le hays, et cette occasion
Va redoubler sa hayne et mon aversion,
A tel point, que malgré tout le respect d’Ulisse
730 Il faut que sans tarder l’un ou l’autre perisse,
Il faut sans differer, s’il ne quitte ces lieux
Qu’il tombe par ma main, ou m’égorge à vos yeux.

LEUCOSIE.

O Dieux !

EURILOCHE.

{p. 46}
Pour prevenir* ma mort ou son suplice
Ouvrez quelque chemin à la fuite d’Ulisse.
735 Si tantost nostre amour a trahi son dessein
Pour fuïr, ce mesme amour luy doit prester la main.141
Il le faut ; ma fortune* à ce point est réduite.142
Par la necessité d’accompagner sa fuite,
Je contrains Elpenor de quitter un sejour*,
740 Dont son inimitié me banniroit un jour.

LEUCOSIE.

Que me demandez vous, faut-il que je ravisse
Elpenor à ma sœur, à Circé son Ulisse ?

EURILOCHE.

Que perdent vos deux sœurs, s’ils quittent ce sejour*,
Ayez soin* de leur gloire, et non de leur amour ;
745 Et que les maux* d’Ulisse attendrissent vostre ame,
Secourez un Epoux, qu’on arrache à sa femme.
Arrachez Penelope aux maux* où je la voy,
Helas si vostre amant* vous trahissoit sa foy*

LEUCOSIE.

Je fremis au penser d’un malheur si terrible.

EURILOCHE.

{p. 47}
750 Penelope, Princesse est-elle moins sensible ?
Mais de plus grands motifs demandent ce depart,
Nostre gloire le veut, elle y prent143 tant de part,
Qu’au peril qu’elle court la raison m’abandonne,
Mon ennemy mortel pretend à la Couronne,
755 L’hymen* de vostre sœur va mettre dans sa main
Le glorieux espoir du pouvoir souverain.144
Il sçaura se servir des droits de Phaëtuse,
Il sçaura l’arracher, si Circé le refuse.
Helas ! si son orgueil acheve ses projets,
760 Il sera nostre Roy, nous serons ses sujets,    
Nous luy devrons honneur, obeissance, hommage,
Perisse tout, Princesse, avant un tel outrage.145
Ou faites qu’il s’en aille, ou laissez moy partir.

LEUCOSIE.

A ce cruel depart pourrois-je consentir ?
765 Non, non, et puisqu’il faut monstrer que je vous ayme,
De tout ce que je puis disposer en vous mesme,
Je suis preste pour vous…

EURILOCHE.

Princesse c’est assez,
Et vous faites pour moy plus que vous ne pensez.
{p. 48}

SCENE VI. §

CIRCÉ dans l’antre du sommeil.

Foible et dernier secours, que mon amour lassée*
770 Oppose au desespoir dont elle est menacée ;
Quel succés à mes maux* ay-je lieu d’esperer ?
Retiendrez-vous Ulisse, et m’en dois-je asseurer ?
Mille essays merveilleux sur la terre et sur l’onde
Ont estalé ma flamme* aux yeux de tout le monde,
775 Quand j’ay deu signaler mon pouvoir merveilleux.
Aux yeux d’un fier Heros, d’un vainqueur orgueilleux,
J’ay produit des efforts* qui vont jusqu’à l’extreme,
Dont les Dieux ont tremblé, dont j’ay tremblé moy mesme.
J’ay fait voir jusqu’au Ciel s’eslever des vaisseaux,
780 J’ay fait courber les Cieux jusqu’au centre des eaux,
Dans les jours les plus beaux j’ay formé des nuages ;
J’ay fait venir le calme en despit des orages ;
J’ay fait rendre à la terre au milieu des froideurs
La richesse des fruits et l’ornement des fleurs ; [G ; 49]
785 J’ay suspendu l’effet des chansons des Syrenes,
Ulisse en a jouy sans en craindre les peines ;
Et pour tout dire enfin ma flame* et mon espoir
Ont consommé146 pour luy ma force et mon pouvoir.
Si j’ay fait plus qu’un Dieu pour signaler ma flame*,
790 Par mes soubmissions147 je fais plus qu’une femme,
Et j’assemble pour luy tous les traits*, qu’à leur tour
Mon sexe et mon sçavoir prétent à mon amour.
De ces faits esclatans que produisent mes charmes*,
Je descens aux souspirs, je descens jusqu’aux larmes.
795 Je flate, je caresse, et j’use avec chaleur
De tout ce qu’on employe aux surprises d’un cœur ;
Je le surprens enfin, sa resistance cesse,
J’entre dedans son cœur, j’en deviens la maistresse,
Et quand par de tels soins* je sens rougir mon front,
800 Le prix de la conqueste en efface l’affront.
Parmy tant de douceurs où mon ame se noye,
Dans ces divins transports* d’esperance et de joye,
D’un autre amour banny l’inopiné retour
A changé tout Ulisse et trahy mon amour :
805 Son devoir rappellé par l’esclat d’une femme
Luy rend ce que mes soins* avoient pris sur son ame,
Penelope elle seule a fait evanoüir
Ce bonheur souhaité, dont ils alloient joüir ;
De tant d’illustres* faits, de ces rares merveilles
810 Le charme* ou la terreur des yeux et des oreilles, {p. 50}
Je n’en recueille rien que le seul desespoir,
Que la honte de voir perir tout mon pouvoir.
Un seul moyen me reste apres cette disgrace
Pour rentrer dans son cœur et m’y rendre ma place,
815 Penelope, me l’oste, et pour l’en effacer
C’est au Dieu du sommeil148 que je veux m’addresser.
Sommeil, qui de cet antre environné de songes
Dans l’esprit des mortels jettez mille mensonges.
Je le vois, approchons. A quoy me reduis-tu
820 Amour qui vas trahir ma gloire et ma vertu* ?

SCENE VII. §

CIRCÉ. Le Dieu du sommeil.
On ouvre le fond de l’antre où paroist le sommeil.

CIRCÉ.

Arbitre du repos, Dieu maistre du silence,
Toy de qui les mortels reverent la puissance,
Et qui parmy nos maux* si longs, et si pressans
Sauves de leurs rigueurs la moitié de nos ans,
825 Pardonne, si ma voix trouble ta solitude, {p. 51}
Je cherche du repos à mon inquietude,
Et dans ce triste estat c’est de toy seulement
Que je puis esperer quelque soulagement.
Quand je voy sans effet mon adresse epuisée
830 Tous mes soins* consommez et ma puissance usée,
Seul tu peus me servir par des efforts* nouveaux :
Mais pour me secourir, apprens quels sont mes maux*.
J’ayme ; mais j’ayme Ulysse, et si j’en fus aymée,
Si par ce grand bonheur mon amour fut charmée*,
835 Cet espoir glorieux en devient plus confus*,
Quand je voy qu’il m’aymoit, et qu’il ne m’ayme plus.
Sa femme rapellant des devoirs dans son ame,
Qu’il en avoit bannis en faveur de ma flame*,
Me derobe un amour, qui m’est si glorieux,
840 Et pour mieux me l’oster luy fait quiter ces lieux.
Elle me le ravit, et toute ma puissance
Ne pouvant sur sa vie estendre ma vengeance,
C’est par toy seulement, que mon transport* jaloux
La peut faire perir dans l’esprit d’un espoux.
845 Fais luy voir en dormant une image infidelle*
Qui luy fasse hayr ce qu’il aymoit en elle ;
Fais-la luy voir perfide*, et que par cette erreur
Je m’en puisse vanger mieux que par ma fureur*.

Le sommeil.

{p. 52}
Vous pouvez icy tout, Nymphe que faut-il faire ?
850 Commandez, et Morphée aura soin de vous plaire.

CIRCÉ.

Ainsi malgré les soins*, les pertes, les douleurs
Puissent tous les mortels joüir de tes douceurs.
Qu’aucun bruit ne te trouble, et qu’à jamais mon pere
De ton antre sacré recule sa lumiere.

Fin du second acte.

{p. 53}

ACTE III. §

SCENE PREMIERE. §

La scene est dans le Palais de Circé.
CIRCÉ, ULISSE, EURILOCHE.

CIRCÉ.

855 Que faites-vous, Ulisse ?

ULISSE.

Oüy Reyne à vos genoux
Pour ces deux criminels, à vostre sœur, à vous,
De leur peu de respect je vous demande grace,
Euriloche a failly ; mais malgré son audace,
J’ayme assez de nos Grecs le reste malheureux,
860 Pour trembler de leur perte, et pour m’offrir pour eux.

CIRCÉ.

{p. 54}
Euriloche a failly ; mais Ulisse l’excuse,
Pour Circé c’en est trop ; assez pour Phaëtuse ;
Pour si juste qu’il soit, il n’est point de courroux,
Qui puisse vous dedire et tenir contre vous.
865 Mais donnons quelque espace149 au cours de sa colere :
Cependant* mon pouvoir dans le soin de vous plaire
Desarme en Elpenor l’ardeur* de se vanger,
Qui mettoit l’un ou l’autre et tous deux en danger ;
(à Euriloche.)
Ouy par l’impression150 d’un charme* qui l’abuse*
870 Vous serez à ses yeux sa chere Phaëtuse :
Ainsi malgré l’effort* de son ressentiment*
Dedans vostre ennemy vous verrez vostre amant*.

EURILOCHE.

Que j’evite à ses yeux passant pour sa maistresse*
Les traits* de sa fureur* ! ah ! c’est trop de foiblesse.
875 Non, non, Madame, il faut….

CIRCÉ.

Je sçay vostre valeur.

ULISSE.

Euriloche, souffrez*.

EURILOCHE.

J’obeiray, Seigneur. {p. 55}

CIRCÉ.

Euriloche autrefois esprouva ma puissance151 :
Maintenant Elpenor en fait l’experience ;
Par ce charme* nouveau, qui luy fait en ce jour
880 Voir en son ennemy l’objet* de son amour,
Ainsi de tous les Grecs, que (dans cette journée,
Qu’à Circé pour aymer les Dieux avoient donnée152,
La tempeste avec vous153 emmena sur ces bors,
Contre vous seul j’ay fait d’inutiles efforts*
885 Aussi contre vous seul j’ay refusé les armes,
Qu’offroit à mon amour le secours de mes charmes*.
Voulant devoir un cœur au refus obstiné154
Au seul amour du cœur que je vous ay donné.

ULISSE.

Princesse avec raison ce reproche m’offense,
890 J’ay pour vous du respect, non de la resistance ;
Sans attendre l’effet de vostre grand pouvoir ;
Mon cœur à vos bontez* rend ce qu’il croit devoir.
Le temps vient grande Reyne, où vous allez cognoistre
Quels sentimens en moy les vostres ont fait naistre, 
895 Quelle recognoissance Ulisse est preparé {p. 56}
De rendre à vos faveurs*, qui l’ont tant honoré.
Tandis155, bien que leur poids et leur nombre m’accable156,
Je voudrois de nouveau vous estre redevable,
Non pas à vostre amour ; je crains luy trop devoir ;
900 Mais j’ose importuner encor vostre pouvoir.

CIRCÉ.

A quoy faut-il pour vous que mon pouvoir s’employe ?
Demandez, vous sçavez s’il vous sert avec joye.
Sçachez de ces Heros157, dont les rares portraits
Font l’ornement pompeux de ce riche Palais,
905 Jusques à quels efforts* va mon pouvoir supreme,
Pour vous je veux qu’il aille au delà de luy-mesme,
Voulez vous voir la terre ou rouler sous vos pas
Ou se deschirer toute en mille et mille esclats ?
Voir le pere du jour retenu dedans l’onde
910 Dans un dueil eternel ensevelir le monde ;
Voir confondre avec l’air, le feu, la terre, et l’eau,
Voir rentrer l’univers dans son premier berceau ?
Et puis luy redonnant son ordre et sa lumiere
Le rendre en un moment à sa beauté premiere ?
915 Voulez-vous traverser en des climats* nouveaux ?
Voler dedans les airs, marcher dessus les eaux ?
Et voir à mesme temps158 solides et constantes
Ces regions de vents, ces campagnes flotantes
Je m’offre à contenter vos plus hardis souhaits ; [H ; 57]
920 Mais payez mon amour de tout ce que je fais.

ULISSE.

Bien que tant de bonté, tant de magnificence
Desja depuis long temps m’ait mis dans l’impuissance ;
J’ose encor destiner à de nouveaux exploits
Ce grand pouvoir pour moy signalé tant de fois.
925 Mais ne refusez pas ma genereuse* envie.
Je vis Reyne ; et les Dieux en me laissant la vie
M’empeschent de revoir ces mortels demy-Dieux,
Que Troye a veu perir par des coups glorieux.159
Je brusle* de revoir ces ombres immortelles ;
930 Et de forcer le sort qui me separe d’elles ;
Faites nous un passage à ces illustres* morts ;
Faites moy traverser tous ces horribles bors,
Ces deluges de flamme et ces brulans abysmes
Que les Dieux ont creusé pour la peine* des crimes :
935 Et faites moy vivant penetrer sans effroy*
Ce qu’ils ont mis d’espace entre l’Enfer et moy.
Mais ce dessein vous trouble, et semble vous surprendre.

CIRCÉ.

Ouy j’en sens du desordre*, et ne puis m’en defendre ;
Alors qu’il faut pour vous consentir un effort*,
940 Qui porte dans mon cœur l’image de la mort. {p. 58}
Vous descendre aux Enfers ? à ce penser je tremble ;
Je crains pour vostre perte, et cela luy ressemble.
Puis-je (quelque pouvoir que m’ayent donné les Dieux)
Confier à l’Enfer des jours si precieux.

ULISSE.

945 Ah ! ne presumez pas par ces feintes allarmes
De me faire douter du pouvoir de vos charme* ;
Ny me faire changer le dessein que j’ay pris.
Si vous me refusez je l’impute à mespris,
Et ce refus injuste aujourd’huy me dispense
950 Des plus justes devoirs de ma recognoissance.

CIRCÉ.

Qui croit pouvoir briser la chaine d’un bienfait,
Menaçant de la rompre, il la rompt en effet ;
Ce traitement suffit pour me faire cognoistre
Quels sentimens en vous mon amour a fait naistre.
955 Mais je veux l’ignorer ; et vainquant mon effroy*
Vous oster tout pretexte à vous plaindre de moy.
Je m’en vay conjurer pour vous malgré moy-mesme
De tous les Dieux d’Enfer les puissances supremes.
Je vous feray passer mille bors, mille mers,
960 Et d’un vol si pressé courir dans les Enfers,
Qu’à peine pourrez-vous avec quelque asseurance {p. 59}
Entre l’Enfer et nous croire quelque distance :
Mais par un mesme effort* je veux en mesme jour
Terminer vostre absence et voir vostre retour.

ULISSE.

965 Apres ces grands efforts* d’amour et de puissance
Osez tout esperer de ma recognoissance.

SCENE II. §

EURILOCHE, ULISSE.

EURILOCHE.

Quelle bizare humeur vous possede aujourd’huy ?

ULISSE.

Pour en juger ainsi sçavez-vous mon ennuy* ?

EURILOCHE.

En peut-on concevoir dont l’effort* authorise
970 Ce dessein estonnant*, cette estrange* entreprise ? {p. 60}

ULISSE.

L’amour de Penelope a formé ces projets.

EURILOCHE.

Ah ! quittés ce dessein, j’ay des vaisseaux tous prests ;
Allez dans vostre Grèce essuyer tant de larmes.

ULISSE.

Qu’un lieu jadis si cher a pour moy peu de charmes*.
975 Peut-estre que l’abysme où je cours aujourd’huy
A pour moy plus d’appas* et moins d’horreur que luy.
Qu’un moment, Euriloche, a jetté dans mon ame
De puissans ennemis d’une innocente flame*.
J’ay veu (j’en tremble encor) en de sanglans tableaux
980 Le crime et l’attentat de mes lasches Rivaux.
J’ay veu mes feux* trahis, Penelope perfide* ;
Telemache160 mon fils vangeur ou parricide ;
Enfin dans une nuict161 j’ai vu de tels malheurs ;
Qu’un seul auroit besoin de toutes mes douleurs.

EURILOCHE.

985 C’est donc l’effet d’un songe.

ULISSE.

Il est vray c’est un songe ; {p. 61}
Mais trop net, trop suivy, pour le croire un mensonge ;
Celuy-cy ne fuit point aux clartés du reveil.
Malgré mes deplaisirs accablé de sommeil
Je goustois un repos plus grand qu’à l’ordinaire ;
990 Quand tout à coup frapé d’une image legere,
Je me trouve en des lieux, qui me comblent d’effroy*,
Où mille objets confus* s’eslevent devant moy :
Dans ces obscurités je ne puis rien cognoistre,
Tandis162 quelque clarté commence de paroistre,
995 Semblable à cet esclat qui finit un portrait
Apres les sombres traits d’un crayon imparfait.
Ainsi ce peu de jour dissipant ces ombrages
M’offre distinctement des brillantes images,
J’entre dans un beau pré couronné de berceaux.163
1000 Separez seulement par de petits canaux,
Où la beauté de l’onde, et l’aymable murmure
Des flots, qui de leur lit sautoient sur la verdure
Flattoient* si doucement et l’oreille et les yeux,
Qu’on les peut comparer aux douceurs de ces lieux.

EURILOCHE.

1005 Ce songe jusques-là n’a rien qui soit funeste*.

ULISSE.

Plus cet endroit est beau, plus je tremble du reste. [ 62]
Observant de plus prés ces lieux de toutes pars
Un objet* adorable arreste mes regars.
Dieux ! c’estoit Penélope, à sa première veuë
1010 D’un transport* de plaisir mon ame est toute esmuë ;
Je cours pour l’embrasser*, quand un de ses amants*
Me previent*, et s’oppose à mes embrassemens*.
Mais pour comble d’horreur elle ayme ses caresses,
Et d’un œil indigné rebute mes tendresses ;
1015 Me renvoye à Circé. Dieux que ne vis-je pas ?
A cet objet* je tremble et je retiens mes pas :
Là mille traits* mortels assassinent la joye,
Là de mille douleurs mon cœur devient la proye
Et lorsque ma fureur*, qui cherche à m’alleger
1020 Pousse mes pas vers eux afin de me vanger,
Je me sens arresté d’un invisible obstacle :
Je ne scay si c’est crainte ou l’horreur du spectacle.
Dans ce saisissement immobile et honteux
Je voy mon fils armé, qui vient fondre sur eux ;
1025 Je m’escrie à l’instant, arreste temeraire.
Luy qui n’escoute rien, que sa seule colere
Les frape, et fait tomber de deux grands coups mortels
Le sang et les plaisirs de ces deux criminels.
Interdit et surpris de ce grand sacrifice
1030 Je condamne sa rage, et j’ayme leur suplice ; {p. 63}
Un reste de ma flamme*, une mourante ardeur*
Parle pour Penelope et pleure son malheur ;
Je hay, j’ayme mon fils, et prens sa violence
Quelquefois pour fureur*, quelquefois pour vengeance :
1035 J’escoute mon amour, j’escoute mon honneur,
Et dans ce grand combat, qui suspend ma fureur*,
Je m’esveille, et je pers ce songe qui me gesne164.
Mais las ! le mesme instant recommence ma peine,
Tant ces objets affreux*, que je ne puis banir
1040 S’estoient peints vivement dedans mon souvenir.    
Juge dans quels ennuys* cette image me plonge.

EURILOCHE.

Ce songe est estonnant*, mais enfin c’est un songe.
Soubçonner Penelope ! ah le transport* jaloux
Vous donne des pensers trop indignes de vous.

ULISSE.

1045 Je cognoy sa vertu, mais est-il de constance,
Qui ne cede aux rigueurs d’une si longue absence ?
Aux amants* dont le nom m’a desja fait jaloux,
Peut-elle avec effet opposer un espoux,
Que trois lustres 165entiers escoulés si loing d’elle
1050 Ont fait passer pour mort, ou bien pour infidelle.
Perimede m’a dit leurs poursuites166, leurs soins* ;
Il m’en a dit beaucoup, et je n’en croy pas moins. {p. 64}
Tout soustient mes soubçons sans cesse dans mon ame.
Je vois Agamemnon qu’assassine sa femme,
1055 Clytemnestre perfide*167 ; et ce cruel réveil
A pour moy plus de maux* que n’avoit le sommeil.

EURILOCHE.

Hé bien ne pouvant pas vaincre cette foiblesse
Seigneur pour s’esclaircir allez dedans la Grece.

ULISSE.

Iray-je voir rougir mon front et ma maison
1060 Du sang d’une infidelle et de sa trahison ?
Ou si mon ame à tort charge son innocence
Iray-je luy monstrer ma lasche defiance* ?
Non, non, dans ce combat, dans ces obscuritez
Mon cœur dans les enfers doit chercher des clartez.
1065 Là pour garder, ou vaincre une douleur trop forte
Pour le moins j’apprendray si Penelope est morte ;
Si mon fils a produit ou vangé mes malheurs ;
Si son trepas merite ou ma hayne ou mes pleurs.
Si je la treuve enfin et morte et criminelle,
1070 J’attacheray mes pas à cette ombre infidelle,
Et plus que ses remors, plus que son chastiment
Je seray son bourreau, sa honte et son tourment ;
Si malgré mes soubçons j’apprens son innocence,
Je veux que les Enfers contentent sa vengeance ; {p. I ; 65}
1075 Que si pour les vivants ils sont sans chastiment
J’iray porter ma teste à son ressentiment*.
Adieu, je pars : il faut que mon ame esclaircie
Sorte de son desordre* et de sa jalouzie.
Je puis bien dans l’Enfer descendre sans horreur,
1080 Si168 mes soubçons ont mis un enfer dans mon cœur.
Au retour nous sçaurons s’il faut revoir la Grece.
Cependant* pour tascher d’appaiser la Princesse
Embrassez* Elpenor, Circé fera la paix.
Adieu.

SCENE III. §

EURILOCHE seul.

Va, si le Ciel respond à mes souhaits
1085 Pour punir tes soubçons et tes extravagances
Ton voyage sera plus long que tu ne penses.
Cependant* je veux bien embrasser* mon rival* ;
Mais d’un embrassement* qui luy sera fatal.169
Mais il paroist, voyons si la Reyne m’abuse*, {p. 66}
1090 Je dois prez d’Elpenor passer pour Phaëtuse ;
Mais ce coup estonnant* est hors de son pouvoir ;
Il vient, le dois-je attendre ? esvitons de le voir.

SCENE IV. §

ELPENOR, EURILOCHE

ELPENOR.

Phaëtuse, est-ce vous ? arrestez ma Princesse.

EURILOCHE.

O ! Dieux n’en doutons plus, c’est à moy qu’il s’adresse,
1095 Effet inconcevable à tout autre qu’à moy !
Mais las ! il me souvient encor avec effroy*,
Qu’autrefois son pouvoir m’a fait plus miserable*.170

ELPENOR.

Vous me fuyez ô ! Dieux, dequoy suis-je coupable ?
Qu’ay-je fait ? ou plustost de quel crime fatal*
1100 Me noircit prez de vous mon perfide* rival* ? {p. 67}
Espouvanté de voir cette injuste colere,
Seur de n’avoir rien fait qui puisse vous deplaire,
Dans cet estonnement ma confuse* raison
Ne la peut imputer, qu’à quelque trahison.
1105 Quoy ? le lache Euriloche…

EURILOCHE.

Ah ! ce discours me fasche,
Euriloche n’est point ny perfide* ny lache.
Et…

ELPENOR.

Vous le deffendez ? ô ! Dieux, je suis perdu :
Mais rival* mon malheur te sera cher vendu.
Tu ne jouiras point du fait de ta malice ;
1110 Le pouvoir de Circé ny le respect d’Ulysse
Ne sçauroient l’arracher à mes sanglants efforts*.

EURILOCHE.

Impuissante fureur* ! ridicules transports* !
Toy mesme à ce rival* songe à demander grace ;
Ou ta mort previendra* l’effet de ta menace.

ELPENOR.

1115 Hé bien, puisque ses jours vous sont si precieux
Que qui l’ose attaquer vous devient odieux ; {p. 68}
Executez vous mesme un Arrest si funeste*.
Il m’oste vostre cœur, prenez ce qui me reste ;
Heureux si par vos mains je pers à vos genoux
1120 Des jours que seulement je conservois pour vous.
Percez, percez ce cœur, que rien ne vous retienne ;
Si vostre main en tremble, employez y la mienne.
Commandez...

EURILOCHE.

Profitons de sa mortelle erreur.
Mais… vertu* ridicule ! ah ! suivons ma fureur*.
1125 Jamais l’occasion ne s’offrira si belle.
Dieux Phaëtuse vient et sa sœur avec elle.

SCENE V. §

LEUCOSIE, PHAETUSE, ELPENOR.

LEUCOSIE.

Vostre Conseil ma sœur m’oblige171 infiniment.

ELPENOR à Phaëtuse.

{p. 69}
Ah ! c’est trop consulter vostre ressentiment*.
Je cede au mien Princesse, et seur de ma disgrace
1130 Je suis mon desespoir, sans que vostre menace
Empesche cet amant* jaloux et furieux*
D’immoler son rival* Euriloche, à vos yeux.

SCENE VI. §

LEUCOSIE, PHAETUSE.

LEUCOSIE.

Son rival* ? Euriloche !

PHAETUSE.

O ! Dieux quelle menace,
Dequoy vous plaignez vous ? quelle est cette disgrace ?
1135 Où fuyez vous ? helas ! je le r’appelle en vain.

LEUCOSIE.

Circé sçaura, ma sœur, empescher son dessein. {p. 70}

PHAETUSE.

Elle m’avoit promis d’assoupir sa vengeance,
Je vivois en repos apres cette asseurance.
Cependant sa fureur*

LEUCOSIE.

Vous la craignez à tort ;
1140 Euriloche a dequoy repousser son effort*.

PHAETUSE.

Pour Euriloche moy je serois allarmée !

LEUCOSIE.

Pourquoy non, s’il est vray qu’il vous a tant aymée ?
Vous dites qu’il m’abuse*, et n’ayme encor que vous.
Et nous venons de voir qu’Elpenor est jaloux ;
1145 Je ne voy pas pourtant qu’il ait sujet de l’estre,
Si l’on172 traite Euriloche en imposteur, en traistre,
Et qui se rend indigne en me manquant de foy*
D’estre veu ny souffert*, ny de vous ny de moy.
C’est là vostre conseil ; je n’en ay point d’ombrage,
1150 Mais pardonnez un cœur173 qu’un peu d’amour engage ;
S’il refuse un conseil, qu’Elpenor de ce pas {p. 71}
Vient de vous reprocher que vous ne suivez pas.

PHAETUSE.

A vostre dam174, ma sœur, si je vous suis suspecte.

LEUCOSIE.

Ah ! ma sœur vous sçavez combien je vous respecte.
1155 Vous estes mon aynée, et bien plus que ce rang
Plus que tout ce qu’on doit aux tendresses du sang,
La parfaite amitié* que vous m’avez promise
M’oste tous ces soubçons et veut plus de franchise.

PHAETUSE.

Cette amitié*, ma sœur, m’oblige à vous donner
1160 Le conseil qu’en effet vous semblez soubçonner.
Je vous l’ay desja dit, et je vous le repete,
Que de quelque façon qu’Euriloche vous traite,
Il couve des desseins qui vous feront un jour
Repentir, mais trop tard, d’avoir eu de l’amour.
1165 Prevenez* les malheurs que présage ma crainte,
Vostre chaisne avec luy n’est pas si fort estrainte,
Que si Circé ny moy n’en sommes point d’accord,
Vous ne la puissiez rompre avec un peu d’effort*.
Vous devez, ce me semble, embrasser* ma querelle*,
1170 Que ne cognoissez vous cet esprit infidelle*
Lasche, fourbe, meschant, j’en parle sans aigreur ; {p. 72}
Je le hais il est vray, mais j’ayme plus ma sœur,
Et tout ce que j’en dis, quoy qu’apres son offence
Est pour vostre interest plus que pour ma vengeance.

LEUCOSIE.

1175 Vous en dites beaucoup, mais à parler sans fard
Vostre amitié*, ma sœur, s’en advise un peu tard ;
Avec ces qualitez il falloit le depeindre,
Alors qu’il commenca de m’aymer ou de feindre.
Mais il n’estoit pour lors ny lasche ny trompeur
1180 Et ne l’est que depuis vostre mauvaise humeur.
S’il est vray qu’Elpenor ait captivé vostre ame
Vous ne souffririez* pas qu’on le traitast d’infame ;
Ny je ne puis souffrir* qu’on noircisse aujourd’huy
Un Prince plus aymable, et plus aymé que luy.
1185 Le mal* sera pour moy s’il devient infidelle;
Et si vostre amitié* plus que vostre querelle*
Pour le rendre odieux vous fait prendre ces soins*,
Vous m’obligerez fort de m’aymer un peu moins.
Car enfin vouloir rompre une si forte chaine*
1190 C’est à moy comme à vous une entreprise vaine.
Je l’ayme, et d’autant plus que j’ay tousjours pensé
Que vous y consentiez aussi bien que Circé.

PHAETUSE.

[K ; 73]
Dés l’abord, comme vous, j’ay mal cognu ce traistre ;
Mais maintenant, ma sœur, qu’on me l’a fait cognoistre,
1195 Sans inhumanité je ne puis approuver
De voir perir ma sœur, quand je puis la sauver.
Ainsi n’esperez pas que jamais j’y consente,
Et si vous en voulez de preuve plus pressante
Puisqu’aussi bien je voy que vostre aveuglement
1200 Impute mes conseils à mon ressentiment*,
Plus pour vos interests que ceux de ma vengeance
J’entreprens son exil de toute ma puissance.
Et contre qui voudra choque* ma volonté
Je consens d’en venir à toute extrémité.
1205 Il faut qu’il quitte l’isle, ou bien qu’il y perisse.

LEUCOSIE.

En ce cas-là, Madame, il faut que j’y flechisse.

PHAETUSE.

C’est à vous d’y songer.

LEUCOSIE.

Le conseil en est pris,
Dans ces ressentimens* Elpenor s’est mespris
Il veut perdre Euriloche, et malgré sa complice
1210 Il faut qu’il quitte l’isle ou bien qu’il y perisse.175
Pour faire reussir ce que j’ay projetté,
Je consens d’en venir à toute extrémité.
{p. 74}

ACTE IV. §

SCENE PREMIERE. §

La Scene est dans l’Enfer.

SIZIPHE seul.

Des176 plus profonds cachots du centre de la terre
Je roule incessamment cette masse de pierre177 ;
1215 Mais je succombe enfin sous ce pesant fardeau ;
Ma force se consomme, et je suis tout en eau.
Toutefois accablé sous tant de lassitude*
Quand je dois expirer sous un tourment si rude,
Un demon invisible anime mes efforts*,
1220 Et sans rendre mes bras ny moins las*, ny plus forts,
Sans amoindrir mon mal* son assistance vaine {p. 75}
Soustenant ma foiblesse eternise ma peine*.
Rocher accable178 moy sous tant de pesanteur.
Et toy de mon tourment et le juge et l’autheur
1225 Grand Dieu179, qui pour donner matiere à ta justice,
Rens les morts immortels au milieu du supplice,
Oste nous par pitié cette immortalité ;
Reprens ce don fatal*, que tu nous a presté.
Quoy ? ta divinité treuve-[t-] elle des charmes
1230 A voir couler sans cesse un deluge de larmes ?
Quoy ? le crime d’un jour, le crime d’un moment
Doit-il estre puny d’un si long chastiment ?
Mais cruel* enyvré de douceurs et de joye
Tu braves les souspirs que ma douleur t’envoye.
1235 Puis donc qu’à ce travail*180 on ne peut m’arracher,
Voy comme je m’efforce à pousser ce rocher,
Il faudra malgré toy qu’un si cruel supplice.
Sous un effort supreme, ou m’accable, ou finisse.
Enfin je touche au terme, et je puis aujourd’huy…
1240 Mais helas ! il retombe, et je tombe avec luy.
Triomphe Jupiter, triomphe de ma peine*.
{p. 76}

SCENE II. §

ULISSE seul.

Dans quel gouffre d’horreur ta puissance m’entraine ?
Amour est-ce en ces lieux que je la doy chercher ?
Penelope est-ce icy que tu voudrois cacher
1245 Ma honte et ton tourment, mon suplice et ton crime ?
Perfide*, s’il te reste un remors legitime
Fais toy voir à qui fut ta fidelle moitié,
Malgré ta trahison ton sort me fait pitié.
Et si prez de Pluton181 ma priere n’est vaine,
1250 Bien loin de l’agrandir j’amoindriray ta peine*.
{p. 77}

SCENE III. §

SIZIPHE, ULISSE.

SIZIPHE.

Rocher qu’en vain tousjours je tasche à remonter.

ULISSE.

Quel est ce malheureux ?

SIZIPHE.

Ne puis-je l’arrester ?

ULISSE.

C’est Siziphe ; luy mesme.

SIZIPHE.

O ! rigoureux suplice !

ULISSE.

{p. 78}
Spectacle insuportable au malheureux Ulisse !
1255 N’importe... En ma faveur quittes pour aujourd’huy.182

SIZIPHE.

Ulisse chez les morts !

ULISSE.

Ouy, Siziphe, c’est luy.

SIZIPHE.

Que veux tu malheureux ? Quel estrange caprice
Te fait venir icy redoubler mon supplice ?
Viens tu pour me vanter tes exploits glorieux183 ?
1260 La splendeur de ta vie est l’horreur de mes yeux.
Tout ce qu’on voit en toy d’eclat et de merite
Dont ma douleur s’augmente, et mon remors s’irrite,
Redoublant la laideur de mes propres défauts,
Sont de mes laschetez la honte et les bourreaux.
1265 Va, fuis, et cache moy cette vertu* mortelle ;
Ce grand rocher me pese, et me presse moins qu’elle.
Faut-il que ton destin soit si contraire au mien ?
A-[t-] il pû de mon sang184 naistre un homme de bien ?
J’avois ce doux espoir que malgré ma disgrace
1270 Mes forfaits deviendroient l’exemple de ma race ;
Et que le mauvais sang, que je t’avois presté, {p. 79}
Jetteroit dans ton cœur toute ma lascheté.
Mais puisque les efforts* d’une autre nourriture
Ont purgé ton destin et dompté ta nature,
1275 Te monstrer si contraire à tous mes sentimens
C’est redoubler ma peine ; et croistre mes tourmens.
Sors, et par tes vertus* en ces lieux mesprisées
Va charmer* tes amis dans les champs élizées185.
Puisse186-tu pour armer les remors contre toy
1280 Devenir plus infame et plus meschant que moy ?187
Puisse-tu dans les creux de ces bruslans abysmes
Renverser sur toy seul la peine* de mes crimes ?
Ou du moins puisse-tu par mes lasches forfaits
Endurer tous les maux*, que ta vertu* m’a faits ?

ULISSE.

1285 Si c’est cette vertu*, que vostre ame deteste,
Je viens vous presenter un objet plus funeste* :
Tout ce qu’a vostre Enfer de peine* et de rigueur
N’a rien de comparable aux tourmens de mon cœur.
Mais ma douleur est-elle aussi juste que forte ?
1290 Siziphe : apprenez moy si Penelope est morte.
Mais non, n’en faites rien, dans un coup si fatal*
Je sens quelque douceur à douter de mon mal*.

SIZIPHE.

{p. 80}
Par les mains de ton fils elle est morte infidelle,
Au lieu de tant d’amants* qui soupiroient pour elle,
1295 Mille serpens affreux* qui nous comblent d’horreur,
Rampent sur sa poictrine, et luy rongent le cœur.
Ce corps, qui fut l’Autel, et le Dieu de ton ame,
N’est qu’un spectre hideux environné de flame :
Ses yeux jadis brillans de lumiere et d’amour
1300 Ne jettent maintenant qu’un effroyable* jour,
Tel que jettent les yeux d’une horrible megere188,
Etincellans de feu, de sang, et de colere ;
Tel que lance la foudre, ou tel que les esclairs
Au milieu de la nuict jettent dedans les airs.
1305 Ses mains, dont les beautez empruntoient tant de charmes*,
Ne servent qu’à fournir de matiere à ses larmes.
Cette bouche sans cesse ouverte à des souspirs,
Dont le souffle amoureux animoit tes desirs,
Ne s’ouvre maintenant qu’aux deluges de flame,
1310 Que vomit au dehors l’embrasement de l’ame.
Au lieu de cet air doux que sa bouche jettoit,
Au lieu de ce vermeil dont sa levre esclatoit
Une espaisse fumée envelopant sa bouche,
Noircit toute sa levre et tout ce quelle touche.
1315 Enfin dans cet estat on diroit à la voir,
Que tout ce qu’a l’Enfer et d’horrible et de noir, [L ; 81]
Defigure un objet*, qui fut durant sa vie
Matiere à tous les yeux, ou d’amour, ou d’envie.

ULISSE.

Ah ! Penelope ! ô ! Dieux ! O ! cruel* changement.

SIZIPHE.

1320 Va ne la cherche point dans cet appartement,
Son crime estant plus grand, et plus noir que les nostres,
Le lieu de son suplice est separé des autres.
Puisse-tu de ses maux* ressentir la moitié,
Et tomber à ses pieds d’horreur ou de pitié.
1325 Va sors de ma presence, et cours apres ta femme.

SCENE IV. §

TYRESIE189, SIZIPHE, ULISSE.

TYRESIE.

Cher Ulisse, arrestez, que vous dit cet infame ?
Ce dernier deshonneur de vos braves ayeux,
La honte et le rebut d’un sang si glorieux.

SIZIPHE.

{p. 82}
Qu’il me laisse en repos.

TYRESIE.

Cache-toy miserable*,
1330 Et delivre nos yeux d’un objet effroyable*.

SCENE V. §

ULISSE, TYRESIE.

ULISSE.

Tyresie est-ce vous ? venez-vous secourir,
Un mortel desespoir, que rien ne peur guerir ?
Venez vous contenter ma douleur ou ma haine ?
Ou me voir vanger d’elle, ou regretter sa peine* ?

TYRESIE.

1335 D’où vient ce desespoir, ces plaintes, ces malheurs.190

ULISSE.

C’est hayne, c’est amour qui fait couler mes pleurs, {p. 83}
Puis-je ne pas pleurer une epouze si belle ?
Puis-je ne pas haïr une epouze infidelle ?
Son infidelité fait mon ressentiment*,
1340 Mais j’ay de la pitié quand je voy son tourment.
Vous à qui tous les Dieux ouvrent les destinées,191
Qui scavez le sejour* des ombres condamnees
Monstrez moy cette aymable et perfide* moitié,
Que je meure à ses yeux de rage ou de pitié,
1345 Donnez cette allegeance au malheureux Ulisse.

TYRESIE.

Ulisse ouvre les yeux, et cognoy l’artifice*
Dont l’infame Siziphe abusoit* ton amour,
L’objet* de tes desirs voit encore le jour ;
Et ce cruel soubçon que ton erreur enfante
1350 Cherche en vain chez les morts une beauté vivante.

ULISSE.

Dieux ! elle vit encor, mais peut-estre elle vit,
Pour soüiller en vivant et ma gloire et mon lit.

TYRESIE.

Reviens, et pers enfin un soubçon, qui l’offense,
Non que je sois surpris de cette defiance : {p. 84}
1355 Je sçay quel est l’effet de l’horrible conseil
D’un songe concerté par le Dieu du sommeil,
Qui par de faux objets trompant ta jalouzie
Arme ton desespoir contre sa perfidie* ;
On seduit aysement ces folles passions,
1360 Et c’est ce qu’il a fait par ses illusions ;
Ou plutost c’est l’effet de l’adresse et des charmes*
Par qui Circé te trompe, et cause tant d’allarmes.
Son amour pour reprendre un cœur desabusé,
Te veut seduire encor par un mal supposé.
1365 Te faisant Penelope et morte et criminelle,
Elle aspire à des vœux que tu gardois pour elle.

ULISSE.

N’osant et ne pouvant me defier de vous
J’accepte avec transport* un oracle si doux.
Cher truchement des Dieux, fidelle Tyresie,
1370 Je vous dois mon repos, mon honneur et ma vie.    
Ainsi credule amant* j’ay soubçonné ta foy*,
Penelope, quels maux*, quelle assez dure loy
Me peut-on imposer pour vanger ton injure ?
Mais tu sçais mon amour, et tu vois l’imposture.
1375 Si pour me detromper d’une fatale* erreur
J’ay descendu si viste en ce lieu plein d’horreur,
Par cette mesme erreur maintenant esclaircie
J’iray d’un mesme pas contenter ton envie, {p. 85}
Et si pour accourcir192 le chemin des Enfers
1380 Circé dans un moment m’a fait courir cent mers.
Pour revoir tes beaux yeux, pour revoir nostre Grece
J’attens de mon amour ce qu’a fait son adresse.
Vous en qui le Ciel mit tout le pouvoir des Dieux
Qui sçavez mille endroits pour sortir de ces lieux,
1385 Sans qu’il doive à Circé cet effort* favorable*
Enlevez de ces lieux cet amant* miserable*,
Par un chemin facile abregez ses travaux*,
Et derobez Ulisse à des charmes* nouveaux.

TYRESIE.

Ulisse je ne puis respondre à vostre attente,
1390 Le charme* de Circé rend ma main impuissante ;
Elle vous fait descendre en ce triste sejour*,
Seule elle peut aussi faire vostre retour.

ULISSE.

Ainsi je doy sortir d’un sejour* si funeste* ;
Par l’effort* d’une main que mon amour deteste,
1395 Faut-il revoir encor ces dangereux climats* ?
Et doy-je m’apprester à de nouveaux combats ?

TYRESIE.

Il le faut, cher Ulisse, et desja l’heure presse ;
Mais malgré ses efforts*, espere en ton adresse ; {p. 86}
Tu luy doy mille exploits, et ta fidelle amour
1400 Par elle doit encor triompher à son tour.    
Adieu.193

ULISSE seul.194

Quels soins* ? helas ! pourront sauver ma flame*
Des pieges, des fureurs*, des charmes* d’une femme ?
Amour, par qui Circé dans ses lasches transports*
Fait sans cesse et par tout de si puissans efforts*195
1405 Et pour d’injustes vœux rompt de si grands obstacles,
Pour des vœux innocens faits de pareils miracles.

SCENE VI. §

La Scene est dans le parc.

CIRCÉ seule chante.

Rare presant des Cieux merveilleuse puissance
Qui m’as fait consentir une si dure absence
Redonne Ulisse à mon amour.
1410 Rens à mes yeux l’objet* qui regne dans mon ame
Et si tu veux servir ma douleur & ma flame*,
Haste ma mort ou son retour.
J’oppose vainement au torrent de mes larmes {p. 87}
L’orgueil de mon pouvoir, & l’espoir de mes charmes*,
1415 Tous deux cedent à mon amour.
S’ils me promettent tout il craint tout pour Ulisse,
Et j’attans seulement la fin de mon supplice
De ma mort ou de son retour.
Son seul retardement fait obstacle à ma flamme* ;
1420 Je n’en redoute plus du costé de sa femme ;
Le sommeil l’abusant* d’une fatale* erreur
A Penelope enfin a desrobé son cœur,
Et ce qu’il m’a promis me rend trop asseurée
D’une felicité si long-temps desirée.
1425 Que fais tu malheureuse ? à quelle indignité
Abbaisse-tu le sang d’une divinité ?
Circé met son bonheur au seul amour d’un homme !
Ah ! Soleil, Dieu tesmoin du feu* qui me consomme,
Toy qui vis autrefois cent Roys à mes genoux,
1430 Voy quelle honte efface un spectacle si doux.
Vange, vange sur moy l’honneur de ta famille,
Derobe tes clartez à cette indigne fille ;
Ou du feu, dont ma vie emprunte sa vigueur
Formant des traits* mortels perce ce lasche cœur.
1435 Mais que dis-je, insensée ! helas ! si quelque flame*
Dans celles de mon sang, fut exempte de blasme.
En est il sur la terre, en est-il dans les Cieux,
Qui se puisse vanter d’un feu* si glorieux ? {p. 88}
Si les Dieux punissoient de pareilles foiblesses,
1440 Et la terre et les Cieux n’auroient plus de Deesses :
Si Venus, si Thetys, si la nymphe du jour
Pour des mortels sans honte ont conceu de l’amour196,
Quel Dieu peut condamner ma flame* avec justice ?
Ceux qu’elles ont aymez valoient-ils mon Ulisse ?
1445 Non, non, ma flame* est juste ; et c’est mal à propos
Que cet injuste orgueil vient troubler mon repos.
Il falloit l’escouter, quand ce feu* prit naissance ;
Quand on n’avoit pour moy, que de la resistance ;
Maintenant qu’il se plaint d’avoir trop resisté
1450 Mon remors refusant un bien si souhaitté,
Si la poursuitte en fut, et honteuse et coupable,
Ce refus la rendroit encor plus condamnable…
J’espere tout d’Ulisse, et je me crois permis
De me faire tenir tout ce qu’il m’a promis ;
1455 Jusque-là que s’il manque à sa recognoissance,
Il est de mon honneur d’en faire la vengeance.
C’est en quoy mon destin est heureux aujourd’huy,
Cherissant un mortel de pouvoir plus que luy.
En l’aymant je l’esleve, ingrat* je puis l’abatre.
1460 Mais pourquoy se former des monstres à combatre ?
Circé ne doute plus, qu’Ulisse à son retour
Ne rende ce qu’il doit à ta fidelle amour.
Faut-il parmy les soins* où mon amour m’engage
Qu’à de nouveaux soucis* encore je me partage ? {p. M ; 89}
1465 Que cherchez-vous ma sœur ?

SCENE VII. §

PHAETUSE, CIRCÉ.

PHAETUSE.

Vous, de qui je me plains,
Euriloche, Elpenor, sans doute en sont aux mains.
J’ay mis pour les chercher toute la Cour en peine,
Au Palais, dans le parc, mais ma recherche est vaine.
Est-ce ainsi…

CIRCÉ.

Moderez cet injuste courroux,
1470 De tout cet embarras ne vous plaignez qu’à vous ;
Je n’ay rien fait ma sœur, que ce que j’ay dû faire197,
Je vous avois promis que jaloux de vous plaire,
Mon art desarmeroit l’ardeur* de se vanger,
Qui mettoit (disiez-vous) Elpenor en danger.
1475 Je l’ay fait, esperant que de vous adoucie, {p. 90}
Euriloche obtiendroit sa grace et Leucosie,
Meslant nos interests j’ay fait que desormais
On ne se verra plus que pour faire la paix.
Ce charme* dure encor, et malgré moy Princesse
1480 Durera jusqu’à tant que votre hayne cesse.

PHAETUSE.

Quel charme* ?

CIRCÉ.

Merveilleux, qui force vostre amant*
De changer en respects tout son ressentiment,
Et qui par la pitié, que vous fera sa peine
Doit obtenir de vous la fin de vostre haine.
1485 Euriloche paroist, retirons-nous ma sœur,
Ce que vous allez voir changera vostre cœur.
{p. 91}

SCENE VIII. §

EURILOCHE seul.

Je me pers, Perimede, ah ! non c’est trop d’audace.
Quand198 Ulisse, Elpenor me quitteroient la place,
Quand je me promettrois de pouvoir quelque jour
1490 Surmonter de deux sœurs et la haine et l’amour,
Circé reste à combatre, où prendrons nous des armes
A nous mettre à couvert du pouvoir de ses charmes* ?
Ce qu’en souffre Elpenor, ce qu’elle fait sur moy
Dans mon ame coupable a jetté tant d’effroy*
1495 Qu’il me semble de voir sans cesse sa colere
S’apprester à punir ce que j’ay voulu faire.
Ah ! de mes laschetez fatale* illusion !
Qui trahis mon amour et mon ambition.
Fais place à des pensers, qu’un noble espoir me donne ;
1500 Amour de Phaëtuse, amour de la couronne,
Je m’abandonne à vous, et sans plus contester
Commandez, je m’appreste à tout executer.
Il faut… Elpenor vient. Circé finis sa peine*.
Si tu ne peux souffrir* qu’elle serve à ma haine. {p. 92}

SCENE IX. §

ELPENOR, EURILOCHE.
CIRCÉ, PHAETUSE.

ELPENOR.

1505 En vain sur mon rival* je cherche à me vanger
Pour terminer des maux* qu’on ne peut soulager,
Je retourne à vos pieds, souffrez* y ma presence,
Et n’apprehendez plus que privé d’esperance
Ce malheureux amant* ait la temerité,
1510 D’en demander raison à sa divinité.
Vos bontez* m’eslevant à ce faiste de gloire,
Qui passe mon espoir, que j’avois peine à croire,
Vous acquirent le droict de m’en precipiter,
Vous m’aviez tout donné, vous pouvez tout m’oster.
1515 Et comme en m’eslevant à ce comble de grace
Vous n’attendites point que je le meritasse.
De mesme en m’en voyant par vous precipité {p. 93}
J’ay tort de demander si je l’ay merité.
Ouy j’ay tort, et certain par ce cruel silence
1520 Que je vous doy ma mort sans sçavoir mon offense,
Je suis trop criminel differant mon trespas
Mais sans plus contester j’y cours Princesse.

PHAETUSE.

Helas !

CIRCÉ.

Ne craignez rien.

EURILOCHE bas.

J’aurois contenté ton envie ;
Mais un charme* inconnu desarmant ma furie*
1525 Retient ce bras levé pour luy percer le cœur,
Et me fait souhaiter la fin de son erreur.
Circé vient.

ELPENOR.

Dieux vangeurs d’une amour outragée,
Qui voyez à quel poinct ma fortune* est changée
Si mon lasche rival* me desrobe sa foy*
1530 Perdez ce criminel ; justes Dieux vangez moy !
Que199 si ce changement vient de son inconstance
Quelque injuste qu’il soit laissez-le sans vengeance. {p. 94}

PHAETUSE à Circé.

Je ne puis me resoudre à le voir plus souffrir,
Madame.

CIRCÉ.

Hé bien vous mesme allez le secourir.

PHAETUSE.

1535 Demeurez, Elpenor ; et cessez de vous plaindre
D’un mal* que vostre amour n’a pas subjet de craindre.
Quelques vaines frayeurs qui vous ayent allarmé
Phaëtuse jamais ne vous a tant aymé.

ELPENOR.

Qu’entens-je ! ma Princesse, à mes vœux si contraire
1540 Me rend en un moment tout le bien que j’espere ;
M’avez-vous fait souffrir ce cruel traitement
Pour rendre à mes desirs mon bonheur plus charmant* ?
Il m’estoit assez cher avant cet artifice*.
Par quels respects, amour, et par quel sacrifice…
(Là il se tourne du costé de la fausse Phaëtuse.)
1545 O ! Dieux. Princesse ! helas ! est-ce vous que je voy ?
Phaëtuse, est-ce vous qui me manquez de foy* ?
Dieux quel charme* presente à ma veuë abusée*
Phaëtuse en courroux, Phaëtuse appaisée. {p. 95}
(à Circé)
Ah ! ce n’est pas ainsi qu’on m’oste mon malheur ?
1550 Madame, il faut finir non tromper ma douleur.
Et toutes les douceurs d’une erreur favorable*
Sont un foible secours contre un mal* veritable.
En vain pour arrester mon juste desespoir
Sous un front adorable un demon se fait voir,
1555 Et prenant tous les traits de celle que j’adore
S’efforce de calmer l’ennuy* qui me devore.
Fuis spectre decevant*, qu’anime sa pitié,
Mes maux* à son aspect augmentent de moitié.
Plus je vois que Circé veut soulager ma peine*,
1560 Plus son ingrate* sœur me paroist inhumaine.
Voyant que sa rigueur s’obstine à voir perir
Celuy que d’un seul mot elle peut secourir.

PHAETUSE à Circé.

Ah ! ma sœur.

CIRCÉ à Euriloche.

Il est temps que ce charme* finisse.
Vous sçavez ce qu’on doit aux prieres d’Ulisse,
1565 Embrassez* Elpenor, certain que cette paix
Vous va donner le bien où tendent vos souhaits.

EURILOCHE.

Mon desir ne vient pas à vostre cognoissance. {p. 96}

CIRCÉ.

Vous presumez bien peu de ma haute science.

EURILOCHE.

Elle ne s’estend pas à cognoistre nos vœux.

CIRCÉ.

1570 Je sçay pourtant le vostre, et vay vous rendre heureux,
Ne vous opposés plus à ce que je desire.

EURILOCHE.

Quoy vous me promettez le bonheur où j’aspire
A ces conditions que ne ferois-je pas ?

CIRCÉ.

Elpenor vous voyez que l’on vous tend les bras.

ELPENOR.

1575 A moy, Madame.

EURILOCHE.

[N ; 97]
A vous.
(Circé frappe Elpenor de sa verge.)

ELPENOR.

O secours favorable* !
(Le charme finit.)
Ah ! Princesse. Grands Dieux ! surprise espouventable !
Est-ce mon ennemy que je viens d’embrasser* ?

CIRCÉ à Phaëtuse.

Vous excusez un coup dont il peut s’offenser.

ELPENOR.

Ah ! Madame, ah ! Princesse, est-ce ainsi qu’on me jouë ?

PHAETUSE.

1580 Ma sœur a quelque tort, mon Prince je l’advouë    
Mais puisque mon repos naist de ce qu’elle a fait,
Si vous m’aymez monstrez un front plus satisfait,
Je demande encor plus à vostre obeissance,
Il faut en l’embrassant* oublier son offense,
1585 Et le mettre en estat en luy donnant ma sœur,
De ne plus traverser nostre commun bonheur.

ELPENOR.

Je vous obeiray, quoy qu’avec repugnance.
Fasse le juste Ciel, que cette obeissance {p. 98}
En destournant les maux*, qui nous sont preparez
1590 Assure le repos que vous en esperez.
Je ne m’oppose plus à l’heur* qu’on vous200 destine
Leucosie est à vous, et sans qu’on examine
Qui de nous a failly contre nostre amitié*
D’un cœur qui fut à vous je vous rends la moitié.
1595 Daignent les Dieux tesmoins si la vostre m’est chere,
Punir qui de nous deux l’offrira moins sincere.

EURILOCHE.

La vostre m’est bien chere et c’est trop de bonheur
D’en estraindre les nœuds par l’hymen* de sa sœur,
De moy pour tant de biens que pouvez-vous attendre ?

CIRCÉ.

à Euriloche.             à Phaëtuse.
1600 Je puis vous acquitter. Ouy, je m’offre à vous rendre
(Maintenant qu’Elpenor devenu vostre espoux201
Peut partager les soins* de l’estat avec vous)
Le glorieux fardeau de la toute puissance
Dont j’ay par vostre adveu202 soulagé vostre enfance.

EURILOCHE.

1605 La Reine s’accordant si bien à mes souhaits
N’a pas mal penetré dans les vœux que j’ay faits
Pour rendre de tout poinct ma fortune* accomplie.
Me voyant sur le poinct d’obtenir Leucosie {p. 99}
Il ne me manquoit plus, que de voir vostre espoux
1610 Elpenor, partager la couronne avec vous.

PHAETUSE.

Je hayrois le bien que cet hymen* me donne
Si la Reyne sur nous reposant la couronne,
Changeoit un seul moment la forme de l’estat.
Phaëtuse est trop juste, et luy n’est pas ingrat*.

SCENE X. §

LEUCOSIE, CIRCÉ, PHAETUSE.

LEUCOSIE.

1615 Madame, Ulisse vient.

CIRCÉ.

Cette heureuse nouvelle    
Pour revoir ce heros au Palais me rappelle.

PHAETUSE.

{p. 100}
Nous vous suivons.

CIRCÉ.

Allons. Puisse par ce retour
Ma flame* prendre part au bonheur de ce jour.
Vous en avez beaucoup dans ce bonheur extreme.

LEUCOSIE.

1620 Comment ?

CIRCÉ.

Vous l’apprendrez du Prince qui vous ayme.

SCENE XI. §

LEUCOSIE, EURILOCHE.

EURILOCHE bas.203

Tout me perd, et je suis pour comble de douleur
Forcé de caresser et rire à mon malheur.
Ulisse est de retour, l’avez-vous veu Princesse ?

LEUCOSIE.

Je l’ay veu resolu de retourner en Grece ; {p. 101}
1625 Emmener s’il se peut Elpenor avec luy,
Echapper à la Reyne.

EURILOCHE.

Et partir.

LEUCOSIE.

Aujourd’huy
Perimede est allé donner ordre à sa fuite.

EURILOCHE.

Que de biens produira vostre sage conduite !
Hé comment envers vous pourray-je m’acquitter ?

LEUCOSIE.

1630 En faisant vos efforts* pour ne nous pas quiter.    1630

EURILOCHE.

Quoyqu’il puisse arriver si malgré son adresse
Pour chasser Elpenor il faut que je vous laisse :
Je reviendray bientost establir dans ces lieux
Un bonheur à passer tous les plaisirs des Dieux

LEUCOSIE.

1635 Ce glorieux espoir adoucira ma peine. {p. 102}
Mais quel est ce bonheur dont me parloit la Reine,
Je brusle* de l’apprendre.

EURILOCHE.

Ah ! Princesse usons mieux
Qu’en frivoles discours d’un temps si precieux.
De l’air que l’entreprise entre nous est conceuë
1640 La perte d’un moment en ruine l’issuë.
Amusez204 vostre sœur, et sans perdre un moment
Sur le vaisseau je vays205 engager son amant*.
Assuré de le rendre avec mon artifice*
Malgré luy compagnon de la fuite d’Ulisse.
1645 Ainsi vostre secours favorable* en ce jour
Va faire triompher ma gloire et mon amour.

Fin du quatriesme acte.

{p. 103}

ACTE V. §

SCENE PREMIERE. §

La scene est dans une forteresse.
CIRCÉ, MELANTE.

CIRCÉ.

Que fait mon fugitif ?

MELANTE.

En Ulisse, Madame
Il attend son malheur, et cette grandeur d’ame
Le fait voir dans ses fers*, dans cette affreuse* tour
1650 Plus qu’il ne fut jamais digne de vostre amour.206

CIRCÉ.

Digne de mon amour, qu’il a si mal traitée ?
Dis plustost des fureurs* d’une Reyne irritée ; {p. 104}
Qui s’abandonnant toute à son dernier transport*
N’a plus que des pensers de vengeance et de mort.
1655 Il me fuyoit l’ingrat*, et couroit à sa femme
Luy vanter le mespris qu’il a fait de ma flamme*,
Et luy contant mes feux*, ma honte, et mon malheur,
Dresser de mon amour un trophée à la leur.
Graces aux Dieux, sa mort previendra* cette honte ;
1660 Si Penelope apprend qu’Ulysse me surmonte207,
Elle apprendra, pleurant ce qu’aura fait ce fer*,
Qu’on peut vaincre Circé, mais non en triompher,
Et qu’une horrible suite efface enfin* la gloire
De quiconque use mal d’une telle victoire.
1665 Tout ce qu’a de cruel la jalouze fureur*,
La rage, semble doux à ma forte douleur,
Et je ne trouve point dans toute ma puissance
Dequoy perdre l’ingrat* au gré de ma vengeance.
Poignard, c’est à toy seul que je la veux devoir,
1670 Fais le venir.

MELANTE.

Ulisse, où sera ton espoir ?
[O ; 105]

SCENE II. §

CIRCÉ seule.

Mes charmes* auroient pû faire perir Ulisse ;
Ouvrir dessous ses pas un gouffre, un precipice ;
Par la rage des vents deschirer son vaisseau ;
L’embraser d’une foudre, ou l’abismer208 dans l’eau.
1675 Mais empruntant ce coup de leur pouvoir supreme
Je le devrois aux Dieux aussi bien qu’à moy-mesme.
Et je veux pour vanger l’affront que je reçoy,
Qu’il parte des fureurs* qui soient toutes à moy.
La vengeance est un fruit, qu’il faut cueillir soy-mesme ;
1680 Le gouster, se souler de sa douceur extresme.
Un debris, une foudre auroient dans un moment
Consommé loin de moy tout mon ressentiment*.
Je veux jouyr long-temps de la mort d’un perfide*,
Donner un long spectacle à ma fureur* avide.
1685 Percer de mille coups ce flanc, ce traistre flanc,
Et voir ma main rougir et fumer de son sang.
Ce qu’en vain j’ay tenté pour l’amour d’une Reine, [ 106]
Ce poignard l’obtiendra pour le bien de ma hayne ;
Je voulois estre heureuse en gagnant son amour,
1690 Je le suis encor plus en le privant du jour,
Esteignant dans son sang le feu* qui me devore
Qui m’oste le repos, et qui me deshonore.
Mais helas ! qu’est-ce amour ? veus-tu le proteger ?
Songe que j’ay l’honneur et toy-mesme à vanger,
1695 Si tu parle pour luy ma fureur* sera vaine,
Abandonne mon cœur au transport* qui l’entraine ;
Qu’il y regne un moment, tu n’as que trop regné ;
Je le poignarderois s’il l’avoit espargné.
Je l’apperçoy, l’ingrat*, il sçaura qu’une femme
1700 Peut autant pour sa hayne et plus que pour sa flame*.
Il sçaura qu’un amour qu’on ose dedaigner,
Sçait arracher des cœurs s’il ne peut les gagner.
Il faut mourir.
{p. 107}

SCENE III. §

ULISSE, CIRCÉ.

ULISSE.

Frapez, vous voyez la victime ;
Ulisse doit mourir si sa fuite est un crime.
1705 Ou plustost pour mourir ne le meritant pas
Il suffit que Circé demande son trespas ;
Trop heureux, puisqu’il peut en vous donnant sa vie,
Contenter une fois209 vos vœux, et son envie ;
Respondre à vos desirs, et s’offrant à vos coups,
1710 Couronner par sa mort ce qu’il a fait pour vous.

CIRCÉ.

Ce qu’il a fait pour moy l’ingrat* ! Hé ! quel service
Peut apres tant d’affronts me reprocher Ulisse ?
Est ce qu’ayant pour luy tesmoigné tant d’ardeur*
Perdu pour trop l’aymer, gloire, repos, grandeur ?
1715 Il me mesprise, il rit210 de ma perseverance ;
Et quand j’attendois tout de sa recognoissance, [ 108]
Il se desrobe, il fuit au mespris de sa foy*.
Imposteur est-ce là ce qu’il a fait pour moy ?

ULISSE.

C’est mal icy le lieu de vanter mes services ;
1720 Reyne je doy mourir, et j’en fais mes delices.
Puisque ma mort vous plaist, j’ayme à perdre le jour,
C’est tout ce que j’ay pû donner à vostre amour.

CIRCÉ.

Tu mourras, mais avant que de t’oster la vie
Je veux sçavoir, ingrat*, en quoy tu m’as servie.

ULISSE.

1725 Ces mespris, ces affronts, qui font vostre courroux,
Cette fuite, c’est là ce que j’ay fait pour vous.
Que seroit-ce de vous Reyne, si mon audace
Eust porté mes desirs où vouloit vostre grace ;
Vous seriez maintenant la femme d’un epoux
1730 Qui traistre envers un211 autre eust pû l’estre envers vous.
Et qui brisant les nœuds d’un hymen* legitime
Eust attiré sur vous la peine* de son crime.
Ce sang illustre* et plein du Dieu qui l’a presté,
Ce front, où tant de gloire a mis tant de fierté,
1735 Ravalant par ce choix un destin si sublime
Perdoient tout leur esclat, leur prix, et mon estime. [ 109]
La fille du Soleil doit vivre dans ce lieu
Sans Roy, sans compagnon, ou la femme d’un Dieu ;
Et si de mon orgueil je n’eusse esté le maistre,
1740 Vous seriez la moitié d’un infame, d’un traistre,
Meslant par un desordre* à mon crime pareil
La race de Siziphe à celle du Soleil.
C’est par moy qu’à ces maux* vous estes eschapée.

CIRCÉ.

Ah ! Circé.

ULISSE.

C’est ainsi que je vous ay trompée.
1745 C’est l’effet des respects qui font vostre courroux.
Par eux seuls je pouvois m’acquiter envers vous,
Aussi de quelques vœux dont ma femme m’appelle,
J’ay fuy pour vous Circé, beaucoup plus que pour elle.

CIRCÉ.

Rends toy Circé, ton cœur* n’a que trop combatu
1750 Les nobles mouvemens de ta propre vertu* ;
Pour eviter la honte où mon amour m’engage
Que ne peut-il la vaincre aussi bien que ma rage ?
Mais, helas !

ULISSE.

{p. 110}
Enfoncez ce poignard dans mon sein.
Fuir un coup qui vous plaist n’estoit pas mon dessein ;
1755 Mais ne concevant point de suplice si rude,
Que de mourir vers vous suspect d’ingratitude*,
Je ne suis pas fasché qu’abandonnant mes jours
Ma voix à mon honneur ait presté ce secours.

CIRCÉ.

Ah ! c’en est trop. Soleil seconde ma foiblesse,
1760 Heros digne en effet des vœux d’une deesse,
Plus digne encor des miens, daigne excuser en moy
Ce que par trop d’amour j’ay commis contre toy.
C’est dequoy seulement il faut que je rougisse ;
Sans honte je pouvois souspirer pour Ulisse ;
1765 Mais non, quand son devoir attache ailleurs son sort,
L’arrester, le forcer, et luy donner la mort.
Sors de mes mains, poignard, ma derniere infamie ;
Ta vertu* le previent*, desarme une ennemie
Et fait qu’enfin ce cœur lassé de soupirer
1770 S’enfle du noble orgueil qu’elle veut m’inspirer.
C’est par cette vertu* qu’à moy mesme renduë
Je recouvre ma gloire où je l’avois perduë.
De tous les sentimens que j’avois eus pour toy,
Me retranchant aux seuls qui sont dignes de moy,
1775 Pour cesser de l’aymer, ne pouvant m’en defendre {p. 111}
Je voy bien que j’auray de grands combats à rendre,
Mais si dans ma fureur* j’ay pû jurer ta mort,
Je puis bien malgré moy consentir cet effort,
Qu’un depart, puisqu’il faut que mon espoir perisse
1780 Plustost que son trespas me separe d’Ulisse.
Tombez fers* trop honteux au plus grand des humains,
Perimede, Euriloche ont trahy tes desseins.
Mais malgré…

ULISSE.

Justes Dieux ! ils m’ont trahy, Madame ;
Eux de qui je tenois l’ordre de cette trame,
1785 Je ne m’estonne plus si vous l’ayant apris,
Avant212 sortir du port mon vaisseau fut surpris.
Retournez sur leur pas Euriloche et ce traitre…..
{p. 112}

SCENE IV. §

LEUCOSIE, CIRCÉ, ULISSE.

LEUCOSIE.

Ah ! ma sœur, Dieux, comment oseray-je paroistre ?
Complice par ma faute et ma credule amour
1790 Du crime le plus noir qu’on mit jamais au jour.

CIRCÉ.

De quel crime, ma sœur ?

LEUCOSIE.

Elpenor, Phaëtuse…
Helas de tous nos maux* il faut que je m’accuse.
(A Circé monstrant Ulisse.)
J’ay donné des vaisseaux pour sa fuite. Et Seigneur
Euriloche s’en sert pour enlever ma sœur.

CIRCÉ.

1795 L’enlever.

ULISSE.

[P ; 113]
Euriloche ô ! Dieux.

LEUCOSIE.

Ce traistre à peine
Vit que pour obeir aux ordres de la Reyne,
Toute la Cour en foule accouroit sur vos pas ;
Et laissoit le Palais sans garde213, et sans soldats ;
Que Perimede et luy forment cette entreprise.
1800 Le desordre*, le temps, le lieu les favorise.
Un bruit confus* meslé de douleur et d’effroy*
Du quartier de ma sœur arrivé jusqu’à moy,
M’appelle au lieu d’où vient un trouble si funeste*,
J’y cours ; Dieux que ne puis-je oublier ce qui reste ?
1805 A travers quelques morts Elpenor tout sanglant
Marchant avec ardeur*, mais d’un pas chancellant,
Et tirant de sa playe un poignard ; à ce traistre
Princesse (crie-[t-] il) en me voyant paroistre ;
Là tombant, quand il voit qu’on le veut secourir ;
1810 Abandonnez ce soin* (dit-il) il faut mourir,
Ma vie214 est dans les mains d’un traistre, d’un infame,
Si vous voulez m’ayder courez apres mon ame,
Le perfide* Euriloche enleve vostre sœur.
Que devins-je à ces mots ? jugez de ma douleur
1815 Dans l’ardeur* de punir sa noire perfidie*
Laissant à d’autres soins cette mourante vie, {p. 114}
J’implore du secours dans ce pressant besoin
J’en trouve ; mais, helas ! Euriloche est trop loin.
On le suit, mais sans doute une telle poursuite
1820 N’aura servy, ma sœur, qu’à redoubler sa fuite.

CIRCÉ.

Il a beau fuyr, l’infame, il n’eschappera pas ;
Pour luy porter par tout un asseuré trespas.
J’ay les bras assez longs, ma sœur, à la vengeance ;
Je te suis, tu vas voir un trait* de ma puissance.

SCENE V. §

ULISSE, CIRCÉ.

ULISSE.

1825 Que ne puis-je esperer en ce fatal* moment                
La gloire de servir vostre ressentiment* ?

CIRCÉ.

Vous le pouvez, allez, où l’honneur vous appelle ;
Je rens graces aux Dieux que dans cette querelle*, {p. 115}
Le soin* de nous vanger sert d’un amusement,
1830 Qui dispose mon ame à cet eloignement.
Sans cela je veux bien t’advoüer ma foiblesse,
Mon cœur, quelque devoir, quelque honneur qui l’en presse,
Ne pourroit se resoudre à perdre pour jamais
Mon … helas ! je retombe, et crains ce que je fais,
1835 N’importe malgré moy je vous rends à la Grece ;
Je vous rends aux desirs d’une illustre* Princesse.
Si jusqu’icy ma flame* a retenu vos pas,
Je fais assez pour elle en ne vous gardant pas.
Adieu.

ULISSE.

Que cet effort vous va couvrir de gloire !
1840 Qu’ainsi tousjours sur vous emportant la victoire,
Une vertu* sans tasche et sans obscuritez
Monstre en vous dignement le Dieu dont vous sortez ;
Et repande par tout des rayons de lumiere
Aussi purs et brillans que ceux de vostre pere.

CIRCÉ.

1845 Pars Ulisse, et m’espargne, abandonnant ce lieu,    
Ce que souffre mon cœur en te disant adieu.
{p. 116}

SCENE VI. §

La Scene est dans un vaisseau.
EURILOCHE, PHAETUSE.

EURILOCHE.

Ouy, le voile est levé, Princesse, je vous ayme ;
J’ay feint pour vostre sœur, et mon amour extresme*
Avant ce dernier coup pour vous a tout tenté
1850 Et n’a fait cet effort*, que dans l’extremité.
Si c’est crime d’avoir trop d’amour, je l’advoüe,
Mon crime est grand, mais tel qu’Euriloche s’en louë :
Et plus j’offre à mes yeux l’objet* qui m’a charmé*,
Et moins je me repens de l’avoir trop aymé.
1855 Nommez ce rapt, ce meurtre, un coup illegitime,
Un horrible attentat, un effroyable* crime ;
Je l’appelle un secours ; un remede à mon mal* ;
Un digne chastiment d’un indigne rival* ;
Voila ce grand subjet de reproche et de blasme,
1860 J’ay tué mon Rival*, j’ay secouru ma flame* ;
Et j’ay d’un mesme coup sur le point de mourir {p. 117}
Arraché mon remede215 à qui m’eust fait perir ;
Exigiez-vous de moy cette amour foible et basse,
Qui se plaint, qui souspire, et pleure sa disgrace ;
1865 Tel, qu’auroit eu pour vous un Rival* trop heureux,
Si vostre juste choix eust couronné mes vœux.
J’ayme plus noblement l’illustre* Phaëtuse ;
J’arracherois aux Dieux le bien qu’on me refuse,
Vous enlever vous mesme à mon rival*, à vous,
1870 Ce n’est qu’aux grands amours à faire de tels coups.

PHAETUSE.

Monstre horrible à mes yeux vante tes infamies ;
J’abhorre ton amour plus que tes perfidies*.
Cher amant*, que ce lasche apres tant de forfaits
Oze encor reprocher à mes justes souhaits,
1875 Quelque part d’où ton ame à peine degagée
De ce corps où les Dieux l’avoient si bien logée
Regarde l’attentat* d’un infame voleur,
Monstre toy plus sensible à mon dernier malheur.
Et prevenant* l’effort*, que mon pere prepare
1880 Arrache ta Princesse aux fureurs* d’un barbare216.

EURILOCHE.

Vous implorez en vain ce pere, et cet amant* ;
L’un est mort par l’effort* de mon ressentiment* ;
Et pour l’autre, si c’est l’astre, qui vous esclaire {p. 118}
Il cognoist mon amour, et ce que je veux faire.
1885 Il sçait que je vous ayme avec toute l’ardeur*
Que peut une Princesse esperer d’un grand cœur :
Et que dés que l’hymen* ayt217 calmé vostre haine
Dans vostre isle j’iray vous ramener en Reine,
En chasser qui l’occupe, et vous faire à jamais
1890 Benir ma violence218, et tout ce que je fais.

PHAETUSE.

Toy, me faire benir cette affreuse* journée !

EURILOCHE.

Vous en parlerez mieux apres nostre hyménée*.

PHAETUSE.

Ah ! monstre laisse-moy.

EURILOCHE.

Donnez des noms plus doux
A celuy qui bientost doit estre vostre espoux.

PHAETUSE.

1895 Mon espoux !

EURILOCHE.

C’est à quoy vous devez vous resoudre. {p. 119}

PHAETUSE.

Des mains de Jupiter cours arracher la foudre
Soleil, et si ma mere eut chez toy quelque rang
Monstre-toy plus sensible aux affronts de ton sang.

EURILOCHE.

Princesse cette erreur fait tort à vostre gloire,
1900 L’astre du jour a peu de part dans vostre histoire ;
Et vous avez assez de titres glorieux,
Sans en chercher si haut, et nous former des Dieux.

PHAETUSE.

Impie219, ils vangeront mon honneur et leur gloire.

EURILOCHE.

J’ay vécu trop long-temps pour avoir lieu d’en croire ;
1905 S’il en est contre moy, qu’ils arment leur courroux ;
Pour moy je n’en cognoy que mon amour et vous.
J’enferme en ce vaisseau toute mon esperance,
C’est mon Ciel, mon Autel, mon thrône et ma puissance ;
Devenu pour vous seule assassin et voleur,
1910 Le but de tous les traits* que lance le malheur,
Et le plus digne objet des flammes du tonnerre ; {p. 120}
Banni de mon pays, et de toute la terre,
Infidelle* à mon Prince abandonné de tous,
Je ne crains rien, Madame, et trouve tout en vous.

PHAETUSE.

1915 Ah ! perfide* bien loin de regarder ta proye
Avec quelques transports* ou d’orgueil, ou de joye ;
Sçache que si pour perdre un monstre furieux*
La terre estoit sans force et l’univers sans Dieux
Et si pour escraser cette coupable teste
1920 Le ciel estoit sans foudre, et la mer sans tempeste
Ce qu’est aux grands forfaits un remors obstiné
Ce que sont les Bourreaux aux yeux d’un condamné
Ce que sont aux Enfers, aux criminelles ames
Les roües, les rochers, les vautours, et les flames,
1925 Je te le feray traistre, et pour mieux dire encor
Tu trouveras en moy le vangeur d’Elpenor ;
Tu reverras, cruel*, son ombre en ma presence,
Son amour dans mon cœur, en mes mains sa vengeance ;
Dans ma bouche animée un reproche eternel,
1930 Dedans mes yeux l’horreur qu’on a d’un criminel.
Et dans toute mon ame une hayne immortelle
Pour un voleur, un lasche, un meurtrier220, un rebelle221.

EURILOCHE.

[Q ; 121]
Portez encor plus loin ces transports* furieux* ;
Ces cœurs*, ces belles mains ; cette bouche et ces yeux
1935 Que vous taschés de rendre un subjet de ma hayne,
Le seront de ma joye, et non pas de ma peine
Dans la possession de ma divinité…

SCENE VII. §

PERIMEDE, EURILOCHE, PHAETUSE.

PERIMEDE.

Seigneur, le Ciel se trouble, et son obscurité
Favorise un vaisseau qui semble nous poursuivre.

EURILOCHE.

1940 A quelques traits* amy que mon amour me livre,
Je ne puis me resoudre à perdre un bien si cher.

PHAETUSE s’en allant.

O ! Dieux.

PERIMEDE.

{p. 122}
Sauvez là donc, on vient vous l’arracher.

EURILOCHE.

Amys qu’on se dispose au combat qui s’apreste
Contre nos ennemis et contre la tempeste.

SCENE VIII. §

JUPITER au milieu des Dieux descend du Ciel assis sur une grosse nuée.
LE SOLEIL à mesme temps paroist d’un costé du thea-tre dans une nuë.

JUPITER.

1945 Du trosne où je m’assois dans le plus haut des Cieux,
D’où je puis commander les hommes et les Dieux,
Je descends jusqu’à toy pour ouyr ta priere ;
Mon fils222, parle.

LE SOLEIL.

Asseuré des bontez* de mon pere
Je parle, et quoy qu’instruit que ses soins* paternels {p. 123}
1950 Tousjours avec regret perdent les criminels,
Plein d’une genereuse*, et juste confiance,
Dessus ces mesmes soins* je prens trop d’asseurance
Pour croire, qu’oubliant ma naissance et mon rang
Il neglige un moment la gloire de mon sang ;
1955 Vous cognoissez l’affront, et cet œil adorable
Comme sur l’innocent ouvert sur le coupable,
Voit un fier ravisseur soüiller impunement
De ses noirs attentats l’un et l’autre element.
Quelle bonté coupable envers vostre justice
1960 Sur ce grand criminel balance le suplice ?
La foudre est inutile en vos puissantes mains,
Si vous ne punissez celuy dont je me plains :
De ce monstre odieux purgez la terre et l’onde,
Et faites par ce coup justice à tout le monde ;
1965 Que si cet interest vous touche foiblement
Prenez tous les transports* de mon ressentiment* ;
Ou souffrez* pour le moins qu’un pere miserable*
Retire ses clartez de dessus un coupable,
Et d’un soudain eclipse223 expliquant son malheur
1970 Invite tout le monde à vanger sa douleur.

JUPITER.

Ta priere est trop juste, et je me plains moy-mesme
D’avoir esté trop lent à vanger ce que j’ayme,
Non qu’il faille imputer ma resolution {p. 124}
A des motifs de hayne ou de compassion,
1975 Ma justice punit sans nulle violence ;
Libre des passions, qui forment la vengeance,
Elle agit d’elle mesme, et d’un esprit esgal224
Repand sur l’univers et le bien et le mal,
Et de ces deux effets que ma puissance envoye,
1980 J’en laisse aux seuls mortels, et le trouble et la joye ;
C’est leur seul interest que je dois escouter ;
C’est comme il faut agir, si tu veux m’imiter :
Nostre bonheur, mon fils et tout ce que nous sommes
Ne depend des vertus* ny des crimes des hommes,
1985 Et quand je doy punir un meurtrier, un voleur
Je veux vanger la terre, et non pas ta douleur.
C’est pour un bien commun qu’un Dieu vange un outrage ;
Et quand ma main s’apreste à briser son ouvrage,
Je me sers de ces bruits, qui precedent mes coups
1990 Pour instruire la terre à craindre mon courroux.

LE SOLEIL.

Soit pour son interest, ou celuy de ma fille
Vangez sans plus tarder l’honneur de ma famille ;
Voyez-le cet infame, avec quels longs efforts*
Il veut forcer mon sang à ses lasches transports* ;
1995 Voyez d’une autre part sur un char qui s’avance
Leucosie et Circé, qui pressent leur vengeance. {p. 125}
Je la leur ay promise.

JUPITER.

Il faut te contenter,
Ma justice y consent. Toy sans plus t’arrester
Du tribut eternel de ta clarté feconde
2000 Va, mon fils, enrichir l’autre moitié du monde.

SCENE IX. §

CIRCÉ, LEUCOSIE dans un char volant.

CIRCÉ.

Ces orages soudains et ces bruits estonnants
Ces vents impetueux ; ces esclairs surprenans
Du Dieu juste et vangeur annoncent la venuë.
Tombe foudre en ses mains trop long-temps retenuë,
2005 Tombe à la voix du sang, qu’un traistre a sceu verser ;
Tombe aux cris d’une sœur, qu’un traistre veut forcer.

LEUCOSIE.

{p. 126}
Tombe aux justes douleurs d’une amante* abusée*.
Mais la perte du traistre est bien plus mal aisée,
Il est desja si loin qu’il eschape à mes yeux.

CIRCÉ.

2010 Il ne peut eschaper aux vengeances des Dieux.
Le vaisseau d’Euriloche paroist dans l’esloignement.

LEUCOSIE.

Mais que ne nous font-ils jouyr de son suplice !
S’il perit loin de nous, qu’importe qu’il perisse,
L’outrage reste entier au cœur et sur le front,
Si l’on ne voit perir celuy qui fait l’affront.
2015 Ceux que nous recevons sont de telle nature,
Que le Soleil trop lent à vanger nostre injure,
Quoyqu’il nous ayt promis semble la negliger,
Il faut sauver ma sœur, autant que me vanger ;
Le temps presse ; achevons cette illustre* vengeance ;
2020 Si sur cet element s’estend vostre puissance ;
Dans ces lieux eslevés, dans le milieu des airs
Dont les Dieux en courroux foudroyent l’univers ;
De ces noires vapeurs formez-vous un tonnerre ;
La terre preste au Ciel de quoy punir la terre.
2025 Vous seule... Mais quels feux s’allument dans la nuit ?
Quel trouble ! quel esclat ! quel desordre ! quel bruit !
{p. 127}

SCENE X. §

JUPITER sortant du Ciel assis sur son aigle & lançant la foudre sur le vaisseau d’Euriloche s’adressant à Circé & à Leucosie.

Nimphes voicy le coup qui vous fera justice
S’en retournant.
Vous pouvez maintenant jouyr de son suplice.

SCENE XI. §

LEUCOSIE, CIRCÉ.

LEUCOSIE.

Quels feux ! quels feux de joye en cet embrasement ?225
2030 Mais quelle peur succede à mon ressentiment* ?
Grand Dieu : sauvez ma sœur.

CIRCÉ.

A ce penser je tremble : {p. 128}
Quelle vengeance ? ô Dieux ! s’ils perissent ensemble.
Mais qui peut la sauver de la flame ou de l’eau.

LEUCOSIE.

Dieux qu’est-ce que je voy ? Quel spectacle nouveau ?

CIRCÉ.

2035 O ! prodige inoüy, si mon œil ne m’abuse*,
Je voy sur un Dauphin triompher Phaëtuse.

LEUCOSIE.

Ouy, ouy, c’est elle mesme, allons la recevoir.

CIRCÉ.

Phaëtuse, est-ce vous ?
[R ; 129]

SCENE DERNIERE. §

PHAETUSE, CIRCÉ, LEUCOSIE.

PHAETUSE.

Vous puis-je encor revoir ?
Vous voyez par quels soins* les Dieux m’ont protégée,
2040 Il est mort l’execrable et ta fille est vangée,
Soleil, si ton secours avoit esté moins prompt
Une honte eternelle alloit rougir mon front.
Ny l’horreur du forfait, ny la peur du suplice,
Ny son vaisseau suivy par le vaisseau d’Ulisse,
2045 Ny la fureur* des flots ne pouvoit arrester
Ce lasche, dont la rage osoit tout attenter ;
Pour mettre ses desseins et son espoir en poudre
Il n’en falloit pas moins que l’esclat d’une foudre,
Aux furieux* transports* d’un lasche ravisseur
2050 Elle seule pouvoit arracher mon honneur.
C’est par là que les Dieux ont conservé ma gloire,
Mais par un autre soin* qu’à peine on pourra croire,
Sur le poinct que la foudre embraze le vaisseau {p. 130}
Au poinct qu’il va perir et s’abismer dans l’eau,
2055 Ce Dauphin s’offre à moy si proche du nauffrage,
Et me sauve du feu, des flots et de l’orage.

CIRCÉ.

Allons de tant de soins rendre graces aux Dieux,
Toy prens place en mon char, et sortons de ces lieux.

PHAETUSE au Dauphin.

Va, mon liberateur, ainsi puisse ta vie
2060 Des monstres de la mer eviter la furie*.

CIRCÉ.

Mes sœurs puisque le sort nous oste nos amants*
Reprenons toutes trois nos premiers sentimens ;
Pour affranchir nos cœurs de ces malheurs extremes
Vivons sans passions, et Reynes de nous-mesmes.

PHAETUSE.

2065 Puisqu’Elpenor est mort, nul ne peut dignement    
Apres un tel heros se dire mon amant*.

LEUCOSIE.

{p. 131}
Moy, qui presumois trop d’un traistre et d’un coupable
Je hay son sexe autant qu’il me parut aymable.

FIN.

Extraict du Privilege du Roy. §

Par grace & privilege du Roy donné à Paris le 10. jour de Novembre 1648. Signé, Par le Roy en son Conseil, Le Brun. Il est permis à Toussainct Quinet Marchand Libraire à Paris, d’imprimer ou faire imprimer, vendre & distribuer une pièce de Theatre intitulée Ulysse dans l’isle de Circé, ou Euriloche foudroyé, par le sieur Boyer, durant le temps & espace de cinq ans, à compter du jour qu’il sera achevé d’imprimer : Et defenses sont faites à tous Imprimeurs, Libraires & autres de contrefaire ledit Livre, ny le vendre ou exposer en vente d’autre impression que de celle qu’il a fait faire, à peine de trois mil livres d’amende, & de tous despens, dommages & interests, ainsi qu’il est plus amplement porté par lesdites Lettres, qui sont en vertu du present extrait tenuës pour bien & deuëment signifiees, à ce qu’aucun n’en pretende cause d’ignorance.

Achevé d’imprimer pour la premiere fois le
premier Decembre 1649.

Les exemplaires ont esté fournis.

Glossaire. §

Abuser
« Tromper, séduire » (Furet.). Au vers 1363, le terme « désabusé » signifie « détrompé ».
Affreux
Au XVIIe siècle, le sens est plus fort qu’aujourd’hui et signifie : « Qui est horrible, qui fait peur, qui donne de l’effroi. » (Furet.).
Aimable
« Qui a des qualités qui attirent l’amour, ou l’amitié de quelqu’un. » (Furet.).
V. 106, 414
Amant, ante
Au XVIIe siècle le mot ne comporte aucune connotation sexuelle et désigne « celui qui aime d’une passion violente et amoureuse. » (Furet.).
Amitié
Le mot a un sens plus large qu’aujourd’hui et désigne l’« affection qu’on a pour quelqu’un, soit qu’elle soit seulement d’un côté, soit qu’elle soit réciproque » (Furet.).
Appas
« se dit figurément en choses morales de ce qui sert à attraper les hommes » (Furet.).
V. 72, 139, 195, 206, 383, 571, 976
Ardeur
Ce mot vient du latin ardere, « être en feu », il désigne la « passion, vivacité, emportement, fougue » (Furet.).
Artifice
« Adresse, industrie de faire les choses avec beaucoup de subtilité, de précaution » (Furet.).
V. 1346, 1543
« Signifie aussi, Fraude, déguisement, mauvaise finesse » (Furet.).
V. 649, 1643
Barbare
« Etranger, qui est d’un pays fort éloigné, sauvage, mal, poli, cruel, et qui a des mœurs forts différentes des nôtres. » (Furet.)
V. 493
Brusler
« Figurément, signifie être agité d’une violente passion d’amour, d’ambition, de désir, d’impatience. » (Furet.).
V. 929, 1637
Bonté
Dans le langage galant les bontés désignent sans connotation sexuelle les faveurs qu’une femme accorde à un homme, ce sont souvent des signes d’amour. Bonté (v. 1948) désigne aussi l’« attribut de la Divinité, quand on la considère souverainement bonne à cause de sa clémence, de sa miséricorde, de ses grâces. » (Furet.)
V. 568, 674, 675, 892, 1511
Cependant
L’adverbe a son premier sens qui est temporel et signifie « pendant ce temps ».
V. 866, 1082, 1087
Charme
Il faut distinguer dans la pièce les charmes magiques des charmes qui entraînent l’amour. Les premiers ont le sens d’« enchantement » (terme que l’on trouve aussi dans le texte) et désigne surtout les pouvoirs de Circé.
Les deuxièmes ont le sens d’« appas, attrait ».
V. 121, 572, 974, 1305
Charmer (et ses dérivés)
« apaiser, enchanter » (Rich.).
V. 425
« moyen et adresse de gagner le cœur » (Rich.).
V. 358, 1278
Cœur
« courage »
V. 483
« signifie quelquefois, vigueur, force, courage, intrépidité ».
V. 1934
Choquer
« offenser, blesser » (Rich.).
V. 233, 1203
Climat
« pays, contrée » (Rich.).
V. 215, 276, 493, 915, 1395
Confus
« honteux » (Furet.).
V. 286, 669, 835
« obscur, embrouillé » (Furet.).
V. 992
« plein de trouble et de confusion » (Rich.).
V. 1103, 1801
Cruel, elle
« Qui n’a point de bonté, qui est dur, qui ne fait aucune grâce. » (Rich.)
V. 1233, 1927
« Se dit aussi des choses qui sont simplement fâcheuses. Les amans (…) disent que leur maîtresse est cruelle quand elle ne satisfait pas à tous leurs désirs. » (Furet.)
V. 123
« Il signifie aussi, Fâcheux, douloureux, insupportable. » (Ac. 94)
V. 1319
Décevant
« propre à tromper » (Furet.).
V. 1557
Désordre
« Trouble causé par une passion, dérèglement. » (Rich.) ; (v. 1741) « confusion, manque d’ordre » (Furet.).
V. 186, 416, 938, 1078, 1800
Effort
Il a pour synonyme le mot « force » et signifie « emploi de toutes ses forces » (Furet.).
« se dit aussi des hommes assemblés dans un même dessein » (Furet.).
V. 721
Effroy
« terreur soudaine qui donne une grande émotion ou surprise à la vue ou au récit de quelque objet qui est à craindre » (Furet.).
V. 935, 955, 991, 1096, 1494, 1801
Effroyable
« qui donne de la peur, de l’épouvante, de l’horreur » (Furet.).
V. 316, 1300, 1330, 1856
Embrasser (et son dérivé embrassement)
« environner, serrer de ses bras » (Furet.).
« Signifie aussi témoigner de l’amitié, de la réconciliation » (Furet.).
« Signifie aussi, prendre parti » (Furet.).
V. 1169
Enfin
« à la fin ».
V. 1663
Ennuy
« Chagrin, fâcherie que donnent quelque discours ou quelques accidents déplaisants ou trop longs » (Furet.).
V. 210, 968, 1041, 1556
Estonnant
« qui surprend, qui donne de l’admiration par sa rareté, ou par sa nouveauté ou incompréhensibilité. » (Furet.)
Estrange
« ce qui est surprenant, rare, extraordinaire. » (Furet.)
V. 970
Fatal
« ce mot se prend d’ordinaire en mauvaise part, et signifie, funeste, fâcheux » (Rich.).
Faveur
« se dit ordinairement en amour de ce qu’une maîtresse accorde à celui qu’elle aime ».
V. 429, 896
Favorable
« qui fait faveur, qui est propice, qui nous fournir des avantages » (Furet.).
Fers
« On appelle absolument les fers, les chaînes, carcans et menottes qui servent à tenir les prisonniers et les esclaves (…) En ce sens, il signifie Esclavage, et se dit particulièrement en matière d’amour. » (Furet.), le mot est employé au pluriel dans ce sens.
V. 292, 436, 1649, 1661, 1781
Feu
« Se dit poétiquement pour signifier la passion de l’amour. » (Rich.)
Fla(m)me
Ce mot appartient au vocabulaire galant, « On dit figurément la flamme de l’amour. » (Furet.)
Flat(t)er
« Se dit figurément en choses spirituelles. Flatter sa douleur, c’est-à-dire, l’adoucir par quelques réflexions morales. Flatter son amour, c’est-à-dire, Se donner de belles espérances » (Furet.).
V. 120, 460
« se dit aussi de ce qui touche agréablement les sens » (Furet.).
V. 393, 527, 1003
Fortune
Le terme fortune recouvre plusieurs réalités, (v. 26) il a le sens d’« aventures ».
V. 306, 394, 399, 412, 525, 1607
Il désigne « bonheur ».
V. 378, 558, 661, 737, 1528
Il a pour synonyme le terme « sort », il peut déjà avoir le sens de « bien, richesse ».
V. 305.
Foy
Le mot a un sens plus étendu au XVIIe siècle et signifie « Serment, parole qu’on donne de faire quelque chose, & qu’on promet d’exécuter. » (Furet.)
V. 141, 159, 524, 1529, 1546, 1717
Il est parfois synonyme de « croyance, confiance »
V. 396, 491
et de « fidélité ».
Funeste
« qui cause la mort ou qui en menace, ou quelque autre incident fâcheux, quelque perte considérable » (Furet.).
Fureur
« se dit en Morale de la colère lorsqu’elle est violente et démesurée et qu’elle jette les hommes dans quelques excès »
« Se dit de toutes les passions qui nous font agir avec de grands emportements. » (Furet.)
« se dit aussi des orages. La fureur des vents, des tempêtes, des torrents, de la mer, étonne les plus hardis. »
V. 4, 8, 2045
Furieux
« se dit de tout ce qui a de la violence, de l’impétuosité, de l’excès » (Furet.).
V. 5, 1131, 1917, 1933, 2049
Généreux(se)
« brave, vaillant, courageux » (Furet.).
V. 925, 1951
Heur
« Ce mot signifie bon-heur, mais il est bas & peu usité & se prononce sans faire sentir son h. » (Rich.)
V. 286, 396, 464, 531, 658, 664, 684, 1591
Hymen, née
« Le mot signifie mariage, mais en ce sens, il ne se dit qu’en vers, ou dans des discours de prose qui tiennent de la poésie. » (Rich.)
Illustre
« ce qui est élevé par dessus les autres par son mérite, par sa vertu, par sa noblesse, par son excellence » (Furet.).
Infidelle
Le mot a un sens plus large qu’en français moderne et désigne « Celui qui ne garde point la foi, qui n’exécute point les choses qu’il a promises, ou jurées. » (Furet.)
V. 201, 477, 1170, 1913
« ce qui n’est pas conforme à la vérité ».
V. 845
Ingrat(e)
Dans le langage galant le terme désigne une maîtresse ou un amant qui ne répond pas à l’amour qu’on lui témoigne.
Le terme ingratitude est employé dans ce sens aux vers 107, 1756.
Intéresser
Au XVIIe siècle le terme a encore le sens de « prendre intérêt à ».
V. 26
Lasser
« épuiser ses forces, fatiguer jusqu’à avoir besoin de repos ».
V. 669
L’adjectif las au vers 1220 est employé dans le même sens tout comme le nom lassitude au vers 1217.
Mal (maux)
« ce qui approche de la douleur, donne de la peine, de la fatigue, de l’affliction ».
« se dit figurément en choses morales, de tout ce qui est contraire à la vertu, à la droite raison ».
V. 771
Mai(s)tresse
« celle qui est particulièrement aimée de quelque homme » (Rich.), « On le dit plus particulièrement d’une fille qu’on recherche en mariage. » (Furet.).
V. 638, 873
Misérable
« pauvre, malheureux » (Rich.)
V. 666, 1097, 1386, 1967
« Vil, méprisable, qui n’a point de mérite » (Rich.).
V. 1329
Objet
« Se dit poétiquement des belles personnes qui donnent de l’amour. » (Furet.)
Le mot appartient au vocabulaire galant ; « chose où l’on arrête les yeux » (Rich.).
V. 1016
Passer
« Aller au-delà » (Rich.).
V. 393
Peine
Il a un sens très fort au XVIIe siècle
« Châtiment, ce qu’on fait souffrir à ceux qui ont commis quelques fautes. » (Furet.)
« Douleur, tourment. » (Furet.)
Perfide
« qui manque de foi, qui trahit, qui manque à sa parole » (Furet.).
« déloyal » (Rich.).
V. 1100, 1106, 1813
Prévenir
« Etre le premier à faire la même chose » (Furet.) c’est-à-dire devancer
V. 54, 190, 191, 1012, 1114, 1879
« Signifie aussi, Remédier aux maux qu’on a prévus, les empêcher, s’en garantir. »
V. 733, 1165, 1659, 1768
« gagner l’esprit de quelqu’un » (Rich.).
V. 113
Querelle
« contestation, dispute, combat » (Furet.).
V. 604, 705, 1169, 1186, 1828
« se dit aussi de l’intérêt d’autrui, quand on en prend la défense » (Furet.).
V. 467, 498
Ressentiment
Le terme a un sens plus large au XVIIe siècle, il est n’est pas encore synonyme de rancœur et « se dit figurément en morale, des sentiments de l’âme, quand elle est émue de certaines passions » (Furet.).
Rival
« se dit de deux personnes qui ont la même prétention : ce qui se dit plus particulièrement en gloire et en amour » (Furet.).
Séjour
Désigne le « lieu où on habite » (Furet.).
V. 63, 75, 231, 739, 743, 1342, 1391, 1393
Soin
« application de la personne qui prend garde à quelque chose » (Rich.).
« Se dit aussi des soucis, des inquiétudes qui émeuvent, qui troublent l’âme. » (Furet.)
V. 70, 121, 851, 1463
Au vers 1602 le mot est synonyme de « devoir ».
Souci
À cette époque le mot a un sens plus large et a pour sens « chagrin, inquiétude d’esprit » (Furet.).
V. 101, 597, 1464
Souffrir
« Ne se pas opposer à une chose, y consentir tacitement. » (Furet.) c’est-à-dire « accepter, permettre ».
V. 339, 530, 582, 605, 876, 1504, 1967
« tolérer, supporter ».
V. 445, 1148, 1182, 1183
Superbe
« vain orgueilleux », « se dit aussi de ce qui marque la magnificence, la somptuosité » (Furet.).
V. 29, 391
Trait
« se dit figurément et poétiquement des regards, et des blessures qu’ils font dans les cœurs, quand ils y inspirent de l’amour ».
V. 355
« se dit figurément en choses spirituelles et morales ».
V. 98, 109 où il désigne le contenu de la lettre, 585
« se dit aussi en quelque supplice ».
V. 222, 1940
« coup, moyen ».
Transport
« Se dit aussi figurément en choses morales, du trouble ou de l’agitation de l’âme par la violence des passions. » (Furet.)
Travail
« peine, fatigue » (Rich).
V. 1235, 1387
« se dit au pluriel des actions, de la vie d’une personne, et particulièrement des gens héroïques » (Furet.).
V. 32
Vertu
« Force, vigueur, tant du corps que de l’âme » (il est souvent synonyme de courage).
V. 25, 36, 579, 1277
« se dit figurément en choses morales, de la disposition de l’âme, ou habitude à faire le bien, à suivre ce qu’enseigne la loi et la raison ».

Le Dessein d’Ulysse dans l’isle de Circé, ou Euriloche foudroyé. §

Malgré nos recherches dans les différentes bibliothèques parisiennes, nous n’avons pu trouver qu’un abrégé du dessein d’Ulysse, qui figure dans l’œuvre des Frères Parfaict226. Il est décrit ainsi : Dessein du Poëme, et des superbes Machines d’Ulysse dans l’isle de Circé, ou Euriloche foudroyé, qui se représentera sur le Théâtre du Marais, par les Comédiens entretenus par leurs Majestés, in-4°, Paris, René Baudry, 1648. En voici l’abrégé :

Le Théâtre François, depuis quelques années, est devenu si fameux par l’excellence des Ouvrages qui s’y représentent, et par la magnificence des Spectacles, qu’il semble que toute l’invention de l’esprit humain ne saurait porter la Comédie dans un plus haut point : de sorte que pour guérir de cette opinion tous ceux qui visitent ordinairement le Théâtre, il est très important de donner au Public une peinture des merveilles qui paroîtront le 27. Décembre 1648. dans la représentation d’Ulysse dans l’isle de Circé, ou Euriloche foudroyé, par la Troupe des Comédiens du Marais ; outre que pour la réputation de cette Piéce, il étoit nécessaire de détromper tous ceux qui confondent Ulysse dans l’isle de Circé, avec une vieille pièce intitulée, Les Travaux d’Ulysse …… La beauté de l’intrigue, l’excellence des vers, la réputation du Machiniste, et le nom de l’Auteur, qui s’est signalé par tous ses Ouvrages, et surtout par son dernier, LE GRAND TYRIDATE, etc.

Bibliographie §

Œuvres §

BOYER Claude, Le jeune Marius, tragédie, 1670, Bibliothèque de l’Arsenal, [Rf: 5644].
BOYER Claude, Oropaste ou le faux Tonaxare, tragédie (1663), édition critique par C. Delmas et G. Forestier, Genève, Droz, 1990.
BOYER Claude, Le Comte d’Essex, 1678, [Rf: 5648= microforme R 116630].
BOYER Claude, Les Amours de Jupiter et de Sémélé, tragédie, Paris, Guillaume de Luynes, 1666, in-12 ; réimprimé dans Recueil de tragédies à machines sous Louis XIV, Toulouse, Université de Toulouse-le Mirail, 1985.
CORNEILLE Pierre, Andromède, tragédie, Paris, Didier, 1974.
CORNEILLE Pierre, Œuvres Complètes, éd. G. Couton, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1987.
DURVAL Jean Gillebert, Les travaux d’Ulysse, Paris, Pierre Ménard, 1631, in-8°.
HOMERE, Odyssée, trad. De V. Bérard, introduction de P.Demont, Index, notes et notices de Marie-Pierre Noël, Paris, Le Livre de Poche (n°602).
LA BRUYERE, Caractères, Paris, Le Livre de Poche, 1995.
OVIDE, Les Métamorphoses, Paris, Folio classique, 2001.
TALLEMANT des REAUX Gédéon, Historiettes, Paris, A, Levasseur, 6 vol., 1834-1835, in-8° ; Antoine Adam éd., Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 2 vol., 1960.

Ouvrages sur Claude Boyer §

BRODY Clara, The works of Claude Boyer, New York, King's crown press, 1947. In-8. [Rf: MFICHE 8- THETA COL- 893]
ROLLAND Jules, « Claude Boyer de l’Académie Française et les coteries littéraires du Grand Siècle », Histoire littéraire de la ville d’Albi, Toulouse, 1879.

Ouvrages de poétique §

ARISTOTE, La Poétique, éd. M. Magnien, Paris, Le Livre de Poche classique, 1990.
AUBIGNAC François Hédelin (abbé d’), La Pratique du théâtre, éd. Hélène Baby, Paris, Champion, 2001.
BOILEAU Nicolas, Art poétique, Paris, Hachette, 1959.
LA MESNARDIERE Jules (Pillet de la), La poétique, Paris, Antoine de Sommaville, 1690, Genève, Slatkine reprints, 1972.

Ouvrages sur l’histoire et sur l’esthétique du théâtre §

Actes de la 2e session des Journées internationales d’Études sur le Baroque (1966), Montauban, CNRS, 1967.
ADAM Antoine, Histoire de la littérature française au XVIIe siècle, Paris, Domat, 1948-1956 (5 vol.) ; rééd. Del Luca, 1962; rééd Albin Michel, 1996.
BABY Hélène, La Tragi-comédie de Corneille à Quinault, Klincksieck, 2002.
BENICHOU Paul, Morales du Grand Siècle, Gallimard, 1948.
BOILEAU, abbé, La Réponse de l’ abbé Boileau au discours de réception de l’abbé Genest, successeur de Boyer à l’Académie française, Paris, Coignard, 1698.
CHAPELAIN, Liste de quelques gens de lettres français vivants en 1662, [in] Opuscules Critiques, éd. A. Hunter, Paris, Droz, 1936.
CIORANESCU Alexandre, Le Masque et le visage. Du baroque espagnol au classicisme français, Genève, Droz, 1983.
CIORANESCU Alexandre, Baroque et action dramatique, le dehors et le dedans, Colloque de Montauban, CNRB, Toulouse, 1967.
COMMELIN Pierre, Mythologie grecque et romaine, Paris, Garnier frères, collection “Classiques Garnier”, 1960.
DELMAS Christian, Mythologie et mythe dans le théâtre français (1650-1676), Genève, Droz, 1985.
DELMAS Christian, Recueil de tragédies à machines (1657-1672), Toulouse, Université de Toulouse-le Mirail, 1985.
FORESTIER Georges, Introduction à l’analyse des textes classiques, Nathan, coll. « 128 », 1993.
FORESTIER Georges, Essai de génétique théâtrale. Corneille à l’œuvre, Paris, Klincksieck, 1996.
FOURNEL Victor, Les contemporains de Molière, Paris, Firmin Didot frères, 1863-1875, (3vol.)
FURETIÈRE, Recueil des Factums d’Antoine Furetière, éd. Charles Asselineau, Paris, Poulet-Malassis et de Boise, 1859, (2 vol.), in-16, d’après l’édition de 1694.
FURETIERE Antoine, Couches de l’Académie ou Poëme allegorique, & burlesque, Amsterdam, Henry Desbordes, 1688.
GUICHEMERRE Roger, La Tragi-comédie, Paris, PUF, 1981.
GUTIERREZ LAFFOND Aurore, Théâtre et magie dans la littérature dramatique du XVIIe en France, Presses universitaires du Septentrion, 2000.
HOWATSON M.C., Dictionnaire de l’Antiquité, mythologie, littérature, civilisation, (Université d’Oxford), Laffont, collection « Bouquins », 1993.
KLAPP Otto puis KLAPP-LEHRMANN Astrid, Bibliographie d’histoire littéraire française, Francfort, Klostermann, 1956-2006.
LAGRANGE Charles Varlet de, Registre, éd. Bert et Grace Young, Genève, Slatkine Reprints, 1977.
LANCASTER Henry Carrington, A History of French Dramatic Literature in the Seventeenth Century, Baltimore, the Johns Hopkins Press, 1929-1942.
LANCASTER Henry Carrington, The French Tragi-comedy. Its Origin and Development from 1552 to 1628, Baltimore, J.H. Furst Compagny, 1907.
LARTHOMAS Pierre, Le langage dramatique, Paris, Colin, 1972.
LORET, La Muze historique ou Recueil des lettres en vers contenant les nouvelles du temps, écrites a son altesse Mademoizelle de Longueville, depuis Duchesse de Nemours (1650-1665), Bibliothèque de l’Arsenal [8° N.F.81754].
LES CONTINUATEURS DE LORET Lettres en vers de La Gravette de Mayolas, Robinet, Boursault, Perdou de Subligny, Laurent et autres (1665-1689), Paris, 1881, édition Damascène Morgand et Charles Fatout, tome I, Bibliothèque Arsenal, [Rj:786].
MELESE Pierre, Le Théâtre et le public à Paris sous Louis XIV (1659-1715), Paris, Droz, 1934.
MOREL Jacques, Agréables Mensonges. Essais sur le théâtre français du XVIIe siècle, Paris, Klincksieck, coll. « Bibliothèque de l’âge classique, 1991.
Mythe et Histoire dans le Théâtre Classique : hommage à Christian Delmas, édité par Fanny NEPOTE-DESMARRES avec la collaboration de Jean-Philippe GROSPERRIN, Toulouse, Société de Littérature Classiques, 2002.
NAUDEIX Laura, Dramaturgie de la tragédie en musique (1673-1764), Paris, Honoré Champion, 2004.
PARFAICT, Frères, Histoire du théâtre français des origines jusqu’à présent, Paris, Le Mercier-Saillant, 1735-1749 (15 vol.), tomes VII, X, XII.
MAHELOT Laurent, Le Mémoire de Mahelot, Laurent et autres décorateurs de l’Hôtel de Bourgogne et de la Comédie Française au XVIIe siècle, réed. Par Henry Carrington Lancaster, Paris, Champion, 1920.
PELISSON et D’OLIVET, Histoire de l’Académie française, Paris, J.-B. Coignard, 1743 (2 vol.).
PRUNIERES Henry, L’Opéra italien en France avant Lulli, Paris, Honoré Champion, 1975.
PURE Michel, Idées des spectacles anciens et nouveaux, Paris, M.Brunet, 1668.
RAYMOND Marcel, Baroque et Renaissance poétique, Paris, Corti, 1955, réed. 1985.
ROUSSET Jean, La littérature à l’âge baroque en France, Circé et le Paon, Paris, Corti, 1954.
SCHERER Jacques, La Dramaturgie classique en France, Paris, Nizet, s.d. [1950].
UBERSFELD Anne, Lire le théâtre, Paris, Editions sociales, 1977.
UBERSFELD Anne, Lire le théâtre II, Paris, Belin, 1996.
VERNANT Jean-Pierre et VIDAL-NAQUET Pierre, Mythe et tragédie en Grèce antique, Paris, éditions la découverte, 1989.
VISENTIN Hélène, Le Théâtre à machines en France à l’âge classique, Thèse de Doctorat, Université Paris IV, 1999.

Ouvrages sur le théâtre et la mise en scène §

BAPST Germain, Essai sur l’histoire du théâtre, la mise en scène, le décor, le costume, l’architecture, l’éclairage, l’hygiène, Paris, Hachette, 1893 ; Lenox Hill, Reprint New York, 1973.
DEIERKAUF-HOLBOËR Sophie Wilma, Le théâtre du Marais, Paris, Nizet, 1954-1958 (2 vol.).
DEIERKAUF-HOLBOËR Sophie Wilma, Histoire de la mise en scène, Paris, Nizet.
DEIERKAUF-HOLBOËR Sophie Wilma, L’histoire de la mise en scène dans le théâtre français à Paris de 1600 à 1657, Paris, Droz, 1933.
HOWE Alan, Le Théâtre professionnel à Paris. 1600-1649, Paris, Archives nationales, 2000.
SABBATTINI Nicolà, Pratique pour fabriquer scènes et machines de théâtre, trad. de Maria et Renée Canavaggia, Préface de Louis Jouvet, Neufchâtel, Ides et Calendes, 1942 ; réed. 1994.

Dictionnaires §

ACADEMIE FRANÇAISE, Dictionnaire, Paris, J.-B. Coignard, 1694 (2 vol.).
FURETIERE Antoine, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes et les termes de toutes les sciences et les arts, La Haye et Rotterdam, Arnout et Reinier Leers ; rééd. Paris, SNL-Le Robert, 1978 (3 vol.).
MORERI Louis, Le grand dictionnaire historique ou le mélange curieux de l’histoire sacrée et profane.
RICHELET Pierre, Dictionnaire françois contenant les mots et les choses, plusieurs nouvelles remarques sur la langue françoise… avec les termes les plus connus des arts et des sciences, Genève, J.-H.Widerhold, 1680 (2 vol.).
GAFFIOT Félix, Le Gaffiot de poche Dictionnaire Latin-Français, Paris, Hachette, 2001.

Ouvrages de grammaire, syntaxe et stylistique §

HAASE A., Syntaxe française du XVIIe siècle, Paris, Delagrave, 1935.
MOLINIE Georges., Dictionnaire de rhétorique, Paris, Livre de Poche, 1991.
SANCIER-CHÂTEAU Anne, Introduction à la langue française du XVIIe siècle, Paris, Nathan, 1993, (2 vol.).
SPILLEBOUT Gabriel, Grammaire de la langue française du XVIIe siècle, Paris, Picard, 1985.
27
108