Manlius

Tragi-comédie

Par MADEMOISELLE
DES JARDINS.
A PARIS,
Chez CLAUDE BARBIN, au Palais,
sur le degré devant la saincte-Chapelle
au signe de la Croix.
M. DC. LXII.
AVEC PRIVILEGE DU ROY.
Édition critique établie par Hélène Canini dans le cadre d'un mémoire de master 1 sous la direction de Georges Forestier (2007-2008)

Introduction §

Si l’on a accordé un vif intérêt à la production littéraire de Mlle Desjardins, ses pièces de théâtre n’ont pas laissé de sembler quantité négligeable au regard de ses romans. Pourtant elle ne pas fit une entrée silencieuse dans le monde de la dramaturgie. En effet, sa première pièce, Manlius, fit l’objet en son temps de nombreuses critiques qui sont autant de preuves, sinon du succès que remporta la pièce, tout au moins de l’intérêt qu’elle suscita. D’ailleurs certains de ses contemporains rendirent hommage à cet auteur en de chaleureux éloges. Tel La Forge qui lui consacra ce Dialogue en vers héroïques :

Et c’est enfin ainsi que l’aimable Aréthuse
Méritera l’honneur d’une dixième Muse,
Et que son nom fameux porté par tant de vers,
Doit visiter un jour cent rivages divers.
Calliope, Clio, Melpomène, Uranie,
N’auront rien de caché pour ce noble génie,
Ni rien de malaisé, que ne puisse achever
Un esprit qu’Apollon prendra soin d’élever.

Avant de révéler qu’Aréthuse dissimulait Mlle Desjardins et de préciser :

J’ai dit dans mes vers qu’elle était une dixième Muse : mais quand je considère tous ses divers ouvrages, son roman, ses pièces de théâtre, ses églogues, ses lettres, et d’autres œuvres galantes, j’ose dire qu’elle a surpassé toutes les Muses ensemble.1

En revanche, au fil des siècles, les reproches se firent plus acerbes à son égard. Déjà, au dix-huitième siècle, les frères Parfaict jugaient très sévèrement sa première pièce :

Il faut faire une grande diminution aux éloges que Loret donne à la tragi-comédie de Manlius, pour mettre cette pièce à sa juste valeur, surtout à l’égard de la versification, qui en général est non seulement très faible, mais très prosaïque, et mêlée d’expressions basses et quelquefois ridicules. [...] Si des vers on passe au plan, à la marche de la pièce, et aux caractères des personnages, on n’y trouvera pas moins de défauts.2

Critique qui se fit encore plus virulente voire ouvertement méprisante et dédaigneuse – dans le même Mercure galant3 qui avait publié les propos élogieux de Donneau de Visé envers l’auteur moins de trois siècles plus tôt – sous la plume de Séché et Bertaut qui mirent en doute les talents littéraires de Mlle Desjardins et parlèrent d’une :

Gloire faite de mensonges, de duperies et de « démarquages » qui s’écroula tout à coup avec la disparition de celle qui l’avait si patiemment édifiée. Gloire vaine comme l’esprit de cette femme, qui ne fut pas dénuée de tout talent mais qui eut surtout de l’habileté et de l’audace en un siècle où il fallait du génie.4

Quant à Lancaster il ne voyait à Manlius que des défauts lorsqu’il affirmait :

Elle [Mlle Desjardins] chercha à écrire sa pièce en accord avec les règles classiques, selon lesquelles l’action commence après la bataille, ainsi le temps est facilement réduit à quelques heures, et le lieu au camp des Romains. Cependant elle se laisse si peu de matière qu’elle est contrainte d’avoir recours à des inventions qui ne sont pas en accord avec l’histoire. Le rôle de Camille est superfétatoire comme de Visé l’a dénoncé, Torquatus ne cesse de répéter qu’il est résolu à laisser son fils mourir, et d’autres personnages piétinent à travers une bonne partie de la pièce. En conséquence l’unité d’action est violée. De même, Torquatus, bien qu’il parle de son désir de préserver la discipline et son affection pour son fils est mû par son impatience à se débarrasser de son rival.

Manlius prend vraiment à la légère sa violation des règles militaires et, en proposant de s’enfuir, Omphale semble envisager de passer à l’ennemi. La princesse latine est plus romaine que bien de ces guerriers ou que la veuve de Decius, dont le conseil, s’il avait été suivi, aurait très bien pu déclencher une guerre civile. De Visé trouve que sa conduite n’est pas convenablement motivée. Bien qu’elle soit fidèle à la mémoire de Decius, elle ne montre aucune hésitation lorsqu’elle accepte d’épouser Torquatus jusqu’à ce qu’elle apprenne qu’il aime Omphale, et après qu’il a donné cette dernière à son fils, elle retourne précipitamment auprès du consul alors qu’elle ne lui a jamais fait comprendre qu’elle l’aimait. […] Corneille, lui, n’a jamais altéré une histoire bien connue en cédant à la mode et, si le dénouement était changé, la pièce pourrait être assez différente de ce qu’elle est. À partir de là, la fin semble précipitée, sentimentale et insaisissable, non seulement par rapport à la narration de Tite-Live, mais aussi avec le personnage de Torquatus tel qu’il est dépeint par l’auteur elle-même.5

Que penser face à tant d’opinions si divergentes ? Certes, certaines de ces critiques tant à l’égard de Mlle Desjardins qu’à l’égard de sa première pièce peuvent sûrement être en partie imputées au parcours original de cette femme qui, dès les débuts de sa carrière littéraire, a osé prétendre au genre noble de la tragédie. Mais d’autres sont peut-être tout à fait justifiées. Il nous faudra donc nous détacher des opinions et des « filtres » institués au cours des trois siècles qui nous séparent de Manlius, afin de déterminer lesquelles de ces critiques sont fondées, avant de pouvoir l’apprécier à sa juste valeur et découvrir la place à laquelle elle peut légitimement prétendre dans l’histoire du théâtre.

L’auteur §

Mlle Desjardins est plus connue sous le nom de Mme de Villedieu (son troisième nom, Mme de Chaste, n’ayant jamais été associé à une de ses œuvres littéraires) et sous le masque de la romancière plus que sous celui de la dramaturge. D’ailleurs Pierre Bayle, qui fut le premier à accorder sa considération à cette jeune romancière, ne faisait absolument pas référence à cet aspect de sa carrière dans son article consacré à l’auteur, et où il soulignait que : « s’étant fait un nouveau goût de narrations romanesques, elle en publia un fort grand nombre, et y réussit très heureusement. Elle mit à la mode ces petites historiettes galantes, qui font voir bientôt le mauvais ou le bon succès de la tendresse6 ». Marguerite Buffet, elle non plus, ne tarissait pas d’éloge à propos de la jeune femme qu’elle décrivait en ces termes : « Cette illustre a travaillé en prose et en vers. Elle a eu cet avantage de faire admirer les productions de son bel esprit jusque dans le cabinet des Grands Seigneurs. Sa prose est magnifique et éloquente ; ses pensées sont enrichies de rencontres si belles et si pleines d’esprit qu’on en est surpris. Sa Poésie s’est trouvée dans les règles, et une d’entre les meilleures des Poètes du siècle7 ». Donneau de Visé lui-même reconnut qu’ « elle avoit une manière d’écrire aussi galante que tendre, et peu de personnes ont un style aussi aisé8 ».

On lui prêta d’ailleurs de nombreux ouvrages dans le but de tirer profit de son succès, et cette pratique redoubla après sa mort, contribuant ainsi à entourer ce personnage et son œuvre d’une certaine opacité. Les distorsions biographiques se marquèrent davantage, et son œuvre perdit progressivement l’estime des milieux littéraires. Puis sa vie de femme fut jugée « singulière » par les frères Parfaict, avant d’être méprisée au XIXe siècle.

De nos jours, de nombreux auteurs se sont intéressés à Mme de Villedieu. Lancaster la mentionne bien sûr, et évoque en ces termes son premier essai au théâtre : « La tragi-comédie romaine Manlius est la première pièce composée par Marie-Catherine Desjardins, qu’on a appelée la Georges Sand du XVIIème siècle »9.

Aperçu biographique §

La vie de Mlle Desjardins semble avoir suscité l’intérêt et la prolixité de nombre de ses contemporains qui n’hésitèrent pas à la hisser au rang d’héroïne de l’un de ses propres romans. Ainsi Tallemant des Réaux10 consacra une de ses célèbres Historiettes à cette romancière à la vie si trépidante, et s’attarda à relater une anecdote romanesque concernant sa rencontre avec le sieur de Villedieu. Et ses successeurs cédèrent à la même tentation. S. Clogenson11 nous rapporta un épisode digne d’une épopée, où Mlle Desjardins apparaissait comme une véritable aventurière allant jusqu’à se travestir en homme pour rejoindre son amant au terme d’une folle chevauchée. R. Herval12, quant à lui, lui attribua la « paternité » de la troisième partie du Roman Comique de Scarron, et lui reconnut un rôle décisif dans la diplomatie de l’époque. Mlle Desjardins paraît donc avoir suscité le plus vif intérêt parmi les biographes de son temps, et, aujourd’hui encore, elle demeure l’objet de nombreuses attentions. Il est vrai que cette femme eut un parcours assez extraordinaire, et une vie riche en péripéties, bien que brève. Micheline Cuénin13 lui a d’ailleurs consacré sa thèse – sur laquelle nous nous sommes appuyée pour retracer la vie de Mlle Desjardins – qui adopte une position rationalisante par rapport aux nombreux écrits plus ou moins bien documentés qui tentent de nous présenter ce personnage hors du commun.

Mlle Desjardins naquit en 1640, probablement à Alençon, de l’union de Guillaume Desjardins, issu de la petite noblesse terrienne, et de Catherine Ferrand, première femme de chambre de la duchesse de Montbazon qui fut la première protectrice de la future femme de lettres et aussi la plus fidèle. Marie-Catherine passa son enfance à Alençon, où sa famille avait pour voisin Voiture, qui aurait su déceler chez cette enfant les germes du génie.

Il lui fallut attendre 1655, pour avoir l’occasion d’aller s’établir, avec sa mère et sa sœur, à Paris où elle eut toutes libertés, puisqu’elle y vécut sur sa bonne foi. Elle put donc à loisir fréquenter les salons. Les milieux littéraires, et notamment le cercle des académiciens, l’auraient alors rapidement accueillie. Mais ses amies, la duchesse de Chevreuse et Anne de Rohan Montbazon, qui se sont retirées à Dampierre, lui manquaient ; elle les pria de venir la rejoindre à Paris, mais il n’aurait su en être question. Elle se vit alors invitée, en 1657, à venir les retrouver à Dampierre où elle pourrait les distraire. Ce séjour marqua le début de son aventure littéraire. En effet, encouragée par ses amies, elle se mit à composer des vers. C’est alors qu’elle découvrit que sa plume pouvait l’arracher, elle et sa famille, à sa misérable condition, en lui ouvrant les portes de la notoriété. Et une notoriété assez sulfureuse puisqu’elle avait été mise au défi, par Mme de Chevreuse, de rédiger un sonnet de Jouïssance – genre jusqu’alors exclusivement réservé aux hommes – qui fit grand bruit. Mais on ne fit que parler du talent de la jeune femme ; il n’était encore nullement question de publication.

Cependant, ce fut sans doute à Dampierre que Mme de Morangis remarqua le talent de Marie-Catherine Desjardins. Et, lorsque, le 18 novembre 1659, eut lieu la première des Précieuses Ridicules, cette dernière, qui n’avait pu assister à aucune des représentations ni prendre part à aucun salon durant cette période, décida de le mettre à profit. Elle pria donc la jeune femme de lui faire le compte-rendu de cette pièce dont tout le monde parlait. Cette dernière s’empressa de relever la gageure, et cédant à ce jeu mondain, lui livra un Récit de la Fable des Précieuses, rédigé en quarante-huit heures, en prose et en vers mêlés – que l’on appelle prosimètre – alors qu’elle n’avait pas elle-même vu la pièce. Son amie, enchantée du résultat, s’empressa de diffuser le récit. Le libraire De Luyne parvint alors à s’en procurer une copie mais qui était fort mauvaise. L’écrivain fut donc amené à se choisir un éditeur. Ce fut alors que Barbin, qui venait de s’établir à son compte et désirait se spécialiser dans le genre mondain, se proposa ; et c’est ainsi que débuta entre eux une longue collaboration.

Ce fut donc tout naturellement qu’elle lui confia les deux premiers tomes de son premier roman Alcidamie qu’elle laissa sans suite. Toutefois, sa facilité à versifier n’avait pas échappée à ses amis (dont faisait partie l’abbé d’Aubignac) et les incita à la pousser vers le théâtre, à une époque où la tragédie, genre qui demeurait exclusivement réservé aux hommes, représentait, pour tout auteur, une matière de consécration. C’est donc sous la houlette de l’auteur de La Pratique du théâtre qu’elle entreprit la rédaction de sa première pièce, une tragi-comédie, intitulée Manlius Torquatus, et représentée fin avril/début mai 1662 par les comédiens de l’Hôtel de Bourgogne, peu de temps après la création de Sertorius de Corneille (en mars) au théâtre du Marais.

Cette première expérience dramatique suscita une violente querelle entre l’abbé d’Aubignac et Donneau de Visé qui lui reprocha, entre autres choses, d’avoir trahi la vérité historique pour composer Manlius. Cette querelle s’envenima en 1663, lors de la création de la Sophonisbe de Corneille, avant de retomber. Mais cet affrontement resta celui de deux théoriciens, les auteurs respectifs ne souhaitant pas prendre part directement à la querelle. Mlle Desjardins, pressentant même combien cela pourrait nuire à sa carrière, chercha à disjoindre son nom de celui de l’abbé et se lança alors dans la rédaction d’une autre pièce de théâtre dont le sujet ne serait pas romain : ce fut la tragédie Nitétis, qui rencontra un échec sur le même théâtre. Mais sa détermination ne se laissa pas entamer et, au début de l’année 1664, elle soumit à la troupe de Molière le manuscrit d’une troisième pièce : Le Favory, tragi-comédie qu’on a dit, plus tard, avoir été composée pour intéresser le roi au sort de Foucquet emprisonné depuis 1661 dans l’attente de son jugement. La première représentation de cette pièce n’eut lieu que le 24 avril 166514, puis fut reprise à Versailles, le 23 juin. Au lendemain de la création de cette pièce, l’auteur, appuyée par le ministre d’État Hugues de Lionne à qui elle avait dédicacé Le Favory, sollicita auprès du roi une pension royale de 1500 livres. Celle-ci ne fut obtenue qu’en 1668, et encore diminuée de moitié, mais c’était déjà exceptionnel étant donné l’état du trésor royal.

Au cours de ses diverses tentatives au théâtre, Mlle Desjardins n’avait pas pu prendre le nom sous lequel elle brûlait de se faire connaître. Molière, lors de la création du Favory, préférant profiter de la notoriété croissante du nom de Desjardins, refusa d’inscrire celui de Villedieu sur les affiches, ce qui aurait forcé la main à son amant. Car il est vrai que si Marie-Catherine avait rencontré ce jeune militaire en 1658, il s’était toujours contenté de lui réitérer des promesses de mariage, sans jamais se résoudre à officialiser leur union. Pire, au début de l’année 1667, il décida d’être ostensiblement infidèle, et pensa même à se marier avec la jeune veuve Jeanne Robin. Pour l’arracher au chagrin dans lequel l’avait plongée sa rupture définitive avec Antoine de Villedieu, la duchesse de Nemours la poussa à revenir à la composition de romans. En remerciement, Marie-Catherine lui dédicaça son Carmente.

Mais lorsque son amant trouva la mort au siège de Lille en 1668, elle prit définitivement son nom, sous lequel elle apparut désormais au public. La famille du défunt n’émit aucune objection à l’encontre de cette initiative qui lui apporta une renommée considérable. Car c’est sous ce nom de Villedieu que Marie-Catherine remporta des succès de librairie enviables, principalement comme romancière et surtout auprès d’un public mondain essentiellement féminin. À partir de 1669, la romancière se mit à écrire de manière abondante, pressée par d’importants problèmes financiers. Pourtant, en 1672, cette intense production connut un ralentissement certain. Ce fut sur le succès des Désordres de l’amour, publiés en 1675, qu’elle fit son adieu à la scène littéraire. Elle décida alors de se retirer dans un couvent, mais ses penchants mondains lui poussèrent bientôt quitter sa retraite.

Elle ne recommença cependant pas à publier, d’autant plus qu’elle était désormais mariée, depuis le 17 août 1677, avec le duc de Chaste, âgé de cinquante-cinq ans. De leur union naquit, en juin 1678, un fils. La même année, son mari décéda. Marie-Catherine se retira alors dans la demeure familiale de Clinchemorne, auprès de sa mère et de ses frère et sœur (François et Aimée), et où elle s’éteignit, le 20 octobre 168315. C’est là que Barbin se procura les manuscrits de ses deux dernières œuvres (car si Mme de Villedieu avait cessé de publier, elle ne cessa jamais d’écrire) qui furent publiées à titre posthume : Le Portrait des faiblesses humaines, en 1685, et Les Annales galantes de Grèce, en 1687.

Sa qualité de femme ne semble pas avoir entravé Mlle Desjardins dans son entreprise littéraire. Il faut reconnaître qu’il ne lui manquait ni le talent, ni la volonté de réussir, ni les relations nécessaires pour parvenir au succès. Cette conjonction, dans un climat de paix retrouvée, lui offrira des débuts éclatants dans une zone marginale de la littérature abandonnée par les doctes aux gens du monde : la poésie mondaine, les portraits (notamment un autoportrait célèbre), le roman et la nouvelle. Cependant, si sa carrière fut toujours marquée par une obstination pugnace à se trouver un protecteur – et ils furent nombreux et illustres, tels Mme de Montbazon, la Grande Mademoiselle, le comte de Saint-Aignan qui la fit inviter en 1663 à Versailles, le ministre d’État Hugues de Lionne, etc. – c’est que Mlle Desjardins, qui ne pouvait s’en remettre qu’à son talent pour lui assurer une situation dans le monde, avait su très tôt déceler en l’écriture un moyen de subvenir à ses besoins.

Situation de Mlle Desjardins en 1662 §

En 1662, Mlle Desjardins était un écrivain déjà reconnu dans les salons et bien introduite dans le milieu qu’Antoine Adam appelle « l’école de 1650 ». Et si elle s’acquit une petite notoriété ce fut en bouleversant les normes établies et en s’emparant de genres d’ordinaire réservés aux hommes. Il n’est donc pas étonnant qu’elle se fût laissée convaincre par ses amis de s’attaquer au genre par excellence qu’est le théâtre. Mais il n’en demeure pas moins qu’elle était encore très jeune et qu’elle n’avait qu’une très brève expérience du métier d’écrivain, et encore plus inexistante dans le domaine de la littérature sérieuse. De plus, elle n’avait pas reçu, à proprement parler, d’éducation comme les Corneille ou les Racine. Elle ne connaissait pas le latin et encore moins le grec. Elle ne pouvait donc, seule, parvenir à composer une tragédie. Comme, de son côté, l’abbé d’Aubignac avait publié, quatre ans plus tôt, sa Pratique du Théâtre, il a alors pu voir en la jeune et prometteuse Mlle Desjardins la plume capable d’illustrer les théories qu’il avait développé dans son œuvre, de les mettre à l’épreuve de la pratique, et, ainsi, de prouver à ses détracteurs qu’il n’était pas seulement un théoricien. Il prit donc soin de lui soumettre un sujet historique (digne d’une tragédie) et guida sa main dans la construction de l’action. Il finit d’ailleurs par le reconnaître lorsqu’il dit : « Je confesse bien qu’elle m’en [Manlius] a montré le dessein et que je lui ai dit mon avis en quelques endroits, dont elle a fait après ce qu’elle a jugé pour le mieux »16.

Présentation de la pièce §

Fortune de la pièce §

La tragi-comédie Manlius fut créée à la fin du mois d’avril ou au début du mois de mai 1662 sur la scène de l’Hôtel de Bourgogne. En mars de cette même année, Corneille avait remporté un grand succès avec sa tragédie, Sertorius, qu’il avait donnée au Marais. Cette défection du « Grand Auteur », jusqu’alors fidèle à l’Hôtel de Bourgogne, dut alors encourager l’abbé d’Aubignac à recommander aux Grands Comédiens la tragi-comédie de Mlle Desjardins.

Cette pièce avait été vantée par le gazetier Loret qui, avant même d’avoir assisté à une représentation, en fit l’éloge en ces termes :

Manlius Torquatus, Poëme,
Que l’on tient d’un mérite extrême
Sujet grave, sujet romain
Qui vient d’une agréable main
D’une fille étant la besogne
Se joue en l’Hôtel de Bourgogne
Oui, s’y joue, et certainement
Avec grand applaudissement :
Des Jardins jeune demoiselle
A fait cette pièce nouvelle
Où très bien des gens sont d’accord
Qu’on y voit du tendre et du fort
Une judicieuse suite
Du génie et de la conduite
Et le tout si beau si touchant
Qu’à moins d’avoir l’esprit méchant
Envieux, jaloux et sauvage
Il faut admirer cet ouvrage
Que plusieurs nomment merveilleux
D’autres disent miraculeux,
Or la troupe qui récite
Loin de rabaisser son mérite
Y mesle un certain agrément
Qui l’embellit extrêmement […] 17

Et une semaine plus tard, le 30 mai, il semble bien qu’il avait vu la pièce et que son « engouement » n’avait pas faibli lorsqu’il rédigea ces vers :

Si vous n’avez vu Torquatus,
Illustre tragi-comédie
D’une fille de Normandie
D’une fille de grand renom
Dont Des Jardins est le surnom,
D’Alençon et non de Valogne
Courez à l’Hôtel de Bourgogne. 18

Cependant, Tallemant des Réaux, qui ne semblait guère apprécier la jeune femme, tempéra cet enthousiasme en rapportant que « cette pièce réussit médiocrement »19. Ce qui signifie simplement qu’elle réalisa une honnête moyenne, mais certainement en dessous des espoirs qu’on avait pu nourrir après une publicité si favorable, comme le fait justement remarquer Micheline Cuénin20.

Une pièce de théâtre écrite par une femme suscite inévitablement un vif intérêt mais celui-ci s’en trouva alors accru par la liberté que prenait l’auteur avec l’Histoire, notamment pour composer un dénouement tout à fait original « où Manlius Torquatus, dit Tallemant, ne fait point couper la teste à son fils. Quoi qu’en dise l’abbé d’Aubignac, son précepteur, je ne crois pas que cela puisse se tenir21 ».

La querelle était alors lancée, et Mlle Desjardins et sa première pièce se trouvèrent ainsi hissées au sommet de l’actualité.

Cependant l’abbé d’Aubignac sembla prendre le parti de s’abstenir de ne rien répondre aux premières critiques. Peut-être nourrissait-il l’espoir que la Sophonisbe de Corneille (créée à la mi-janvier 1663) tomberait et suffirait à assurer sa propre victoire. Mais, il n’en fut rien, la tragédie remporta un franc succès ; la controverse fut relancée dans les premiers mois de l’année 1663, d’après Tallemant : « Corneille dit quelque chose contre Manlius, qui choqua cet abbé qui prit feu sur le champ, car il est tout de souffre. Il critique aussitôt les ouvrages de Corneille ; on imprime de part et d’autre. »22.

Les frères Parfaict, qui revinrent sur la destinée particulière de cette tragi-comédie, rapportèrent que « dans le temps que cette tragédie fut représentée, elle essuya une assez vive critique de la part de M. de Visé »23. En effet, Donneau de Visé, qui avait commencé par critiquer Corneille, alimenta la querelle. Mais il se garda de prendre parti et, se contentant de rapporter les attaques dirigées contre Manlius, renvoya dos-à-dos l’auteur de la Sophonisbe, qui dans sa pièce avait respecté l’histoire, et la dramaturge novice secondée par l’abbé d’Aubignac, qui n’avait pas hésité à y faire plusieurs entorses (à commencer par le dénouement)24. Parut alors une plaquette anonyme intitulée Lettre à Monsieur D.P.P.S. sur les remarques qu’on a faites sur la Sophonisbe de Monsieur Corneille25 où l’on peut lire ceci : « Si Mlle Desjardins qui dans son ouvrage a surpassé toutes nos espérances eût nommé sa pièce d’un autre nom que celui de Manlius, elle n’eût pas été moins agréable et l’on n’aurait pas dit avec justice26 que ce n’est point Manlius Torquatus qu’elle a mis sur le théâtre. J’ai ouï dire à plusieurs personnes que si elle n’avait déféré trop aveuglément aux sentiments d’un savant qui s’est mêlé de conduire la pièce, elle eût fait mourir Manlius et conserver à Torquatus le caractère et la fermeté que l’Histoire lui donne ». Le malicieux pamphlétaire ne manquait ensuite pas de souligner combien l’abbé d’Aubignac, dans cette pièce, était allé à l’encontre des règles qu’il édictait lui-même dans son ouvrage, en rappelant à ce « sçavant » le principe d’Horace, prôné justement dans La Pratique du théâtre, « […] selon lequel il ne faut pas donner aux acteurs principaux des mœurs dissemblables à eux-mêmes ni entièrement éloignées de celles qu’ils ont dans l’opinion générale de l’Histoire, comme serait de faire César Poltron et Messaline chaste »27. Et il finissait ainsi : « ces raisons font voir clairement que ce sçavant qui s’est mêlé  de conduire la pièce de Mlle Desjardins ne devait pas donner à Torquatus un caractère tout contraire à celui qu’il a dans Tite-Live et qu’il devait consulter Horace et Monsieur l’abbé d’Aubignac ». Ce dernier ne pouvait prêter docilement le flanc à de telles railleries. Il se décida à prendre sa plume, et ce fut dans une lettre adressée à la duchesse de R. sur la tragédie de Sophonisbe28 qu’il se défendit :

Si l’on a blâmé injustement Mlle Desjardins d’avoir sauvé la vie à Manlius qui par les raisons de la nature et de l’humanité ne devait point mourir, on ne louera pas Monsieur Corneille d’avoir laissé Massinime vivant et sans peine et dans l’état si déplorable qu’il ne pouvait conserver aucun reste de gloire qu’en mourant ; et voilà comme il ne faut jamais s’attarder aux circonstances de l’Histoire lorsqu’elles ne s’accordent pas avec la beauté du Théâtre. Il n’est point nécessaire que le poète s’opiniâtre à faire l’historien et quand la vérité répugne à la vertu, à la générosité, à l’honnêteté ou à la gloire de la scène, il faut un beau poème au lieu d’une méchante histoire… Les raisons historiques ne sont jamais assez fortes pour vaincre la persuasion que l’on a puisée dans le lait de sa nourrice… Et voilà comme sur scène il est parfois plus à propos de tuer un homme qui se porte bien que de conserver l’Histoire contre les règles de la scène.

Ces propos virulents auraient d’ailleurs été une réponse directe au célèbre auteur de la Sophonisbe si l’on se fie à Tallemant des Réaux qui, sans retranscrire la teneur des propos tenus par Corneille à l’encontre de la pièce, affirma que celui-ci aurait critiqué Manlius. Micheline Cuénin soutient pourtant qu’aucun des deux auteurs, ni Mlle Desjardins, ni Corneille n’auraient activement participé à la querelle, ce qui n’empêche pas Henriette Goldwynn29 de voir en « certaines allusions sur la mode de l’époque trouvées dans la préface de la Sophonisbe […] une attaque contre Manlius », et notamment en celle-ci : « […] j’aime mieux qu’on me reproche d’avoir fait mes femmes trop héroïnes, par une ignorante et basse affectation de les faire ressembler aux originaux qui sont venues jusqu’à nous, que de m’entendre loué d’avoir efféminé mes héros par une docte et sublime complaisance au goût de nos délicats 30 ». Probablement à court d’argument, l’abbé d’Aubignac provoqua Corneille en allant jusqu’à l’accuser d’envier le succès de Mlle Desjardins : « vous avez une étrange aversion contre Mlle Desjardins ; il vous fâche qu’une fille vous dame le pion et vous lui voulez dérober son Manlius, par l’effet d’une jalousie sans exemple.31 »

Si nous savons que la pièce fut confiée par l’abbé d’Aubignac aux Grands Comédiens, nous ignorons en revanche quelle fut la distribution des rôles. Toutefois, en nous fiant au travail de Sophie Wilma Deirkauf-Holsboer32, nous savons que la troupe royale, en 1662, était composée de : Josias de Soulas, dit sieur de Primefosse, dit Floridor et qui était à sa tête, marié à Marguerite Baloré ; Zacharie Jacob, dit Montfleury, marié à Jehanne de la Chappe ; Claude Deschamps, sieur de Villiers, dit Philipin ; François Chastelet, dit Beauchasteau, marié à Madeleine du Pouget ; Noël Breton, sieur de Hauteroche ; Raymond Poisson, dit Crispin, marié à Victoire Guérin, et deux comédiens nouveaux venus en 1662 : Alix Faviot, dite la des Œillets et François Juvenon, dit la Fleur. En outre, grâce aux frères Parfaicts, il nous est permis d’envisager Montfleury dans le rôle du consul Torquatus puisqu’il tenait les premiers rôles tragiques à l’Hôtel de Bourgogne. Le rôle de Manlius avait dû être endossé par Floridor qui, lui aussi, remplissait les premiers rôles tragiques. La Des Œillets s’offrirait alors pour le rôle de la princesse Omphale puisqu’elle avait été engagée, en cette même année 1662, comme comédienne vedette à l’Hôtel de Bourgogne où elle fut rapidement reconnue – surtout après sa prestation dans la Sophonisbe de Corneille – comme la meilleure actrice de son siècle et où elle remplit pendant de nombreuses années les premiers rôles tragiques. La Beauchasteau, qui elle aussi était une grande actrice et qui avait pour habitude de jouer les princesses en tragédie, avait dû incarner la vertueuse Camille. Son mari, habitué des seconds rôles tragiques, tenait peut-être le rôle de Junius. Quant à Pison, il aurait très bien pu être interprété par Hauteroche à qui incombait fréquemment les troisièmes rôles et qui excellait dans les récits (or, le rôle du licteur consiste essentiellement à faire le récit des événements qui se sont déroulés en dehors de la scène). Enfin, Victoire Guérin pourrait avoir joué Phénice puisqu’elle était habituée aux rôles de confidentes.

Résumé de la pièce §

Situation §

La pièce se déroule dans le Camp des Romains installés devant Capoue qui ont remporté la victoire sur leurs ennemis les Latins dans la bataille de Veseris. Et cette victoire ils la doivent essentiellement à l’acte de bravoure d’un de leurs généraux, Decius, qui se livra à un acte de devotio, ce qui le condamnait inévitablement à mourir, afin de faire triompher son armée. Camille son épouse, se trouve donc être veuve. Mais avant de mourir, son époux avait obtenu de son ami et consul, Torquatus, qu’il l’épousât. De son côté, Manlius, le fils du consul, s’est épris de la princesse d’Epire, Omphale, captive des Romains, dans le camp de Decius, mais n’ose avouer sa flamme. Manlius est pourtant un jeune homme auréolé d’une récente gloire car il vient de faire triompher son camp de ses ennemis, alors même qu’un décret du Sénat interdisait à tout soldat de livrer bataille sans en avoir reçu l’ordre.

Acte I §

Camille, après avoir été informée de l’amour que nourrissait Manlius pour Omphale (sc. 1), décide d’en avertir son père, Torquatus, afin qu’il empêche cette union déshonorante (sc. 2). Or, ce dernier, en apprenant cette nouvelle, découvre dans le même temps qu’il a un rival en la personne de son fils qu’il avait justement convoqué afin de le juger pour sa récente désobéissance. Mais auparavant le consul décide de percer les dispositions d’Omphale à l’égard de son fils, et tente de conquérir son cœur en n’hésitant pas à recourir à la menace (sc. 3). Mais la princesse demeure inflexible, et lorsqu’il la quitte, elle avoue à Phénice son amour pour Manlius et sa haine pour Torquatus (sc. 4). Lorsque Manlius vient la trouver après sa victoire, elle le met en garde contre la sévérité du consul son père, mais le jeune homme, assuré de sa conquête et de son amour, balaie bien vite les craintes de sa maîtresse (sc. 5), qu’il abandonne à son désarroi (sc. 6) pour rejoindre son père.

Acte II §

Torquatus est déchiré entre sa vertu romaine et son amour pour une captive, son devoir de représentant de la loi et du Sénat et son amour paternel (sc. 1). Cependant, il ne s’est toujours pas résolu lorsqu’il reçoit son fils avec des propos sarcastiques et le sermonne (sc. 3). Junius qui a assisté à la scène tente alors de prendre la défense de l’héroïque audace du jeune guerrier, mais ce faisant, il offre l’occasion au Consul de justifier sa sévérité et de se résoudre à voir mourir son fils pour l’honneur de sa patrie. Toutefois Junius met cette raison en doute et soupçonne plutôt l’amour du consul pour Omphale d’être la cause de cette soudaine inflexibilité (sc. 4). La princesse elle-même vient solliciter sa clémence auprès de Torquatus, mais ce dernier ne lui laisse d’autre alternative, pour voir Manlius épargné, que de consentir à l’épouser (sc. 5). Camille vient alors s’entretenir avec elle afin de la détourner de Manlius en lui montrant combien leur union serait impossible puisqu’elle n’est pas romaine, c’est alors qu’Omphale lui apprend que Torquatus compte faire d’elle son épouse. Camille, abasourdie par cette nouvelle, en vient tout de même à reconnaître à Omphale une vertu digne d’une romaine et l’invite à lui faire connaître l’attitude du consul à son égard (sc. 6).

Acte III §

Camille, blessée par le comportement de Torquatus, se résout à prendre la défense de Manlius (sc. 1). Elle tente donc d’encourager ce dernier à fuir le camp afin de sauver sa vie et d’enlever Omphale. Mais Manlius, au nom de son honneur et de la gloire de la princesse refuse obstinément d’envisager cette idée. Camille prend alors le parti de lui avouer qu’il doit voir en son père un rival, mais Manlius ne peut y croire (sc. 2). Il finit tout de même par admettre que son père, n’étant qu’un mortel, a très bien pu lui aussi se laisser charmer par les appâts de la princesse (sc. 3). Il prend alors la décision de fuir en enlevant Omphale si celle-ci y consent, mais elle refuse, faisant prévaloir sa gloire. Pris de jalousie, Manlius l’accuse de lui préférer son père (sc. 4). Il se retrouve finalement seul, partagé entre les désirs de sa gloire et ceux de son amour (sc. 5).

Acte IV §

Alors que Torquatus est toujours tourmenté par son amour paternel, même s’il finit toujours par se tourner vers l’exécution de son fils (sc. 1), Camille vient lui rappeler le serment qu’il a fait à Decius d’épouser sa femme s’il mourrait au combat. Et bien vite elle laisse éclater son mépris à l’encontre du consul qui trahit la mémoire de son époux (sc. 2). Junius vient alors les interrompre pour leur annoncer l’arrestation de Manlius (sc. 3). Après le départ de Camille, il incite Torquatus à revenir sur sa décision (sc. 4) avant de le laisser seul, de plus en plus résolu à cette exécution (sc. 5).

Acte V §

Torquatus se décharge de la responsabilité de la mort de son fils sur les dispositions d’Omphale à son égard, mais celle-ci n’a de cesse de se retrancher derrière les lois romaines qui interdisent au consul l’alliance avec une étrangère (sc. 1). Cependant, face à l’imminence de cette mort, la princesse se dit prête à se soumettre à la volonté du consul si Manlius y consent et parvient ainsi à obtenir une dernière entrevue avec lui (sc. 2). Torquatus et Pison feignent alors de les laisser seuls afin d’écouter leur conversation. Manlius confie alors à Omphale qu’il préfère mourir que de vivre pour la voir mariée à son père ; la princesse prend alors le parti de le rejoindre dans la mort plutôt que d’être séparé de lui et accable Torquatus de reproches lorsque l’on vient chercher Manlius (sc. 3). Camille à son tour, condamne la cruauté du consul (sc. 4). Suivi bientôt par Junius qui le met en garde contre un soulèvement possible de l’armée (sc. 5). Mais lorsque Pison apparaît pour les informer du sort de Manlius, Omphale ne peut plus longtemps réprimer son chagrin et sort le poignard, qu’elle avait jusqu’alors dissimulé, et tente de le retourner contre elle. Pour arrêter son geste Pison leur révèle que Manlius n’est pas mort, sauvé, contre sa propre volonté, par ses soldats. Torquatus s’emporte et ne pense qu’à mater cette révolte (sc. 6). Mais Manlius l’arrête et vient lui réclamer le châtiment dont on l’a privé. Torquatus perd alors tout de son assurance et hésite avant que le père qu’il est ne reprenne le dessus, pardonne à son fils sa témérité et l’unisse à Omphale. Ainsi rendu à lui-même, Camille consent alors à l’épouser (sc. 7).

Les sources et l’écriture de l’histoire §

Dans les années 1660, deux pièces de théâtre – que Lancaster qualifie d’ « obscures » – parurent : la première, en 1660, sous le titre de La Mort de Manlie33 est le fait d’un certain de Noguères, la seconde, écrite par Faure en 1662 porte le même titre de Manlius Torquatus34 que celle de Mlle Desjardins. Cependant aucune de ces deux tragédies ne prend le parti de laisser la vie sauve à Manlius à la fin de la pièce, et elles ne présentent que d’infimes similitudes avec le Manlius de notre jeune auteur, imputables, bien plutôt, à leur source historique commune. En effet, ces trois pièces ont puisé leur sujet chez l’historien romain Tite-Live, plus précisément au livre VIII de son Histoire romaine en s’appuyant sur les chapitres 6, 7 et 9 qui traitent respectivement du rêve des deux consuls romains, Torquatus et Decius, du combat singulier de Manlius, et de la bataille de Véséris où Decius se dévoua pour son armée. Toutefois, Mlle Desjardins n’a pas hésité à apporter sa propre interprétation de cet événement, à l’enrichir de personnages et de rivalités, voire à en bouleverser la chronologie jusqu’à changer la nature même de ce récit.

Ainsi, d’après Tite-Live, Decius et Torquatus sont tous deux consuls lorsque, durant leur sommeil, dans leur camp installé devant Capoue, ils eurent chacun une vision qui assurait la victoire à celui des généraux de l’un ou l’autre armée qui se serait dévoué (VIII, 6)35. Mais avant de livrer bataille aux Latins, les consuls prirent un édit qui défendait à tous d’attaquer l’ennemi hors des rangs. Ordre que Manlius transgresse en se battant en duel contre Geminus Maecius (VIII, 7). Mlle Desjardins conserve à son héros le caractère impétueux du jeune homme dont, nous dit Tite-Live, « l’âme altière » se soulève et qui « soit colère, soit honte de surmonter le combat, soit enfin l’insurmontable empire du destin, […] oublie et l’autorité paternelle et l’édit des consuls, [et] se précipite en aveugle à cette lutte, où il importait si peu d’être vainqueur ou vaincu ». Même si Manlius aurait dû mériter une sanction pour avoir désobéi aux ordres du Sénat, n’écoutant alors que son ambition et son appétit de victoire, la pièce, s’appuyant sur ce passage de Tite-Live, attribue cette erreur à la fougue de sa jeunesse, à sa « bouillante ardeur », et renonce à utiliser ce ressort comme un éventuel obstacle à son mariage avec Omphale. Manlius présente donc, tout au long des cinq actes, un ethos romain pour qui prime le devoir et l’honneur conformément à son âme altière. Ainsi il se refusera à fuir, au mépris même de sa vie, et s’évertuera à respecter la décision de son père envers et contre tous, faisant montre par-là de la vertu romaine la plus estimée qu’est la pietas. Mlle Desjardins reprend également un détail rapporté dans l’Histoire Romaine (VIII, 7, 12-1336) lorsqu’elle nous montre un Manlius courant aveuglément à sa perte (I, 3, v. 325-328). En revanche elle s’éloigne de l’histoire en ce qui concerne l’issu de cet entretien. Si chez Tite-Live, Torquatus reconnaît son amour pour son fils, il n’écoute que son devoir et ordonne au licteur (Pison dans la pièce de théâtre) d’attacher Manlius au poteau (VIII, 7, 14-1937) afin de le décapiter de ses propres mains.

Mais une si sévère et atroce sanction révolte l’armée et dans l’histoire et dans les vers de Mlle Desjardins. En effet, le « murmure » qui ne cesse d’enfler tout au long de la pièce se fait également entendre chez Tite-Live après l’exécution de Manlius (VIII, 7, 20-2238), mais historiquement, les soldats se contentent de manifester leur réprobation et offrent à leur compagnon des funérailles dignes de son héroïsme militaire, et ils ne fomentent nullement une rébellion comme le donne à voir la dramaturge (V, 3).

À cette date Decius est toujours vivant et ne peut donc avoir laisser une veuve, puisqu’il ne se dévoue pour l’armée qu’à la bataille de Véséris qui fut livrée peu de temps après l’exécution de Manlius. Camille, la veuve de haute vertu, est donc un personnage inventé par Mlle Desjardins. Chez Tite-Live il n’est d’ailleurs nullement fait allusion à une promesse qu’aurait faite Torquatus à son ami et collègue d’épouser sa veuve.

De même après la victoire des Romains contre les Latins lors de la bataille de Véséris, il n’est pas précisé que les captifs comptaient parmi eux la princesse d’Épire qui historiquement se nommait Olympe et non Omphale comme dans Manlius. Cependant ce changement semble loin d’être anodin. En effet, le nom de la captive rappelle inévitablement son homonyme mythique qui apparaît dans la légende liée à Hercule. Le rapprochement est d’autant plus aisé qu’à l’origine le mythe avait été situé en Épire, royaume de la princesse de Manlius. La référence délibérée de Mlle Desjardins à ce personnage légendaire ne serait pas dénuée de pertinence, car cela viendrait une fois de plus excuser la faiblesse du consul Torquatus. En effet, même Hercule n’avait pu résister aux charmes cette dura puella auprès de laquelle il avait perdu toutes ses vertus guerrières et pire encore s’était abaissé à exécuter des tâches normalement réservées aux femmes. Ce registre élégiaque est d’ailleurs bien établi par le motif du sevitium amorum soutenu par le couple formé par Manlius et Omphale qui choisira toujours un dialogue précieux dans lequel la rhétorique tendre est mise en œuvre, contrastant ainsi avec le discours galant de Torquatus. Ce seul nom d’Omphale viendrait alors expliquer et comme excuser la dénaturation du caractère de Torquatus qui, sous l’effet de l’amour, des passions, perd son identité et adopte un discours indigne de sa qualité.

Manlius et la vraisemblance §

S’il est une question que pose cette pièce, c’est celle de la primauté de la vraisemblance sur l’Histoire voire sur toutes les autres règles. C’est cette même assertion qui se retrouve au cœur du célèbre ouvrage de l’abbé d’Aubignac, La Pratique du Théâtre. En effet, pour lui, le poète ne doit jamais se départir de l’exigence de la vraisemblance, et bien sûr, c’est elle qui présidera au choix de son sujet. Or nous savons, d’après Donneau de Visé39, que l’abbé est intervenu auprès de Mlle Desjardins, notamment pour lui soumettre le sujet de sa pièce. Il apparaît alors clairement que si la jeune femme a modifié l’histoire rapportée par Tite-Live et connue de tous, c’était afin que son dénouement ne heurte pas les bienséances, et partant ne choque pas ses spectateurs. Ce faisant, elle s’est bornée à prendre les libertés octroyées par l’abbé vis-à-vis de l’histoire, qui affirme :

Je tiens pour moi qu’il [le Poète] le peut faire [changer une histoire pour la mettre sur le théâtre] non seulement aux circonstances, mais encore en la principale action, pourvu qu’il fasse un beau Poème : car comme il ne s’arrête pas au Temps, parce qu’il n’est pas Chronologue, il ne s’attachera point à la Vérité, non plus que le Poète Épique, parce que tous deux ne sont pas Historiens. […] La Scène ne donne point les choses comme elles ont été, mais comme elles devaient être, et le Poète doit y rétablir dans le sujet tout ce qui ne s’accommodera pas aux règles de son Art, comme fait un Peintre lorsqu’il travaille sur un modèle défectueux.40

Pourtant la modification qu’a opérée Mlle Desjardins a surpris le spectateur dans son attente. Pourquoi ? Parce qu’elle ne s’est pas contentée de suppléer aux lacunes laissées par l’historien en imaginant les motivations qui auraient pu pousser les personnages à agir comme ils l’ont fait dans l’histoire, mais elle a modifié la nature même de cette histoire41. Et cela était d’autant plus flagrant que Tite-Live rapporte cet épisode dans le but d’exalter la vertu romaine et les valeurs de la cité, d’illustrer combien le collectif doit l’emporter sur l’individu. Or, la tragédie, à l’inverse de l’épopée, s’intéresse justement à la particularité de l’individu. Pour permettre à cet épisode de franchir la barrière des genres, il fallait à Mlle Desjardins y introduire des passions, sur lesquelles il lui était d’autant plus permis de spéculer que Tite-Live était resté muet à leur sujet (et pour cause, puisqu’il voulait faire de Torquatus l’exemple même de la vertu romaine, du citoyen qui n’aurait jamais cédé à son pathos). Ce qu’elle fit bien sûr. Mais, pour ses contemporains, il était inconcevable que le sévère consul romain se laisse attendrir par son amour paternel et pardonne à son fils sa désobéissance, alors même que Tite-Live le mentionne comme un exemple d’intransigeance, prêt à sacrifier son enfant à sa patrie. Un pamphlétaire se fera même un plaisir, lors de la querelle autour de Manlius, de rappeler à d’Aubignac le principe d’Horace qu’il avait lui-même enjoint de suivre. Car si l’abbé précisait que : « […] le Théâtre doit tout restituer en état de vraisemblance et d’agrément. Il est bien vrai que si l’Histoire est capable de toutes les grâces de la Poésie Dramatique, le Poète doit conserver encore celle de la vérité ; sinon, il a droit de faire tout céder au dessein qu’il doit avoir de réussir en son Art ». Plusieurs apportent au contraire le témoignage d’Horace qui dit, « Qu’il faut suivre l’opinion commune, ou feindre des choses qui lui soit conformes ». Il rectifiait alors ainsi « mais en cet endroit Horace ne parle point du Sujet, il traite seulement des mœurs, et nous apprend qu’il ne faut pas donner aux Acteurs principaux des mœurs dissemblables à eux-mêmes, ni entièrement éloignées de celles qu’ils ont dans l’opinion générale de l’Histoire, comme serait de faire César Poltron, ou Messaline chaste42. » Mais Mlle Desjardins n’a-t-elle pas justement fait Torquatus père sensible, au lieu de consul inflexible ?

Les Personnages §

Si Torquatus est bien un consul romain, c’est aussi un père, celui de Manlius, dont il aime la maîtresse. Mais cette union semble impossible, car il est lié par un serment, qu’il avait fait au défunt consul Decius, à la veuve de ce dernier, Camille. Dès son entrée scène, il nous apparaît tout entier sous l’empire de son pathos qui le pousse à renier son ethos. En effet, nous le voyons, à de nombreuses reprises, adopter un discours galant qui sied mal à son rôle de sénateur. Il ne s’interdit d’ailleurs pas de presser Omphale de ses avances, et de recourir à tous les moyens – y compris le chantage – pour obtenir ses faveurs. Torquatus est donc non seulement l’opposé du parfait amant, mais il se révèle tout aussi incapable de s’exprimer comme le doit un père envers son fils. Son discours recèle alors tous les accents de la haine et de l’hypocrisie. Tout dans ce personnage relève des passions qui semblent régner en maîtresses sur son âme puisqu’elles lui dictent jusqu’au comportement qui dénouera la crise : son changement de volonté in extremis est en effet attribué à la voix de la nature.

Cependant, la pièce se distingue en ce que l’ethos du consul n’est pas établi par lui-même, par ses actes ou ses discours, puisqu’il apparaît déjà sous l’empire de l’amour. Afin d’éviter l’écueil du personnage tyrannique, qui ne pourrait alors plus, excepté au prix d’une invraisemblance, revenir sur sa décision, Mlle Desjardins distille l’ethos de ce consul qui ne donne à voir que son pathos, dans la bouche des autres personnages, nous montrant ainsi Manlius défendant son père qui est « trop généreux, » pour lui vouloir du mal (v. 279), et Camille renchérissant plus loin en affirmant que « l’amour de la gloire est son unique amour » (v. 635). Toute cette construction d’un consul juste et vertueux, conscient de son devoir, vise à démontrer que son attitude tyrannique n’est qu’une sorte de parenthèse dans l’ethos du personnage qui est aveuglé par l’amour, et donc qu’il sera, une fois rendu à lui-même, capable de clémence. Mais voilà, Mlle Desjardins ne parvient pas à éviter d’introduire une contradiction dans son personnage. En effet, si le Ciel avait vraiment rendu à Torquatus la vertu d’un Romain, comme l’affirme Camille (au vers 1591), il se serait finalement résolu à faire exécuter Manlius, certes non plus dans le but d’éliminer un rival, mais afin de rétablir l’autorité du Sénat.

Mais, pour l’abbé d’Aubignac, il n’était pas vraisemblable qu’un père tue son fils. Et là où un Corneille n’aurait pas hésité à représenter un tel dénouement, le théoricien renâcle et préfère la vraisemblance à la bienséance qui veut que les caractères fassent montre de constance. Il applique donc cette hégémonie du vraisemblable à Manlius, en accord avec ce qu’il prônait quelques années plus tôt dans son traité :

Il n’y a donc que le Vraisemblable qui puisse raisonnablement fonder, soutenir et terminer un Poème Dramatique : ce n’est pas que les choses véritables ou possibles soient bannies du Théâtre ; mais elles n’y sont reçues qu’en tant qu’elles ont de la vraisemblance ; de sorte que pour les y faire rentrer, il faut ôter ou changer toutes les circonstances qui n’ont point ce caractère, et l’imprimer à tout ce qu’on y veut représenter.43

Il est vrai que le dénouement de la pièce n’est pas invraisemblable par nature car croyable. En effet, ce changement de volonté, naturel, est toujours possible chez un homme (même s’il ne l’était pas a priori chez l’historique consul romain à la vertu austère de Tite-Live) mais, par sa rapidité et son manque de justification nette, il souligne sa trop grande nécessité pour le dénouement de la pièce. Mlle Desjardins rejoint alors l’exemple, dénoncé par d’Aubignac, de l’auteur qui « ferait mourir un rival d’apoplexie » ; c’est une mort naturelle et donc croyable mais pas dans le cadre d’une théâtralisation : elle est bien trop opportune et ne dépend pas de la dispositio ; à ce titre elle ne suit pas la logique de la progression de l’action. De même, le revirement soudain de Torquatus ne résulte pas d’une action d’un personnage qui, par ses actes ou sa parole, aurait réussi à le convaincre. En effet bien que Camille, Omphale, et Junius tente d’en appeler, tout au long de la pièce, à sa « gloire » et à son honneur44, Torquatus dit subitement, à la scène 7 du cinquième acte : « Je sens que dans mon ame il se forme un murmure » (v. 1569), alors même qu’il était déterminé à faire exécuter son fils. Pourtant, le sévère consul n’a pas été convaincu par les discours argumentés de ceux qui l’entourent, et il n’a pas non plus été contraint à ce changement de décision par le soulèvement d’une partie de l’armée fidèle à Manlius ; de même qu’il n’a pas pu être ému par un appel de son fils, vibrant de pathos, à la clémence, puisque ce dernier, jusque dans les derniers vers de la pièce, prie son père d’exécuter sa sentence, sacrifiant sa vie à la piété filiale, l’une des plus haute vertu romaine. Mais c’est soudainement la voix de la nature qui se fait entendre dans son âme, et qui le délivre de l’enchantement des charmes d’Omphale. D’ailleurs, si Corneille se refusait à ce type de dénouement, c’est parce qu’il dénonçait son caractère trop visiblement nécessaire, et c’est pour cette raison qu’il invitait les dramaturges à « prendre garde que ce consentement [du père au mariage de son enfant] ne vienne pas par un simple changement de volonté, mais par un événement qui en fournisse l’occasion. Autrement il n’y aurait pas grand artifice au dénouement d’une pièce, si, après l’avoir soutenue durant quatre actes sur l’autorité d’un père qui n’approuve point les inclinations amoureuses de son fils ou de sa fille, il y consentait tout d’un coup au cinquième, par cette seule raison que c’est le cinquième, et que l’auteur n’oserait en faire un sixième45. »

Ce manquement à la vraisemblance est d’autant plus criant qu’il se retrouve également, et par contrecoup, dans le personnage de Camille. En effet, si Mlle Desjardins parvient à déjouer le premier écueil qu’offrait l’union entre le romain Manlius et la barbare Omphale, en revanche elle échoue à justifier celle du consul indulgent et de la vertueuse Camille. Omphale ne pouvait être sensible qu’au type de personnage incarné par Manlius puisque, pour elle aussi, la vertu, la gloire et l’honneur sont des qualités qui ne peuvent souffrir aucune compromission. Cependant, elle est princesse d’Épire, et ne peut donc afficher l’ethos d’une parfaite romaine telle Camille. Et c’est en cela, au début de la pièce, que résidait le principal obstacle à une éventuelle union entre les deux amants. Mais face à ses malheurs, la captive, déterminée à tout sacrifier à sa gloire, fera montre d’un ethos comparable, si ce n’est supérieur, à celui de la plus vertueuse des romaines qui le reconnaîtra elle-même (II, 4) ; elle se révèle alors digne de Manlius, et leur union ne risque plus de couvrir la famille de déshonneur, bien au contraire.

Mais respecter la vraisemblance chez Camille, notamment la constance de son caractère, s’avère être une tache bien plus ardue. Car, bien que Torquatus campe le rôle du consul romain, c’est à cette femme que revient le discours cornélien du devoir. Elle seule sait rester ferme et inexorable devant « les pièges de l’amour », et « méprise tout pour la gloire de Rome ». Elle se veut donc l’incarnation de la fière et vertueuse romaine. Mais c’est au nom de cette même vertu qu’elle vacille et se laisse entraîner par son pathos lorsqu’il lui souffle d’aider les deux amants en leur conseillant, au mépris de leur dignité, la fuite. Torquatus a violé la mémoire de son époux et est en train de salir l’honneur de sa veuve, plus rien ne retient la colère de Camille d’éclater et sa vengeance de s’exercer. Cependant, dans cette lutte intérieure acharnée entre pathos et ethos, elle se rallie à ce dernier lorsqu’elle renonce à assassiner Torquatus (III, 2) afin de préserver sa gloire. En revanche, ce qui est déroutant chez ce personnage qui semble incarner la vertu, c’est qu’elle accepte, à la fin de la pièce, d’épouser le consul. Elle paraît s’y résigner davantage par devoir que par véritable amour, ce qui participe pleinement à la cohérence de son caractère. En revanche, elle justifie sa décision et balaie le déshonneur qu’aurait pu lui attirer une union avec un consul amoureux de sa captive et qui, sous l’effet de sa jalousie, voit en l’exécution de son propre fils l’élimination d’un rival, en prétextant qu’en ce revirement soudain il a recouvré son ethos. Or ce ne peut être le cas puisqu’il aurait alors fait exécuter son fils.

La Pratique du Théâtre et la vraisemblance §

Pourquoi donc avoir choisi un dénouement heureux qui fut à l’origine des plus vives attaques ? Parce que Mlle Desjardins ne souhaitait probablement pas, comme nous l’avons suggéré précédemment, se soumettre à la critique en se lançant à l’assaut du grand genre qu’est la tragédie. Mais, pour prétendre au titre de tragi-comédie, il lui en fallait au moins présenter une des caractéristiques : le dénouement heureux. Et c’est, ironie (tragique ?) du sort, ce qui fut l’objet principal de la querelle. Le titre de Manlius (nom du jeune héros) qui figure finalement sur les exemplaires de la pièce, au détriment de Manlius Torquatus (nom du consul dont la pièce illustrait si peu la légendaire sévérité), titre originel pour lequel avait été pris le privilège, peut être envisagé comme une ultime tentative pour faire oublier le défaut majeur de la pièce – c’est-à-dire de ne pas avoir montrer sur la scène le célèbre Manlius Torquatus puisqu’ils se trouve privé de ce qui a fait sa renommée : sa sévérité – en détournant l’attention sur l’histoire de son fils moins illustre. Mais cette manœuvre se révèlera vaine comme le prouve cette critique d’un auteur anonyme dans une Lettre à Monsieur D.P.P.S. sur les remarques qu’on a faites sur la Sophonisbe de Monsieur Corneille : « Si Mademoiselle Desjardins qui dans son ouvrage a surpassé toutes nos espérances eût nommé sa pièce d’un autre nom que celui de Manlius, elle n’eût pas été moins agréable et l’on aurait pas dit avec justice que ce n’est point Manlius Torquatus qu’elle a mis sur le théâtre. »46. Critique d’autant plus sévère que c’est en suivant « à la lettre » les prescriptions de l’abbé d’Aubignac, que Mlle Desjardins s’est fourvoyée. Mais cette « erreur » n’est pas dénuée d’intérêt. Elle est même révélatrice.

En effet, si le choix d’un dénouement heureux peut être imputé à la nécessité de pouvoir prétendre au titre de tragi-comédie, il peut néanmoins avoir cru trouver la légitimité nécessaire auprès du célèbre abbé. Ce dernier, de son côté aurait alors vu en cette pièce l’occasion de faire montre de son autorité dans le domaine de la dramaturgie. Car, si Manlius est bien, comme nous le pensons, une mise en pratique de La Pratique orchestrée par l’abbé d’Aubignac afin de répondre aux fameux Discours de son rival en lui prouvant la supériorité de son traité capable d’éclairer une néophyte et de lui assurer un succès qui n’aurait rien à envier aux auteurs les plus aguerris – ultime bravade envers Corneille – ; si tel est bien, le cas, alors, Mlle Desjardins nous a livré une illustration parfaite car fidèle, jusque dans ses contradictions et ses hésitations, à son modèle. Ainsi, Manlius vient illustrer la confusion théorique présente dans La Pratique, qu’y a décelée Hélène Baby, lorsqu’elle remarque que « le vraisemblable [y] est donc considéré tantôt dans son acception purement littéraire et esthétique, et tantôt « en soi » dans son rapport au vrai, ce qui est profondément différent. »47. Et c’est aussi ce que Corneille avait souligné, en 1660, arguant « qu’on en est venu à établir une maxime très fausse, qu’il faut que le sujet d’une tragédie soit vraisemblable ; appliquant ainsi aux conditions du sujet la moitié de ce qu’il [d’Aubignac] a dit de la manière de le traiter »48 et reprochant ainsi à l’abbé de ne pas s’être contenté d’appliquer la notion de vraisemblance à la dispositio du poème dramatique comme il prétendait le faire, mais d’en avoir également affecté le domaine de l’inventio. Ce qui a sans doute laisser croire à Mlle Desjardins qu’elle pouvait se permettre de changer la nature même de son sujet et d’aller à l’encontre des prescriptions faites par Corneille dès 1660, lorsqu’il précise :

Il y a des choses sur qui le poète n’a jamais aucun droit. Il peut prendre quelque licence sur l’histoire, en tant qu’elle regarde les actions des particuliers, comme celles de César ou d’Auguste, et leur attribuer des actions qu’ils n’ont pas faites, ou les faire arriver d’une autre manière qu’ils ne les ont faites ; mais il ne peut pas changer la chronologie pour faire vivre Alexandre du temps de César […].49

Nous pouvons donc mieux apprécier la raison d’une défense de Manlius et de son auteur si acharnée et si véhémente de la part de l’abbé, qui dans ses deux Dissertations sur la Sophonisbe et sur le Sertorius de Corneille, ne se prive pas de revenir sur la querelle suscitée par la pièce de sa jeune « protégée » :

et si l’on a blâmé injustement Mademoiselle Desjardins d’avoir sauvé la vie à Manlius, qui par les raisons de la Nature et de l’Humanité ne devait point mourir, on ne louera pas Monsieur Corneille d’avoir laissé Massinisse vivant et sans peine dans un état si déplorable, qu’il ne pouvait conserver aucun reste de gloire qu’en mourant : Et voilà comme il ne faut jamais s’attacher aux circonstances de l’Histoire, quand elles ne s’accordent pas avec la beauté du Théâtre ; il n’est point nécessaire que le Poète s’opiniâtre à faire l’Historien, et quand la vérité répugne à la générosité, à l’honnêteté, ou à la grâce de la Scène, il faut qu’il l’abandonne, et qu’il prenne le vraisemblable pour faire un beau Poème au lieu d’une méchante Histoire.50

Et il réaffirme le principe qu’il avait déjà énoncé à de nombreuses reprises dans son traité selon lequel seul le vraisemblable doit guider le poète dans ses choix puisqu’il ne doit nullement avoir la prétention de faire œuvre d’historien – titre dont s’était vu gratifié Corneille. Mlle Desjardins s’est donc comportée en poète lorsqu’elle a modifié le véritable dénouement historique de cet épisode. Mais l’abbé semble céder à la colère lorsqu’il rédige ces lignes :

Et pourquoi répandre son fiel sur le nom de Mademoiselle des Jardins qui n’a point de part à nos démêlés, et que son sexe devait mettre à couvert de l’envie que son ouvrage lui a suscitée, vu même qu’il lui fait un reproche dont elle peut se défendre aisément, et le faire retomber sur la tête de M. Corneille ; car la faute qu’il lui veut imputer sur le changement de l’histoire de Manlius est prétexté d’une maxime fort douteuse, et que je tiens fausse, et dont Monsieur Corneille lui-même a souvent pratiqué le contraire, ayant toujours changé les Histoires qu’il a mises sur son Théâtre quand il les a voulu rendre agréables, au lieu que les défauts de la Sophonisbe et de son Sertorius sont directement contre des principes indubitables, et dont il demeure d’accord lui-même, bien qu’il les ait voulu un peu corrompre pour s’excuser. Et quand même elle aurait failli en sauvant Manlius, dont le nom et les aventures n’étaient pas si connus que de César et d’Alexandre, il lui serait facile de tout réparer avec quinze ou vingt vers qui contiendraient le récit de sa mort ; au lieu que M. Corneille pour rétablir les manquements de ses Pièces, aurait peine d’en conserver la moitié des vers, mais à eux le débat.51

Manlius reflète donc un des grands sujets de discorde entre Pierre Corneille et l’abbé d’Aubignac : le vraisemblable. Mais cette pièce ne s’est pas contentée d’illustrer une des difficultés majeures à laquelle s’exposait tout dramaturge – faire revêtir à son illusion l’apparence de la vérité afin de rendre son histoire croyable. En effet, exploitée par l’abbé d’Aubignac elle est venue nourrir l’affrontement entre les deux hommes, et aurait même dû servir de preuve irréfutable, puisque par l’exemple, de ce qu’il était le seul à pouvoir prétendre au titre d’Intendant du Théâtre – bien qu’après la mort de Richelieu il lui ait fallu renoncer à cet espoir.

Tragi-comédie ou tragédie à fin heureuse ? §

Il apparaît d’autant plus légitime de se poser cette question que Micheline Cuénin, dans sa thèse consacrée à l’auteur de Manlius, ne parle de cette première pièce qu’en la qualifiant de tragédie. En revanche, Roger Guichemerre l’évoque dans son ouvrage consacré à la tragi-comédie52, et Henriette Goldwynn, qui voit en cette pièce une parodie critique de l’esthétique cornélienne, tente d’expliquer le choix de ce genre comme la dénonciation réitérée de « la futilité de l’ordre tragique cornélien de la première époque, lequel est historiquement devenu caduc53 ».

Sans aller jusque là, il nous faut cependant nous intéresser au choix de ce genre particulier qu’est la tragi-comédie et qui peut paraître étrange à cette date et dans l’objectif qu’est celui de Mlle Desjardins : plaire au public et s’attirer de prestigieux protecteurs (dont le plus recherché demeure en la personne du Roi). Nous reviendrons donc brièvement sur l’histoire et les principales caractéristiques de la tragi-comédie afin de voir en quoi Manlius peut prétendre à ce titre avant de nous intéresser aux raisons qui auraient pu porter cette femme à la pointe de la mode de son époque à affectionner un genre sur le déclin.

Dès le milieu du xviie siècle, la distinction entre tragi-comédie et tragédie ne semble pas être tranchée. D’Aubignac, dans sa Pratique du Théâtre publiée en 1657, donne sa définition de ce nouveau genre « […] par là nous entendons, Un Poème Dramatique dont le sujet est héroïque, et la fin heureuse, la plus noble et la plus agréable espèce de Tragédie, fort commune parmi les Anciens »54. Cependant on note une divergence entre les auteurs de telles pièces ( tels Mairet, ou encore Scudéry) et ceux qui tentent d’en établir la théorie ( comme La Mesnardière et d’Aubignac) : les premiers considèrent la tragi-comédie comme une variante de la tragédie dont le dénouement en serait heureux (ce qui suffirait alors à justifier le terme de comédie, la notion de comique recouvrant celle de bonheur), alors que les seconds envisagent la tragi-comédie comme un composé de la tragédie et de la comédie. C’est d’ailleurs ce qu’affirmera Mairet dans sa préface de la Silvanire55: « De la définition de la tragédie et de la comédie, on peut aisément tirer celle de la tragi-comédie, qui n’est rien qu’une composition de l’une et de l’autre ». C’est en partie à cause de ce manque de clarté originelle que nous n’avons conservé qu’une perception confuse de ce que recouvrait ce genre. Mais peut-être est-ce justement ce caractère d’indéfinition d’un genre sans structure dramatique dûment établie qui a attiré Mlle Desjardins. Tentons toutefois d’en retracer l’histoire.

La tragi-comédie apparaît à partir de 1628 comme symbolisant le refus de se soumettre à la rigueur et à la rigidité des règles des Anciens, accusées de brimer l’imagination du poète et de nuire à la « capture » de l’esprit du spectateur. C’est donc au nom de la vraisemblance que les modernes vont rejeter la tragédie héritée de l’antiquité. Son inspiration désormais sera volontiers romanesque, et non plus historique. Elle s’intéresse dès lors aux événements particuliers se détournant d’une visée universelle. Le nouveau genre tragi-comique – dont la théorie sera esquissée par Ogier dans sa préface de sa tragi-comédie Tyr et Sidon – va donc naître de la critique négative de la tragédie et va s’en distinguer par deux éléments mis en relief par Ogier et repris par Georges Forestier56 : « Le refus de l’unité de temps, tout d’abord qui oblige à faire arriver trop d’incidents en un même jour, et qui nécessite en même temps de continuels récits qui ennuient le spectateur ». L’action est donc développée ab ovo et progressivement construite. « De la sorte les événements peuvent être nombreux et variés, ce qui – élément clé de la poétique tragi-comique – est destinée à engendrer le plaisir du spectateur ». En second lieu, le mélange : mélange des genres, introduit au nom de la vraisemblance de la fiction ; et mélange des styles au nom de la bienséances des caractères. Cette nouvelle conception de la dramaturgie prône pour seule fin celle de plaire au public, qui devient alors le premier critère permettant de juger de la réussite d’une pièce et auquel tout auteur dramatique digne de ce nom doit se rallier – quitte à se voir de nouveau enchaîné à une règle : celle de la recette. Déviance que dénonce plus loin Georges Forestier lorsqu’il remarque que : « La « tyrannie » a changé de camp : elle n’est plus du côté des règles, édictées au nom du bon sens ; elle réside dans les exigences « commerciales » des comédiens de l’Hôtel de Bourgogne, soucieux de flatter les attentes d’un public amateur d’éblouissement visuel et d’anéantissement intellectuel »57.

Encore en 1632, la tragi-comédie était perçue comme une pièce à tiroirs dont la spécificité était de multiplier les épisodes, donc étrangère à tout principe d’unité. L’inventio primait alors sur la dispositio. Mais à partir de 1634, la tragédie renaît avec la Sophonisbe de Mairet (publiée en 1635) qui, renouant avec l’histoire romaine délaissée jusqu’alors au profit des sources romanesques, privilégie la dispositio. Elle permet d’élaborer une véritable réflexion raisonnée sur les règles antiques qu’elle va ainsi réhabiliter. C’est à partir de cette date que les auteurs réguliers, qui veulent se démarquer de la tragi-comédie, sans pour autant « tomber » dans la comédie, vont à nouveau se tourner vers la tragédie. Et c’est ainsi que « l’instauration moderne des règles antiques présentées comme nécessaire au nom de la raison et de l’effet produit sur le spectateur abouti[t] à réintroduire la tragédie »58.

Tout en continuant à affectionner les intrigues complexes les dramaturges vont cependant, sous l’influence des théoriciens et pour répondre au goût du public qui a désormais évolué, rechercher une plus grande concentration dramatique. Et c’est ainsi qu’aux alentours de l’année 1635, l’unité de lieu commence à s’imposer au théâtre ; les auteurs estiment toutefois ne pas enfreindre l’unité de lieu dans la mesure où ils représentent sur la scène des lieux voisins qui, envisagés dans leur ensemble, ne constituent plus qu’un seul et même vaste espace différencié. L’unité de temps, d’abord ignorée jusqu’en 1630 cherche elle aussi à s’imposer à cette même période, et elle sera vraiment reconnue et presque systématiquement adoptée après Le Cid.

À partir de 1637, nous assistons donc à un regain de la régularité même dans ce genre qui affichait et revendiquait son mépris des règles. L’introduction des unités, qui favorise la concentration de l’intrigue, permettra alors au dramaturge d’accorder davantage de place à ses personnages et lui fournira l’occasion de s’arrêter sur leurs sentiments (car, jusqu’alors, l’action et les éléments spectaculaires l’emportaient sur l’analyse des passions ou sur la définition des caractères). Mais c’est cette même propagation des règles qui, en 1648, va celer la disparition de la tragi-comédie en la dépossédant de ses caractéristiques et parce que dans le même temps, la tragédie, renouant avec la définition qu’en donne Aristote dans sa Poétique59, accepte un dénouement heureux. Nous comprenons alors comment Corneille a pu aisément rebaptiser tragédie Le Cid, onze ans après sa création et sans en changer un vers. Ainsi que l’explique Georges Forestier, « c’est que, d’une part, la « querelle du Cid » l’avait paradoxalement légitimée comme une œuvre qui se situait en référence au genre régulier d la tragédie, et que, d’autre part, et dans la théorie et dans la pratique, le genre de la tragi-comédie s’était dénaturé au point d’être perçu comme une variante à fin heureuse de la tragédie »60.

Cependant ce genre allait connaître quelques sursauts dans les années 1660 avec Quinault, avant de s’éteindre définitivement dans les années 1670. En effet, les années 1660, avec les derniers succès tragi-comiques de Quinault, constituent une charnière et ouvrent à une nouvelle conception de la convention. La tragi-comédie des années 1630, qui illustrait un rapport de représentation, pour survivre en marge de la tragédie, a désormais recours au magique et au merveilleux. La question de la vraisemblance est alors éludée car c’est « la machine [qui] incarne, actualise et fixe, dans son fonctionnement, celui de la convention »61.

Mais, bien que Mlle Desjardins compose sa pièce dans cette charnière que sont les années 1660, elle ne se ralliera pas à l’esthétique du merveilleux d’un Quinault, et ne tentera donc pas d’exploiter le succès naissant des théâtres à machines. Alors quelle raison a pu la pousser à choisir ce genre qui, comme nous l’avons vu précédemment, était sur le déclin62 ? Ce n’est certainement pas l’abbé d’Aubignac qui, lui soufflant le plan de sa pièce, a pu lui suggérer de composer une tragi-comédie, étant donné le mépris qu’il manifestait à l’égard de ce genre qui pour lui n’était qu’un dénominatif vide de sens. Il se récrie d’ailleurs, dans sa Pratique :

« Mais ce que nous avons fait sans fondement, est que nous avons ôté le nom de Tragédie aux Pièces de Théâtre dont la catastrophe est heureuse, encore que le Sujet et les personnages soient Tragiques, c’est-à-dire héroïques, pour leur donner celui de Tragi-Comédies. […] Or je ne veux pas absolument combattre ce nom, mais je prétends qu’il est inutile, puisque celui de Tragédie ne signifie pas moins les Poèmes qui finissent par la joie quand on y décrit les fortunes des personnes illustres. […] Mais j’ajoute que ce nom seul peut détruire toutes les beautés d’un Poème, qui consistent en la Péripétie ; car il est toujours d’autant plus agréable que de plusieurs apparences funestes, le retour et l’issue en est heureuse et contre l’attente des Spectateurs : mais dès lors qu’on a dit Tragi-Comédie, on découvre quelle en sera la Catastrophe ; si bien que tous les Incidents qui troublent l’espérance et les desseins des principaux Personnages ne touchent point le Spectateur prévenu de la connaissance qu’il a du succès contraire à leur crainte et à leur douleur ; et quelques plaintes pathétiques qu’ils fassent, nous n’entrons pas bien avant dans leur sentiment, parce que nous prenons cela trop certainement pour une feinte, au lieu que si nous ignorions l’événement, nous appréhenderions pour eux, toutes leurs passions s’imprimeraient vivement en notre cœur, et nous goûterions avec plus de satisfaction le retour favorable de leur fortune »63.

Mlle Desjardins en intitulant sa pièce Manlius, Tragi-comédie aurait ainsi commit une grave erreur : elle aurait non seulement nuit au plaisir du spectateur, qui pourtant doit être la fin de tout dramaturge, mais, par là même, elle aurait empêché le bon déroulement de la catharsis, raison d’être du théâtre. Pourquoi donc s’est-elle laisser entraîner à une telle maladresse alors même qu’elle s’était placée sous l’autorité du sévère abbé ? Serait-ce une volonté de s’affranchir de cette tutelle ou une déclaration de sa nature insoumise et toute disposée à bouleverser les normes établies ? Cela semble peu vraisemblable car, si son jeune héros, débordant d’ardeur guerrière, s’est montré prompt à enfreindre l’ordre du Sénat, notre jeune écrivain, en revanche, a fait preuve d’une plus grande docilité envers les normes dramatiques de son époque. Et s’il est peu surprenant qu’elle se soit pliée aux règles tant plébiscitées à son époque, elle a toutefois fait montre d’un respect particulièrement scrupuleux à leur égard.

En effet l’unité de temps, même s’il y est très peu fait allusion dans le cours de la pièce64, a été préservée sans nuire à la vraisemblance. Il y a d’ailleurs suffisamment peu de matière pour qu’elle puisse être exposée en vingt-quatre heures. En revanche, le revirement de Torquatus peut sembler quelque peu précipité65.

Le même respect est à observer en ce qui concerne l’unité de lieu. Toute l’action se déroule, comme cela a été annoncé par la première didascalie avant que ne s’ouvre la pièce, « au camp des Romains devant les Tentes du Consul »66.

Pour ce qui est de l’action, elle aussi est unifiée. C'est-à-dire que l’action principale – Manlius et Omphale qui nourrissent un amour réciproque souhaiteraient le voir célébrer –, dépend des actions secondaires – Manlius qui a désobéi au Sénat et à son père risque d’être condamné à mort ; Torquatus a cédé aux charmes de sa captive Omphale qui l’ont fait oublier son devoir de père et l’engagement contracté auprès de Camille de l’épouser. Toutes ces actions conditionnent effectivement la première, et c’est de leur résolution que dépend le dénouement de la pièce. Manlius ne pourra épouser la princesse Omphale qu’une fois que son père, délivré des charmes de cette dernière et rendu à lui-même, se résoudra à la clémence et sera lavé de son offense envers Camille par le pardon de l’intéressée elle-même.

Il en va de même pour la bienséance qui est préservée. Car, bien que la tragi-comédie ne présente pas une structure dramatique qu’il lui soit propre, il est toutefois possible de retrouver dans chacune d’entre elles des sujets ou des thèmes communs, comme le souligne Roger Guichemerre : « [...] il est toujours question d’amours contrariées par des rivaux malveillants, des princes jaloux, des intérêts et des ambitions, avec les mêmes épisodes attendus : rapts, déguisements, combats singuliers, fausse mort, reconnaissances ». Or nous ne trouvons pas la moindre trace de ce genre d’épisodes dans Manlius. Ainsi Mlle Desjardins se refuse à représenter le combat singulier qui opposa Manlius à un des chefs ennemis des Romains (ce qui, dans une tragi-comédie irrégulière n’aurait pas manqué de donner lieu à des effusions sanglantes) puisqu’elle débute son histoire après cet épisode qu’elle se contente d’évoquer par des allusions qu’elle dissémine dans la bouche de ses personnages67. Elle ne met pas non plus en scène la rébellion d’une partie de l’armée romaine qui sauvera la vie à Manlius dans le dernier acte, préférant charger Pison d’en être le fidèle rapporteur68.

Quant à la vraisemblance, au cœur de la querelle suscitée par cette pièce, nous nous y sommes déjà intéressée précédemment.

Se conformant à l’usage tragique, la jeune dramaturge nous plonge in medias res dans l’action (au cœur d’une conversation déjà bien entamée puisque la première réplique est une interrogative qui se réfère à ce qui a été dit précédemment) plutôt que d’en commencer le récit ab ovo comme dans la plupart des tragi-comédies. Effectivement, lorsque le rideau s’ouvre Manlius et Omphale sont déjà épris l’un de l’autre69, l’acte de bravoure contraire aux lois du Sénat a déjà été accompli par ce dernier, et Camille récemment endeuillée doit épouser Torquatus conformément aux dernières volontés de son défunt mari.

De plus elle donne à voir sur la scène des personnages héroïques, d’une haute naissance, déchirés entre leurs devoirs et leurs passions. À aucun moment Mlle Desjardins ne joue du mélange des genres, tous ses personnages, conformément à leur condition, s’exprime dans un style élevé. Et aucun d’entre eux ne peut prêter à rire. Même le personnage de Torquatus dans son aveuglement et son obstination à vouloir à tout prix obtenir l’amour d’Omphale, malgré la différence d’âge qui les sépare, son serment qui le lie à Camille, et l’autorité du Sénat, ne pourraient être rapproché du papos de comédie. Sa passion se distingue de celle d’un personnage ridicule de Molière, car l’emportement excessif du consul représente une réelle menace pour les deux amants. C’est dans l’aveuglement obstiné de Torquatus que réside le principal péril de l’action. La crise ne parviendra d’ailleurs pas à être dépassée avant qu’il ne soit rendu à lui-même, reprenne des attitudes plus dignes d’un consul et se soumette de nouveau à la raison.

Mlle Desjardins paraît donc s’être refusée à exploiter les libertés que lui offrait ce genre, certes de plus en plus régulier et qui avait perdu ses particularités les plus essentielles pour se fondre inéluctablement dans la tragédie jusqu’à en devenir une variante, mais qui pouvait encore laisser libre cours au merveilleux comme chez un Quinault. Mais alors, pourquoi le choix du titre de tragi-comédie ?

Nous trouvons peut-être un élément de réponse dans sa dédicace à la Grande Mlle. Il serait possible que la jeune femme ait redouté d’être comparée aux « Grands Auteurs » et qu’elle ait craint de paraître trop « téméraire », à l’image de son jeune héros, en s’attaquant à ce genre consacré qu’était la tragédie. Ce que Corneille avait pu faire en un sens avec sa célèbre pièce du Cid, ne pouvait-elle pas le faire à rebours sous le seul prétexte d’un dénouement heureux. Si cela semble aller à l’encontre de la stratégie dont fait preuve Mlle Desjardins lorsqu’il s’agit de sa production littéraire – contrairement à Corneille, elle choisit d’attribuer à sa pièce un qualificatif qui ne fait plus recette depuis de nombreuses années –, nous avons cependant pu voir dans sa biographie qu’elle était capable d’imposer ses volontés au mépris même d’une meilleure publicité. En cela l’épisode qui l’opposa à Molière pour le choix du nom – celui de Mme de Villedieu tant espéré, ou celui, gage certain de succès, de Mlle Desjardins – à imprimer sur les affiches du Favory. Nous pouvons donc avancer l’hypothèse selon laquelle la jeune dramaturge aurait vu dans cette manipulation subtile un moyen de se soustraire à l’intransigeance des critiques et attirer leur indulgence sur ses maladresses qu’il était désormais facile d’attribuer aux libertés permises par le genre et non à son inexpérience en ce domaine. Peut-être, d’ailleurs, l’idée lui avait-elle été soufflée par l’exemple de Magnon et de son Tite qu’il avait intitulé, quelques années auparavant, tragi-comédie et non tragédie afin de dissuader les critiques qui n’auraient pas manqué de lui reprocher son dénouement en forme de mariage de Titus et de Bérénice.

Mais n’y aurait-il pas également dans ce titre de tragi-comédie, une autre ambition encore imprécise qui affleurerait ? Manlius ne serait-elle pas par là une tentative pour marier la tragédie historique et la tragédie galante ?

Tragédie galante ? §

Mlle Desjardins nourrit les répliques des deux amants d’une rhétorique tendre pour évoquer un amour sérieux et les émotions immédiatement sensibles qu’il fait naître dans les âmes. Mais elle ne se contente pas d’emprunter le vocabulaire technique qui caractérise cette conception de l’amour. Elle bouleverse les codes établis et se joue du langage tendre en le renvoyant assez fréquemment à son acception concrète. Ce faisant elle met en lumière le caractère qualifié de « normatif » par Jean-Michel Pelous70 et qui tend à imposer une uniformité aux discours. Ainsi nous retrouvons tout un ensemble de termes qui, dans le contexte de la discussion d’amour, revêtent une signification particulière. Il sera souvent fait allusion à la « flamme » et à ses avatars (tels le « feu » et l’ « ardeur »), mais les cœurs seront également victimes des « charmes » ou bien percés de « traits » se trouvant alors réduits à la condition d’« esclaves » soumis et adorant leurs « liens », leurs « fers », ou leurs « chaînes ». Le personnage de Camille est d’ailleurs le parfait exemple de ce langage tendre si convenu qu’il en vient à perdre de son éclat et à se fondre dans un usage codifié. Mais mis en regard avec l’usage bien spécifique de ces termes, les mêmes mots sont employés pour renvoyer cette fois-ci à des situations parfaitement concrètes. L’auteur pousse même l’audace jusqu’à les confronter dans une même réplique. Ainsi Manlius, à la scène 4 du troisième acte, après avoir déploré l’inutilité de ses « feux » (v. 916) face au pouvoir du consul, évoque quelque vers plus loin l’image menaçante du « bûcher fatal » (v. 921) qui le brûlera effectivement pour le punir de s’être embrasé et consumé d’amour pour la même femme que convoitait son père. La flamme, image de l’amour tout puissant qui dévore le cœur de l’amant, est si ardente qu’elle risque, mais réellement cette fois, d’ôter la vie au jeune héros ; et il ne se piquera plus de mourir d’amour, mais l’amour lui-même devient le motif réel de sa condamnation à mort. Par ce procédé Mlle Desjardins souligne l’empire de l’amour qui ne s’en tient pas à des mots et à un vocabulaire convenus mais qui peut, dans les faits, aboutir aux effets dont il extrait ses métaphores. La jeune dramaturge tente ainsi de « dépoussiérer » et de raviver un langage qui tend à se figer et à n’être plus perçu que comme un moyen d’expression banal. En renvoyant l’image ou la figure à sa réalisation concrète elle lui redonne toute sa force, toute sa puissance évocatrice et la rend donc pleinement capable de susciter de l’émotion.

Elle va même parfois jusqu’à détourner la métaphore établie en en déplaçant légèrement le contexte et parvient ainsi à lui conférer une nouvelle signification. Lorsque Omphale se récrie :

Je ne forme des vœux que pour briser mes fers,
Et bien loin d’écouter ceux qui me sont offers
Mon cœur du consul mesme a méprisé la flâme[…]71

Elle oppose alors ses fers qui la maintiennent dans son état de captive des Romains, à ceux dans lesquels elles pourraient tomber si elle acceptait l’amour du consul. Cette comparaison implicite souligne avec vivacité sa répugnance à devenir la femme de Torquatus, ce qui, pour elle, ne lui permettrait pas de recouvrer sa liberté, bien au contraire. La proposition du consul apparaît d’autant plus inadmissible qu’elle reviendrait à renverser les codes de la rhétorique tendre plaçant Omphale, la maîtresse inflexible, dans le rôle normalement dévolu à l’amant, de la jeune personne prisonnière de son amant. Non plus inféodée à ses charmes, mais, cédant à la menace et au chantage voire à une situation avantageuse, soumise à son autorité et à son pouvoir.

Et n’est-ce pas encore jeu lorsqu’elle prête à Junius un discours, ultime tentative pour convaincre Torquatus d’épargner Manlius, où il insiste sur la qualité du jeune homme qui ne peut être traité comme « des ennemis, des Esclaves aux fers » (v. 1203-1204) alors même que ce dernier n’a de cesse de se présenter lui-même comme un esclave soumis, pris dans les fers d’Omphale ? Ce ne peut être non plus tout à fait innocemment qu’elle met dans la bouche de Junius le terme d’ « immoler » (v. 1203) qui renvoie à l’ensemble des métaphore empruntées au pétrarquisme (notamment celle de l’amour comme « feu » ou « flamme »). En effet il est bien question de dresser un « bûcher » pour l’exécution de Manlius72 qui ne se contente alors plus seulement de se consumer d’amour pour la princesse, mais qui est disposé à brûler vif afin de ne pas nuire à son honneur.

En marge de cette tentative pour renouveler un code ancien, Mlle Desjardins se laisse entraîner du côté d’une esthétique nouvelle et très en vogue à son époque : la galanterie. En effet, dans la casuistique tendre, l’aveu de son amour est pour la femme « un moment difficile et dangereux, une défaite qui marque presque fatalement la fin de son règne »73. Il apparaît alors que la jeune dramaturge cherche à se démarquer de la casuistique tendre, qui, telle qu’elle est pratiquée dans les années 1660, tend à devenir de plus en plus vaine, voire à la réactualiser du côté de la galanterie, lorsqu’elle prend la liberté de faire avouer à Omphale son amour de manière tout à fait explicite et sans grandes réticences (et ce dès la cinquième scène du premier acte !) :

Quand on aime beaucoup on craint toûjours un peu
Mon cœur n’est alarmé que parce qu’il soûpire,
J'ay veu sans m’ébranler la chûte d’un empire ;
Et dans vostre peril, je vous donne des pleurs
Que j’avois refusez à mes plus grands mal-heurs :
Prenez vous à l’amour de toute ma foiblesse,
Si j’avois moins de peur, j’aurois moins de tendresse,
Et mon superbe cœur par l’amour enflâmé
N'auroit jamais tremblé, s’il n’avoit point aimé.74

Loin d’user de figures d’atténuation ou de laisser des silences lourds de sens faire entendre son amour à sa place, c’est résolument qu’elle avoue, en recourant tout d’abord au vocabulaire tendre, que son cœur « soûpire », avant de se faire encore plus explicite lorsqu’elle évoque son « superbe cœur par l’amour enflâmé ». Par cet aveu, elle renonce à son pouvoir absolu sur son amant, et par la suite elle ne pourra plus paraître cruelle à Manlius.

Mais c’est avec le personnage de Torquatus, dont l’attitude contraste en tout point avec celles des deux amants, que Mlle Desjardins se rallie ostensiblement à l’esthétique galante. En cela elle reflète une des tendances de son époque car, à partir de 1650, la galanterie est devenue une des composantes essentielles de la tragédie au point de se confondre avec la matière première de celle-ci et d’offrir à l’amour la place prédominante à laquelle il ne doit normalement pas pouvoir prétendre75. La galanterie semble alors s’inscrire en réaction à l’affadissement des sentiments et des passions dont menace la rhétorique tendre avec son langage si codifié qu’il en deviendrait banal. Et c’est certainement pour cette raison que Jean-Michel Pelous met en lumière un « dualisme galant »76 qui est déchiré entre une vision idéaliste du sentiment et une nouvelle sensibilité qui n’a conservé que par tradition l’héritage ancien. D’ailleurs, l’une des premières répliques du consul vient justement illustrer ce « dualisme galant » lorsque, se retrouvant face à Omphale, il s’offusque, en des propos véhéments, de ses mépris (I, 3, v. 127-149). Sa réplique mêle un vocabulaire codifié – lorsqu’il apostrophe la princesse avec les termes d’ « adorable insensible », d’ « inhumaine beauté », d’ « ingrate » et qu’il lui reproche son « courage inflexible », et sa « cruauté » – et un langage qui donne à entendre les sentiments directement, sans aucun affadissement, sans chercher à atténuer sa « bouillante ardeur », ni à réprimer son incompréhension et sa révolte face au dédain de sa maîtresse et qui se marquent dans son discours par l’accumulation des phrases interrogatives. En outre, Torquatus ne répugne pas à lui faire valoir tous les sacrifices qu’il a consentit à faire pour « toucher » son cœur.

Le langage tendre colore donc tout son discours. En effet, il ne manque pas de souligner la « cruauté » de son « inhumaine » maîtresse qui, comme il se doit, se montre « insensible » et « inflexible ». Mais chez lui, ce langage spécifique n’est pas revalorisé de son sens premier comme il l’a été chez les deux amants par des références constantes au contexte qui est réellement fait de péril de mort et de captivité. Mlle Desjardins place donc dans la bouche de Torquatus une certaine rhétorique tendre mais sans prendre la peine cette fois-ci de lui redonner toute sa force. Il n’utilise ce langage figé que par pure convention. Et il n’est pas étonnant de le voir si promptement et avec tant de facilité se proposer, comme il est fréquent dans la rhétorique tendre, de « mourir d’amour » puisque lui, contrairement à son fils, ne s’en acquitte qu’en paroles (aucun véritable danger ne menace sa vie s’il fait le choix de préserver son amour) presque comme s’il s’agissait d’un passage obligé. Mais toute son ardeur ne peut être contenue par un vocabulaire aussi épuisé. En effet, le consul est un personnage éminemment passionnel auquel un discours aussi sérieux et codifié ne conviendrait nullement pour laisser éclater toute la violence des sentiments qui l’agitent. De plus il affecte l’inélégance de souligner tous les sacrifices, qui sont autant de bassesses et de trahisons voire de « crimes superflus » - puisque lui-même ne répugne pas à le confesser -, qu’il a pu concéder afin d’approcher son cœur. Ainsi il se targue d’avoir violé la promesse faite à son ami mourant.

Par ailleurs, Torquatus se comporte en être parfaitement galant, bien qu’il soit Romain, lorsqu’il choisit d’adopter un langage irrespectueux et néglige toutes les règles qui assujettissent un amant tendre. Nous le voyons donc se refuser à toute soumission, et à l’opposé de Manlius qui, tout récemment auréolé de gloire, déclare à Omphale :

Je viens mettre à vos pieds mes lauriers & ma gloire.
Princesse j’aime mieux vos fers que ma victoire,
Au Camp j’estois vainqueur de cent mille ennemis,
Icy je ne suis rien qu’un esclave soûmis:
Mais vivre dans vos fers, c’est l’honneur où j’aspire,
Et ce rang prés de vous vaut ailleurs un empire.77

Lui n’hésite pas à lui rappeler sa condition de vainqueur qui lui confère tout pouvoir sur sa captive, et lui fait entendre qu’il est donc peu judicieux de s’opposer aux « désirs de son cœur » (I, 3, v. 170-172). Mais son attitude heurte d’autant plus violemment le code tendre qu’il ne se contente pas de s’y soustraire, il le méprise ouvertement lorsqu’il s’abaisse à recourir à n’importe quel moyen pour parvenir à ses fins, ne dédaignant alors ni le chantage ni la menace. Car il s’agit bien de chantage lorsqu’il remet à Omphale le pouvoir de décider du sort de Manlius ainsi que du sien. Il rejette d’ailleurs sur elle, dont les « traits en touchant un seul homme, /Ont soûmis à leurs loix & le Senat & Rome », la responsabilité de cette situation (V, 1, v. 1303-1308). Et il se fait plus pressant, se moquant d’emporter un amour véritable dans la mesure où il aura su faire ployer cette inflexible maîtresse et l’aura soumise à sa volonté, quand il l’implore d’oublier sa vertu pour devenir « infidelle » et de satisfaire à ses désirs par un « prompt Hymen » (V, 1 v. 1327-1331). Ce qui est d’autant plus choquant qu’il n’attend nullement d’être réduit par le désespoir à supplier la princesse de l’aimer, mais c’est dès le premier acte qu’il lui fait miroiter les avantages d’une telle union et que nous l’entendons l’exhorter:

Servez-vous de vos yeux pour obtenir sa grace,
Du salut des vaincus tâchez d’estre le prix,
Vous le pouvez encore apres tant de mépris.
Ingrate, malgré moy je sens que je vous aime,
Voyez ce que je puis, aimez-moy pour vous-mesme.
Par un injuste orgüeil ne poussez pas à bout,
Un vainqueur amoureux, sur qui vous pouvez tout78

Torquatus nous offre donc dès le début un accès direct à ses sentiments puisqu’il refuse de les habiller du fard des métaphores propres au code tendre. Certes il y a recours, mais c’est davantage pour tenter de se hisser au rang d’Omphale et de la toucher à l’aide du vocabulaire qu’elle-même met en œuvre, que pour atténuer la violence de ses sentiments et éviter ainsi de les imposer à sa maîtresse. Tout en choisissant de lui faire incarner le « dualisme galant », Mlle Desjardins a enrichi son personnage d’une certaine complexité, au cœur même de la pièce : le déchirement entre les bienséances, les devoirs et la voix de la nature (qui se trouve favorisée par l’esthétique galante).

La différence entre les deux amants se trouve d’ailleurs résumer ainsi par Omphale :

O toy qui sçeus toûjours le secret de mon ame,
Phenice cher témoin d’une plus belle flâme,
Voy quelle ressemblance entre un pere & son fils,
Manlius se trouvant parmy mes ennemis,
En mille occasions a deffendu ma gloire,
Et bien loin d’abuser des droits de sa victoire,
Il méprise pour moy grandeurs, fortune, rang,
Et pour me proteger il expose son sang :
L'autre dans mon mal-heur insolemment me brave,
M'insulte, me menasse et me traitte d’esclave :
Ah ! Quelle différence entre ces deux amans.79

Cette réplique soulève une question : quelle est la nature de ce qui oppose Manlius et Torquatus ? En effet au-delà de la rhétorique mise en œuvre par chacun des deux hommes, le contraste saisissant qu’ils offrent semble bien refléter deux conceptions du héros tragique très différentes, pour ne pas dire opposées, voire contradictoires.

Manlius et Torquatus, deux esthétiques ? §

Comme Omphale ne manque pas de le souligner, il est assez surprenant qu’une telle différence d’ethos sépare un père et un fils. Mlle Desjardins semble même s’être appuyée sur cette « différence » fondamentale pour construire sa pièce. En effet, il n’est pas rare qu’elle ait choisi de montrer, comme en un jeu de miroir, le père et le fils confrontés au même type de situation l’un après l’autre. Cela a bien évidemment pour résultat de faire ressortir les divergences entre leurs deux caractères. Il est d’ailleurs assez fréquent qu’elle prenne soin de souligner cette opposition par l’intervention d’un troisième personnage qui se livrera alors à une comparaison entre les deux hommes.

Il en est ainsi dès la troisième scène du premier acte, où Torquatus entretient Omphale de l’amour qu’il nourrit à son égard ; puis il se retire et la laisse seule en compagnie de sa suivante, Phénice, à laquelle elle montre combien ses deux amants sont loin de se ressembler bien qu’ils soient du même sang, et, enfin, à la scène suivante, Manlius fait son apparition comme pour étayer et illustrer la comparaison. Donc, en l’espace de trois scènes, et ce dès l’ouverture de la pièce, Mlle Desjardins attire l’attention du spectateur sur les caractères opposés de personnages pourtant parents. Cet affrontement entre le père et le fils, non seulement n’aura de cesse tout au long de la pièce, mais encore se durcira jusqu’à précipiter la condamnation à mort du jeune homme, au dernier acte.

Alors que Manlius comprend et pardonne la faiblesse de son père qui n’a pas su résister aux charmes de la princesse (III, 3), et va même jusqu’à excuser cette soudaine passion en cette réplique révoltée : « Quoy* pour estre un Consul en-a-t-on moins un cœur ? » (v. 832), Torquatus, lui, se résout toujours, aux termes de ses longs monologues qui donnent à entendre son déchirement entre plusieurs passions, à condamner son fils afin d’éliminer un rival. Ainsi, à la fin de la première scène du quatrième acte, il balaie ses hésitations :

Ne consultons donc plus une vertu timide,
Qui donne à cette mort l’ombre d’un parricide :
Perdons sans balancer, un fils si dangereux,
Esteignons dans son sang ses temeraires feux :
Executons du sort l’arrest irrevocable :
C'est mon Rival, on l’aime, il est assez coupable.80

De même, à la cinquième et dernière scène du quatrième acte, Torquatus avoue céder entièrement à sa passion, même s’il reconnaît que son « cœur est peu d’accord avec luy-mesme » et se lamente de ne pouvoir opposer aux attraits d’Omphale qu’une vertu vacillante. Cependant, il cesse de voiler les réelles motivations de la condamnation à mort de son fils, et admet que presser le trépas de ce dernier c’est avancer son propre bonheur (IV, 1, v. 1029-1034). Et s’il exprime encore sa peine à prendre une décision, c’est pour mieux dissiper tous ses scrupules et justifier sa décision de tout sacrifier, y compris un fils, à son amour. Manlius, en revanche, non content de comprendre et d’excuser son père, revendique son châtiment et en défend la légitimité – car pour lui, avoir déplu à son père constitue un motif suffisant à une sanction si funeste – même s’il invoque sa clémence à l’égard de ses compagnons d’armes (V, 7, v. 1555-1566). Ainsi, si le héros ne semble jamais reconnaître la moindre culpabilité dans sa désobéissance aux ordres du Sénat – et cette faute ne sert d’ailleurs pas d’obstacle à son union avec Omphale –, en revanche il admet s’être rendu coupable d’aimer la même femme que son père. Et tandis que sa vertu éclate, celle de son père est réduite au silence par une passion qui l’aveugle au point de le persuader qu’il agit conformément à la justice puisqu’il s’exclamera encore, à la sixième scène du dernier acte :

Manlius n’est pas mort ? hé quel bras temeraire
A pû le dérober à ma juste colere ?81

L’opposition entre Manlius et Torquatus sous-tend assurément la pièce puisque le nœud se resserre de façon inéluctable au fur et à mesure que chacun des personnages, analysant des situations comparables à travers le filtre de leurs valeurs, décide de la conduite à adopter en de pareilles circonstances et s’affirme dans ce choix. Mais on peut aussi y voir, l’illustration ou la mise en œuvre de deux esthétiques différentes portées par ces deux personnages antithétiques. En effet, tout au long de la pièce, Manlius revêt le caractère du héros cornélien par excellence. Afin de susciter la pitié du public à l’égard de ce « premier acteur », Mlle Desjardins suit l’exemple de Corneille pour qui rendre le héros vertueux est la réponse à cette exigence de la tragédie et devient alors une nécessité technique82. Et pour donner à Manlius l’apparence de la perfection, elle s’emploie, comme le Sophocle français, « à distinguer le plan humain sur lequel le héros est parfaitement innocent du plan politique sur lequel il est estimé coupable »83. Omphale affirme cette innocence et selon elle, la culpabilité de Manlius n’est due qu’à son excès de vertu :

Vous estes de leurs traits l’innocente victime ;
Vous n’aurez pas si tost détesté leur pouvoir,
Et fait ceder l’amour aux rigueurs du devoir,
Que vous recouvrerez toute vostre innocence :
Racheptez vostre sang par un peu d’inconstance :
En vain les fiers destins paroissent irritez,
Vous estes innocent, si vous y consentez.84

Certes, il s’est laissé emporté par son désir de victoire et a désobéi aux ordres, mais cette erreur est à attribuer à la bouillante ardeur de sa jeunesse, comme nous le rappelle Junius. D’ailleurs tous les personnages s’efforcent d’innocenter le jeune homme, jusqu’au conseil des généraux, autorité suprême et figure de la justice militaire, qui sont tout disposés à ne pas considérer cet acte de bravoure comme une faute, ainsi que le reconnaît Torquatus. Seule la résolution d’intransigeance qu’il a affecté d’afficher les a convaincu de se rallier à l’avis de ce père inflexible (IV, 1, v. 989-992). Dès lors, Torquatus est isolé et la faute n’en est une que pour lui (que Camille n’hésite d’ailleurs pas à qualifier de « juge si suspect » au v. 796), mais comme il est le souverain, son jugement triomphe. Ce que ne manque pas de rappeler l’auteur dans son épître par la voix de Manlius afin de laver son héros de toute culpabilité et par-là même de réduire la décision de son père d’un exemple d’austère sévérité à une pure injustice motivée par des intérêts personnels. Donc en dehors de cette « faute », que justement Mlle Desjardins renonce à hisser au rang de faute tragique85 puisque « souvent ce n’est pas un crime / Qu’une heureuse témérité »86, le jeune héros est parfait. Elle va même plus loin en laissant dire à Manlius, en présence de la vertueuse Omphale, que cette désobéissance ne fait qu’accroître le caractère héroïque de sa victoire :

Et pour rendre ma gloire encore plus entiere,
Il m’estoit deffendu de donner le combat,
Et j’ay fait vaincre Rome en dépit du Senat.
Je viens mettre à vos pieds mes lauriers & ma gloire.87

D’ailleurs il n’est pas sans rappeler les héros cornéliens qui, tous, « parlent de leur gloire, invoquent leur générosité et leur vertu, qu’ils appuient sur la constance et la volonté, mettent en avant leur devoir (ce qu’ils se doivent) et leur honneur, justifient les actes les plus exaltés au nom de leur raison ; et ils ne soumettent leur irrépressible besoin de liberté qu’à leur amour »88. Ainsi, et comme nous avons pu le voir précédemment, Manlius est entièrement soumis à l’autorité paternelle et reconnaît son devoir filial, de plus, il fera toujours triompher son honneur au mépris même de sa vie et de son amour, et c’est ce qu’il affirme auprès de Camille :

Moy, former des desseins pour un enlevement ?
Me preservent les Dieux d’un tel aveuglement.
Je sçay trop que la gloire est chere à ma Princesse
Pour concevoir jamais un desir qui la blesse ;
Et mon cœur craint bien plus d’irriter ses appas
Qu'il ne craindroit les coups du plus cruel trépas.89

De fait la pièce elle-même, et c’est ce qui lui a été reproché, oscille entre deux conceptions de la tragédie. À la manière de Corneille, Mlle Desjardins place Manlius face à son père et consul qui a, par nature, tout pouvoir sur lui. De plus, elle construit son action de sorte que ce soit le héros lui-même qui marche obstinément à sa propre perte, refusant, au nom de son honneur, toutes les propositions qui lui sont soumises afin de le soustraire à une sentence fatale et injuste. Et c’est ainsi qu’elle nous le montre, malgré les craintes d’Omphale, courant vers son arrêt de mort :

Je vay chez le Consul sur cette confiance,
Il attend ce devoir avec impatience,
Sans craindre aucun peril, je cours m’en acquiter,
Un Amant fortuné n’a rien à redouter.90

Ce faisant elle intensifie le pathétique jusqu’à ce qu’un coup de théâtre vienne défaire le nœud et permettre un dénouement heureux. Elle opte donc pour une histoire simple (c’est-à-dire faite d’une seule intrigue) et pour une action complexe (avec un retournement qui inverse le cours des actions et permet d’aboutir au dénouement souhaité), comme le préconisait Corneille se fondant sur Aristote qui jugeait que c’était là la meilleure structure de l’action91. Il paraît d’ailleurs assez logique que notre auteur ait été influencé par la dramaturgie de Corneille qui faisait autorité à l’époque. Il n’est donc pas étonnant de constater que le personnage de Manlius relève de l’esthétique de la grandeur chère à Corneille et qu’analyse Georges Forestier92. En effet le jeune héros fait preuve d’un héroïsme élégiaque. C’est-à-dire qu’il se refuse à céder à la « tendresse de l’abandon », aux larmes et aux lamentations, qui sont d’usage dans l’esthétique du tendre93. Omphale et Manlius ne se résolvent pas à sacrifier leur amour aux intérêts politiques – Omphale pourrait pourtant, si elle cédait aux désirs du consul, délivrer son peuple de sa position de vaincu – même si cela les conduit inexorablement vers la mort. La gloire des deux amants consiste alors à « maintenir la tension élégiaque […] en dépit de la pression du politique94 ». Ainsi entend-on Manlius s’exclamer que son cœur « ne consultera plus que sa propre fureur » (III, 5, v. ). Mlle Desjardins rejoint donc l’esthétique de Corneille car si le spectateur éprouve de la pitié, c’est parce que « le destin des héros est tragique et non parce qu’ils se plaignent de ce que leur destin est tragique95 ».

Cependant, le personnage de Torquatus, contrairement à celui de Manlius, semble assez novateur. Si ce dernier est le héros de la pièce, il n’en demeure pas moins vrai que le consul en envahit tout l’espace. Et même lorsqu’il est absent il n’est question que de lui ! Il parvient à s’immiscer jusque dans les propos que s’échangent les jeunes amants et ce dès leur première rencontre, à la scène 5 de l’acte I. L’auteur s’est donc délibérément attardé sur ce personnage dont elle a pris soin de souligner la complexité. Notamment, en lui attribuant de longs monologues : à la scène 1 de l’acte II (38 vers), à la scène 1 de l’acte IV (50 vers), et un dernier plus modeste (8 vers) à la scène 5 de l’acte IV. Tandis que Manlius n’a droit qu’à deux monologues, le premier à la scène 3 (38 vers) et le second à la scène 5 (8 vers) du troisième acte. En cela Mlle Desjardins sème les prémices de ce que sera l’esthétique de Racine à partir de Britannicus (1670) et qui trouvera son plein aboutissement dans la pièce de Mithridate (1673). En effet, et le titre de Manlius Torquatus pour lequel avait été pris le privilège le prouve, le personnage du tyran amoureux se trouve au cœur de la pièce, tout comme le sera quelques années plus tard le héros éponyme de Racine. Nous ne pouvons pas évoquer une simple coïncidence, car, un an ne se sera pas écoulé que notre jeune dramaturge réitérera son expérience avec Nitétis, tragédie dans laquelle le tyran Cambise occupe une place prépondérante. D’ailleurs, dans cette deuxième pièce Mlle Desjardins semble s’être résolument tournée vers l’esthétique qu’adoptera Racine et qui donnera le jour, vingt ans plus tard, à la célèbre tragédie de Mithridate, tant les similitudes sont frappantes.

Tout d’abord, elle fait le choix d’un sujet initialement fondé sur une intrigue simple – au lieu de suivre l’exemple de Corneille qui choisissait des sujets initialement fondés sur une action complexe à retournement – : face à la désobéissance de son fils, son père et consul, Torquatus, décide de rendre la justice et le condamne à mort, qu’elle transforme en intrigue complexe, avec un retournement final qui voit le jeune Manlius épargné par son père. Toutefois Mlle Desjardins – et cela s’explique en partie par son inexpérience – n’est pas parvenue au degré de perfection qu’atteindra Racine et qui révèlera tout le génie de l’auteur de la pièce préférée de Louis XIV. Contrairement à lui, elle ne parvient à cette transformation qu’au prix d’une violation criante de l’histoire. Elle obtient donc la structure de l’action préconisée par Aristote et affectionnée de Corneille, mais ceci au détriment de l’histoire qu’elle n’hésite pas à réinventer. Toute la force de Racine, en revanche, est d’avoir su puiser dans les sources historiques un épisode qui permette de faire d’un sujet simple – la mort de Mithridate – un sujet à action complexe, enrichissant ainsi le pathétique qui provient alors non seulement du dénouement (la mort du héros) mais aussi des affrontements entre l’oppresseur et ses victimes. Notre auteur finira par réunir ce pathétique de natures différentes dans sa tragédie suivante, Nitétis, où il surgit à la fois de la mort du personnage central, Cambise, victime de son aveuglement, pleuré par son épouse, Nitétis, et des rencontres entre le tyran et ceux sur qui il exerce sa domination. Cependant les deux pièces qui nous occupent se rejoignent quant à la nature du coup de théâtre. Dans les deux cas, on ne peut parler de « conversion » du tyran, puisque, pour Torquatus comme pour Mithridate, il ne s’agit que d’une parenthèse, d’un épisode despotique suscité par des conditions particulières. L’oppresseur ne change pas subitement de dispositions mais il est tiré de son aveuglement et prend alors conscience de son erreur – même si, chez Mlle Desjardins, l’égarement de Torquatus n’est pas dissipé sans quelques maladresses. De plus, le consul n’est jamais cantonné à un caractère monolithique de tyran inflexible et insensible. Chacun des personnages qui l’entourent s’attachent à définir son éthos de consul respecté et apte à rendre la justice avec discernement. Ainsi dès l’ouverture, Camille s’exclame :

Les affaires publiques,
Doivent-elles bannir vos soucis domestiques ?
Et pour vaincre l’effort des communs ennemis,
Avez-vous méprisé la conduite d’un fils ?
J'approuve qu’un Consul adopte sa Patrie;
Mais de voir que par là sa gloire soit flestrie,
Et que sur son fils mesme on fasse un attentat,
Quand il se donne entier au salut de l’Estat,
C'est porter un peu loing les effets de son zele.96

Manlius lui non plus ne manquera pas de s’étonner du comportement de son père, en soulignant ainsi le caractère inhabituel :

Quoy le cœur du Consul cesse d’estre insensible ?
O Dieux ! ce changement seroit-il donc possible ?
As-tu bien entendu ? ne t’a-t-on point surpris ?
Rappelle Manlius, rappelle tes esprits
Cesse de te plonger dans cette peine extréme :
Sans doute on t’a surpris : Torquatus est le mesme :97

Mlle Desjardins prend le parti de faire ressortir la complexité du personnage – qui lui est indispensable pour justifier le revirement final – en le confrontant aux autres agonistes. Et en cela, elle se démarque de l’esthétique de Corneille qui, lorsqu’il s’intéresse au personnage de Pompée, a pris soin d’estomper préalablement tous les aspects troubles de son caractère – qui pourtant ne manquaient pas d’être attestés dans la littérature latine. Tous les personnages de Mlle Desjardins semblent unir leurs voix pour montrer que Torquatus avait en réalité l’étoffe d’un héros puisque tous soulignent ses valeurs héroïques : sa gloire, son honneur, sa vertu, sa générosité, etc. Mais, loin d’en faire un héros innocent et vertueux, qui, comme chez Corneille, exige la perfection, elle choisit, au contraire, de faire éclater toute la contradiction et l’imperfection de son personnage. Car il lui faut impérativement démontrer qu’un consul n’en est pas moins un homme, susceptible de se laisser infléchir par la voix de la nature, comme Torquatus s’en étonnera lui-même, à la fin de la pièce, encouragé par Junius à suivre cette inclination (V, 7, v. 1569-1571).

Mlle Desjardins se doit donc de donner à voir un caractère naturel afin de faire accepter la faiblesse du personnage ainsi que sa faillibilité. C’est cette même esthétique de la bonté médiocre (la vertu capable de faiblesse) que Racine mettra en œuvre d’abord dans Britannicus puis dans Mithridate et qu’il avait érigé en dogme dans sa préface d’Andromaque (1668)98. Mais avec d’autant plus d’aisance et d’habileté qu’il a trouvé dans l’histoire, là encore, la matière pour nourrir et asseoir ce caractère faillible aux multiples facettes. Ce que ne pouvait et/ou n’a pas su faire Mlle Desjardins avec son Torquatus. En revanche elle a déjà l’idée, pour renforcer l’impression de naturel du caractère, de l’opposer à d’autres personnages épisodiques qui, eux, présentent toutes les caractéristiques des héros parfaits cornéliens, tel Manlius qui, pareil à Xipharès, apparaît en jeune guerrier héroïque doublé d’un amant fidèle à la philosophie tendre, ou encore Camille, véritables parangons de vertu. La comparaison s’affirme davantage encore lorsqu’on met en regard Omphale et Monime qui sont toutes deux renvoyées à un dilemme fatal : épouser le souverain ou mourir. En effet, si Omphale souhaite sauver la vie de son amant elle doit céder à Torquatus, dans le cas contraire elle est bien résolue à le suivre dans la mort, ce qu’elle s’apprête d’ailleurs à faire à la scène 6 de l’acte V. Ces deux princesses sont assurément vertueuses et soucieuses de gloire, mais elles savent faire montre d’un naturel original en matière d’amour. À la lumière de ces comparaisons, il semble manifeste que Manlius présente un intérêt certain pour l’histoire du théâtre.

Il demeure néanmoins peu probable que la toute jeune Mlle Desjardins qui, en outre, s’essaie ici pour la première fois à la dramaturgie, ait été à l’origine de ce que Racine mettra en œuvre et amènera à son plein épanouissement lorsqu’il revisitera la « nouvelle tragédie » instauré par Corneille. D’ailleurs, ce procédé qui consiste à faire de l’opposant le personnage central d’une pièce de théâtre n’est pas sans rappeler le choix d’un autre dramaturge tout aussi célèbre. En effet, c’est également au tournant de ces années 1660 que Molière remporte un immense succès avec son École des Femmes, pièce dans laquelle apparaît un procédé qui deviendra récurrent dans son théâtre : le personnage à l’origine de l’obstacle est au cœur de la pièce car il est la source même du comique, et ce n’est plus à l’esclave du jeune prétendant que revient le premier rôle (comme c’était le cas dans les comédies à l’italienne). Or nous savons que Mlle Desjardins – même s’il est peu vraisemblable qu’elle ait joué dans la troupe de Molière, comme on l’a longtemps laissé entendre en se fondant sur une anecdote rapportée par Tallemant des Réaux – appréciait le travail de Molière puisque c’est sa troupe qui créa le Favory. Nous pourrions alors nous risquer à lui reconnaître d’avoir tenter d’appliquer cette esthétique, qui fit le succès et la renommée de Molière, à la tragédie nouvelle, certes, mais qui tendait déjà à se codifier, de Corneille, et d’avoir ainsi ouvert la voix à une esthétique originale qui trouvera son maître en Jean Racine.

Conclusion §

Nous avons donc pu voir que l’œuvre théâtrale de Mlle Desjardins reflète les esthétiques reconnues et appréciées en son temps (telles que celles d’un Corneille ou d’un d’Aubignac) et laisse déjà entrapercevoir les différentes influences encore naissantes (d’un Molière) ou les conceptions théâtrales à naître (comme celle d’un Racine) et qui finiraient bientôt par s’imposer. À ce titre elle revêt un intérêt tout particulier en tant que témoin de la recherche incessante d’une dramaturgie qui soit le plus possible en accord avec les attentes du public, et de la mise en œuvre progressive des différentes esthétiques qui en ont émergées. En cela, Manlius, nous révèle que si la critique, en 1662, ne pouvait accepter de voir la vérité historique sacrifiée au nom de la vraisemblance, c’est que l’esthétique de Corneille avait été adoptée et que c’était désormais en se fondant sur sa conception du théâtre que l’on jugeait les productions dramatiques. Et, contrairement à ce dernier, elle n’aurait pas pu prétendre au titre d’historien, car elle ne se sert de l’histoire que comme prétexte à son sujet. Et c’est là où se situe sa faiblesse. En effet, cédant à la facilité, et ils sont nombreux à son époque à le faire, elle n’hésite pas à bafouer l’histoire. Car, son sujet premier, ce sont les passions et elle utilise ses personnages comme des champs d’expérimentation. Mais le théâtre, bien qu’il soit certainement le genre le plus à même d’assurer une certaine notoriété à ses auteurs et de leur attirer la reconnaissance du roi, se révéla sûrement trop codifié pour lui permettre d’illustrer toute la violence et la complexité des sentiments. C’est sans doute l’une des raisons pour laquelle elle s’en détourna rapidement pour revenir au roman. En outre, si cette pièce ne fait pas œuvre d’historien, elle reflète, en revanche, les tâtonnements obstinés de ce genre dans sa quête insatiable de perfection, et à ce titre elle est susceptible d’intéresser l’historien.

Mais ce qui est également frappant dans le parcours de Mlle Desjardins c’est l’oubli dans lequel son œuvre – et particulièrement sa production dramatique – est tombée après le xviie siècle. Il lui aura donc fallu attendre la fin du xxe siècle pour voir sa bibliographie sérieusement établie et son œuvre de romancière mis en lumière et estimé. Mais ce ne sera qu’en septembre 2008 qu’elle sera véritablement connue et certainement reconnue en tant que dramaturge grâce au colloque intitulé « Madame de Villedieu et le théâtre », organisé par le GRAC et l’université Lumière Lyon 2.

Note sur la présente édition §

Manlius a été publiée pour la première fois le 27 octobre 1662, après avoir été représentée sur la scène de l’Hôtel de Bourgogne en mai 1662. Trois libraires se sont associés pour publier cette pièce : Claude Barbin [BnF – Tolbiac : YF-6856 ; Arsenal : 8-BL-14148 ; GD-13360 ], Gabriel Quinet [Bnf – Richelieu : 8-RF-7359, microfilm : R118968] et Guillaume de Luyne [BnF – Richelieu : 8-RF-7362, microfilm : R118962]. L’exemplaire de Claude Barbin [BnF – Tolbiac : YF-6856] a été utilisé pour établir le texte, car ce libraire fut l’imprimeur privilégié de Mlle Desjardins tout au long de sa carrière. Il nous est donc permis de penser que c’est d’abord vers lui qu’elle s’est tournée lorsqu’elle a souhaité faire publier son manuscrit. De plus le Privilège du Roy nous confirme que c’est Claude Barbin, qui le premier a pris un privilège pour Manlius Torquatus, avant de le partager avec Gabriel Quinet et Guillaume de Luyne. Au demeurant, tous les exemplaires conservés sont strictement identiques.

Description §

Description du volume §

1 volume in-12° de X – 81 p.

[I] page de titre

[II] verso blanc

[III – VIII] A MADEMOISELLE. (épître dédicatoire imprimée en italique)

[IX] recto blanc

[X] PERSONNAGES.

1 - 7999 Le texte de la pièce

[80 – 81] Extrait du Priuilege du Roy.

Description de la page de titre §

MANLIUS / TRAGI-COMEDIE. / Par MADEMOISELLE / DES IARDINS. / [fleuron de libraire (corbeille de fruits)] / A PARIS, chez CLAUDE BARBIN, au Palais, / sur le degré devant la saincte-Chapelle / au signe de la Croix. / [filet] / M. DC. LXII. / AVEC PRIVILEGE DV ROY.

Éditions ultérieures §

L’année de sa première publication à Paris, la pièce a été copiée à Amsterdam100 [BnF – Richelieu : 8-RF-7363]. L’édition parisienne de 1662 se retrouve également dans des recueils factices datés de 1664. Par la suite Manlius a fait l’objet de cinq éditions, de 1699 à 1741, à l’occasion de la publication des Œuvres Complètes de Mlle Desjardins : en 1699 à Rotterdam (BnF), en 1720 à Paris (BnF), en 1721 par la Compagnie des Libraires (conservée à Alençon), qui en font une réédition en 1740-1741 (BnF), et enfin en 1741 à Paris (conservée à Versailles).

Typographie §

Nous avons conservé la graphie et la ponctuation originales (sauf lorsqu’elles paraissaient fautives : voir ci-dessous), en y apportant toutefois les modifications d’usage qui nous ont paru indispensables à une parfaite compréhension du texte :

  • – distinction entre i et j et entre u et v ;
  • – suppression du tilde qui indiquait les voyelles nasalisées et décomposition des voyelles nasales en voyelle + consonne (dans la liste des personnages : « suivãte » et aux vers : 35 « ve`gé », 53 « n’õt », 54 « Te`ple », 261 « Cãp », 263 « l’hõneur », 306 « quãd », 336 « flãme », 681 « dõne », 988 « prese`ce », 1015 « n’appartie`t », 1044 « sçachãt », 1145 « dõt »)   ;
  • – ∫ est retranscrit s.

Remarque : Nous avons constaté des variantes orthographiques que nous avons conservées. Ainsi nous trouvons :

  • – advis et avis,
  • – desja (dans les cahiers A et E) et dé-ja (dans les cahiers B et D),
  • – droict (qui n’apparaît qu’une seule fois, dans le cahier B) et droit,
  • – méme et mesme,
  • – tiltre et titre,
  • – trepas, trépas et trespas,
  • – vefve et veuve.

Liste des corrections §

Les mêmes leçons ont été observées dans chacun des manuscrits consultés, qu’ils aient été imprimés par Claude Barbin, Gabriel Quinet ou Guillaume de Luyne.

Graphie §

  • - épître : « à » ; « eût »
  • - v. 62 : « àsa »
  • - v. 327 : « m’én »
  • - v. 387 : « ne me resistez-plus »
  • - v. 663 : « vueiller »
  • - v. 686 : « t’on soulagement »
  • - v. 715 : « un vainqueurinnocent »
  • - v. 728 : « j’adore »
  • - v. 752 : « vous aimezmieux »
  • - v. 832 : « en-a-t-on »
  • - v. 899 : « où »
  • - v. 999 : « annoncera »
  • - v. 1150 : « eut »
  • - v. 1212 : « frivolles »101
  • - v. 1221 : « bon-heur »
  • - v. 1279 : « Est-ce qu’on »
  • - v. 1283 : « menaçé »
  • - v. 1284 : « ble∫sé »
  • - v. 1296 : « dépend »
  • - v. 1397 : « causetous »
  • - v. 1512 : « dequoy »
  • - v. 1521 : « l’un deux »
  • - v. 1552 : « Ou »
  • - v. 1571 : « étoutez-là »

Ponctuation §

  • - épître : « de me dire. »
  • - v. 80 : « illustre Epoux, »
  • - v. 81 : « puissance entiere »
  • - v. 139 : « Recevez me, dit-il, »
  • - v. 158 : « le mépris du Sénat ? »
  • - v. 290 : « ardeur martiale ; »
  • - v. 304 : « toûjours un peu »
  • - v ; 324 : « trop assurez »
  • - v. 329 : « t’accable »
  • - v. 340 : « rien à redouter, »
  • - v. 343 : « les coups ; »
  • - v. 348 : « sur les mortels, »
  • - v. 349 : « un sacrifice : »
  • - v. 351 : « trop severe : »
  • - v. 371 : « balancée »
  • - v. 429 : « peine du trépas, »
  • - v. 431 : « j’observeray sans peine. »
  • - v. 465 : « Romain »
  • - v. 535 : « Je vous suy ? »
  • - v. 549 : « esté ; »
  • - v. 604 : « du consul, mesme »
  • - v. 612 : « injustice »
  • - v. 680 : « tremper ta main »
  • - v. 687 : « pour ton soulagement »
  • - v. 707 : « Reyne de l’univers »
  • - v. 739 : « que vous offre le sort ? »
  • - v. 764 : « cette precaution »
  • - v. 785 : « me contraindre ? »102
  • - v. 797 : « mon ame »
  • - v. 828 : « tes esprits »
  • - v. 849 : « chaîne »
  • - v. 864 : « qu’embarras »
  • - v. 940 : « ce transport »
  • - v. 945 : « la mesme tendresse ; »
  • - v. 955 : « j’espere cruel que »
  • -v. 960 : « un moment »
  • - v. 995 : « mon courroux »
  • - v. 996 : « jaloux »
  • - v. 1028 : « la mort : »
  • - v. 1140 : « tes forfaits »
  • - v. 1216 : « tu tiens »
  • - v. 1416 : « lumiere du jour, »
  • - v. 1497 : « meriter cruel toute »

Un astérisque (*) à la fin d’un mot invite le lecteur à se reporter au glossaire pour y trouver la définition de ce terme en vigueur au xviie siècle et dont l’acception actuelle différerait.

MANLIUS
TRAGI-COMEDIE. §

A MADEMOISELLE103 §

MADEMOISELLE,

Les hommages que vostre ALTESSE ROYALE reçoit tous les jours, me deffendent presque d’esperer, que mes respects ne puissent trouver place parmy la foule des Illustres* adorateurs de vostre Vertu : Je crains avec raison, ce me semble, d’estre étouffée dans cette glorieuse*presse*. Mais il faut oser quelque chose pour s’acquitter de son devoir, et toutes les Augustes qualitez de vostre Personne Royale, ont fait une si douce violence à nostre jeune Manlius, que, sans considerer ses deffauts, il vient audacieusement se jeter aux pieds de la plus merveilleuse Princesse qui soit aujourd’huy dans le monde. En vain je luy ay representé qu’en ces rencontres, il faut pour le moins estre conduit par ces grands Auteurs que leur merite a rendus les Roys du Théatre; Que dans une si haute entreprise les applaudissements vulgaires 104 sont un foible appuy, & que les lumieres de vôtre ALTESSE ROYALE ne trouvent rien qu’elles ne penetrent.

Il dit que par tout l’Univers,
On sçait que Manlius estoit un temeraire*,
Qu'il eut tousjours ce caractère,
Et dans l’Histoire, & dans mes Vers,
Et que, deut-il servir mille fois de victime;
A l’austere severité*,
Il veut faire advouër à la Posterité,
Que souvent ce n’est pas un crime
Qu'une heureuse temerité.

C’est, MADEMOISELLE, dans cette pensée qu’il a eu l’audace d’abuser de vostre bonté en dérobant à vostre ALTESSE ROYALE quelques heures de son loisir, et c’est par ce mesme mouvement* qu’il ose aujourd’huy vous demander l’honneur de vostre Protection. S'il est si heureux que de l’obtenir, elle luy donnera une vie dans les Siecles à venir, beaucoup plus Illustre* que la vie que je luy ay donnée dans ce Poëme. Tel a blâmé mon indulgence, qui la trouvera digne d’une loüange immortelle, quand il sçaura que ce Heros devoit un jour estre avoüé105de vostre ALTESSE ROYALE. Apres cela n’est-il pas vray de dire, qu’il y a des temeritez si heureuses qu’elles ne sont jamais criminelles ? Et ne dois-je pas esperer, que sur un exemple si fameux, il me sera permis de me dire,

MADEMOISELLE,

De Vostre Altesse,

La tres-humble, tres-obeïssante,

& tres-soûmise servante,

DES JARDINS.

PERSONNAGES. §

  • TORQUATUS, Consul Romain.
  • MANLIUS, Fils du Consul.
  • CAMILLE, Vefve de Decius106.
  • OMPHALE, Princesse d’Epire captive des Romains.
  • JUNIUS, Amy de Torquatus.
  • PHENICE, Suivante d’Omphale.
  • PISON, Licteur107.
La Scene est au Camp des Romains108 devant les Tentes du Consul.
[A, 1]

ACTE I. §

SCENE I. §

CAMILLE, PISON.

CAMILLE.

Puis-je croire, Pison, cette estrange109 nouvelle ?

PISON.

Madame, je la tiens d’une bouche fidelle*.
Cét amour110 pris naissance au Camp111 de Decius112,
Où servoit dans ce temps le jeune Manlius;
5 Mais n’osant esperer que pour cette Alliance
Le Consul ait jamais la moindre complaisance,
Il déguise avec soin la folle passion,
Sous le masque trompeur de la compassion.
Sur ce pretexte adroit secretement Omphale
10 En reçoit mille effets d’une ardeur* sans égale:
Pour moy, que les bontez de vostre illustre* Epoux, {p. 2}
Jusques113 à mon trépas attacheront à vous,    
Et qui dés en naissant appris de ce grand homme,
Qu'il faut tout mépriser pour la gloire de Rome,
15 Sçachant qu’à Torquatus vostre cœur est promis,
Et qu’ainsi vous prenez interest* en son fils114,
J'ay voulu vous donner cette marque de zele.

CAMILLE

Je sçauray reconnoistre une ardeur* si fidelle*,
Repose*-t’en sur moy, va, j’en prends le soucy*115
20 Mais je voy Torquatus, laisse-nous seuls icy.

SCENE II. §

TORQUATUS, CAMILLE.

TORQUATUS.

Quoy, si matin, Madame, estre hors de la Tente ?
Qui vous peut aujourd’huy rendre si diligente ?

CAMILLE.

Une triste moitié du plus grand des Heros
Apres l’avoir perdu gouste peu de repos,
25 Le tumulte du camp, les cris, et les alarmes* {p. 3}
Estant un grand obstacle à mes trop justes larmes,
Honteuse de me voir parmy tant de soldats,
Et voulant d’un Espoux honorer le trépas,
Pour m’acquitter dans peu116 de ce dernier office,
30 Je m’en allois presser* le jour du sacrifice ;
Mais puis que les effets d’un illustre soucy*
Me font heureusement vous rencontrer icy,
Puis-je vous advertir que dans vostre famille
On a fait ceder Rome aux charmes* d’une fille ;
35 Et qu’Omphale a vengé tous les malheurs des siens,
En mettant ses vainqueurs dans ses propres liens ?

TORQUATUS, bas.

Dieux, m’auroit-on trahy ?117 Que dites-vous ? Madame.

CAMILLE.

Que Manlius espris d’une honteuse flâme*,
Veut reparer les maux que l’Epire a soufferts,
40 Et que d’une captive il a receu des fers*.

TORQUATUS, bas.

Quoy ? mon fils, mon Rival ?

CAMILLE.

            Les affaires* publiques,
Doivent-elles bannir vos soucis* domestiques ?
Et pour vaincre l’effort* des communs* ennemis,
Avez-vous méprisé la conduite d’un fils ?
45 J'approuve qu’un Consul adopte sa Patrie;
Mais de voir que par là sa gloire soit flestrie,
Et que sur son fils mesme on fasse un attentat*,
Quand il se donne entier au salut de l’Estat,
C'est porter un peu loing les effets de son zele.

TORQUATUS, bas.

50 Feignons de ne pas croire une telle nouvelle.
Connoissant Manlius, je ne sçaurois penser {p. 4}
Qu'aux loix d’une captive il daigne s’abaisser.
Ses pareils n’ont jamais d’amour que pour la gloire,
Et ne forment des vœux qu’au Temple de memoire :
55 Manlius est Romain, il est né de mon sang,
Et n’a pas oublié ny son nom, ny son rang.

CAMILLE.

N'en croyez pas, Seigneur, ces titres honorables,
Les pieges de l’amour sont presque inévitables,
Il remplit les esprits de vaines* fictions118
60 Il s’erige en auteur des grandes actions,
Et colore si bien ses feux* et sa foiblesse,
Qu'un Heros croit devoir sa gloire à sa Maistresse,
Le jeune Manlius s’estime genereux*
Quand il sert dans les fers* un objet* mal-heureux ;
65 Et ces mesmes appas* pour qui119 son cœur soupire,
Ne l’auroient pas touché sur le trône d’Epire :
Ce sont là de l’amour les nobles mouvemens*,
Qui ne sont inspirez qu’aux illustres* Amans* ;
Et quand on reconnoist son injuste puissance,
70 Il faut fouler aux pieds le rang et la naissance:
Pensez-y donc, Seigneur : dans un pareil hazard*,
Pour peu que l’on differe, on y songe trop tard :
Je sçay de bonne part que cette affaire* presse*,
Manlius vient icy pour y voir la Princesse :
75 Il arrive, dit-on.

TORQUATUS.

        Si c’est de cét advis*
Que vous naist le soupçon de l’amour de mon fils,
Perdez en ce moment cette fausse croyance,
Il vient pour reparer sa désobeïssance :
Ce jeune audacieux méprisant mon courroux ;
80 Et voyant que la mort de vostre illustre* Epoux
Luy laissoit dans le Camp une puissance entière,
Se laissant emporter à son ardeur* guerrière,
Malgré l’ordre precis, de Rome et du Senat {p. 5}
[A ]contre les Latins hazardé* le combat,
85 Et bien qu’il ait vaincu, pour mieux faire connoistre
Combien sur les Romains le Senat est le maistre : 120
Je croy que son trépas est la punition
Qui se doit imposer à son ambition.

CAMILLE.

Elle sera, Seigneur, sans doute plus legere :
90 Ce vaillant criminel a pour juge son Pere,
Et l’on ne mettra pas au nombre des defauts
Un peu trop de chaleur* dans un jeune heros :
A ces nobles transports*, il joindra la prudence,
Quand il aura du temps acquis l’experience,
95 Par sa boüillante ardeur* sa vertu se produit,
Et vos sages conseils en meuriront le fruit :
Mais pour faire, Seigneur, que par tout121 il les suive,
De grace empeschez-le de revoir la captive ;
L'amour est si subtil122 qu’il se glisse aisément,
100 Il entre dans les cœurs sans qu’on sçache comment ;
Une ame le nourrit long-temps sans le connoistre,
Et quand par son addresse, il s’en est rendu maistre,
Semblable à la Vipere, il déchire le flanc,
Dont il avait sucé la substance & le sang :
105 Dérobez vostre fils à cette destinée :
Je sçay qu’il se propose un indigne Hymenée*,
Défiez-vous de tout, les Amans* sont rusez ;
Et sur tout, les Amans* qui sont favorisez.

TORQUATUS.

Reposez*-vous sur moy, l’affaire* m’interesse* :

CAMILLE.

110 Pour vous en éclaircir, parlez à la Princesse,
Elle devoit me suivre icy dans un moment : {p. 6}
Tâchez de penetrer123 un peu son sentiment.
La voicy : je vous quitte.

SCENE III. §

TORQUATUS, OMPHALE[, PHENICE].

TORQUATUS.

            He bien, belle inhumaine*,
Ne vous rendrez vous point à la grandeur Romaine ?
115 Executerez-vous d’un coup d’œil enchanté124
Ce que Mars & Bellonne125 ont vainement tenté ?
Ne puis-je voir cesser un si cruel Martire,
Et voyant à vos pieds un Consul qui soûpire,
Voulez-vous égaler par de cruels dédains
120 Les maistres de la Terre au reste des humains126 ?

OMPHALE.

N'insultez plus, Seigneur, à127 cette infortunée*,
Laissez borner aux fers* ma triste destinée,
Tant de discours flatteurs prononcez sans dessein,
Sont des amusemens128 indignes d’un Romain :
125 Je sçay le peu d’attraits dont le ciel m’a pourveuë ;
Et le sort m’a laissé du sens* & de la veuë.

TORQUATUS.

{p. 7}
Quoy* tousjours opposer cette extréme froideur,
Aux sinceres effets* de ma bouïllante ardeur* ?
Vous doutez de mes feux*, adorable* insensible,
130 Et rien ne peut toucher ce courage* inflexible ?
J'auray donc fait pour vous cent crimes superflus,
En violant la foy* donnée à Decius,
Quand tout étincellant de la noble furie*,
Qui le fit immoler au bien de sa Patrie129,
135 Pour un gage eternel d’une ardente* amitié,
Il me fit un present de sa digne moitié ?
Recevez, me dit-il, ce bien inestimable,
Camille n’eut jamais icy bas de semblable.
Ce fut par ses vertus* qu’elle engagea ma foy*,
140 Qu'elle recouvre en vous ce qu’elle perd en moy,
Je luy promis grands Dieux, & sur cette promesse,
Il courut à la mort tout remply d’allegresse ;
Et cependant, ingrate, un regard de vos yeux
Fit taire dans mon cœur ces manes130 glorieux* :
145 Je méprise pour vous cette illustre* Romaine ;
Et mon amour n’obtient que froideur & que haine ?
Apres tous ces effets* de vostre cruauté*,
Voulez-vous mon trépas, inhumaine* beauté ?
Parlez, voicy ma main, si la vostre est timide*.

OMPHALE.

150 Me preserve le Ciel d’un si grand homicide,
Le Senat est l’Auteur de tous mes déplaisirs ;
Mais je le hay bien moins que les lâches desirs :
Si l’amour me déplaist, je deteste le crime, {p. 8}
Et de mes ennemis j’ayme si fort l’estime,
155 Qu'un des plus puissans traits dont mon cœur vous combat*,
C'est la peur d’attirer le mépris du Senat.
Que penseroit de moy cette assemblée auguste,
Si je souffrois* l’effet d’un amour si peu juste ?
Non, non, contentez-vous, Seigneur, de mon respect,
160 D'un cœur comme le mien l’amour seroit suspect:
Les fers* que j’ay receus ont endurcy mon ame
Et bien loin d’approuver l’ardeur* de vostre flâme*,
Quand je songe à l’éclat* de mes honneurs passez,
Si mon cœur vous estime, il croit en faire assez.

TORQUATUS.

165 Portez, portez plus loin cet orgüeil indomptable,
Vostre mépris est juste & mon amour blâmable,
Cette noble fierté pour un Consul Romain131,
Nous fait voir un courage* au dessus de l’humain.
Je ne sçaurois blâmer une si belle audace*,
170 Mais pour n’oublier rien, souvenez-vous de grace,
Que vous ménagez mal les desirs de mon cœur,
Et que malgré mes feux*, je suis vostre vainqueur.

OMPHALE.

Mon Pere mort, mes fers*, vostre insigne victoire,
Ne sont que trop presens à ma triste mémoire,
175 Les destins obstinez à me persecuter,
M'ont osté pour jamais les moyens d’en douter,
Et je n’ai pas besoin que vostre orgüeil s’en vente132,
Mais ce nom de vainqueur n’a rien qui m’épouvante,
On ne redoute rien quand on brave la mort : {p. 9}
180 Vous-mesme apprehendez l’inconstance du sort ;
Cette audace*, Seigneur, peut estre reprimée,
Le Ciel me laisse un frère & de plus une armée,
C'en est peut-estre assez pour sortir de vos mains,
Nos soldats ont eu l’art de vaincre les Romains,
185 S'ils ne l’ont oublié je vous feray connoistre,
Que celles de mon rang n’ont point icy de maistre.

TORQUATUS.

Quoy vous n’avez espoir qu’en un mal-heureux Roy,
Que les Arrests du sort doivent à nostre loy133 ?
Et que peut de ses gens une foible poignée,
190 Que par pitié Decie134 a sans doute épargnée,
Contre un peuple vainqueur & qu’on voit aujourd’huy
Traîner par135 l’univers la victoire apres luy ?
Opposez-vous plustost à cette vaine* audace,
Servez-vous de vos yeux pour obtenir sa grace,
195 Du salut des vaincus tâchez d’estre le prix,
Vous le pouvez encore apres tant de mépris.
Ingrate, malgré moy je sens que je vous aime,
Voyez ce que je puis, aimez-moy pour vous-mesme.
Par un injuste orgüeil ne poussez pas à bout,
200 Un vainqueur amoureux, sur qui vous pouvez tout :
Car je jure des Dieux la puissance adorable*,
Que si je vous retrouve encore inexorable,
A la face du Ciel avant la fin du jour,
Torquatus vengera sa gloire & son amour.
Il sort.

SCENE IV. §

{p. 10}
OMPHALE, PHENICE.

OMPHALE.

205 Voila pour me charmer un aymable langage,
C'est ainsi qu’on fléchit un genereux* courage*,
L'injure136, le mépris, la menace & l’orgüeil,
Sont pour le cœur d’Omphale un dangereux Ecüeil.
Fais craindre ton courroux à des ames plus basses ;
210 La mienne est au dessus de toutes tes menasses,
C'est à d’autres attraits que mon cœur s’est rendu,
Et contre ton amour il est bien deffendu.
O toy qui sçeus toûjours le secret de mon ame,
Phenice cher témoin d’une plus belle flâme*,
215 Voy quelle ressemblance entre un pere & son fils,
Manlius se trouvant parmy mes ennemis,
En mille occasions a deffendu ma gloire,
Et bien loin d’abuser des droits de sa victoire,
Il méprise pour moy grandeurs, fortune, rang,
220 Et pour me proteger il expose son sang :
L'autre dans mon mal-heur insolemment me brave,
M'insulte*, me menasse et me traitte d’esclave :
Ah ! Quelle différence entre ces deux amans*. {p. 11}

PHENICE.

Ils la trouvent pareille entre vos sentimens137,
225 Car bien que leurs deux cœurs portent la mesme chaîne,
L'un a vostre tendresse et l’autre a vostre haine.

OMPHALE.

He pourrois-je Phenice en user autrement ?
Ce vaillant défenseur, cet agreable amant*,
Ose à peine parler du feu* qui le dévore,
230 Ses seules actions m’apprennent qu’il m’adore* :
Il s’explique en tremblant, il me parle des yeux138,
Au lieu que son rival d’un front139 audacieux,
Sans respecter en moy le rang d’une Princesse,
Me parle insolemment de l’ardeur* qui le presse*,
235 Et se vante à mes yeux du tiltre de vainqueur,
Comme si sa conqueste allait jusqu’à mon cœur.
Mais que semble annoncer sa derniere menasse ?
Remarque par quels mots s’explique son audace ;
A la face du Ciel avant la fin du jour,
240 Il vengera, dit-il, sa gloire & son amour,
Dieux ! N'en voudroit-il point aux jours de ce que140 j’aime :
Phenice, qu’en dis-tu ?

PHENICE.

            Consultez-le luy-mesme.
Le voicy qui s’avance.

OMPHALE.

            En croiray-je mes yeux ?

SCENE V. §

{p. 12}
OMPHALE, MANLIUS, PHENICE.

MANLIUS.

Croyez-en vostre cœur, s’il vous en parle mieux,
245 Quel sera mon bon-heur, adorable* Princesse,
Si pour moy ce grand cœur s’émeut & s’interesse* ?
Dieux, que je suis heureux si presque en méme jour141,
Je suis favorisé de Mars & de l’amour !
Desja d’un de ces Dieux je tiens une couronne,
250 J'ay cüeilly des lauriers que la gloire moissonne,
La mort des ennemis & leur captivité
M'ont ouvert le chemin de l’immortalité,
De leurs chefs* couronnez j’ay couvert la poussiere,
Et pour rendre ma gloire encore plus entiere,
255 Il m’estoit deffendu de donner le combat142,
Et j’ay fait vaincre Rome en dépit du Senat.
Je viens mettre à vos pieds mes lauriers & ma gloire.
Princesse j’aime mieux vos fers* que ma victoire,
Au Camp j’estois vainqueur de cent mille ennemis,
260 Icy je ne suis rien qu’un esclave soûmis:
Mais vivre dans vos fers*, c’est l’honneur où j’aspire, [B, p. 13]
Et ce rang prés de vous vaut ailleurs un empire.

OMPHALE.

Helas ! Si le courroux des destins irritez,
Se bornoit pour jamais aux fers* que vous portez,
265 Le sort m’attaqueroit avec de foibles armes ;
Et dans ses cruautez*, je trouverois des charmes*,
J'apprendrois de l’amour, l’art de vous secourir,
S'il a peu vous blesser, il pourroit vous guerir,
Ce dieu qui par mes yeux alluma vostre flâme*,
270 Par leurs tendres regards soulageroit vostre ame ;
Et vos propres tourmens feroient des envieux,
Si vous n’aviez qu’Omphale à craindre dans ces lieux:
Craignez plus justement le Consul vostre pere,
Vous sçavez à quel point son humeur* est severe*,
275 Sans doute il traittera comme un pur attentat*,
Un combat contre l’ordre & les loix du Senat.
Quel seroit mon mal-heur si par cette victoire,
La source de mes pleurs naissoit de vostre gloire ?

MANLIUS.

Pour me vouloir du mal, il est trop genereux*,
280 On n’est jamais coupable alors qu’143on est heureux,
Rome auroit déclaré ma prudence honteuse
Si ma temerité la rend victorieuse,
Le bon-heur du succez couronne le forfait,
Et quand on a vaincu, l’on a tousjours bien fait.

OMPHALE.

285 Soit foiblesse ou raison je crains cette conqueste ;
Helas ! Si les lauriers qui couvrent vostre teste
Estoient pour vostre front un ornement mortel,
Ainsi qu’à la victime en allant à l’autel144,
Que deviendroit, Seigneur, la mal-heureuse Omphale ? {p. 14}
290 De grace, écoutez moins cette ardeur* martiale,
Dont les boüillans transports* vous font tout mépriser :
Dé-ja cette chaleur* vous a fait trop oser :
Le mépris pour les loix est une grande offence,
Veuille le juste Ciel tromper ma défiance ;
295 Mais certains mouvemens* se glissent dans mon cœur
Qui le glacent pour vous de crainte & de terreur ;
Je crains les loix, l’estat & mesme la nature,
Elle vous détruira dans cette conjoncture,
Et peut-estre, qu’helas ! vos plus grands ennemis
300 Seront ces noms sacrez, & de Pere & de Fils :
Ciel détournez l’effet d’un si sanglant presage.

MANLIUS.

Quoy, la crainte surmonte ainsi ce grand courage* ?
Omphale peut trembler ?

OMPHALE.

            Accusez-en mon feu*,
Quand on aime beaucoup on craint toûjours un peu,
305 Mon cœur n’est alarmé* que parce qu’il soûpire,
J'ay veu sans m’ébranler la chûte d’un empire ;
Et dans vostre peril, je vous donne des pleurs
Que j’avois refusez à mes plus grands mal-heurs :
Prenez vous à l’amour de toute ma foiblesse145,
310 Si j’avois moins de peur, j’aurois moins de tendresse,
Et mon superbe* cœur par l’amour enflâmé
N'auroit jamais tremblé, s’il n’avoit point aimé.

MANLIUS.

{p. 15}
Apres un tel discours qui pourroit me détruire ?
Mortels audacieux, conspirez pour me nuire,
315 Empruntez s’il se peut, pour avancer ma mort,
Les traits envenimez de la rage du sort,
Au faiste du bon-heur où l’on me voit atteindre
De vos foibles efforts*, je n’ay plus rien à craindre :
La foudre desormais est au dessous de moy ;
320 Et le Ciel tomberoit sans me donner d’effroy ;
Ouy, Princesse adorable*, autant que magnanime,
Cette crainte obligeante est maintenant un crime,
Mes jours sont immortels, s’ils vous sont consacrez,
Et puis qu’ils vous sont chers, ils sont trop assurez.
325 Je vay chez le Consul sur cette confiance,
Il attend ce devoir avec impatience,
Sans craindre aucun peril, je cours m’en acquiter,
Un Amant* fortuné* n’a rien à redouter.

SCENE VI. §

{p. 16}
OMPHALE, PHENICE.

OMPHALE.

Ha ! que tu connois mal le destin qui t’accable,
330 Peut-estre ton amour va te rendre coupable,
Ton esprit aveuglé choisit pour protecteur,
Celuy qui de tes maux sera l’unique auteur,
Et je crains bien, helas ! que cette mesme flamme*,
Ne tranche, grand Heros, ta glorieuse* trame146,
335 Que ce soit ton bon-heur qui te prive du jour,
Et que ton plus grand crime enfin ne soit l’amour.
Cependant abusé d’une fausse apparence*,
Tu mets en cét amour toute ton esperance,
Sans craindre me dis-tu, je cours m’en acquitter,
340 Un Amant* fortuné* n’a rien à redouter ;
Comme Amant* fortuné*, redoute toute chose,
Ce tiltre de ta mort sera la seule cause,
Comme Amant* fortuné* tu sentiras les coups,
Et d’un juge rival, & d’un pere jaloux ;
345 Mais les Dieux immortels protegent l’innocence
Du147 sejour glorieux* où règne leur puissance,
Par un effet divin de leurs soins paternels,
Leurs yeux incessamment veillent sur les mortels :
Allons donc dans ce Temple offrir un sacrifice,
350 Pour nous rendre le Ciel, s’il se peut plus propice.

Fin du premier Acte.

{p. 17}

ACTE II. §

SCENE I. §

TORQUATUS, seul.

Vertu, Romains, Senat, Loix, devoir trop severe*,
Qui voulez arracher Manlius à son Pere !
Dure necessité de voir couler un sang,
Dont la nature a mis la source dans mon flanc !
355 Dignité de consul, cruelle soif d’estime
A qui mon propre fils doit servir de victime !
Amour de mon Païs qui me fustes148 si cher,
Un pere mal-heureux ne peut-il vous toucher ?
Dois-je vous immoler un fils couvert de gloire
360 Et luy donner la mort pour prix d’une victoire ?
Ne sçaurois-je accorder dans ce peril mortel,
L'amour de la patrie & l’amour paternel,
Et faut-il etouffer les sentiments d’un homme,
Quand on veut acquerir les loüanges de Rome ?
365 Nature, amour, pitié, mouvemens* confondus,
Triomphez s’il se peut, ou ne combattez* plus.
Que mon devoir vous cede, ou rendez luy les armes,
Je n’ay que trop souffert de vos rudes alarmes* ,
Il est temps que mon cœur elise un souverain, {p. 18}
370 Et qu’il soit aujourd’huy tout pere ou tout Romain.
Qu'entre ces deux parties mon ame est balancée*,
Que de troubles divers regnent dans ma pensée,
D'un & d’autre costé je voy briller un prix,
Rome offre de la gloire & la nature un fils.
375 O Dieux peut-on choisir dans cette conjoncture ?
Confondez vos presens & Rome & la nature,
Je ne puis accepter un choix si dangereux,
Donnez-moy l’un & l’autre, ou m’ostez tous les deux,
Mais, pourquoy balancer* une mort resoluë ?
380 La perte de mon fils n’est-elle pas concluë ?
L'amour plus que les Loix a signé son Arrest,
Et je dois son trepas à mon propre interest* ;
Omphale me méprise & l’ingrate l’adore*,
C'est mon rival, on l’aime & je consulte* encore,
385 Je tremble, je fremis, ha ! c’est trop combatu*,
La nature vous cede amour, Senat, vertu,
Ne me resistez plus importune tendresse,
Vous avez contre vous & Rome & la Princesse,
Cedez à mon amour, cedez à mon devoir. {p. 19}

SCENE II. §

TORQUATUS, JUNIUS.

JUNIUS.

390 Seigneur, c’est Manlius qui demande à vous voir :

TORQUATUS.

Qu'il approche, ô mon cœur* garde-toy de t’abattre149.

SCENE III. §

TORQUATUS, MANLIUS, JUNIUS.

TORQUATUS.

Venez-vous demander un ordre pour combattre*,
Ou si vous avez crû que parmy les Romains,
Un pere & le Senat sont des fantômes* vains* ?
395 Quand vous avez risqué toute la republique, {p. 20}
Avez-vous crû monstrer un courage* heroïque ?
Faire voir qu’un vainqueur est au dessus des loix,
Et qu’on peut tout braver quand on soûmet des Rois,
Ces sentimens sont beaux & cette noble audace*,
400 Vous fera prendre icy pour le Dieu de la Trace150,
Apres un tel exploict il vous faut un Autel,
Quand on méprise Rome, on doit estre immortel.

MANLIUS.

J'ay trop de confiance en la valeur Romaine,
Pour avoir crû, Seigneur, la victoire incertaine,
405 Mon cœur* auroit tremblé pour le peuple Latin,
Mais l’ardeur* des Romains m’assuroit du destin :
Les mener au combat, c’est courir à la gloire :
On diroit qu’ils ont l’art d’enchaîner la victoire,
Ils la trainent par tout, elle suit tous leurs pas,
410 Et doit une conqueste à leurs moindres combas :
Pouvois-je donc, Seigneur, avoir l’ame alarmée* ?

TORQUATUS.

On sçavoit mieux que vous la valeur de l’armée :
Quand on vous deffendit de donner le combat :
Avez-vous meilleur sens* que n’a tout le Senat ?
415 Depuis quand avez-vous assez d’experience,
Pour estre dispensé de son obeïssance ?
Dites-nous vostre rang, vos vertus, vos exploits,
Enfin ce qui vous met au dessus de nos loix.

MANLIUS.

Le nom de Manlius, mon sang & ma naissance,
420 Sont, Seigneur, mes exploits & mon experience,
C'est pour m’authoriser un droict assez puissant,
Les Romains de mon nom triomphent en naissant. {p. 21}

TORQUATUS.

Les Romains de ce nom craignent sur toute chose,
De ne pas observer la loy qu’on leur impose,
425 A ce premier devoir ils feroient tout ceder,
Et sçavent obeir s’ils sçavent commander.
Cette reigle est pour vous difficile à comprendre,
Mais avant qu’il soit peu, je sçauray vous l’apprendre,
Ne quittez pas le Camp sur peine151 du trépas.

MANLIUS.

430 Ordonnez donc, Seigneur, qu’on ne l’attaque pas,
Si l’on vous obeït j’observeray sans peine
Le respect necessaire à la vertu Romaine ;
Faites qu’on soit en paix & je seray soûmis,
Mais je crains tout de moy s’il vient des ennemis,

TORQUATUS.

435 Ne me repliquez plus : sortez.

SCENE IV. §

TORQUATUS, JUNIUS.

TORQUATUS.

            Quelle arrogance !
A peine obtiendra-t-il de son obeïssance,
De demeurer au camp par mon commandement, {p. 22}

JUNIUS.

Quoy ? Blâmez-vous, Seigneur, un si beau mouvement*,
Cette boüillante ardeur*, cette heroïque audace*
440 Peut-elle mieux trouver, & son temps & sa place ?
Quand doit-elle briller dans nos jeunes guerriers
Si ce n’est quand leur front est couvert de lauriers ?

TORQUATUS.

Pour un brave Romain qui partage ma gloire,
Tu parles assez mal des droits de la victoire:
445 En allant au combat l’orgueil nous est permis ;
Mais quand on est vainqueur, on doit estre soûmis.
Un homme que le sort arrache de la bouë,
Dont il fait une idole, & puis dont il se joüe,
Qui né dans l’esclavage & formé d’un vil sang
450 Sans l’avoir merité se trouve au plus haut rang,
Eblouy par l’éclat* du bon-heur qu’il possede,
Dans sa bonne fortune il veut que tout luy cede ;
Et son esprit deceu* par mille faux appas*
Ne sçauroit discerner152 ce qu’il ne connoist pas :
455 Mais un fameux heros, de qui l’ame immortelle,
Voit toûjours icy bas le sort au dessous d’elle,
Dont l’esprit endurcy contre l’adversité
Trouve en luy son repos & sa felicité,
D'un œil toûjours égal regarde la fortune,
460 Et mesme sa faveur l’accable & l’importune ;
Ses propres interests* sont pour luy les derniers,
Et s’il paroist ardent* à cueillir des lauriers,
Ce n’est pas seulement pour couronner sa teste ;
C'est pour voir son païs jouyr de sa conqueste :
465 C'est ainsi, Junius, que doit vivre un Romain,
Plus il a de bon-heur, moins il doit estre vain*,
Vainqueur de l’Univers, il doit respecter Rome, {p. 23}
Estre au camp plus qu’un Dieu, au Senat moins qu’un homme ;
Et s’il veut tout soûmettre, il doit nous faire voir
470 Qu'il est soûmis luy-mesme aux regles du devoir.
Cependant Manlius, le cœur plein d’arrogance,
Méprise ouvertement nostre expresse deffence.
Sans respecter ny loix, ny Pere, ny Senat,
De son seul mouvement* il donne le combat,
475 Une telle insolence & si démesurée,
Par la mort seulement peut estre reparée :
L'audacieux mourra, c’en est fait ;

JUNIUS.

                Ha ! Seigneur,
Sur ce funeste* Arrest consultez vostre cœur,
Permettez qu’il conserve une teste si chere,
480 Que le nom de Consul cede à celuy de pere,
Manlius est un fils.

TORQUATUS.

        Je sçay bien ce qu’il est :
Et j’ay tout consulté sur ce mortel Arrest,
Mon cœur m’a dit cent fois que c’est un fils que j’aime,
Mais je dois au Senat beaucoup plus qu’à moy-méme,
485 Puis que mon fils l’offence il est mon ennemy,
Et jamais il ne faut servir Rome à demy,
Je luy dois Manlius, je veux la satisfaire.

JUNIUS.

Si je pouvois, Seigneur, parler sans vous déplaire,
Je vous prierois de voir si certain mouvement*,
490 N'est point de cette mort la cause ou l’instrument,
Le precieux honneur que j’eus dés vostre enfance,
De prendre tousjours part à vostre confidence
Me fait vous conjurer de voir si sur ce point, {p. 24}
Quelque fausse clarté ne vous ébloüit point,
495 Peut-estre qu’en cecy Rome agit la derniere,
Consultez là dessus vostre ame toute entiere :
Que diroit-on de vous si le chef du Senat,
Mesloit son interest* à celuy de l’Estat ?

TORQUATUS.

Et de quel interest* Rome accuseroit elle,
500 Celuy qui perd son fils, pour luy prouver son zele ?

JUNIUS.

Si je puis m’expliquer sans sortir du respect,
Je vous diray, Seigneur, que ce zele est suspect :
Omphale qui paroit moins captive que Reyne,
De tous vos sentimens nous informe sans peine,
505 Quand on la voit icy, sans gardes sur sa foy*153,
L'on devine aisément qu’elle donne la loy,
On en parle tout haut ; mais on adjoute encore,
Qu'elle ayme Manlius, que vostre fils l’adore*,
Jugez donc quel effect produiroit son trépas.

TORQUATUS.

510 Un bruit* si mal fondé ne m’épouvente pas,
Ma vertu, Junius, est trop bien établie,
Pour craindre les effets de cette calomnie,
Depuis assez long-temps on en connoist l’éclat*,
Et j’ay pour mes témoins le Camp et le Senat.
515 Mais quand cette action seroit mal expliquée,
Ma gloire* sur ce poinct seroit-elle attaquée ?
Si la beauté d’Omphale a pour moy des appas*,
Mon fils en a-t-il moins merité le trépas,
Parce qu’insolemment il sera temeraire*,
520 Jusqu’à porter ses yeux au mesme lieu qu’un Pere ?
Cét amour qui le rend criminel envers moy, {p. C, p. 25}
Pourra-t’il l’exempter des rigueurs de la loy ?
Apprenez-moy comment, & par quelle puissance
Deux crimes confondus font naistre l’innocence.

JUNIUS.

525 Puis que vous permettez que j’ose librement
Vous dire sur ce point quel est mon sentiment ;
L'amour par un effet de son pouvoir supréme,
Fait les biens & les maux sans sortir de luy-mesme154.
Souvent un mesme trait par un charme* puissant
530 Fait un amant* coupable & rend l’autre innocent.
C'est l’ordinaire effet des yeux d’une maistresse,
Que de remplir deux cœurs. Mais voicy la Princesse.
C'est mal prendre mon temps pour un tel entretien :

TORQUATUS.

Voyez si dans ce camp, il ne se passe rien :
535 Je vous suy.

SCENE V. §

{p. 26}
TORQUATUS, OMPHALE, PHENICE.

TORQUATUS.

Quel sujet dans ce lieu vous ameine ?
Est-ce pitié, Madame, est-ce amour, est-ce haine ?

OMPHALE.

C'est l’estime, Seigneur, que conservent entre eux
Les plus grands ennemis, quand ils sont genereux*.
540 De l’injuste destin, la fiere Barbarie
Me forçeant malgré moy d’estre vostre ennemie,
Votre vertu m’empesche au moins de vous haïr
Jusqu’à vouloir vous perdre, ou jusqu’à vous trahir.
Apprenez donc, Seigneur, que tout le Camp murmure*,
545 Et que de vostre fils la funeste* avanture
Jette tant la fureur dans l’ame des soldats,
Que vostre gloire* & vous, ne s’en sauveront pas.

TORQUATUS.

Quoy, la Princesse Omphale est sensible à ma gloire* ?

OMPHALE.

Je l’ay toûjours esté, si j’en croy ma memoire,
550 Et c’est par ce motif, que j’ay tant combatu*, {p. 27}
Un amour dont l’effet blessoit vostre vertu.

TORQUATUS.

Peut-estre cét orgueil a t’il une autre cause,
Car de tous vos secrets, nous sçavons quelque chose,
Mon fils vous fait pitié, vous craignez son trépas.

OMPHALE.

555 Il est vray, je le crains ; je ne m’en deffens pas ;
Si je plains d’un heros la triste destinée,
Une pitié si noble, est d’une ame bien née155 ;
Et quand ce motif seul me forceroit d’agir,
Ce n’est pas un secret dont je deusse rougir :
560 Un si beau mouvement* ne seroit pas un crime

TORQUATUS.

Pourquoy donc le cacher, s’il est si legitime ?
Pourquoy l’envelopper d’une feinte terreur,
Et donner des advis* d’une fausse rumeur ?
Que ne me dites vous, je crains pour ce que156 j’ayme ?
565 Accordez Manlius à mon amour extréme,
Faites moy ce present.

OMPHALE.

            Pour conserver ses jours
Une telle priere est un foible secours :
La mort de ce Heros n’est que trop assurée,
Mes mal-heurs, vostre amour, & le sort l’ont jurée,
570 Je vois bien que je fais un inutile effort*.
Helas ! il perira.

TORQUATUS.

        Moderez ce transport*.
Vous pourrez le sauvez, si son trépas vous touche,
Son arrest luy sera donné par vostre bouche :
Tout mon Rival qu’il est, sa mort dépend de vous {p. 28}
575 Je vous laisse y penser. Camille vient à nous,
Un pareil entretien doit finir aupres d’elle.
Il sort.

SCENE VI. §

CAMILLE, OMPHALE, PHENICE.

CAMILLE.

Je vous cherchois, Omphale :

OMPHALE.

                Ah, rencontre cruelle
O Dieux n’auray-je pas un moment pour réver* ?157
Le moindre ordre, Madame, auroit pû me trouver ;
580 Mais pour vous obeïr, que faut-il que je fasse ?

CAMILLE.

Il faut vous dérober au sort qui vous menace ;
Vous suivez en aveugle un penchant dangereux,
Qui conduit dans le fonds d’un précipice affreux,
Vous me faites pitié, dans ce peril extréme,
585 Vous aimez Manlius, vous souffrez* qu’il vous aime ;
Et vostre cœur seduit troublant vostre raison
Se remplit à longs traits d’un funeste* poison,
Remarquant à quel point vous estes jeune & belle,
Je voudrois vous tirer d’une erreur si cruelle,
590 Et par un pur effet d’une tendre amitié
Pour vous mesme exciter un peu vostre pitié.
On vous trompe, on vous donne une esperance vaine* ; {p. 29}
Pour avoir Manlius, il faut estre Romaine ;
Et quoy qu’il vous promette, ou qu’il vous puisse offrir,
595 Sans ce tiltre on ne peut jamais y parvenir.
Princesse, profitez d’un avis* si sincere,
Recevez-le de moy, comme de vostre mere :
Etouffez les desirs de vostre jeune cœur,
Et n’expliquez pas mal, mon zele, & ma ferveur.

OMPHALE.

600 Pour les mal expliquer, ils sont trop salutaires ;
Mais pour moy grace au Ciel, ils sont peu necessaires,
Je ne forme des vœux que pour briser mes fers*,
Et bien loin d’écouter ceux qui me sont offers
Mon cœur du consul mesme a méprisé la flâme*,
605 Et refuse l’honneur d’estre bien-tost sa femme.

CAMILLE.

Femme de Torquatus ?

OMPHALE.

            Ouy femme asseurément,
Il est en mon pouvoir, n’en doutez nullement,
Mais n’apprehendez pas cét injuste hymenée* :
Je sçay qu’à Torquatus vous estes destinée,
610 Et que sans ce grand deuil qu’à present vous portez
Il vous auroit donné ce que vous meritez.
S'il faut pour Torquatus commettre une injustice,
Devenir d’un forfait la cause ou le complice,
Monter à ce haut rang par une lâcheté,
615 Torquatus à ce prix seroit trop achepté158.

CAMILLE.

{p. 30}
Mais aussi par ce prix vous rachetez l’Epire.

OMPHALE.

L'innocence d’un cœur vaut bien mieux qu’un Empire.

CAMILLE.

Pour le bien des Estats tout semble estre permis.

OMPHALE.

Je crains plus un remors que tous mes ennemis.

CAMILLE.

620 Vos peuples blâmeront ces sentimens severes*.

OMPHALE.

Les Dieux sans cét Hymen* finiront nos miseres.

CAMILLE.

Les Dieux sont tout-puissans, mais leur secours est lent,
Quand il faut appuyer un trône chancelant.

OMPHALE.

Où leur secours est vain, que peut celuy d’un homme ?

CAMILLE.

625 Sans mentir la vertu n’est pas toute dans Rome.
Un si sage discours qu’on ne peut trop loüer,
A ma confusion me force à l’advoüer.
Cultivez avec soin cette vertu sublime*
Qui m’inspire pour vous une si haute estime :
630 Elle plaist au Consul, sans doute autant qu’à moy,
Je le connoist trop bien, pour douter de sa foy* ;
S'il feint de vous aimer, ce feu* qui vous abuse,
Est pour vous éprouver* une innocente ruse ;
Empeschez-en l’effect, & vous verrez un jour
635 Que l’amour de la gloire est son unique amour.
Mais pourrois-je, Princesse, afin de mieux connoistre {p. 31}
Cette haute vertu, que vous faites paroistre,
En apprendre de vous jusqu’aux moindres effets,
Les feintes du Consul, ses ruses, ses projets,
640 De quels discours trompeurs, il flate* vostre attente.

OMPHALE.

Pour les apprendre mieux entrons dans vostre tente.

CAMILLE.

J'y consens avec joye, allons, cét entretien
Me rend vostre interest* aussi cher que le mien.

Fin du Second Acte.

{p. 32}

ACTE III. §

SCENE PREMIERE. §

CAMILLE, seule.

Qu'ay-je entendu ? Grands Dieux ! & que me dit Omphale ?
645 Croire que Torquatus à ce point se ravale159 ?
Torquatus, un vainqueur, un Consul, un Romain,
De l’univers entier l’arbitre Souverain,
Cede aux foibles attraits d’une jeune Estrangere ?
Ce qu’on appelle amour, cette vaine* chimere,
650 Ce caprice des sens, ce poison des Vertus,
A rangé sous ses loix le cœur de Torquatus ?
L'amour blesse un Consul ? Mais c’est peu qu’il le blesse,
Il le soumet encore aux loix d’une Princesse,
Dont le Pere160 a coûté pour le mal-heur de tous
655 Au Senat Decius, à Camille un Epoux.
Injuste Torquatus, tu sçais que ce grand-homme
A répandu son sang pour le salut de Rome,
A peine a-t-il receu les honneurs du tombeau ;
Et tu veux t’allier au sang de son bourreau ?
660 O vous qui le souffrez*, Demons161 de la Patrie, {p. 33}
Vous à qui s’immola cette ombre* si cherie, 162
Vous qui devez veiller sur l’Estat des Romains ;
Estes vous donc des Dieux ou des fantômes* vains* ?
Vos Eloges brillans sont-ils des impostures ?
665 Voyez vous sans horreur les crimes des parjures ?
N'avez vous point de bras, ou si vous en avez
A quel usage, helas ! sont-ils donc reservez ?
Quel plus noir attentat*, merite le supplice ?
Ah ne retenez plus grands Dieux vostre Justice;
670 Il est temps, d’éclater*, montrez vostre courroux,
Et vangez d’un seul coup, l’estat, Camille, & vous :
Mais, pourquoy battre l’air de ces vaines* paroles ?
Que sont à ma douleur tant de plaintes frivoles* ?
Ne puis-je sans les Dieux repousser un affront ;
675 Et mon bras n’est-il pas un remede plus prompt ?
Ah, ne balançons* point, la plainte est inutile,
Armons nous d’un poignard, courons ; Mais où Camille163,
Te charger de la mort, d’un Consul, d’un Romain,
Et dans un si beau sang oser tremper ta main ?
680 Que plutost le Consul te donne au lieu d’Omphale,
Une Esclave, une Infame, un Monstre pour rivale ;
Qu'il te rende plutost le rebut du Senat
Que de soüiller ton nom d’un si grand attentat*.
Les criminels desirs, que t’inspire ta rage,
685 Te feroient meriter ta honte, & cét outrage ;
Cherche d’autres moyens pour ton soulagement,
Manlius doit se rendre icy dans un moment,
Il est jeune & boüillant, il aime la Princesse,
Et son propre salut dans son mal l’interesse*,
690 Je sçay que le Consul a juré son trépas,
Pour un jeune vainqueur la vie a des appas*,
Offrons luy du secours embrassons sa deffence
Tâchons de l’irriter : Le voicy qui s’avance.

SCENE II. §

{p. 34}
CAMILLE, MANLIUS.

CAMILLE.

J'ay sçeu jeune Heros qu’un outrageant mépris,
695 D'une grande victoire avoit esté le prix ;
Et que le noir venin du demon de l’envie
D'un peril évident menassoit vostre vie :
Je vous ay donc mandé pour garantir* vos jours
Et dans ce mal pressant vous offrir du secours ;
700 De mon illustre* espoux la mort encore recente,
Parmy tous les Romains rend sa veuve puissante :
Tant de vivans portraits par la gloire* tracez,
Du cœur de nos soldats ne sont pas effacez.
Il leur souvient tousjours d’avoir veu ce grand homme,
705 Chez les peuples voisins planter l’aigle de Rome,
Et par le noble effect de cent explois divers,
Rendre nostre cité Reyne de l’univers ;
Son ombre* peut encore dissiper la tempeste,
Dont la noire vapeur* gronde sur vostre teste.
710 D'entre les immortels il peut voir aujourd’huy,
Que son nom glorieux* n’est pas mort avec luy :
Pour éviter les coups d’une injuste furie*,
Faites-vous un rempart de cette ombre* cherie :
A qui dans ce peril pourroit avoir recours {p. 35}
715 Un vainqueur innocent ?

MANLIUS.

            Ha, cessez ce discours,
Ma vertu qui ne peut en permetre la suitte
En conçoit trop d’horreur pour en estre seduite.
Si mon pere & l’estat ont resolu ma mort,
J'en subiray l’arrest sans me plaindre du sort.
720 Des plus cruels destins je puis sentir la rage,
Mais jamais je ne puis en meriter l’outrage :
Et de quelque mal-heur dont je sois combatu*,
L'on peut m’oster le jour mais non pas la vertu.

CAMILLE.

J'aime trop la vertu pour vouloir la détruire,
725 Et si de mes desseins vous daignez vous instruire,
Bien loin d’en murmurer* peut-estre verrez-vous,
Que j’abhorre164 le vice autant ou plus que vous :
Je voudrois épargner un crime à vostre pere
Et sçachant à quel poinct son humeur* est severe*,
730 Par pitié pour tous deux je tâche d’empescher
Une severité* qu’il peut se reprocher ;
Si vous avez besoin de secours ou d’escorte,
Je veux vous en fournir, je vous offre main forte.
Des traits de sa fureur daignez vous garentir* ;
735 De grace épargnez-luy l’horreur d’un repentir ;
Contre un pere irrité la fuitte est salutaire,
Et souvent la terreur est un mal necessaire.
Servez-vous des moyens que vous offre le sort.

MANLIUS.

Moy fuïr ? moy me sauver pour éviter la mort :
740 Que la posterité reproche à ma memoire,
Qu'une honteuse fuitte a soüillé ma victoire ?
Non si je dois mourir pour un crime si beau, {p. 36}
La gloire* de sa main me conduit au tombeau :
Sur la foy* d’un tel guide il est doux d’y descendre.

CAMILLE.

745 En vain ce fol espoir tâche de vous surprendre*,
Cette mort qui vous charme* au milieu des combas,
Dans les mains d’un bourreau perdroit tous ses appas*.
Jamais un tel dessein n’inspira de l’envie ;
Aussi n’avez-vous pas tant d’horreur pour la vie,
750 Que ce genre de mort ne vous semble odieux.
Mais ne pouvant laisser Omphale dans ces lieux,
Vous aimez mieux souffrir* la mort la plus cruelle,
Que de quitter le camp & de partir sans elle.

MANLIUS.

Moy, Madame ?

CAMILLE.

        Oüy vous : je sçay tous vos secrets,
755 Les regards des amans* sont tousjours indiscrets,
Ils ne peuvent sentir un grand feu* dans leur ame,
Sans donner au dehors quelque marque de flâme* :
Et mesme ce qu’ils font pour cacher leurs soupirs,
Est souvent ce qui fait deviner leurs desirs.
760 On ne remarque point un soûpir ordinaire ;
Mais quand on le retient, & qu’on craint de le faire,
On devine d’abord* qu’un peu de passion
Fait naistre dans un cœur* cette precaution.
Parlez donc, Manlius, bien que je sois Romaine, {p. D, p. 37}
765 Et que tousjours mon ame ait conceu de la haine
Pour cette illusion que vous nommez amour ;
Si pour vous conserver la lumiere du jour,
Il faut enfraindre un peu, les loix de la sagesse,
Je pense que pour vous j’auray cette foiblesse,
770 Omphale a du merite, & je veux vous sauver :
Vous vous aymez, enfin, vous pouvez l’enlever,
Voyez ce que pour vous aujourd’huy je surmonte.
O Dieux ! ce seul discours me fait rougir de honte :

MANLIUS.

Moy, former des desseins pour un enlevement ?
775 Me preservent les Dieux d’un tel aveuglement.
Je sçay trop que la gloire* est chere à ma Princesse
Pour concevoir jamais un desir qui la blesse ;
Et mon cœur* craint bien plus d’irriter ses appas*
Qu'il ne craindroit les coups du plus cruel trépas.

CAMILLE.

780 Je vous l’ay dé-ja dit, on me fait injustice,
Quand on peut m’accuser de conseiller le vice ;
Cét outrageant soupçon me force à vous parler
D'un mal que par pitié, je voulois vous celer165 ;
Il est temps d’éclatter* : & c’est trop me contraindre* !
785 Sçachez que c’est icy qu’Omphale a tout à craindre,
Que le Consul épris de vostre mesme mal
Pour soulager ses feux* :

MANLIUS.

            Mon pere, mon Rival !
O Dieux ! que dites vous ?

CAMILLE.

            Ce qu’il faut vous apprendre :
Ouy, le cœur du Consul s’estant laissé surprendre*,
790 Aux indignes appas* d’un amoureux transport*, {p. 38}
Estant maistre absolu d’Omphale & de son sort
Peut tout executer contre vous, & contre elle,
Si vous ne profitez d’un advis* si fidelle*.
Ne consultez donc plus un timide* respect,
795 Et fuyez promptement un juge si suspect.

MANLIUS.

Quelque profond respect que vous doive mon ame,
Dans cette occasion pardonnez moy Madame,
Si pour un tel discours je refuse ma foy*,
Et si tous vos conseils ne peuvent rien sur moy.
800 Je sçay vostre vertu ; mais je connois mon Pere ;
Et j’ay peine à penser qu’un Romain si severe*,
Qui depuis si long-temps brave les passions
Voulût ainsi ternir cent belles actions.
Dissipez cette erreur dont vostre ame est saisie,
805 Sans doute les vapeurs* d’un peu de jalousie
Ont jetté vostre esprit dans cét aveuglement.

CAMILLE.

Quoy ? Vous me soupçonnez d’un tel déreglement :
Vous pouvez m’accuser d’une crainte si vile ?
Apprenez, apprenez à connoistre Camille,
810 La vefve d’un Consul qui sauva les Romains,
Peut choisir un Epoux parmy tous les humains.
Entre nos Citoyens on n’affecte166 personne.
Ils n’ont que le pouvoir que la Vertu leur donne,
Ils montent à leur rang par leurs nobles travaux*,
815 Et s’ils sont tous vaillans, ils me sont tous égaux.
Allez malgré mes soins*, allez tendre la teste
Sous le tranchant mortel du couteau qui s’apreste,
Vostre seule injustice a merité la mort,
Et je vous abandonne aux cruautez* du sort.

SCENE III. §

{p. 39}

MANLIUS, seul.

820 O Sort vrayement cruel ! ô funeste* avanture !
O mortel accident ! ô Triste conjoncture !
Est-il rien icy-bas à ton mal-heur égal,
Amant*infortuné* ? ton Pere est ton Rival.
Quoy le cœur du Consul cesse d’estre insensible ?
825 O Dieux ! ce changement seroit-il donc possible ?
As-tu bien entendu ? ne t’a-t-on point surpris* ?
Rappelle Manlius, rappelle tes esprits,
Cesse de te plonger dans cette peine extréme :
Sans doute on t’a surpris* : Torquatus est le mesme :
830 Mais pourquoy m’accuser de foiblesse ou d’erreur ?
Quoy* pour estre un Consul en a-t-on moins un cœur ?167
Est-ce un si grand effort aux yeux de ma Princesse ?
Que de rendre un Romain capable de tendresse ?
Ce qu’ont pû ses appas*, ne le peuvent-ils plus ?
835 Et n’a-t-elle des traits que contre Manlius ?
Helas pour mon mal-heur, ces adorables* charmes*,
A qui mon cœur rendit si promptement les armes,
Sur tous les cœurs mortels, ont le mesme pouvoir,
Et pour les adorer*, il suffit de les voir.
840 Mon Pere les a veus, mon Pere a deû se rendre. {p. 40}
Puisqu’il avoit des yeux, qui pouvoit s’en deffendre ?
Qui peut voir sans transport* tant de divins appas* ?
Qui peut connoistre Omphale, & ne l’adorer* pas ?
Amour, Nature, Dieux, qui la fistes si belle
845 Faites donc par pitié qu’on n’ait plus d’yeux pour elle :
He ! Si quand on la voit, on devient mon rival
Aveuglez les mortels pour soulager mon mal.
Seul je sçay bien porter mes glorieuses* chaînes*,
On partage mes biens sans partager mes peines.
850 Seul je sçay bien aimer, & tu vois comme moy !
Ah, revoquez grands Dieux cette barbare loy :
Si je sçay seul aimer, faites s’il est possible
Que seul je puisse voir ce miracle visible ;
Mais j’aperçoy les yeux dont les traits m’ont blessé,
855 Prens courage* mon cœur tu seras exaucé ;
Mais les Dieux attendris du tourment qui te presse*
Font exprés dans ce lieu rencontrer ta Princesse ;
R'anime en la voyant ton espoir abbatu.

SCENE IV. §

{p. 41}
OMPHALE, MANLIUS, PHENICE.

MANLIUS.

Ah, Madame, venez soûtenir ma Vertu
860 Accablé par le sort, par l’amour, par moy-mesme,
J'ay besoin de secours dans ce peril extréme.
Dans quelque lieu fatal*, où j’addresse mes pas,
Je ne trouve que maux, que douleurs, qu’embarras,
Au milieu des assauts, que le destin me livre,
865 Je crains également de mourir & de vivre,
Dans un mal si pressant* daignez me secourir.

OMPHALE.

Que peut nostre secours, si vous voulez perir,
Si vous voulez ayder à vostre destinée ?
Si vostre ame à sa perte, est si fort obstinée,
870 Qu'elle semble courir au devant de la mort,
Qui peut vous garentir* des cruautez* du sort :
Pour quoy me demander un conseil inutile ?
Je viens presentement d’apprendre de Camille,
Comme168 vous recevez ses fideles* avis*,
875 Et de quel air169 par vous ses conseils sont suivis.
Vous offrir du secours, c’est vous faire une offense
Vos desirs & le sort semblent d’intelligence,
Vous aymez le trépas, vous y voulez courir, {p. 42}
Apres cela, Seigneur, qui peut vous secourir ?

MANLIUS.

880 Vous, ma Princesse, vous, un mot de vostre bouche
Peut sauver Manlius, si son trépas vous touche :
Dites-moy, ne meurs point, & tu vas m’acquerir,
Et rien n’est assez fort pour me faire mourir.
Que trente legions me ferment le passage,
885 Que l’Enfer animé s’oppose à mon courage*,
Que d’un Pere irrité le courroux odieux,
Arme contre mes jours la colere des Dieux ;
Mon bras victorieux fera voir à leur honte
Qu'il n’est rien icy bas, qu’un amant* ne surmonte,
890 Quand l’adorable* objet* dont son cœur est épris,
De ses nobles travaux* se veut rendre le pris.
Prononcez donc l’Arrest, ma divine Princesse,
Dois-je vivre ou mourir ? Parlez, le temps nous presse*.
Ménageons les momens que nous laisse le sort.

OMPHALE.

895 Cruel demandez-vous, si je veux vostre mort :
Ha ! ne balancez* point, quittez ce lieu funeste* :
Mon cœur, & mon amour vous répondent* du reste.

MANLIUS.

Moy, vous quitter : ô Dieux ! Je n’y puis consentir.
Accompagnez ma fuite, ou je ne puis partir.

OMPHALE.

900 Gardez-vous, Manlius d’attirer ma colere,
Souvenez-vous sur tout que la gloire* m’est chere ;
Et que de quelques traits dont je sente les coups,
La gloire* & mon devoir me touchent plus que vous.

MANLIUS.

{p. 43}
Achevez, achevez, dites aussi Madame,
905 Que l’amour du Consul, soûmet enfin vostre ame ;
Que ce rang eminent, ces titres glorieux*,
Toutes ces dignitez170 ont éblouy vos yeux :
Si ce pompeux171 éclat* vous avoit moins flatée*,
Mon discours vous auroit aussi moins irritée,
910 Connoissant du Consul le pouvoir absolu,
Mon amoureux projet peut-estre vous eut plû,
Mais j’avois deû172 m’attendre à cette préference :
Je n’en murmure* point, c’est un trait de prudence :
Torquatus vaut bien mieux, qu’un amant* mal-heureux
915 Qui ne peut vous offrir que d’inutiles feux*.
Abandonnez au sort les restes d’une vie,    
Qui sans doute dans peu me doit estre ravie :
Et ne permettez pas, que mon cruel tourment
Trouble vostre bon-heur d’un remors seulement.
920 Si le bucher fatal* où je perdray la vie,
Vous pouvoit élever au gré de vostre envie ;
Je mourrois satisfait & de vous & du sort.

OMPHALE.

Acheve, acheve ingrat, de me donner la mort :
Poursuis cét entretient dont la rigueur me tuë,
925 Et je m’en vay cruel expirer à ta veuë,
Inhumain, parle donc, quoy tu ne dis plus rien ?
Apres m’avoir tenu ce funeste* entretien :
Tu me laisses languir au milieu du supplice ?
Barbare par pitié, poursuis ton injustice.

MANLIUS.

930 Amoureux, transporté, confus, triste, interdit* :
Je n’ose, je ne puis :

OMPHALE.

        Va, va, c’est assez dit.
C'est à mon desespoir à finir cét ouvrage ; {p. 44}
Mon bras épargnera mon trépas à ta rage,
Dé-ja par ce beau coup mon cœur eût évité
935 La honte, & les douleurs de la captivité,
Si le Ciel irrité pour comble de misere,
Ne t’avoit fait trouver le secret de me plaire.
Quand mes cruels mal-heurs me demandoient la mort,
Un tendre mouvement* arrestoit ce transport*,
940 Une secrette voix qui m’estoit inconnuë,
Me disoit, si tu meurs, tu vas perdre sa veuë,
Et ne connoissant rien de plus cruel pour moy,
J'aymois mieux perdre tout, que me priver de toy :
Je craignois par l’effet de la mesme tendresse
945 D'accabler ton esprit d’un excez de tristesse
En t’apprenant les feux* dont ton Pere est espris ;
Mais je t’en vengeois bien par mes cruels mépris ;
Et peut-estre le fer* eût eu moins de puissance
Que n’en avoit, ingrat, ma seule indifference,
950 Cependant pour le prix de ma fidelité
Ta rage me soupçonne avec impunité :
Tu m’accuses d’avoir l’ame basse & commune*
De soûmettre mon cœur aux loix de la fortune :
Ah, j’espere, cruel, que bien-tost mon trépas
955 T'apprendra si le faste a pour moy des appas*,
Sçachant alors mon prix, apres m’avoir perduë
Tu mourras de regret de m’avoir mal connuë,
Tu vengeras ma mort par ton propre tourment.
Adieu Barbare :

MANLIUS.

        Helas ! arrestez un moment.
960 Pour venger vostre offence & pour punir mon crime,
Recevez s’il se peut tout mon sang pour victime :
Princesse, par l’effet d’un trop juste transport* : {p. 45}
Je vays.

OMPHALE.

Ha, Manlius, je ne veux point ta mort,
Quelque extréme douleur que ton soupçon me donne,
965 Malgré moy je sens bien que mon cœur te pardonne,
Et que sur les Amans* l’amour est si puissant,
Qu'un objet* qu’on cherit est tousjours innocent,
J'excuse ton transport*, vis si tu veux me plaire,
Tu n’es plus de ton sang que le dépositaire,
970 Ce tresor m’appartient, l’amour me l’a donné.

MANLIUS.

Quoy, ma Princesse, ô Dieux ! m’avez-vous pardonné :
Helas, est il donc vray, que mon remors vous touche ?

OMPHALE.

Crois* mon cœur, Manlius, si tu ne croy* ma bouche,
S'il pouvoit sans témoins s’exprimer dans ce lieu,
975 Que ne diroit-il point ? aime, & te sauve. Adieu.

SCENE V. §

{p. 46}

MANLIUS, seul.

Aime & te sauve, helas ! dans un sort si contraire,
Princesse que me sert cét ordre salutaire ?
Comment puis-je accorder dans ce funeste* jour,
Les desirs de ma gloire* & ceux de mon amour :
980 Ce que l’une défend, l’autre me le commande
C'est trop long-temps souffrir* une peine si grande,
Il faut y succomber, c’en est fait & mon cœur
Ne consultera plus que sa propre fureur.

Fin du troisiéme Acte.

{p. 47}

ACTE IV. 173 §

SCENE PREMIERE. §

TORQUATUS, seul.

Tu mourras, tu mourras, ô fils trop temeraire*
985 Dont les feux* insensez ont osé me déplaire.
Le sort en est jetté ; Rival audacieux
Ton sang effacera le crime de tes yeux.
Tous les chefs du Conseil touchez par ma presence
Sembloient d’abord pancher un peu vers la clemence,
990 Mais voyant son trépas, enfin, par moy conclu,
D'une commune voix ils l’ont tous resolu :
Gouste, gouste à longs traits les fruits de ta conqueste,
A l’Abry des lauriers qui couronnent ta teste,
Méprise impunément l’effect de mon courroux,
995 Ton fragile bon-heur ne me rend plus jaloux.
Expose aux yeux d’Omphale une grande victoire,
Vente luy tes hauts faits, ton éclat* & ta gloire*,
Ces funestes* presens de Bellone174 & du sort
Comme le chant du cigne annonceront ta mort.
1000 Mais toy que me veux-tu, ridicule tendresse, {p. 48}
Importun mouvement*, lâche & molle foiblesse :
Pourquoy viens-tu troubler un cœur* envenimé
Qui ne voit dans mon fils qu’un Rival trop aimé :
Va, ne t’expose plus au feu* qui me possede
1005 Où l’amour veut regner il faut que tout luy cede.
Tendresse, tes efforts sont icy superflus,
Mon fils est mon Rival, je ne le connois plus.175
Je ne le connois plus ; mais puis-je méconnoistre,
Un fils si glorieux* & si digne de l’estre :
1010 Celuy que je renonce176 avec tant de fureur,
N'est-il pas des Latins le superbe* vainqueur :
Mon sacrilege bras peut-il reduire en poudre,
Un front que les lauriers deffendent de la foudre :
Et dois-je en répandant un sang si precieux,
1015 Usurper un pouvoir qui n’appartient qu’aux Dieux,
Ah ! respecte Consul, une si belle vie,
Que d’un prompt repentir ta rage soit suivie,
Oppose Rome entiere à cette injuste amour177
Qui veut le rendre indigne & d’Omphale & du jour,
1020 Et malgré cette ardeur*, rends à ce fils si rare,
Ce qu’il arracheroit de l’ame d’un barbare,
Mais où m’emportez-vous, sentiment paternel ?
Avez-vous oublié que ce fils criminel,
Trouve dans ses vertus ses plus cruelles armes :
1025 Qu'il seroit moins aimé, s’il avoit moins de charmes*,
Et que de ses attraits l’inévitable effort,
Apporte dans mon cœur & la rage & la mort ?
Ne consultons donc plus une vertu timide*,
Qui donne à cette mort l’ombre d’un parricide178 :
1030 Perdons sans balancer*, un fils si dangereux,
Esteignons dans son sang ses temeraires* feux* :
Executons du sort l’arrest irrevocable : [E, p. 49]
C'est mon Rival, on l’aime, il est assez coupable.
Ho là, quelqu’un.

SCENE II. §

TORQUATUS, CAMILLE.

CAMILLE.

        Seigneur.

TORQUATUS.

            Qu’on avance. Mais, Dieux !
1035 Quel objet* importun se presente à mes yeux ?
Madame, quel dessein dans ce lieu vous ameine ?

CAMILLE.

Le desir de monstrer que Camille est Romaine.
J'attendois que le temps, ce tiltre, & vostre foy*
Vous épargnast l’horreur du Senat & de moy ;
1040 Et croyant un reproche indigne de mon ame
D'un œil indifferent je voyois vostre flâme*
Sans que ce lâche feu* qui me prive de vous,
Excitast dans mon cœur* une ombre de courroux :
Mais sçachant à quel point vous porte vostre rage,
1045 Que Manlius est prest d’en ressentir l’outrage,
Je viens pour empescher un si grand attentat*, {p. 50}
Exposer à vos yeux Camille & le Senat ;
Je croyois que le temps dissipast179 le nuage
Qui de vostre raison vous dérobe l’usage,
1050 Et que vostre vertu brisant vostre prison,
Vostre cœur se devroit sa propre guerison :
Mais puisque vostre mal s’aigrit quand on le flate,
Je voy bien qu’il est temps que ma colere éclate,
Et que de mon courroux le trop sincere trait
1055 D'un Decius mourant vous fasse le portrait :
Quand à tous vos desirs vostre ame abandonnée
Veut fausser une foy* si saintement donnée,
Avez vous oublié que mon illustre* Epoux,
Mourant pour le public*, mourut aussi pour vous ?
1060 Qu'il estoit innocent & paya tous vos crimes,
Que seul il a servi de cent mille victimes180 ;
Et que ce grand Heros, estoit si cher aux Dieux,
Que son sang appaisa tout le courroux des Cieux ?
Il vous a conservé vos jours, vostre puissance,
1065 Et vous vous en servez pour me faire une offence ;
Et comme si l’amour n’estoit pas satisfait
D'estre l’unique auteur d’un si lâche forfait,
Il demande de vous encore un Parricide,
Et vostre esprit conduit par cet aveugle guide,
1070 A juré le trépas d’un heros innocent ?

TORQUATUS.

De grace, finissez ce discours offençeant :
Si Decius est mort, il est mort pour sa gloire* ;
Il n’a rien fait pour nous, & tout pour sa memoire,
Trop auroient à ce prix achepté parmy nous {p. 51}
1075 La gloire* de mourir pour le salut de tous ;
Et le plus heureux cours de la plus longue vie
Ne ravit pas l’honneur dont sa mort est suivie.
Si son nom vous est cher, rendez graces au sort,
Qui seul a prononcé l’Arrest de cette mort.
1080 Celui qui par sa mort se voit ainsi renaistre,
Doit plus à son bourreau qu’à l’auteur de son estre.
De cét heureux destin ne murmurez* donc pas ;
Vostre Epoux luy doit tout, s’il luy doit son trépas.

CAMILLE.

Des ingrats tels que vous l’unique recompense,
1085 C'est de charger le sort de leur reconnoissance ;
Un si beau sentiment sur tant de biens receus,
Est digne des desirs que vous avez conceus ;
Et je devois attendre une réponce égale,
D'un parjure public, & de l’Amant* d’Omphale.
1090 Ingrat, n’imposez point à mon juste courroux,
Que le sort a causé la mort de mon Epoux,
Il ne voulut jamais soûmettre à son caprice
Le sens de cét Oracle à ses vœux si propice ;
Quand il dit, un Consul doit mourir aujourd’huy,
1095 Il s’appliqua ce nom, & pris ce sens pour luy :
S'il eut à son trépas apporté quelque obstacle,
Ne voyant qu’un Consul condamné par l’oracle,
Le sort eut en effet décidé qui des deux
Estoit le plus coupable, ou le plus mal-heureux :
1100 Il vous eust fait alors partager sa disgrace* ;
Et peut-estre le sort vous eust mis à sa place :
Mais une ardente* soif d’acquerir de l’honneur
Luy fit precipiter ses jours & son malheur.
Si tous les vains* honneurs, dont sa mort est suivie, {p. 52}
1105 Dans le cœur des Romains excitoient de l’envie,    
Il vous estoit permis d’avoir le mesme sort ;
Vous aviez mesme droit de courir à la mort :
Il eust esté plus beau d’imiter ce grand homme,
Que de vivre, & trahir sa foy*, sa gloire*, & Rome.

TORQUATUS.

1110 De grace finissez : ma gloire* & mon païs
Jamais par Torquatus ne se verront trahis,
Dissipez la fureur dont vostre ame est saisie,
Ces bouillans mouvemens* de vostre jalousie…

CAMILLE.

Moy jalouse ! Consul, & jalouse de toy !
1115 Appren, que je méprise, & ton rang, & ta foy*.
N'espere pas de moy, que, quoy qu’il en arrive
Je veuille pour Epoux l’amant* d’une captive :
Il faut estre un Heros pour regner sur mon cœur,
Et Decius merite un plus grand successeur.
1120 Cesse donc de penser, qu’aux biens que tu hazardes*

SCENE III. §

{p. 53}
TORQUATUS, CAMILLE, JUNIUS.

JUNIUS.

            Manlius a des gardes ;
Par vostre ordre, Seigneur, je l’ay fait arrester :
Mais tout le camp murmure* & semble s’irriter.
Consultez là dessus toute vostre prudence :
1125 Si l’on n’appaise un mal aussi-tost qu’il commence,
Les remedes, Seigneur, sont souvent superflus.

TORQUATUS.

Le sort en est jetté ; qu’on ne m’en parle plus.

CAMILLE.

Le sort en est jetté : quoy l’aveugle furie*
Qui te fait oublier Camille, ta patrie,
1130 Ta gloire*, tes exploits, ta parole, & ton rang,
Te fait encor trahir l’interest* de ton sang ?
Il faut le sang d’un fils pour assouvir ta rage !

TORQUATUS.

Cessez, encore un coup, ce discours qui m’outrage ;
Reglez mieux les effets de vos jaloux soupçons,
1135 Et ne me donnez plus de frivoles* leçons :
Ces reproches, enfin, lasseroient ma clemence, {p. 54}
Et pourroient me porter à quelque violence :
Adieu, retirez vous, & nous laissez en paix.

CAMILLE.

J'y consens, va, Consul, acheve tes forfaits ;
1140 Dans ton camp tu peux tout, ose tout entreprendre ;
Mais crains que quelque jour on ne puisse t’apprendre,
Ce que c’est que Camille : Adieu, penses y bien.

SCENE IV. §

TORQUATUS, JUNIUS.

TORQUATUS.

Dieux ! l’horrible tourment qu’un pareil entretien !
Sa raison est sujette à certaines alarmes* ,
1145 Dont les noires vapeurs*181 ternissent bien ses charmes* ;
Et je veux désormais éviter son courroux.

JUNIUS.

Camille sur ce point ne fait rien que pour vous.
Il n’est point de Romain dont le cœur ne soûpire,
Qui n’en eust dit autant, s’il eust osé le dire182 ;
1150 Qui sçachant qu’on est prest d’immoler un vainqueur,
Pour ce cruel dessein n’ait conceu de l’horreur,
Et qui, pour dire tout, sourdement ne s’appreste {p. 55}
Aux dépens de son sang, à sauver cette teste.
Vous m’avez ordonné, Seigneur, expressément
1155 De vous dire tousjours quel est mon sentiment ;
De grace, pardonnez ce discours à mon zele ;
Je serois moins hardy, si j’estois moins fidelle* ;
Mais deussay-je expirer apres vous l’avoir dit ;
Tout est perdu, Seigneur, si Manlius perit.

TORQUATUS.

1160 Ny la mort de cent fils, ny l’univers en armes,
Ne sont assez puissans pour donner des alarmes* 
A l’ame d’un Consul, qui ne voit aujourd’huy
Que les Dieux immortels plus élevés que luy,
Je ne m’ébranle pas pour un simple murmure* :
1165 Quand je n’aurois pour moy que la seule nature,
Je n’aurois pas besoin du discours de la loy
Pour oster à mon fils ce qu’il receut de moy :
Quand mesme il n’auroit pas merité sa disgrace*,
Pour apprendre aux soldats ce que peut leur audace*,
1170 Et combien les Consuls méprisent leur pouvoir,
Je veux que cette mort leur montre leur devoir.

JUNIUS.

Si l’ardeur* des soldats n’est pas considerable,
Craignez un ennemy beaucoup plus redoutable,
Apprehendez, Seigneur, un rigoureux bourreau,
1175 Qui porte ses fureurs au delà du tombeau ;
Une flâme* invisible, un Demon domestique,
Un remors (car il faut enfin que je m’explique)
Dont la secrette voix vous dira nuit & jour,
Tu fis mourir ton fils, pour plaire à ton Amour ;
1180 Il fut de cette ardeur* l’innocente victime :
Tremble, tremble, Consul, les Dieux ont veu ton crime,
Le Sang de ce Heros injustement versé {p. 56}
Eleve des vapeurs*, dont le Ciel est percé ;
Des champs Elisiens183 il demande vengeance :
1185 Tremble, encore une fois, ton supplice s’avance.
Alors, pour étouffer cette tonnante voix
Vous vous excuserez sur la rigueur des loix,
Sur la necessité de punir ce coupable ;
Mais vous aurez en vous un juge inexorable,
1190 Et quand vers184 le Public* vous vous excuserez,
Malgré vous en secret, vous vous condamnerez :
Quand vous consulterez vostre ame toute nuë
Sur une intention qui vous est trop connuë,
Fussiez vous mille fois le plus grand des Romains,
1195 Pour vaincre vos remors, vos titres seroient vains.
Il n’est point de grandeur, de rang, de Diademes,
Qui nous puissent, Seigneur, deffendre de nous mesmes,
Et l’univers entier ne peut nous garentir*
Des traits empoisonnez d’un juste repentir.
1200 Pendant qu’il en est temps, évitez donc l’orage :
On voit en vain l’écüeil, quand on a fait naufrage ;
Il y va d’immoler, non pas des ennemis,
Des Esclaves aux fers*, mais vostre propre fils ;
Un fils victorieux, & dont le plus grand crime
1205 Est un peu trop d’ardeur* d’acquerir de l’estime.
Dieux ! est-ce donc si peu qu’une telle action,
Qu'on ne daigne y donner quelque reflection ?
Remettez au Senat185 à juger cette affaire*.

TORQUATUS.

Cesse de tourmenter un miserable186 pere,
1210 Qui s’est dit mille fois en condamnant son fils,
Les frivoles* raisons qu’aujourd’huy tu luy dis,
Quand un pere obligé de vaincre sa foiblesse
S'efforce d’arracher un fils à sa tendresse,
De l’amour paternel les secrets entretiens {p. 57}
1215 Ne luy tiennent que trop les discours que tu tiens.
Ce sont des nœuds si doux que ceux de la nature,
Que quand on est contraint de souffrir* leur rupture,
Il n’est aucun moyen, qu’une ame n’ait tenté,
Pour ne pas se trouver dans cette extremité.
1220 Quand on voit un Romain amoureux de la gloire,
Remporter sur ses sens une entiere victoire,
Au bon-heur de l’estat borner tous ses plaisirs,
Et sans cesse étouffer ses plus pressans* desirs,
Ce n’est pas que son cœur en soit moins accesible
1225 A tout ce qui rendroit un autre cœur sensible ;
Le plus foible mortel, le plus ferme Romain,
Ont tous deux esté faits par une mesme main,
Et cette fermeté, qui fait leur difference,
A proprement parler, n’est que dans l’apparence :
1230 Leurs deux cœurs sont sujets aux mesmes passions ;
Ils reçoivent tous deux mesmes impressions :
Mais l’un cede d’abord* aux efforts* de l’orage,
Et l’autre se deffend avec plus de courage* ;
Et le plus intrepide & le plus genereux*
1235 Est souvent, en secret, le plus touché des deux.
Sçachant donc de mon fils la funeste* adventure,
J'ay senty ces transports* que donne la nature,
J'ay d’abord* éprouvé*, que le cœur d’un Romain,
Pour estre illustre* & grand, n’en est pas moins humain,
1240 Qu'on n’en est pas plus dur, pour estre né dans Rome,
Qu'un pere est tousjours pere, & qu’un Consul est homme :
Mais à tous ces effets des premiers mouvemens* {p. 58}
Ont enfin succedé de plus grands sentimens ;
Je me suis souvenu, pour devenir severe*,
1245 Que j’estois un Romain, avant que d’estre pere,
Que mon fils est à Rome, aussi-tost187 comme à moy,
Que moy-mesme je dois tout mon sang à la loy,
Et qu’un Consul ayant adopté la patrie,
Si mon fils échappoit au devoir qui me lie,
1250 Le moindre des Romains croiroit impunément
Pouvoir se dispenser de mon commandement.
Voila de son Arrest la veritable cause :
Cesse d’en accuser cét amour qu’on m’impose.
Je ne me deffens point de ces bruits* insensez :
1255 Mille fameux exploits m’en deffendent assez.
Quand la vertu d’Omphale auroit touché mon ame,
Mon fils ne seroit pas un obstacle à ma flame* ;
Il sçauroit se soûmettre aux loix de son devoir,
Et n’irriteroit pas mon absolu pouvoir.
1260 Pleust aux Dieux immortels que ce fust là son crime,
Les ordres souverains d’un pouvoir legitime,
L'arracheroient bien-tost aux horreurs du trépas.

JUNIUS.

Pensez-y meurement, & ne vous flattez* pas ;
Je vous l’ay desja dit, dans une telle affaire*,
1265 Ce n’est pas le public* qu’il faudra satisfaire :
En vain paroist-on juste au sentiment de tous,
Si nostre propre cœur* n’est pas content de nous.
C'est un foible secours qu’une fausse apparence*,
Et les yeux clair-voyans de nostre conscience,
1270 Malgré tous nos détours, penetrent aisément
Au travers de la ruse & du déguisement.
Dispensez ma ferveur d’en faire davantage : {p. 59}
Mes fidelles* conseils ont commencé l’ouvrage ;
C'est à vostre vertu, Seigneur, à l’achever :
1275 Il faut vous laisser seul, afin d’y mieux rêver* ;
Dans un tel embaras, un peu de solitude
Est un puissant remede à nostre inquietude :
Mais songez bien sur tout, que le repos du cœur
Est ce qu’on peut nommer le supréme bon-heur.

SCENE V. §

TORQUATUS, seul.

1280 Helas ! que je suis loing de ce bon-heur supréme !
Et que mon cœur est peu d’accord avec luy-mesme,
Je voy tous les mal-heurs dont je suis menacé,
Mais je voy beaucoup mieux les traits qui m’ont blessé :
Et toute ma vertu n’a que de foibles armes,
1285 Quand il faut surmonter la Princesse, & ses charmes*,
Ne balançons* donc point, & courons de ce pas
Avancer mon bon-heur, en pressant ce trépas.

Fin du quatriéme Acte.

{p. 60}

ACTE V. §

SCENE PREMIERE. §

TORQUATUS, OMPHALE, PHENICE.

OMPHALE.

Quoy* donc, Seigneur vostre ame est elle inexorable ?
Faut-il laisser mourir cét illustre* coupable ?
1290 Fait-on pour le sauver des efforts* superflus ?

TORQUATUS.

Consultez-vous, Madame & ne m’en parlez plus :
Vous sçavez mieux que moy, quelle est sa destinée
Et puis qu’à vostre choix elle est abandonnée,
Si Manlius perit, ne m’en accusez pas,
1295 C’est de vous que dépendent sa vie & son trépas.

OMPHALE.

De moy, Seigneur, hé ! Dieux, une triste Princesse,
Qui de son propre sort ne peut estre maistresse,
Doit-elle se flatter de tenir dans ses mains
La vie ou le trépas de quelqu’un des Romains ?
1300 Depuis quand, juste Ciel, une foible captive
Donne t’elle des loix qu’il faut que Rome suive ?

TORQUATUS.

[F, p. 61]
Depuis que de vos yeux le pouvoir souverain
Est reconnu pour tel par un Consul Romain,
Ouy, Madame, vos traits en touchant un seul homme,
1305 Ont soûmis à leurs loix & le Senat & Rome ;
Et de ce mesme Arrest, de qui dépend mon sort,
Dépend de Manlius ou la vie ou la mort.

OMPHALE.

Hé, de grace, Seigneur, revenez à vous mesme ;
Parler ainsi de Rome, est sans doute un blasphéme :
1310 Ce n’est pas sur mon choix, que l’Auguste Senat
Juge des interests* qui regardent l’Estat :
Il sçait mieux observer l’ordre de la justice,
Et ne consulte pas sur ce point mon caprice.
Si le Senat se plaint, qui seroit assez vain*,
1315 Pour croire en triompher dans l’ame d’un Romain ?
Non, s’il faut à l’estat cette grande Victime,
Manlius doit perir, sa mort est legitime ;
Mais, Seigneur, si l’effet d’un merite puissant
Obligeoit le Senat à le croire innocent,
1320 Vostre cœur pourroit-il luy refuser sa grace ?
Vous seul blâmeriez-vous l’effect de son audace* ?
Et seroit-il, Seigneur, assez infortuné*,
Pour ne voir que son Pere à sa perte obstiné ?
Hé qu’un peu de pitié s’empare de vostre ame !
1325 Songez….

TORQUATUS.

Donnez m’en donc un exemple, Madame,
Montrez moy que je dois adoucir ma rigueur,
En laissant par l’amour adoucir vostre cœur.
Par pitié pour mon fils paroissez-luy cruelle*
Par un excés d’amour, devenez infidelle,
1330 Et par un prompt Hymen* desarmez mon courroux. {p. 62}

OMPHALE.

La foy* que vous m’offrez ne dépend pas de vous ;
Vous sçavez bien, Seigneur, qu’une regle severe*
Vous deffend l’alliance avec une estrangere ;
Et je croy qu’il faut plus que mon cœur & ma main,
1335 Pour vous faire oublier que vous estes Romain.

TORQUATUS.

Je l’oubliois pourtant, ingrate, & pour vous plaire,
J’estois prest à sauver un vainqueur temeraire*,
Dont le Conseil de guerre a resolu la mort ;
Mais, par ces derniers mots, vous terminez son sort :
1340 Je sens que je commence à rentrer en moy-mesme,
C’en est fait, je me rends à cette loy supréme.
Hola, Gardes.

SCENE II. §

TORQUATUS, OMPHALE, PHENICE, PISON.

PISON.

        Seigneur.

TORQUATUS.

            Qu’on aille promptement
Executer…

OMPHALE.

        Helas ! differez un moment.
Gardes, retirez-vous, je veux… mais, quoy ! mon ame,
1345 Quoy ? voudrois-tu trahir Manlius & ta flâme* ?

TORQUATUS.

Que voulez-vous ?

OMPHALE.

        Je veux…

TORQUATUS.

                Achevez.

OMPHALE.

                        Le sauver.

TORQUATUS.

Et du reste ?

OMPHALE.

        Seigneur, je voudrois y réver*.

TORQUATUS.

{p. 64}
Ha ! c’est trop écouter tant de discours frivoles*,
Je ne me repais point de ces vaines* paroles.
1350 Hola, Gardes.

OMPHALE.

        Seigneur, ne precipitez rien ;
Fallut-il pour son sang vous donner tout le mien,
Si Manlius le veut, j’y consens avec joye :
Mais, pour m’en informer, souffrez* que je le voye ;
Que je puisse un moment luy parler sans témoins,
1355 Et j’atteste les Dieux d’employer tous mes soins
Pour contenter, Seigneur, vostre pressante* envie,
Quand avecque188 ma main il vous faudroit ma vie.

TORQUATUS.

Je puis donc me flatter d’obtenir vostre cœur :

OMPHALE.

Je ne sçay, mais au moins, je diray, ouy, Seigneur.
1360 Ne m’en demandez pas aujourd’huy davantage :
Il n’appartient qu’au temps d’achever cét ouvrage.

TORQUATUS.

Ha ! Princesse, mon cœur à vos ordres soûmis…

OMPHALE.

Et de grace, Seigneur, songeons à vostre fils ;
Avec plus de loisir189 nous parlerons du reste,
1365 Revoquez seulement un Arrest si funeste*.
Qu’on cherche Manlius, qu’on le fasse venir :
Nous aurons trop de temps pour nous entretenir.

TORQUATUS.

Hola, quelqu’un, courez dans la tente prochaine190
Où l’on garde mon fils, dire qu’on me l’ameine.
1370 Princesse, s’il consent aux plus doux de mes vœux,
Mon bon-heur…

OMPHALE.

{p. 65}
        He, Seigneur, se peut-on croire heureux,
Quand on doit la douceur d’un aveu favorable,
A la necessité de sauver un coupable ?
Ha, non non, pour gouster de solides191 plaisirs,
1375 Il faut devoir un cœur à ses propres desirs ;
Et sa possession nous donne peu de joye,
Lors que, pour l’obtenir, on prend une autre voye.
Quand on prononce un ouy que le cœur ne dit pas,
Ce mot si desiré perd bien de ses appas* ;
1380 La liberté du choix d’elle mesme est si chere,
Que si sur un tel point je conseillois un frere,
Je luy dirois, perdez la lumiere du jour,
Plustost que d’usurper le pouvoir de l’amour.
Mais voicy Manlius, permettez-moy de grace…

TORQUATUS.

1385 Je vous entens Madame, & luy cede la place.
Gardes, retirez-vous.

OMPHALE.

            Ciel, soyez mon secours.

TORQUATUS.

Tâchons sans estre veu, d’écouter leurs discours.

SCENE III. §

{p. 66}
OMPHALE, MANLIUS, PHENICE, [TORQUATUS, PISON].

OMPHALE.

Que de trouble je sens ! ah ! Seigneur.

MANLIUS.

                    Ha ! Madame.

OMPHALE.

Helas ! en quel estat reduisez-vous mon ame :
1390 Ha ! que j’éprouve* bien dans ce funeste* jour
Qu’on peut craindre de voir l’objet* de son amour !

MANLIUS.

Quoy, Princesse, ma veuë est-elle si fatale*,

OMPHALE.

Ouy, Seigneur, aujourd’huy la mal-heureuse Omphale
Donneroit tout son sang, pour delivrer ses yeux
1395 De la necessité de vous voir dans ces lieux.
Car, enfin, puis qu’il plaist au sort inexorable,
J’y cause tous les maux dont le Ciel vous accable,
Et ce n’est point assez pour assouvir mon sort,
Que de vous voir souffrir* une honteuse mort ;
1400 Il faut que le destin joigne à vostre supplice,
L’horible desespoir de m’en trouver complice,
Ouy, les Dieux ont permis, pour augmenter mes maux, {p. 67}
Que mes traistres appas* soient vos secrets bourreaux :
Mes yeux, Seigneur, mes yeux ont fait tout vostre crime ;
1405 Vous estes de leurs traits l’innocente victime ;
Vous n’aurez pas si tost détesté leur pouvoir,
Et fait ceder l’amour aux rigueurs du devoir,
Que vous recouvrerez toute vostre innocence :
Racheptez vostre sang par un peu d’inconstance :
1410 En vain les fiers destins paroissent irritez,
Vous estes innocent, si vous y consentez.
Conformez vos desirs à vostre destinée
Et renoncez au cœur de cette infortunée* ;
Les fruits empoisonnez de mon funeste* amour
1415 Ne vallent pas, Seigneur, la lumiere du jour.

MANLIUS.

Quoy ! vous aussi, Madame, avez juré ma perte !
De la part du destin mon ame l’eust soufferte*,
Avec tant de mepris, & si peu de terreur,
Qu’à mes propres Bourreaux ma confiance eût fait peur.
1420 J’ay défié le sort d’épouvanter mon ame
Tant qu’il a respecté l’interest* de ma flâme* :
On fait pour m’accabler un impuissant effort*,
Si ma Princesse m’aime à l’instant de ma mort,
Disois-je, & le destin en attaquant ma vie,
1425 Pour se bien assouvir, a manqué d’industrie*192 :
Ce n’est pas à ma mort qu’il doit borner ses coups,
S’il veut forcer mon cœur à craindre son courroux ;
Qu’il lance contre moy les traits de l’Enfer mesme,
Je brave son pouvoir, si ma Princesse m’aime :
1430 Un amant* embrasé par de si nobles feux*, {p. 68}
Pourveu qu’il meure aimé, meurt tousjours trop heureux.
Je me flattois* ainsi d’une douce esperance,
Et mon cœur abusé par cette confiance,
Remply de vostre object* & de sa passion,
1435 Attendoit le trépas sans nulle émotion.
Mais ô Dieux ! j’ignorois la derniere injustice,
Qui veut faire changer de genre à mon supplice ;
Quoy ! mesme avant ma mort, mourir dans vostre cœur !
Attendre mon trépas des coups de ma douleur !
1440 Traîner languissament une vie importune !
Et souffrir* mille morts pour en éviter une !
Princesse, helas ! qu’a fait ce miserable193 amant*,
Pour estre condamné si vigoureusement ?
Par quel crime a-t’il pû meriter sa disgrace* ?
1445 Ah, qu’un peu de pitié retrouve icy sa place ;
Aimez-moy, s’il se peut, au moins jusqu’à ma mort,
Et ne devancez pas le dernier coup du sort.
Je n’abuseray point de vostre complaisance ;
Du Consul irrité l’extreme impatience,
1450 Si j’en presume bien, ne vous lassera pas.

TORQUATUS.

Tu l’as dit, c’en est fait, qu’on le meine au trespas.

OMPHALE.

Quel Arrest ! ha ! Seigneur.

TORQUATUS.

                N’en parlons plus, Madame.

OMPHALE.

Helas, si la pitié toucha jamais vostre ame,
Ordonnez donc, Seigneur, que je suive son sort.

TORQUATUS.

{p. 69}
1455 Gardes, encore un coup, qu’on le traîne à la mort.

PISON.

Obeïssez, Seigneur, allons.

OMPHALE.

            Arreste, infame,
Bourreau, qui veux m’oster la moitié de mon ame ;
Avant que d’arracher Manlius de ce lieu,
Cruel, souffre* du moins que je luy dise adieu.
1460 Adieu donc pour jamais194, amant* si magnanime,
D’un detestable amour innocente victime,
Cher & funeste* objet* de mes feux* innocens :
Adieu, puis qu’on t’enleve à mes vœux impuissans :
Emporte chez les morts l’esperance fatale*
1465 D’estre bien-tost suivy par ta fidelle* Omphale :
Meurs du moins asseuré qu’elle court sur tes pas.

TORQUATUS.

Gardes, encor un coup, qu’on le traîne au trespas :
Voyez executer sa Sentence mortelle,
Et revenez, Pison, m’en dire la nouvelle.

MANLIUS.

1470 Adieu, vivez, Princesse, & songez qu’il m’est doux,
D’esperer en mourant de vivre encor195 en vous.

OMPHALE.

Tourne au moins tes regards encor196 sur ta Princesse :
Mais, ô Dieux, c’en est fait, on l’entraîne, il me laisse,
Je le perds pour jamais, je n’en puis plus : ô mort !
1475 Viens soulager les coups d’un si cruel transport*.
Lâche & foible douleur, impuissante furie*,
Vous faut-il du secours pour m’arracher la vie ?

TORQUATUS.

Madame, moderez…

OMPHALE.

{p. 70}
            Monstre pernicieux,
Oses tu bien encor te monstrer à mes yeux ?
1480 Entens-je les accens de ta voix detestable :
Tigre affamé de sang, Barbare, inexorable,
Le Juste Ciel touché de mon cruel tourment
M’avoit fait par pitié t’oublier un moment,
De ma juste douleur le funeste* nuage
1485 Avoit heureusement effacé ton image ;
Mais tu viens accabler mon triste souvenir
Du plus fatal* object* qui puisse y revenir.
Barbare, & fier Tyran, dont l’injuste furie*
M’enleve en Manlius la moitié de ma vie,
1490 Appren, qu’à quelque but que tendent tes souhaits,
Tu ne goûteras point le fruit de tes forfaits.
Il est des immortels, s’il me manque des hommes ;
Fallut-il au lieu d’une, abismer mille Romes,
Inventer des tourmens pour ta punition,
1495 Et confondre avec toy toute la nation,
Le sang de Manlius, ma peine, & ton offence,
Vont meriter, cruel, toute cette vengeance.

TORQUATUS.

Quand un peu de raison viendra vous secourir…

SCENE IV. §

{p. 71}
TORQUATUS, CAMILLE, OMPHALE, PHENICE.

CAMILLE.

Ha, Consul ! ah, Cruel ! ton fils va donc perir !
1500 Ta rage a triomphé, on le traisne au supplice :
Quoy ? tu ne trembles point apres cette injustice ;
Apres avoir commis un si grand attentat*,
Tu ne crains ny remors, ny honte, ny Senat :
Ton ame apres ce coup n’est donc point alarmée* ?

SCENE V. §

{p. 72}
TORQUATUS, CAMILLE, OMPHALE, PHENICE, JUNIUS.

JUNIUS.

1505 Seigneur, il seroit bon de veiller sur l’armée ;
Tout panche à la revolte, & je ne répons* pas,
Qu’un désordre public ne suive ce trépas.
Contre vostre rigueur tout le monde déteste197 :
Je crains de cét Arrest une suitte funeste* ;
1510 Il s’éleve par tout un murmure* confus.

SCENE VI. §

[G, p. 73]
TORQUATUS, CAMILLE, OMPHALE, PHENICE, JUNIUS, PISON.

TORQUATUS.

Voicy Pison. Mon fils ?

OMPHALE, bas.

            Ha ! ne balançons* plus ;
Voicy de quoy me joindre à l’objet* de ma flâme*,

CAMILLE.

Que vois-je ! juste Ciel, ha, Princesse !

PHENICE.

                    Ha ! Madame.

OMPHALE.

Pour suivre Manlius, pour assouvir son sort,
1515 Ce poignard…

PISON.

        Arrestez, Madame, il n’est pas mort.

TORQUATUS.

{p. 74}
Manlius n’est pas mort ? hé quel bras temeraire*
A pû le dérober à ma juste colere ?

PISON.

Suivant l’ordre, Seigneur, que vous m’aviez donné,
Je le menois au lieu qu’on avoit destiné,
1520 Pour separer du corps sa glorieuse* teste,
Lors qu’un gros de soldats198 fend la presse* & m’arreste,
Et l’un d’eux s’avançant à la teste de tous,
Romains, nous a-t’il dit, Romains où courez-vous ?
Ces bras dont les exploits ont grossi nos histoires,
1525 Ces mesmes bras à qui l’Estat doit cent victoires,
Peuvent-ils s’employer à conduire aux bourreaux,
Le chef victorieux du plus grand des heros ?
Ah ! rougissez Romains, rougissez de ce crime ;
Arrachons à la mort, ce vainqueur magnanime,
1530 Et deussions nous perir pour un crime si beau,
Mourons tous, ou sauvons Manlius du tombeau.
Alors, n’écoutant plus que l’ardeur* qui l’emporte,
Il fond sur les soldats qui nous servoient d’escorte,
Qui, loing de s’opposer à l’effort* de ses coups,
1535 Emeus de ce discours nous abandonnent tous.    
En vain, pour reprimer cette insolente audace*,
J’appelle du secours, parle, frappe, menasse,
Leur nomme le Consul ; tous mes efforts* sont vains :
Ils arrachent, Seigneur, Manlius de mes mains :
1540 Et, bien que ce Heros deust à cette furie*, {p. 75}
Les restes glorieux* de son illustre* vie,
Ce fils obeïssant à vos ordres soûmis
Traitte ses deffenseurs comme ses ennemis ;
Mais un si rare effect d’une vertu sublime*,
1545 Augmente leur fureur augmentant leur estime,
Et plus pour son salut il fait voir de mespris,
Plus il semble augmenter le soin qu’ils en ont pris.

TORQUATUS.

Quoy ! dans mon camp ! mes gens ! & presque en ma presence !
Ah ; tant de ce vil sang va laver cette offence,
1550 Que la punition de leur temerité,
Servira d’un exemple à la posterité.
Qu’on me suive.

SCENE VII. §

{p. 76}
TORQUATUS, CAMILLE, OMPHALE, MANLIUS, PHENICE, JUNIUS, PISON.

MANLIUS.

        Seigneur…..

OMPHALE.

                Où viens-tu ? miserable.

MANLIUS.

Epargnez-vous des pas.

TORQUATUS.

            Dieux !

MANLIUS.

                Voicy ce coupable.
Je n’examine point quel crime, ou quel mal-heur,
1555 Vous fait dans mon trepas trouver quelque douceur ;
Je dois mourir, Seigneur, puis que ma triste vie {p. 77}
A duré trop long-temps au gré de vostre envie :
Faites percer ce cœur, ordonnez qu’à vos yeux,
On verse tout ce sang qui vous est odieux ;
1560 Je n’en murmure* point, ma mort est legitime,
Et déplaire à son pere est un assez grand crime ;
Mais si le triste effet de la rage du sort
Pouvoit heureusement se borner à ma mort,
J’oserois en mourant vous demander la grace
1565 De ces audacieux, dont j’ay causé l’audace*.
Ordonnez donc, Seigneur…

JUNIUS.

            Qu’il paroist interdit* :

TORQUATUS.

Le cœur pressé*, je sens…

OMPHALE.

            Ô Dieux ! il s’attendrit.

TORQUATUS.

Je sens que dans mon ame il se forme un murmure*.

JUNIUS.

Gardez vous d’étouffer la voix de la nature,
1570 Elle presse*, elle parle, écoutez-la, Seigneur.

TORQUATUS.

Que de troubles divers s’élevent dans mon cœur !
Je veux, je ne veux pas : La nature tremblante {p. 78}
Ose, craint, & se rend trop, ou trop peu pressante,
Dans ce cruel moment, mon fils, Rome, & l’Amour,
1575 Semblent tout déchirer mon ame tour à tour :
Je n’en puis plus, ô Dieux !

CAMILLE.

            Ha, Seigneur, grace, grace :
Enfin vostre vertu va reprendre sa place.

MANLIUS.

Seigneur, je ne vaux pas le trouble où je vous voy.
Ordonnez qu’à vos pieds…

TORQUATUS.

            Ha, mon fils, leve toy.

OMPHALE.

1580 Quoy, le sang sur l’amour emporte la victoire ?

TORQUATUS.

Elle199 n’a triomphé que trop tard pour ma gloire ;
Mais, si pour reparer les crimes que j’ay faits,
Je puis vous élever au but de vos souhaits,
Ou je seray deceu* dans ma juste esperance,
1585 Ou bien tost vostre Hymen* lavera mon offence.

MANLIUS.

{p. 79}
Ah, mon Pere, ah, Seigneur, ay-je bien entendu ?

TORQUATUS.

Ouy, mon fils, puis qu’enfin ton Pere t’est rendu.
Mais, vous qui m’écoutez, Romaine magnanime,
Me rendrez-vous aussi ce cœur & cette estime ?

CAMILLE.

1590 Puis que le Ciel vous rend la vertu d’un Romain,
Il vous redonne aussi mon estime & ma main.

TORQUATUS.

Allons donc rendre grace à la bonté supréme
De ce qu’elle a rendu Torquatus à luy-mesme.

FIN.

Extrait du Privilege du Roy. §

Par grace & privilege du Roy, donné à Paris le 28. Septembre 1662, signé GUYTONNEAU. Il est permis à Claude Barbin, Marchand Libraire à Paris, de faire imprimer une piece de Theatre intitulée Manlius Torquatus, pendant l’espace de sept années, & deffences sont faites à tous autres de l’imprimer, sur peine200 de deux mille livres d’amende, & de tous dépens dommages et interests, comme il est porté plus amplement par lesdites Lettres.

Et ledit Barbin a fait part du present Privilege à Gabriel Quinet, & Gabriel Quinet, à Guillaume de Luyne, pour en jouyr, suivant l’accord fait entr’eux.

Registré sur le Livre de la Communauté le dixiesme Octobre 1662, signé,

DUBRAY, Syndic.

Achevé d’imprimer pour la premiere fois

Le 27. Octobre 1662.

Les Exemplaires ont été fournis201.

Annexes §

Glossaire §

Les références des dictionnaires utilisés sont données sous forme d’initiales : A. pour le dictionnaire de l’Académie, C. pour celui de Corneille, F. pour celui de Furetière, et R. pour celui de Richelet.

Adorer (F.)
Terme habituellement réservé au fait de rendre un culte à un être considéré comme un dieu, mais on l’emploie aussi « abusivement pour marquer que l’on aime passionnément »
V. 230, v. 383, v. 508, v. 839
Adorable
Terme d’origine religieuse qui signifie "Qui mérite d’être adoré", c’est-à-dire qu’on lui rende « le plus grand des respects, et la plus profonde soûmission. »
V. 201
S’emploie abusivement et hyperboliquement dans le langage amoureux
V. 129, v. 245, v. 321, v. 836, v. 890
Advis
Opinion, sentiment. (A.)
Il se prend encore pour Advertissement.
Se dit aussi des nouvelles qu’on reçoit de dehors
V. 75
Il se prend aussi pour Conseil
V. 596, v. 793, v. 874
Donner des advis
Signifie rapporter des nouvelles (F.)
V. 563
Affaire
Ce qui peut occuper nos soins, nos pas, nos pensées, nous obliger à travailler, aller et venir. Se dit particulierement des procès. Se dit des ordres, des soins, des negociations qui regardent l’Estat. (F.)
V. 41, 73, 109, 1208, 1264
Alarme
Crainte, troubles (R.)
V. 25, v. 368, v. 1144, v. 1161
Alarmer.
Épouvanter
V. 305, v. 411, v. 1504
Amant
Celui qui aime (R.)
V. 228, v. 328, v. 340, v. 341, v. 343, v. 530, v. 823, v. 889, v. 914, v. 1089, v. 1117, v. 1430, v. 1442, v. 1460
Pl. v. 68, v. 107, v. 108, v. 223, v. 755, v. 966
Apparence
La surface extérieure des choses, ce qui frappe d’abord les yeux
V. 1229
Se dit aussi de ce qui est opposé à la réalité, qui est feint et simulé.
Conjecture, vraisemblance. (F.)
V. 337, v. 1268
Appast (pl. appas)
Il se prend figurement pour tout ce qui attire, qui engage à faire quelque chose.
« Au pluriel, se dit particulierement en Poësie, et signifie charmes, attraits, agrément, ce qui plaist. » (A.)
V. 453, v. 517, v. 691, v. 747, v. 790, v. 955, v. 1379
"Il se dit encore plus particulierement en parlant des attraits et de la beauté des femmes.
V. 65, v. 778, v. 834, v. 842, v. 1403
Ardeur
Figurément, signifie « Action vive et pleine de feu » (R.)
V. 82, v. 95, v. 290, v. 406, v. 439, v. 1020, v. 1205, v. 1532
« Amour, passion »
V. 10, v. 18, v. 128, v. 234, v. 1180
Mais ce terme s’emploie également dans son acception concrète d’action d’un corps ardent, plein de chaleur
V. 162.
Ardent, ardente
Figurément signifie, « Vif, passionné, véhément »
V. 135, v. 462, v. 1102
Attentat
Outrage ou violence qu’on tâche de faire à quelqu’un (F.)
V. 47, v. 1046, v. 1502
En termes de Palais, se dit figurément de ce qui est fait contre l’autorité des superieurs et de leur jurisdiction
V. 275, v. 668, v. 683
Audace
Hardiesse mêlée d’insolence et de témérité. Hardiesse mêlée d’éfronterie (R.)
Épître, v. 193, v. 238, v. 1169, v. 1321, v. 1536, v. 1565
Ce mot se prend quelquefois en bonne part lorsqu’il est adouci et acompagné de quelque épitéte favorable; et il signifie hardiesse
V. 181, v. 399, v. 439.
Balancer
Figurément, signifie « Examiner, considérer »
V. 379
« Chanceler, hésiter, ne savoir se résoudre » (R.)
V. 371, v. 896, v. 1030 v. 1511.
Bruit
Rumeur
V. 510, v. 1254
Chaleur
« Ardeur, feu. Véhémence, activité, sorte de transport vif et plein de passion » (R.)
V. 92, v. 292.
Charme
Enchantement (R.)
V. 529
Apas*, atraits
V. 34, v. 266, v. 836, v. 1025, v. 1145, v. 1285
Moien et adresse de gagner le cœur.
Charmer
User de sortilege et de charme.
Agréer par son mérite, par sa beauté, par de belles qualitez
V. 746
Apaiser, enchanter
V. 205
Charmant, charmante, adj.
Qui agrée, qui plaît.
Chef
Substantif masculin. Sens actuel de celui qui commande (F.)
V. 497, 988, 1527
Vieux mot qui signifioit autrefois la teste de l’homme, et qui n’est plus en usage qu’en Poësie et en matiere de devotion
V. 253
Cœur
« Vigueur, force, courage, intrépidité. » (F.)
V. 391, v. 405, v. 778
Sens moderne qui fait du cœur le siège des sentiments
Combattre
Livrer un combat contre quelqu’un ou quelque chose
V. 155, v. 366, v. 392, v. 550
Consulter en soi-même le meilleur parti à prendre. (F.)
V. 385, v. 722
Commun adj.
Ce qui n’appartient pas plus à l’un qu’un l’autre (F.).
V. 991
Vulgaire, trivial, qui n’a rien d’élevé, de particulier, de noble (R.).
V. 43, v. 952
Consulter
Prendre avis auprès de quelqu’un (F.)
V. 242, v. 478, v. 482, v. 496, v. 794, v. 983, v. 1028, v. 1124, v. 1192, v. 1291, v. 1313
Être irrésolu, incertain de quel party on doit choisir
V. 384
Contraindre
Contraindre de faire quelque chose Au sens actuel d’être obligé
V. 1217
Se contraindre S’ « obliger à quelque retenüe, qui gesne et fait peine » (A.)
V. 784
Courage
Valeur, bravoure, cœur*, fermeté dans le péril, résolution pleine de cœur (R.).
V. 168, v. 302, v. 396, v. 855, v. 885, v. 1233
Il se prend aussi quelquefois pour Sentiment, passion, mouvement. (A.).
V. 130, v. 206
Croire
« Ajouter foi. Penser. Etre persuadé d’une chose » (R.).
V. 1, v. 50, v. 62, v. 164, v. 244, v. 645, v. 1250, v. 1315, v. 1319, v. 1371
« Il signifie aussi, Se rapporter à quelqu’un, suivre son conseil, ou son advis* » (A.).
V. 973
Cruauté
« Qualité d’un homme barbare, impitoyable, inhumain », mais se dit aussi des choses inanimées (F.)
V. 819, v. 871
Signifie aussi l’action même qui est cruelle
V. 266
« Se dit figurément en choses morales, et sur tout dans les expressions amoureuses. Tous les amans se plaignent des cruautez de leurs maistresses »
V. 147
Ce terme fait partie de la rhétorique tendre.
D’abord
Incontinant, aussi tôt (R.)
Au sens actuel de « la prémiere fois et avant toutes choses, prémiérement »
V. 989
Deceu, euë
Participe passé et adjectif signifiant Trompé (F.)
V. 453, v. 1584
Disgrace
Malheur d’une personne (R.)
V. 1100, v. 1168, v. 1444
Éclat
« Signifie figurément Gloire*, splendeur, magnificence »
V. 163, v. 451, v. 513, v. 908, v. 997.
Esclatter
Signifie figurément Devenir public, avec bruit et scandale
V. 1053
On dit, qu’Une personne esclatte, pour dire, qu’Elle fait paroistre son ressentiment (A.)
V. 670, v. 784
Effort
Employ de toutes ses forces (F.)
V. 1006, v. 1026
Action de la personne qui s’efforce
V. 318, v. 570, v. 1290, v. 1422, v. 1538
Se dit aussi des hommes assemblez pour un même dessein
V. 43
Se dit de tout ce qui est fait avec violence
V. 1232, v. 1534
Sorte de violence qu’on se fait à soi-même
V. 832
Éprouver
Essayer, expérimenter
V. 1238, v. 1390
En parlant d’une personne, la sonder
V. 633
Fer
Désigne le métal, mais aussi, par métonymie, tout objet fait en ce métal, notamment l’épée
V. 948
Au pluriel : 1° Ce sont les liens de fer, les chaines qui tiennent les Prisonniers. (R.)
V. 64, v. 122, v. 161, v. 173, v. 602, v. 1203
Il se prend aussi figurément et poëtiquement pour L'estat de l’esclavage, et pour L'engagement dans une passion amoureuse (A.)
V. 40, v. 258, v. 261, v. 264
Dans la pièce, il y a souvent un jeu sur les deux sens de ce mot. Omphale est réellement la captive des Romains, mais elle tient elle-même Manlius et Torquatus dans ses fers car ils sont amoureux d’elle.
V. 261, v. 264, v. 603-604
Dans ces deux vers, il est fait allusion aux fers dans deux sens différents.
Feu
Amour (R.)
V. 129, v. 172, v. 229, v. 303, v. 632, v. 915, v. 946, v. 985, v. 1032
Vivacité. Esprit.
Ardeur*, verve, chaleur*
V. 61, v. 756, v. 787, v. 1042, v. 1430
Colére. Impétuosité, fougue
V. 1004
Prendre feu . C'est se mettre en colére.
Se dit figurément en choses spirituelles et morales de la vivacité de l’esprit, de l’ardeur des passions. (F.)
Fidelle, adj. m. et f.
Qui garde la foy* qu’il a promise (F.)
V. 874, v. 1157, v. 1465
Qui fait bien son devoir
V. 793, v. 1273
Veritable. Un tesmoin, un Historien fidelle, est celuy qui fait le veritable recit de ce qu’il a veu
V. 2
Flâme
Amour, passion (R.)
V. 38, v. 162, v. 214, v. 269, v. 333, v. 604, v. 757, v. 1041, v. 1176, v. 1257, v. 1345, v. 1421, v. 1512
Flatter
A le sens actuel d’attribuer à une personne de bonnes qualitez qu’elle n’a pas, l’en loüer, l’en feliciter
V. 1052, v. 1298, v. 1358
Signifie encore, Deguiser une verité qui seroit desagreable à celuy qui y est interessé, luy donner meilleure opinion d’une chose qu’il n’en doit avoir (F.)
V. 640, v. 908, v. 1263, v. 1432.
Fortuné, ée
Heureux (F.)
V. 328, 340, 341, 343
Foy
Serment, parole qu’on donne de faire quelque chose, et qu’on promet d’executer (F.)
V. 132, v. 139, v. 631, v. 744, v. 798, v. 1038, v. 1057, v. 1109, v. 1115, v. 1331
On dit aussi, laisser une jeune fille sur sa foy, pour dire la laisser maîtresse de sa propre conduite
V. 505
Frivole
Inutile, vain* (R.)
V. 673, v. 1135, v. 1211, v. 1348
Fatal
« Ce qui doit arriver necessairement, arrest de la destinée ».
Signifie aussi, « Malheureux », funeste*
V. 862, v. 920, v. 1392, v. 1464, v. 1487
« Signifie encore, la fin, la mort ». (F.)
Funeste
Qui cause la mort, ou qui en menace, ou quelque autre accident fascheux, quelque perte considerable (F.)
V. 478, v. 545, v. 587, v. 820, v. 896, v. 927, v. 978, v. 998, v. 1236, v. 1365, v. 1390, v. 1414, v. 1462, v. 1484, v. 1509
Furie
Figurément, signifie « Violence, ardeur » (R.)
V. 133, v. 712, v. 1128, v. 1476, v. 1488, v. 1540
Garentir (ou garantir)
Préserver de quelque mal ou accident (F.)
V. 698, v. 734, v. 871, v. 1198
Généreux, -euse
Qui a l’ame grande et noble, et qui prefere l’honneur à tout autre interest (F.)
V. 63, v. 279, v. 539
Signifie aussi, Brave, vaillant, courageux*
V. 206, v. 1234
Gloire, s.f.
Honneur, loüange, estime, reputation qui procede du merite d’une personne, de l’excellence de ses actions ou de ses ouvrages (A.)
V. 46, v. 53, v. 62, v. 204, v. 217, v. 240, v. 250, v. 254, v. 257, v. 278, v. 359, v. 374, v. 407, v. 443, v. 516, v. 547, v. 548, v. 635, v. 702, v. 743, v. 776, v. 901, v. 903, v. 979, v. 997, v. 1072, v. 1075, v. 1109, v. 1110, v. 1130, v. 1220, v. 1581
Il se prend aussi quelquefois pour Eclat, splendeur
V. 14
Se prend souvent en mauvaise part, et signifie, Orgueil, sotte vanité. Se prend particulierement pour le sentiment trop avantageux de soy-mesme que la vanité inspire.
Glorieux, glorieuse, adj
Plein de gloire, illustre, éclatant
Épître, v. 144, v. 334, v. 346, v. 711, v. 848, v. 906, v. 1009, v. 1520, v. 1541
Superbe. Fier, orgueilleux. (F.)
Hazard
Fortune, sort, rencontre fortuite. (A.).
Peril, risque. (R.)
V. 71
Hazarder
Risquer, exposer à la fortune, exposer au peril. (A.)
V. 84, v. 1120
Humeur
Certaine disposition de l’esprit, ou naturelle, ou accidentelle (A.)
V. 274, v. 729
Infortuné, ée
Malheureux, ou à qui il est arrivé quelque accident, quelque infortune (malheur ou perte causée par quelque accident fortuit) (F.)
V. 121, v. 823, v. 1322, v. 1413
Inhumaine
Figurément « Maitresse cruëlle, maitresse rigoureuse » (R.).
V. 113, v. 148
Ce terme fait partie de la rhétorique tendre.
Insulter
Quereller quelqu’un brusquement et le plus souvent sans sujet (F.)
V. 222
Prendre avantage de la misere d’un homme pour lui faire quelque offense, quelque déplaisir. (R.)
V. 121
Interdit, -te
Il peut signifier, « Estonné, troublé, qui ne sçait ce qu’il fait, ce qu’il dit » (A.)
V. 930, v. 1566
Interest
« Ce qu’on a affection de conserver ou d’acquerir, ce qui nous importe soit dans nostre personne, soit dans nos biens. » (A.)
V. 382, v. 461, v. 498, v. 499, v. 643, v. 1311, v. 1421
« Se dit aussi de la part qu’on prend en quelque chose, de sa deffence qu’on entreprend, de la protection qu’on luy donne. »
V. 16, v. 1131
« Signifie quelquefois en Morale, Passion. »
Prendre d’interest
Signifie « s’intéresser »
V. 1121
Interesser
Vouloir qu’on prenne part. Engager par interêt*. (R.)
V. 109, v. 689
S'interesser
Prendre les interêts d’une personne. Prendre part à quelque chose.
V. 246
En s’emploie souvent à la place de à que préfère l’usage moderne généralement après s’intéresser, avoir intérêt, prendre intérêt.
Mouvement
Volonté, gré (R.)
V. 474
Pensée, sentiment. Tout ce qui touche et meut le cœur
Épître, v. 67, v. 295, v. 365, v. 438, v. 489, v. 560, v. 939, v. 1001, v. 1113, v. 1242
Murmure
Plainte secrette de plusieurs personnes, sur quelque tort qu’on leur fait ou de quelque scandale. (F.)
V. 1164, v. 1510, v. 1568
Murmurer
Gronder (R.)
v. 544, v. 726, v. 913, v. 1082, v. 1123, v. 1560
Objet (ou object)
Ce qui est opposé à nostre veuë (F.)
V. 1035
Chose où l’on arrête sa pensée, son cœur, son but, ou son dessein (R.)
V. 1391, v. 1462, v. 1487, v. 1512
Se dit aussi poëtiquement des belles personnes qui donnent de l’amour (F.)
V. 64, v. 890, v. 967, v. 1434
Ombre
« Sans une ombre de », c’est-à-dire « sans la moindre trace de » (R.)
V. 1043
Désigne « l’âme d’une personne morte »
V. 661, v. 708, v. 713
L’apparence
V. 1029
Presse
Foule de peuple qui veut entrer en un lieu qui ne le peut pas contenir commodément (F.)
Épître, v. 1521
Presser
Contraindre, obliger, solliciter, pousser, exciter avec chaleur (R.).
V. 73, v. 234, v. 856, v. 893, v. 1570
Se hâter, faire diligence (F.)
V. 30
Public, subst.
Signifie le peuple (F.)
V. 1059
Se dit d’une assemblée ouverte à tout le monde
V. 1190, v. 1265
Répondre
« Être caution. Assurer. Le mot de répondre en ce sens est une manière de verbe neutre et ne régit point d’accusatif »
V. 897, v. 1506
Réver
Entretenir ses pensées. Furetière précise même que « les amants de plaisent à resver dans un lieu solitaire, pour entretenir leurs pensées » (F.)
V. 578
Appliquer sérieusement son esprit à raisonner sur quelque chose, à trouver quelque moyen, quelque invention
V. 1347
Se reposer
Figurément « S'assurer en quelcun, y faire fonds. Compter sur une personne, s’y fïer » (R.)
V. 19, v. 109
Sens
Faculté d’éprouver les impressions que font les objets matériels
V. 650, v. 1221
Signification
Jugement. Raison, esprit (R.)
V. 126, v. 414
Severité
Exactitude à faire observer les loix, à en punir les contraventions (F.)
V. 731
Se dit aussi d’une certaine vertu farouche et accompagnée de rigidité
Épître
Severe
Exact et religieux observateur des loix, de la discipline et des regles
V. 274, v. 351, v. 620, v. 729, v. 802, v. 1244, v. 1332
Soin
Inquiétude d’esprit, travail d’esprit venant de la forte application qu’on donne à quelque chose
V. 816
Application d’esprit, application de la personne qui prend garde à quelque chose (R.)
V. 7, v. 628, v. 1355, v. 1547
Souci
Inquiétude, soin* fâcheux (R.)
V. 19, v. 31
Souffrir
Endurer, supporter (F.)
V. 752, v. 981, v. 1217, v. 1399, v. 1441
Signifie aussi, Ne se pas opposer à une chose, y consentir tacitement.
V. 158, v. 585, v. 660, v. 1353, v. 1459
Superbe, adj.
Ce mot signifie « plein d’orgueil, plein de fierté, orgueilleux » (R.)
V. 311, v. 1011
Surprendre
Abuser, décevoir, jetter dans l’erreur (R.)
V. 745, v. 789, v. 826, v. 829
Temeraire
Vaillant outré, qui s’expose aux perils brutalement et inconsiderément (F.)
Épître, v. 519, v. 984, v. 1031, v. 1337, v. 1516
Timide
Foible, peureux, qui craint tout (F.)
V. 149, v. 794, v. 1028
Transport
« Se dit figurément en choses morales, du trouble ou de l’agitation de l’ame par la violence des passions » (F.)
V. 93, v. 291, v. 571, v. 790, v. 842, v. 939, v. 962, v. 968, v. 1237, v. 1475
Transporter
Se dit figurément des violentes agitations de l’esprit
V. 930
Travaux
Se dit des actions, de la vie d’une personne, et généralement des gens héroïques (F.)
V. 814, v. 891
Vain
« Se dit de ce qui n’est qu’en apparence, qui trompe les yeux, qui est chymerique. » (F.)
V. 59, v. 394, v. 592, v. 649, v. 663, v. 672, v. 1104, v. 1349
Se trouve également avec le sens actuel d’inutile
V. 624, v. 1195, v. 1538
« En Morale signifie, Glorieux*, superbe*, qui a bonne opinion de luy-même. »
V. 193, v. 466, v. 1314
Vapeur
Signifie « fumée » (R.)
V. 709, v. 1183
Ce mot en parlant du corps humain signifie fumée d’un sang échaufé qui monte au cerveau
V. 805, v. 1145

Annexe 1 : Tite-Live, Histoire romaine, livre VIII, chapitres 6, 7 et 9202 §

Chapitre 6 : Le songe des consuls §

Là dans leur repos, les deux consuls virent, dit-on, apparaître la même image d’un homme plus grand et plus majestueux que le commun des mortels qui leur tint ces propos : les dieux Mânes et la Terre Mère exigeaient de l’un des deux adversaires au combat son général, de l’autre son armée ; l’armée dont le général aurait voué aux divinités d’en bas les légions ennemies et lui-même en plus d’elles, cette armée donnerait la victoire à son peuple te à son parti. Quand les consuls se furent communiqués leurs visions nocturnes, on décida d’immoler des victimes pour détourner la colère des dieux, et aussi pour que, si les entrailles donnaient les mêmes présages qui leur étaient apparus en songe, l’un des deux consuls accomplit les destins. Les réponses des haruspices concordant avec les scrupules religieux qui, en silence, résidaient déjà dans les cœurs ils font venir les légats et les tribuns, leur exposent sans détour les ordres des deux et, pour que la mort volontaire d’un consul ne terrifiât pas l’armée au combat, ils conviennent entre eux que, du côté où l’armée romaine commencerait à lâcher pied, de ce côté le consul se dévouerait pour le peuple romain et les Quirites. Au cours du conseil, on songea également, si jamais une guerre avait été menée sous un commandement sévère, à faire revenir alors à tout prix la discipline militaire aux coutumes antiques. Ce qui avivait l’inquiétude, c’était que l’on avait à lutter contre des Latins dont la Langue, les mœurs, le mode d’armement et surtout l’organisation militaire correspondaient exactement à ceux des Romains : ils se ressemblaient tous entre eux, soldats aux soldats, centurions aux centurions, tribuns aux tribuns, et ils s’étaient trouvés mêlés les uns aux autres en camarades de garnison, parfois même de manipules. Aussi, afin d’éviter aux soldats d’être par là les victimes de quelque méprise, les consuls par un édit défendent à qui que ce soit de combattre contre l’ennemi hors des rangs.203

Chapitre 7 : Le duel de Manlius et ce qu’il en advint §

Le hasard voulut que, parmi les chefs des escadrons qui avaient été envoyés en avant de tous côtés pour faire des reconnaissances, Titus Manlius, fils du consul, déboucha avec ses cavaliers au-dessus du camp ennemi si bien qu’il se trouva distant d’à peine une portée de trait du poste le plus proche. Se trouvaient là des cavaliers de Tusculum ; leur chef était Geminus Maecius, célèbre armi les siens pour sa naissance et surtout ses exploits. Quand il reconnut les guerriers romains et, remarquable parmi eux et les précédant, le fils du consul – car ils se connaissaient tous entre eux, surtout les hommes en vue –, il s’écria : « Est-ce avec un seul escadron, Romains, que vous voulez mener la guerre contre les Latins et leurs alliés ? Et pendant ce temps que feront les consuls, que feront les deux armées consulaires ? » « Elles seront là le moment venu, répondit Manlius, et avec elles, Jupiter en personne, témoin des traités que vous avez violés, lui qui a le plus de pouvoir et de puissance. S’il est vrai qu’auprès du lac Régille nous avons combattu jusqu’à l’écœurement de votre part, ici aussi, nous ferons en sorte, je vous l’assure, de vous empêcher de trop goûter la bataille et la rencontre de vos enseignes avec les nôtres ». À quoi Geminus, qui, à cheval, s’était avancé un peu au-devant des siens, s’écria : « Acceptes-tu donc, en attendant le jour où à grand effort vous mettrez vos armées en branle, de te rencontrer toi-même avec moi pour que de notre sort à tous deux apparaissent dès maintenant toute la supériorité du cavalier du Latium sur le Romain ? » L’âme fougueuse du jeune guerrier se laisse émouvoir : est-ce par colère, la honte de refuser le combat ou enfin la force inexorable du destin ? Il oublie donc l’ordre paternel et l’édit des consuls et il se précipite vers un combat dont il était presque indifférent pour lui qu’il sortît victorieux ou défait. Tous les cavaliers font place comme pour un spectacle et, das l’étendue de terrain laissée libre, l’un vers l’autre, ils lancent leurs chevaux ; ils se chargèrent la lance en avant, les deux armes glissèrent, celle de Manlius par-dessus le casque de l’ennemi, celle de Maecius en effleurant le cou du cheval. Ils firent ensuite pivoter leurs chevaux et c’est Manlius qui, le premier, se dressa pour porter un second coup entre les deux oreilles du cheval. Sous la douleur causée par la blessure, celui-ci se cabra ; de toutes ses forces il secoua la tête et désarçonna son cavalier ; lui, alors, s’appuyant sur son bouclier et sur sa lance, chercha à se relever de sa lourde chute, mais Manlius, le frappant à la gorge si bien que le fer ressortit au travers des côtes, le cloua au sol ; puis, après avoir ramassé les dépouilles, il revient vers les siens, avec son escadron qui, tout joyeux, l’ovationne, il se dirige vers le camp puis vers le prétoire auprès de son père, ignorant la nature de son acte et son sort à venir, s’il a mérité louange ou châtiment.

« Pour que tous me déclarent avec raison, mon père, issu de ton sang, ayant été provoqué, je te rapporte ces dépouilles équestres, prises sur le corps de l’ennemi ». À ces mots le consul, sans attendre, se détourna de son fils et ordonna de convoquer l’assemblée au son de la trompette. Quand celle-ci fut réunie en nombre, il prit la parole : « Puisque toi, Titus Manlius, sans respect pour le pouvoir consulaire ni pour la majesté paternelle, contrairement à notre édit, tu as combattu hors du rang contre l’ennemi et, dans toute la mesure de tes moyens, détruit la discipline militaire qui a été le soutien militaire de l’État romain jusqu’à ce jour, et puisque tu m’as mis dans la nécessité d’oublier ou bien l’État ou bien moi-même et les miens, soyons frappés nous-mêmes pour notre propre faute plutôt que de faire payer si cher nos crimes à l’État. Nous serons un exemple sinistre mais, pour l’avenir, salutaire à la jeunesse. Pour ma part, il est vrai, je me sens émouvoir en ta faveur par l’affection naturelle qu’on a pour ses enfants et par l’image que tu représentes du courage trompé par une vaine apparence de gloire ; mais, comme ta mort doit sanctionner l’autorité consulaire ou ton impunité à jamais l’abroger, et que même toi, si tu as un peu de notre sang, je ne saurais penser que tu te refuses à rétablir, par ton châtiment, la discipline militaire que ta propre faute a compromise, va, licteur, attache-le au poteau ». Tous perdirent le souffle devant un ordre aussi affreux et, regardant chacun la hache comme si elle avait été détachée pour soi, ils demeurèrent tranquilles par crainte plus que par respect. Aussi restèrent-ils silencieux, cloués sur place, l’âme abattue par la stupeur, mais subitement, lorsque du cou tranché jaillit le sang, de toutes les bouches des plaintes s’élevèrent librement si bien qu’on ne ménageait ni lamentations ni imprécations, que le corps du jeune homme, couvert de ses dépouilles, fut brûlé, avec tous les honneurs militaires qui peuvent illustrer des funérailles, sur un bûcher élevé en dehors de la palissade, et que les ordres « à la Manlius » ne firent pas seulement frémir sur le moment les contemporains mais servirent aussi de sinistre exemple pour l’avenir.204

Chapitre 9 : Deuotio de P. Decius Mus à la bataille de Véséris §

Les consuls romains, avant de faire sortir leurs troupes en ligne de bataille, sacrifièrent. L’haruspice montra, dit-on, à Decius que la tête du foie présentait une entaille dans la partie qui le concernait : pour le reste, la victime avait été agréée par les dieux ; Manlius, lui, eut un sacrifice très heureux. « Mais tout va bien, dit Decius, si mon collègue a obtenu d’heureux présages ». Les unités rangées dans l’ordre qu’il a été dit, ils s’avancèrent au combat : Manlius commandait l’aile droit, Decius, l’aile gauche. Au début l’affaire fut menée des deux côtés avec des forces égales et une même ardeur ; puis à l’aile gauche, les hastati romains, ne pouvant soutenir la pression latine, se replièrent vers les principes. Dans ce trouble, le consul Decius crie d’une voix forte à M. Valerius : « Nous avons besoin du secours des dieux, Marcus Valerius ; allons, pontife public du peuple romain, dicte-moi les paroles par lesquelles je puisse me dévouer pour les légions ». Le pontife lui fit prendre la toge prétexte et, la tête voilée, les mains passant sous la toge jusqu’au menton, debout, les pieds sur un javelot étendu à terre, parler ainsi : « Janus, Jupiter, Mars Père, Quirinus, Bellone, Lares, divinités nouvelles, dieux indigènes, divinités dont la puissance s’étend sur nous et les ennemis, et vous, Dieux Mânes, je vous prie, vous supplie et vous demande et vous propose en grâce qu’à l’égard du peuple romain des Quirites vous favorisiez force et victoire et que les ennemis du peuple romain des Quirites, vous les frappiez de terreur, d’épouvante et de mort. Comme je l’ai solennellement déclaré, pour la république du peuple romain des Quirites, pour l’armée, les légions, les auxiliaires du peuple romain des Quirites, je voue avec moi, les légions et les auxiliaires des ennemis aux Dieux Mânes et à la Terre ».

Après cette prière, il commande aux licteurs d’aller auprès de T. Manlius et d’annoncer au plus vite à son collègue qu’il s’est dévoué pour le salut de l’armée ; lui-même, ayant la toge ceinte à la manière de Gabies, sauta tout armé à cheval et se lança au milieu des ennemis sous les yeux de l’une et de l’autre armée ; il apparut d’une majesté plus qu’humaine, comme envoyé du ciel pour expier toute la colère divine, détourner des siens le fléau et le rejeter sur l’ennemi. Ainsi toute la terreur et l’effroi emportés par lui jetèrent d’abord le trouble parmi les enseignes des Latins, puis pénétrèrent profondément dan l’armée tout entière. Et il parut avec toute évidence que, partout où le cheval l’emporta, l’épouvante s’emparait des soldats comme s’ils eussent été frappés par un astre destructeur ; mais quand il s’écroula accablé de traits, les cohortes latines, cédant dès lors à une panique certaine, prirent la fuite et laissèrent tout alentour le terrain vide. En même temps, de leur côté, les Romains, l’esprit délivré de crainte religieuse, se dressant comme si le signal du combat venait seulement d’être donné, livrèrent une nouvelle bataille ; car les rorarii accouraient entre les files des antepilani, leurs forces s’étant ajoutées à celles des hastati et des principes, et les triaires, le genou droit à terre, attendaient le signal du consul pour se dresser.205

Annexe 2 : production littéraire §

Poésie et œuvres diverses §

Jouissance (1658), éd. N. D. Klein dans Selected Writings of Madame de Villedieu, New York, Peter Lang, 1995.
Récit en prose et en vers de la farce des Précieuses, G. Colles, Anvers, 1660, reproduit dans l’éd. G. Couton des Œuvres complètes de Molière, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1971, t. I, appendice III, p. 1003-1010.
 – éd. M. Cuénin, dans « Les Précieuses Ridicules » : documents contemporains : lexique du vocabulaire précieux, Genève, Droz ; Paris, Minard, 1973.
 – éd. R. Duchêne dans Les Précieuses ou comment l’esprit vint aux femmes, Paris, Fayard, 2001, p. 340-347.
Le Carrousel de Msgr le Dauphin, Mlle de Beaujeu, Paris, 1662.
Recueil de poésies de Mademoiselle Desjardins, C. Barbin, Paris, 1662.
Lettres et billets galants 1667, éd. M. Cuénin, Publications de la Société d’Étude du XVIIe siècle, n° 3, 1975.
 – éd. J. Rohou dans Lettres d’amour du XVIIe siècle, Paris, Le Seuil, « L’École des Lettres », 1994, p. 9-101.
Recueil de quelques lettres ou relations galantes, C. Barbin, Paris, 1668.
Journal amoureux, C. Barbin, 1669-1670.
Fables ou Histoires allégoriques, C. Barbin, 1670 ; (« À sa majesté » ; « La Tourterelle et Le Ramier » ; « Le Singe Cupidon »), éd. N. D. Klein, op. cit.

Théâtre §

Manlius Torquatus, C. Barbin, 1662 ; éd. N. D. Klein, op. cit., 1995.
Nitétis, C. Barbin, 1663 ; éd. P. Gethner dans Femmes dramaturges en France, 1650-1750 : pièces choisies, Tome II, textes établis, présentés et annotés par Perry Gethner, Tübingen, PFSCL ; [puis] G. Narr, 1993-2002.
Le Favory, C. Barbin, 1665.

Romans et nouvelles §

Alcidamie (œuvre inachevée), C. Barbin, Paris, 1661.
Lisandre, C. Barbin, Paris, 1663; éd. N. D. Klein, op. cit.
Carmente, Histoire grecque, C. Barbin, 1668 ; avec Introduction, Notes, Glossaire et Bibliographie, éd. S. Dalbourg, Thèse de Doctorat sous la dir. de Madeleine Bertaud, Nancy 2, 1998.
Anaxandre, J. Ribou, 1667.
Cléonice, ou le roman galant, C. Barbin, 1669 ; avec une préface de R. Godenne, Genève, Slatkine Reprints, 1979.
Les Amours des grands hommes, C. Barbin, 1671 ; éd. N. D. Klein, op. cit., 1995.
Les Nouvelles africaines, C. Barbin, Paris, 1673.
Les Galanteries grenadines, C. Barbin, 1673.
Les Mémoires de la vie d’Henriette-Sylvie de Molière, C. Barbin, Paris, 1672-1674, éd. M. Cuénin en coll. avec J. Chupeau, J. Lafond et F. Weil, Publication du groupe d’étude du XVIIe siècle de l’Université Fr. Rabelais de Tours, 1977.
– éd. R. Démoris, Paris, Desjonquères, 2003.
Le Portefeuille, C. Barbin, Paris, 1674 ; éd. J. P. Homand et M. Th. Hipp, Exeter, University Printing Unit, 1979.
 – éd. M. Cuénin dans Nouvelles du XVIIe siècle, J. Lafond (dir.), Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1997, p. 584-623.
Les Exilés, C. Barbin, Paris, 1675.
Le Cercle, ou les Conversations galantes, C. Barbin, Paris, 1675.
Les Désordres de l’amour, C. Barbin, 1676 ; éd. M. Cuénin, Genève, Droz, « T.L.F. », 1995 (1re éd. 1970).
– éd. A. Flannigan, Washington, University Press of America, 1982.
Le Portrait des faiblesses humaines, C. Barbin, Paris, 1685.
Les Annales galantes de Grèce, C. Barbin, Paris, 1687 ; avec une préface de R. Godenne, Genève, Slatkine Reprints, 1977.
– éd. G. Letexier, Paris, Société des Textes Français Modernes, vol. I, 2004.
Œuvres complètes, reprod. en fac sim. de l’éd. de Paris, Cie des Libraires, 1720-1721, 12 vol. en 3 t., Genève, Slatkine Reprints ; Paris, diff. Champion, 1971.

Bibliographie §

Les sources §

Corpus §

Desjardins Marie-Catherine, Manlius, Paris, chez Claude Barbin, 1662 [BnF – Tolbiac : YF-6856] ; et les autres exemplaires consultables de Claude Barbin [BnF – Arsenal : 8-BL-14148 ; GD-13360 ], Gabriel Quinet [BnF – Richelieu : 8-RF-7359, microfilm : R118968] et Guillaume de Luyne [BnF – Richelieu : 8-RF-7362, microfilm : R118962], ainsi que la copie hollandaise de Manlius, Amsterdam, 1662 [BnF – Richelieu : 8-RF-7363].

Autres œuvres §

Aristote, La Poétique, éd. Michel Magnien, Paris, Le Livre de Poche, 1990.
Aubignac François Hédelin, (abbé d’), La Pratique du théâtre (1657), éd. Hélène Baby, Paris, Champion, 2001.
Aubignac François Hédelin, abbé d’, Dissertations contre Corneille (1663), éd. critique de Nicolas Hammond et Michael Hawcroft, Exeter (GB), University of Exeter press, coll. Textes littéraires, 1995.
Corneille Pierre, Théâtre Complet, t. I, éd. Georges Couton, Paris, « Classiques Garnier », Bordas, 1993.
DesjardinsNitétis, Quinet, Paris, 1664 [BnF – Arsenal : GD-14875].
DesjardinsLe Favory, Amsterdam [BnF : NUMM-109801].
Favre, Manlius Torquatus, Pierre Du Pont, Paris, 1662 [BnF – Arsenal : 8-BL-13984]
Noguères (de), La Mort de Manlie, J. Mongiron Milanges, Bordeaux, 1660 [BnF – Arsenal : 8-BL-13982].
Parfaict, Histoire du théâtre français, Amsterdam, aux dépens de la Compagnie, 1735-1749.
Racine, Œuvres Complètes, t. I, éd. Georges Forestier, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1999.
Théâtre du xviie siècle, t. I, éd. Jacques Scherer, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1975.
Tite-Live, Histoire romaine, texte établi, présenté et annoté par R. Bloch et Ch. Guittard, « Les Belles Lettres », CUF, Paris, 1987.

Instruments de travail §

Dictionnaires §

Académie Française, Dictionnaire, J.-B. Coignard, 1694 (2 vol.).
Furetière, Antoine, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots français tant vieux que modernes et les termes de toutes les sciences et les arts, La Haye et Rotterdam, Arnout et Reinier Leers ; rééd. SNL-Le Robert, 1978 (3 vol.).
Grimal Pierre, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, PUF, 2005 [1re éd. 1951].
Moreri Louis, Le grand dictionnaire historique ou Le mélange curieux de l’histoire sacrée et profane.
Richelet, P., Dictionnaire françois contenant les mots et les choses, plusieurs nouvelles remarques sur la langue françoise… avec les termes les plus connus des arts et des sciences, Genève, J.-H. Widerhold, 1680 (2 vol.).

Ouvrages bibliographiques §

Cioranescu Alexandre, Bibliographie de la littérature française du 17e siècle, Genève, Slatkine Reprints, 1994.
Klapp Otto, Bibliographie der Französischen Literaturwissenschaft, Frankfurt, Vittorio, Klostermann.

Rhétorique, grammaire, syntaxe et ponctuation §

Catach Nina, La Ponctuation, PUF, 1994.
Fournier Nathalie, Grammaire du français classique, Belin, 1998.
Haase, A., Syntaxe française du XVIIe siècle, Delagrave, 1935.
Spillebout Gabriel, Grammaire de la langue française du XVIIe siècle, Eurédit, 2007.

Études §

Histoire, histoire de l’art, histoire de la littérature §

Champeaux Jacqueline, La religion romaine, Paris, Le Livre de Poche, 1998.
Dumézil Georges, La religion romaine archaïque avec un appendice sur la religion des Etrusques, Paris, Payot et Rivages, 2000 (1re éd. 1974).
Morel Jacques, Histoire de la littérature française – Le Classicisme, Flammarion, 1998.
Zuber Roger et Cuénin Micheline, Histoire de la littérature française – Le classicisme, Flammarion, 1998.

Théâtre du XVIIe siècle §

Baby Hélène, La Tragi-comédie de Corneille à Quinault, Klincksieck, 2002.
Baby Hélène, « D’Aubignac et Corneille ou de la vraisemblance », dans « Observations sur La Pratique du Théâtre », dans La Pratique du Théâtre, op. cit., p. 608-642.
Deierkauf-Holsboer Sophie Wilma, Le Théâtre l’Hôtel de Bourgogne 1548-1680, vol. II, Nizet, 1670.
Forestier Georges, Introduction à l’analyse des textes classiques, Nathan (coll. 128), 1993.
Forestier Georges, Corneille. Le sens d’une dramaturgie, Paris, Sedes, 1998.
Forestier Georges, Essai de génétique théâtrale. Corneille à l’œuvre, Genève, Droz, « Titre courant », 2004 [1re éd. : Paris, Klincksieck, 1996].
Forestier Georges, Passions tragiques et règles classiques. Essai sur la tragédie française, PUF, 2003.
Guichemerre Roger, La Tragi-comédie, PUF, 1981.
Lancaster Henry Carrington, A History of French Dramatic Literature in the Seventennth Century, Baltimore, the Johns Hopkins Press, 1929-1942 (5 part. en 9 vol.).
Louvat Bénédicte, Poétique de la tragédie classique, SEDES, 1998.
Pelous Jean-Michel, Amour précieux, amour galant (1654-1675). Essai sur la représentation de l’amour dans la littérature et la société mondaines, Paris, Klincksieck, 1980.
Scherer Jacques, La dramaturgie classique en France, Nizet, s.d. [1950].

L’auteur §

Ouvrages §
A Labor of Love : Critical Reflections on the Writings of Marie-Catherine Desjardins, Teaneck, NJ, Fairleigh Dickinson Press, 2000, p. 31-42.
Actes de Wake Forest. L’image du souverain dans le théâtre de 1600 à 1660. "Maximes". Madame de Villedieu, éd. Milorad R. Margitić et Byron R. Wells, Paris / Seattle / Tübingen, Papers of French Seventeenth Century Literature, « Biblio 17 », n° 37, 1987.
Bayle Pierre, Dictionnaire historique et critique, éd. augmentée de notes extraites de Chaufepié, Joly, La Monnoie, Leduchat, L.-J. Leclerc, Prosper Marchand, etc., Paris, Desoer, 1820-1824, 16 vol., vol. 8 (1re éd. 1697).
Buffet Marguerite, Nouvelles Observations sur la langue française... avec les éloges des Illustres Sçavantes tant anciennes que modernes, Paris, Jean Cusson, 1668, pp. 274-275.
Clogenson S., Mme de Villedieu, Impr. de Vve Poulet-Malassis, Alençon, 1853.
Cuénin Micheline, Roman et société sous Louis XIV : Madame de Villedieu, Lille, Atelier de reproduction des thèses de l’université de Lille-III, Champion, 1979.
Derome Capitaine, Madame de Villedieu inconnue. La famille des de Boesset et ses relations avec le Maine, Mamers, Imprimerie Fleury, 1912.
Magne Émile, Femmes galantes du XVIIe siècle. Madame de Villedieu (Hortense des Jardins) 1632-1692, Paris, Mercure de France, 1907.
Maître Myriam, Les Précieuses : naissance des femmes de lettres en France au XVIIe siècle, Paris, Champion, « Lumière Classique », 1999.
Tallemant des Réaux Gédéon, Historiettes, éd. A. Adam, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1960, t. II, p. 900-909. 
Venesoen Constant, Études sur la littérature féminine au XVIIe siècle. Mademoiselle de Gournay, Mademoiselle de Scudéry, Madame de Villedieu, Madame de Lafayette, Summa publication, INC., Birmingham, Alabama, 1990.
Articles et communications §
Bertaut Jules et Séché Alphonse, « Une aventurière des lettres au XVIIe siècle, Madame de Villedieu », Mercure de France, LXV, 1907, p. 615-632.
Demoris René, « Villedieu, histoire de femme », dans Actes de Wake Forest…, op. cit., p. 285-320.
Derome Capitaine, « Madame de Villedieu inconnue », Revue historique et archéologique du Maine, 1911, LXX, p. 225-236.
Gethner Perry, « Conspirators and Tyrants in the Plays of Villedieu », dans A Labor of Love, op. cit., p. 31-42.
Goldwyn Henriette, « Femmes auteurs dramatiques au XVIIe siècle : la condition inhumaine », Cahiers du dix-septième, vol. IV, n° 1, 1990, p. 51-62.
Goldwyn Henriette, « Men in Love in the Plays of Mme de Villedieu », dans A Labor of Love, op. cit., p. 64-83.
Goldwyn Henriette, « Manlius, l’héroïsme inversé », dans Actes de Wake Forest, op. cit., p. 421-437.
Herval R., « Madame de Villedieu, inconnue. Théâtre, roman et diplomatie sous louis XIV », Revue de l’Université de Lavale, Québec, n° 11, 1956-1957, p. 897-913.
Kuizenga Donna, « "Fine veuve" ou "veuve d’une haute vertu" ? Portraits de la veuve chez Madame de Villedieu », Cahiers du Dix-Septième VII, 1, 1997, p. 228-236.
Kuizenga Donna, « Violences et silences dans l’œuvre de Madame de Villedieu », Travaux du IXe colloque international de STATOR, M. Debaissieux et G. Verdier, Tübingen, nov. 1998, p. 251-262.
Parfaict Les frères, « Manlius Toquatus » dans Histoire du théâtre farnçais, Paris, P. G. Lemercier et Saillant, 1746, t. IX, (1re éd. 1735), p. 115-136.
Séché et Bertaut, « Une aventurière de lettres au xviie siècle. Madame de Villedieu » dans Mercure galant, 15 février 1907.
Verdier Gabrielle, « Villedieu and the critics. Toward a brighter future », dans Actes de Wake Forest, op. cit., p. 323-338.

Sites Internet §

Site du GRAC : http://recherche.univ-lyon2.fr/grac

Site du Calendrier Électronique des Spectacles sous l’Ancien Régime : www.cesar.org

A